Serveur d'impression

FELIXprinters lance sa première bio-imprimante FELIX BIOprinter – 3DPrint.com – Serveur d’impression

Le 12 mars 2020 - 7 minutes de lecture

Si nous pouvions visualiser l'avenir de la médecine, des tests de dépistage des drogues et du développement de tissus et d'organes artificiels, nous trouverions très certainement des bioprinters à l'honneur. Une partie de la vision d'avant-garde de nombreuses entreprises et chercheurs est que les machines deviendront une ressource familière utilisée dans tous les laboratoires de bio-ingénierie, universités et même écoles du monde entier. Mais la mise en place de cet élan pourrait prendre de nombreuses années, voire des décennies, mais cela devient l'une des périodes les plus intéressantes pour le domaine, avec un éventail croissant d'entreprises qui stimulent la technologie de la bioimpression commercialement, nous ne pouvons pas nous empêcher d'être excités lorsque nous entendons sur les avancées récentes et les machines nouvellement lancées.

Profitant d'années de connaissances en impression 3D, le fabricant néerlandais FELIXprinters a annoncé aujourd'hui sa dernière entreprise, le lancement commercial d'une nouvelle bioprinter appelée FELIX BIOprinter. La société s'est associée à TRAINING4CRM et à l'Université technique du Danemark (DTU) pour concevoir une machine qui fonctionne pour tous les types de recherche en bioimpression, équipée de moteurs puissants pouvant extruder une large gamme de types de matériaux et de viscosités. Selon le site du produit, le BIOprinter distribue une large gamme de matériaux visqueux jusqu'à une viscosité de 64 000 centipoises, avec la capacité d'extruder des matériaux et des bio-liens dont la consistance varie des liquides aux pâtes.

«L'imprimante BIOprinter a été conçue pour être l'instrument ultime de recherche biologique dans un ensemble rentable, et a été développée aux côtés des esprits les plus brillants du secteur de la bioimpression», a suggéré Wilgo Feliksdal, cofondateur de FELIXprinters. «Unique, la BIOprinter combine deux têtes d'impression stérilisables qui ont une conception modulaire pour des changements faciles, et des têtes séparées sont disponibles pour imprimer différents bio-liens en même temps. Cela intègre différentes propriétés des matériaux dans une seule structure d'échafaudage. »

La nouvelle imprimante BIOprinter (Image: FELIXprinters)

Sur la base de l'existant et établi FELIX produits, la BIOprinter a été développée sur le châssis de la gamme de produits FELIXprinters. Selon la société, la nouvelle imprimante se caractérise par des caractéristiques clés spécialement conçues pour les applications médicales, scientifiques et de recherche, notamment le refroidissement de la seringue, le refroidissement et le chauffage du lit d'impression, un système à double tête, un positionnement facile de la seringue (accès ergonomique à la machine entrailles soutient les chercheurs dans leur travail) et le nivellement automatique du lit.

Il est également équipé d'un écran tactile doté d'une interface conviviale et d'un serveur d'impression intégré qui permet la surveillance à distance des fichiers d'impression, leur utilisation dans un environnement multi-utilisateurs et la gestion des fichiers d'impression. Un système de sondage des buses permet un nivellement et un calibrage automatisés du lit des buses, ainsi qu'un module de caméra qui permet aux utilisateurs de surveiller les impressions à distance depuis leur smartphone ou leur ordinateur pour compléter les fonctionnalités de cette machine. FELIX indique que le BIOprinter se rétracte également avec un moteur très précis pour un meilleur dosage ou des matériaux et un flux de matériau plus précis par rapport aux systèmes de pression d'air alternatifs.

«Le BIOprinter est constitué d'un écosystème adaptable et flexible pour garantir qu'il peut répondre à un large éventail de besoins des chercheurs sans générer de coûts inutiles. Un avantage majeur est le système de contrôle de source qui permet à l'utilisateur d'utiliser un logiciel de découpage standard et d'apporter des modifications lui-même si nécessaire. De plus, les seringues ne sont pas limitées aux produits coûteux spécifiques à la marque ou fabriqués en interne qui font essentiellement augmenter les coûts d'exploitation. Au lieu de cela, la machine a été conçue pour utiliser une seringue standard de 5 ml, des boîtes de Pétri et des plaques de culture standardisées, il n'y a donc aucune limitation sur les pièces et les matériaux auxiliaires », a poursuivi Feliksdal.

Propulsé par Aniwaa

Un grand avantage est que la machine utilise un logiciel de découpage familier Simplify 3D, pour permettre une expérience utilisateur entièrement sous contrôle et personnalisable. Le BIOprinter est également compatible WIFI et LAN, est livré avec une garantie d'un an et un support client à vie.

Les responsables de FELIXprinters affirment que leur nouvelle machine a été conçue pour être facilement évolutive, ce qui signifie que son cycle de vie peut être étendu sans compromettre la qualité, la fiabilité et la productivité. Alors que les utilisateurs peuvent bénéficier du fait que les têtes d'impression sont faciles à stériliser, ce qui élimine le risque de contamination.

Présentée pour la première fois lors du salon Formnext à Francfort, en Allemagne, en novembre dernier, la machine est désormais disponible dans le commerce et les précommandes sont déjà en cours de traitement. Il a été présenté aux côtés des machines Tec 4, Pro 3 Touch et Pro L et XL de la société, qui sont utilisées dans un large éventail de secteurs industriels pour des applications de production AM difficiles, et sous le thème de leur «Going Dutch», qui présentait des moulins à vent en mouvement, des mini-sabots et des tulipes colorées emblématiques, tous créés dans les machines de FELIXprinter. Tout cela fait partie de l’héritage néerlandais de l’entreprise, dont ils sont extrêmement fiers.

Pour développer le BIOprinter, qui est fabriqué à la main aux Pays-Bas, la société a reçu un financement du programme Horizon 2020 de l'Union européenne, un programme de financement pour la recherche et l'innovation avec près de 80 milliards d'euros de financement disponible sur une période de sept ans (de 2014 à 2020 ). Tandis que 13 institutions de recherche ont participé au développement, y compris l'Université de Göteborg, l'Université autonome de Madrid, l'Université Tufts, l'Université de Lund et plus encore.

Les nouveaux bio-imprimeurs et bio-liens 3D offrent de nombreuses opportunités aux chercheurs ayant des besoins uniques. Et explorer de nouvelles possibilités de travailler avec différents biomatériaux et machines dans le domaine de la biofabrication les aide à faire de nouvelles découvertes qui peuvent bénéficier à tous. Pour l'instant, nous devrons attendre et voir ce que les utilisateurs de FELIX BIOprinter vont créer!

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.