Serveur d'impression

Le combat d’Ivanka Trump pour la dynastie Trump – Serveur d’impression

Le 23 septembre 2019 - 54 minutes de lecture

L'empire commence par une maison close. Il se dresse, robuste et carré, au cœur d'une ville prospère au cœur de la ruée vers l'or, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, monument à l'image de marque prudente. Les fenêtres du restaurant Arctic ne comportent aucun panneau offrant l'accès aux prostituées. Même dans un avant-poste sans loi du Yukon, en 1899, le décorum exclut une telle vérité dans la publicité, mais Friedrich Trump connaît sa clientèle.

Pour entendre plus de reportages, consultez notre liste complète ou téléchargez l’application Audm pour iPhone.

Des «boîtes privées» recouvertes de rideaux bordent le mur en face du bar, à l'intérieur duquel se trouvent des lits et des femmes, et une balance pour peser de la poudre d'or, le mode de paiement préféré des services rendus. La nouvelle des hébergements hors menu du restaurant se répand rapidement. Les «femmes respectables» sont conseillées par Le Yukon Sun pour éviter l'endroit, car ils sont «susceptibles d'entendre ce qui serait répugnant pour leurs sentiments». Mais parmi les prospecteurs solitaires, l'Arctique est un succès. Friedrich se vante bientôt, avec un penchant héréditaire pour l'hyperbole, que son établissement sert plus de 3 000 repas par jour.

C’est vrai qu’il a beaucoup de clients. Cent mille hommes ont couru vers le nord à la recherche d'or au crépuscule du 19e siècle, hypnotisés par un mirage scintillant que Friedrich a dû reconnaître. Il poursuivait un projet similaire lorsqu'il quitta sa ville natale allemande à 16 ans, traversa l'Atlantique en direction et débarqua sur les côtes de Manhattan, pauvre, sale et dégageant la puanteur du migrant, largement appelé alors «navire» – qui s'accrocher à lui pendant des jours, peu importe combien il a frotté. Il a gagné sa vie comme barbier pendant un certain temps, mais ce n’était pas sa raison d’être. Ainsi, lorsqu'il a appris que des fortunes avaient été gagnées dans le nord-ouest du Pacifique, il a rassemblé ses économies et est monté dans un train.

Friedrich voit qu'il peut devenir riche dans le Klondike non pas en cherchant de l'or, mais en desservant les chasseurs d'or eux-mêmes. C’est son propre genre d’activité extractive – «extraire les mineurs», l’appellera plus tard Gwenda Blair, sa biographe, et cela exige des compétences distinctes. Calme et nerveux, avec une moustache au guidon, il saute de bombe en bombe, se faufilant sur des lambeaux de terre en prétendant y trouver de l'or. Une fois sa réclamation obtenue, il s'empresse de gagner le plus d'argent possible avant l'éclatement de la bulle locale et le départ des mineurs.

Un restaurant dans le quartier rouge de Seattle. Une pension à Monte Cristo, Washington. Une tente au bord du sentier qui vend de la viande et de l’alcool aux chevaux qui piégent le White Pass de l’Alaska. Chaque entreprise génère des bénéfices, mais le bordel est celui qui le rend assez riche pour rentrer chez lui en Allemagne et choisir parmi de jolies jeunes mariées.

Friedrich et son épouse envisagent de rester dans leur pays d'origine, mais il est un traqueur – ou du moins le dit le gouvernement – et sa demande de résidence est rejetée. Indigné, il ramène sa nouvelle famille et son nouvel argent à New York, où il est libre de poursuivre ce mirage qui change de forme – commence-t-il à ressembler à la respectabilité – sans le poids d'un passé. À 49 ans, à l’âge de 49 ans, il a amassé une modeste fortune – l’équivalent moderne d’un demi-million de dollars – et un petit portefeuille de propriétés situées à l’extérieur du quartier. Ce n’est pas de l’argent Rockefeller, mais c’est suffisant, à peine, pour lancer une dynastie.

Pour garder la famille à flot, la veuve de Friedrich, Elizabeth, assigne à chacun de ses enfants un travail dans leur entreprise immobilière naissante. Mais c’est Fred, l’enfant du milieu, qui a le chic pour construire des maisons et des empires, et il prend les choses en main peu après le lycée.

Fred dirige l'entreprise dans une course effrénée, en vendant chaque maison neuve pour couvrir les coûts de construction. Il se fraye un chemin à travers la machine politique de Brooklyn, se mêle à des gangsters. Une maison à Woodhaven en conduit deux dans le Queens Village, puis plusieurs autres à Hollis. Lorsque le gouvernement fédéral commence à offrir des prêts aux promoteurs en proie à la dépression, Fred est le premier parti. Il dispose bientôt d'une armée de travailleurs manœuvrant à la pelle qui creusent 450 fondations dans le marécage East Flatbush.

Alors que les rangées de «Trump Homes» produites en masse se répandent à travers Brooklyn et le Queens, les journaux appellent Fred Henry Ford de la construction de maisons. Plus tard, lorsque les scandales commencent – les accusations de profit, de fraude et d’interdiction des locataires noirs – les journaux trouvent d’autres moyens de l’appeler. L'infamie assiste à chaque nouveau triomphe. Dans les années 1950, il a construit des milliers de maisons et d'appartements et est devenu le genre de propriétaire Woody Guthrie qui écrit des chansons à propos de.

Au moment de planifier sa propre succession, Fred se tourne d'abord vers son fils aîné, homonyme. Mais Fred Jr. n’a aucune idée du métier, il est doux et libre d’esprit et veut piloter des avions. Donald est celui qui a le goût du combat et, pour lui, la grande frontière invaincue se situe de l’autre côté de l’East River. Donald voit plus que de l'argent à Manhattan. Il voit la gloire, le statut, l'entrée dans la société d'élite – des choses que les atouts n'ont jamais eues.

Le marché sur l'île est encombré et hostile, mais Fred et Donald travaillent en étroite collaboration pour préparer leur invasion. Ensemble, ils cuisinent des livres, tranchent les investisseurs et trompent les régulateurs les uns après les autres. Certains des programmes de la scion portent leurs fruits. D'autres s'avèrent désastreux. Mais son exploit est le reflet du personnage de Donald Trump lui-même – ce playboy de haut vol, cet autodidacte, ce titan plus grand que nature auquel les tabloïds ne peuvent résister. C’est une création du père et du fils, et cela fera plus pour l’entreprise familiale que n’importe quel casino ou gratte-ciel.

Aujourd'hui, une photo de Fred est assise dans le bureau ovale, donnant sur un empire beaucoup plus vaste et plus puissant qu'il n'aurait pu l'imaginer. Et tandis que le président écrit son chapitre de l’histoire, la prochaine génération attend dans les coulisses, se bagarrant, se disputant statut, sachant qu’un seul d’eux peut être l’héritier.

Portrait de Donald Trump et ses enfants
Ryan Melgar

JE.

Ils se tenaient côte à côte—Don Jr., Ivanka, Jared et Eric — en train de regarder la conquête se dérouler à la télévision. Ohio était à eux. Puis la Caroline du Nord et la Floride aussi. Le «mur bleu» tant vanté du centre-ouest s'effondrait à la télévision en direct, alors que les experts au visage cendré murmuraient au sujet de la carte électorale. La scène était surréaliste et délicieuse.

Tandis que Don et Eric envoyaient des textos de félicitations, certains dans la pièce remarquèrent qu'Ivanka coupait à travers l'épaisse mêlée de conseillers de campagne et se collait au côté de son père. «Avez-vous entendu cela, papa?» Demanda-t-elle chaque fois que la télévision livrait de bonnes nouvelles, gardant habilement son attention, comme elle le faisait depuis son enfance.

Vers minuit, la famille a compris qu’elle aurait besoin d’un discours de victoire. Personne n’avait pris la peine d’en écrire un, car Trump n’était pas supposé gagner – du moins pas au niveau électoral. Il était censé sombrer dans une explosion spectaculaire de martyre fait pour la télévision, sur lequel ils pourraient tous capitaliser. Ivanka avait un livre à paraître. Don et Eric travaillaient sur une ligne d'hôtels économiques à thème patriotique. Des négociations préliminaires étaient en cours pour lancer un réseau de télévision de la marque Trump qui permettrait de transformer les électeurs mécontents en téléspectateurs. Maintenant, ils avaient besoin d'un nouveau plan.

Un par un, ils se retirèrent de la ruche animée située au 14ème étage de Trump Tower et montèrent dans l’ascenseur jusqu’à l’attique de leur père. Steve Bannon et Stephen Miller, privés de sommeil et pleins d'adrénaline, ont commencé à préparer un brouillon que le président élu pourrait lire. Mais Ivanka jeta un coup d’œil par-dessus l’épaule de Miller et conclut que cela n’allait pas. (Quelqu'un qui l'a lu plus tard résumait le ton en disant: «Nous avons gagné; va te faire foutre.») Le prochain acte de l'histoire de Trump commençait ce soir. C'était une tâche pour la famille.

Réunis autour de la table de la salle à manger avec une coterie d’aides et d’alliés, les trois enfants les plus âgés de Trump dictaient à tour de rôle tandis que le rédacteur rédigeait une dactylographie. Le produit final – une liste de blanchisserie de Mercis parsemé de platitudes patriotiques – n'était remarquable que par sa retenue non-Trumpienne. Avec sa famille alignée derrière lui sur la scène, Trump a entonné: "Je promets à chaque citoyen de notre pays que je serai président pour tous les Américains."

Le discours était doux et oubliable, mais l’oratoire du Temple de la renommée n’était pas l’objectif. Les remarques constituaient un espace réservé, une chance pour la famille d’organiser ses prochains déplacements. "Ils sont indéniablement adaptables", m'a dit Kellyanne Conway, conseillère principale du président, au sujet des enfants de Trump. «Lorsque l'entreprise familiale était de l'immobilier, ils ont appris les contrats, les approbations de bâtiments et l'architecture. Puis ce fut la télévision et ils ont appris cette industrie. Dix ans plus tard, ils se sont retournés et ont appris la politique. "

Mais cette dernière réinvention a déclenché une lutte pour le pouvoir au sein de la première famille, une lutte qui s’est largement écartée de la vue du public. Le président et ses enfants – qui ont refusé d'être interviewés pour cette histoire – ont travaillé dur pour projeter une image d'unité. Mais au cours des derniers mois, j'ai parlé à des dizaines de personnes proches de Trumps, dont des amis, d'anciens employés, des responsables de la Maison-Blanche et des aides de campagne. La bataille de succession qu'ils ont décrite est marquée par d'anciens griefs, de petites rivalités et des enjeux trompeurs.

Dans son bref passage sur la scène politique, Donald Trump a réquisitionné le mouvement conservateur national, refondu le parti républicain à son image et utilisé son bureau pour conférer une valeur inappréciable à la marque Trump. Entre leurs entreprises et leur influence politique, les Trumps pourraient rester une pièce maîtresse de la vie américaine pendant des générations. La question de la division actuelle des enfants du président n’est pas simplement de savoir lequel d’entre eux pourra assumer la responsabilité de son absence, mais comment la famille tentera de façonner le pays dans les années à venir.

Pour une nation fondée en révolte contre la monarchie, les États-Unis excellent à préserver leur propre royauté. Une fois que le nom et la fortune sont faits, la machine de la puissance américaine tourne à la vitesse supérieure. La richesse est transmise par des fiducies. Des tâches importantes sont confiées à des héritiers non accomplis. Des familles célèbres sont mythifiées dans les médias, célébrées dans la culture. Le résultat est une classe dirigeante dominée par des dynasties – des Rockefeller aux Roosevelts, des Mellon aux Murdoch.

Les membres de ces clans ont tendance à justifier leur privilège en affirmant maintenir une tradition de patriotisme et de service public transmise par leurs ancêtres – un refrain qui a particulièrement résonné dans la dynastie politique la plus durable de l’Amérique.

Les Trumps aiment invoquer les Kennedys dans leur propre fabrication de mythes. Le président a qualifié Melania de "notre propre Jackie O". Le mari d’Ivanka, Jared Kushner, dont le père se considère comme un "Joe Kennedy juif", avait une photo encadrée de JFK dans son bureau de Manhattan. Et des observateurs proches d'Ivanka ont constaté que son flux Instagram – rempli de photos idylliques de la vie de famille sur fond de la Maison Blanche – avait une certaine qualité camélotienne.

Mais si Camelot a toujours été une façade romantique, les Trumps ont abandonné le prétexte ennoblissant. Telle une version amusante des Kennedys, ils changent le langage du devoir et du sacrifice contre celui du grief et de la contrepartie. Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, ils semblent dire; demandez ce que votre pays peut faire pour les atouts.

En examinant lequel de ses enfants devrait perpétuer son héritage, Trump est maintenant pris entre deux visions contradictoires pour l'avenir de la famille: l'une définie par un désir d'approbation par l'élite, l'autre par un instinct d'attiser la rage populiste.

Mais Stephen Hess, un universitaire qui étudie les dynasties politiques américaines, affirme que la succession peut être imprévisible dans les familles présidentielles. Contrairement aux entreprises, où un patriarche peut simplement installer son héritier choisi en tant que PDG, les politiciens voient souvent leurs plans les mieux préparés bouleverser les électeurs: pensez à Bush, Jeb, sage, de Bush, pour que George W. surprenne tout le monde en frappant lui à la Maison Blanche.

Pour Trump, un père distant et dominateur qui a longtemps opposé sa progéniture, la triste réalité est que le choix de celui qui lui succédera sera peut-être hors de son contrôle.


Podcast: McKay Coppins sur «The Heir»

S'abonner à Radio Atlantique: Podcasts Apple | Spotify | Stitcher (Comment écouter)


II.

Les enfants de Trump a grandi entouré par les pièges de la dynastie. Leur maison était un gratte-ciel éponyme, tout en verre, en or et en lettres majuscules, doublé d’un symbole du pouvoir de leur famille. Les noms de famille célèbres peuvent avoir un effet enveloppant sur ceux qui les portent, en aplatissant chaque aspiration extérieure jusqu'à ce que la famille soit la seule chose qui compte. Pour le jeune Don, Ivanka et Eric, le monde entier a eu l’impression de s’insérer dans Trump Tower.

De loin, leur vie ressemblait à une Richie Rich–Style fantastique. Ils avaient à eux seuls tout un étage du triplex penthouse, avec des pièces remplies de jouets et de télévisions à grand écran, ainsi que des gouvernantes et des gardes du corps attentifs à leurs caprices. Michael Jackson, leur voisin, s'est arrêté pour jouer à des jeux vidéo. Des limousines les guidaient dans la ville.

Mais au sein de la famille, leur père entretenait une dynamique darwinienne. Lors de voyages de ski, lorsqu'ils descendaient la montagne, Trump frappait ses enfants avec un poteau pour les devancer. Sa maxime paternelle préférée était «Ne faites confiance à personne» – et il aimait tester ses enfants en leur demandant s'ils avaient confiance en eux. lui. S'ils ont dit oui, ils ont été réprimandés. La rivalité fraternelle a prospéré. «Nous étions en quelque sorte élevés pour être compétitifs», a déclaré Ivanka en 2004. «Papa l'encourage.» (Tiffany et Barron, nés plus tard de mères différentes, semblent avoir été épargnés par ce concours.)

Pour les trois enfants les plus âgés de Trump, le drame qui a caractérisé leur enfance s’est déroulé en 1990, quand il a quitté sa mère pour Marla Maples, quittant le penthouse au milieu d’une frénésie alimentaire pour les tabloïds. Eric, alors âgé de 6 ans, était trop jeune pour bien comprendre ce qui se passait, mais ses frères et sœurs ont compris et ils ont réagi de différentes manières. Don, qui avait 12 ans, s'est insulté contre son père: «Comment pouvez-vous dire que vous nous aimez?» Aurait-il craché au cours d'une dispute et refusé de lui parler pendant un an. Ivanka, huit ans, craignait ce qu'elle pourrait perdre lors du divorce. "Est-ce que ça veut dire que je ne serai plus Ivanka Trump?" Demanda-t-elle avec larmes.

Donald Trump avec ses trois enfants aînés et son épouse d'alors, Ivana, en 1988
Donald Trump avec ses trois enfants aînés et son épouse d'alors, Ivana, en 1988 (Norman Parkinson / Iconic Images)

Dans les années qui suivirent, Don sembla se définir par opposition à son père. Trump aimait le golf, donc Don est resté à l'écart des liens. Trump était un teetotaler, alors Don a beaucoup bu. Dans sa fraternité universitaire, il a développé une réputation de black-out. «Il se buvait dans un endroit vraiment sombre», a déclaré un ancien frère de la fraternité, qui s'est rappelé que Don s'était effondré en larmes lors d'une soirée alors qu'il parlait de son père. «Il détestait ce que son père avait fait à sa mère. Pendant un moment, il ne voulait même pas que les gens connaissent son nom de famille. "(Un porte-parole de Don a déclaré:" C’est une fiction. ")

Ivanka, quant à elle, travaillait pour rester proche de son père. Elle se rendait tous les jours à son bureau après le divorce et, lorsqu'elle était au pensionnat, elle téléphonait souvent à la maison pour lui demander conseil et poser des questions sur l'entreprise familiale. Plus tard, Ivanka se souviendrait avec fierté de la façon dont son père avait interrompu d'importantes réunions pour lui parler: «Il prenait toujours mon appel.

En juin 16, 2015, Ivanka traversa une estrade dans l'atrium de la tour Trump et rayonna vers la foule. «Bienvenue à tous», dit-elle, une lueur d'amusement dans la voix. «Aujourd'hui, j'ai l'honneur de présenter un homme qui n'a pas besoin d'être présenté.»

Que Donald Trump ait choisi Ivanka pour figurer si bien en évidence lors du coup d'envoi de sa campagne semblait naturel. Il la préparait depuis des années pour reprendre l’empire familial. Elle était l'enfant d'or – belle, télégénique et en possession de ce trait de famille le plus important: une conscience d'image compulsive.

Selon un assistant qui a aidé à lancer la candidature à la présidence de Trump, Ivanka était le seul enfant pour lequel il avait exprimé sa préoccupation pendant qu’il décidait de se présenter ou non. "Je sais qu'ils vont me poursuivre pour les femmes", a déclaré Trump à l'aide. "Le problème, c'est qu'ils vont aussi s'en prendre à Ivanka, pour les ex-petits amis." L'histoire romantique de sa fille comprenait une succession d'ex-problèmes – de Lance Armstrong à James "Bingo" Gubelmann, un producteur de film D-list qui serait plus tard arrêté sur des accusations de cocaïne avec le bassiste de Maroon 5.

Ivanka avait une marque à protéger, quelque chose que Trump avait compris. Elle avait pris soin de son image depuis l’adolescence, transformant avec précaution le personnage d’Ivanka, passant de la fêtarde mondaine au gourou du style de vie maigre. Elle avait sa propre ligne de mode et une boutique phare à SoHo. Aux côtés de Jared – un autre héritier de l'immobilier -, elle s'était inscrite dans la société de l'Upper East Side, gagnant des invitations à des fonctions caritatives exclusives et une camée sur Une fille bavarde.

Les membres du personnel de la campagne ont grommelé que les préférences d’Ivanka en matière de politique soient plus proches des weekenders d’Aspen que les électeurs de Rust Belt.

Ivanka n’avait peut-être pas pensé que son père pourrait remporter la présidence, mais elle a choisi de traiter la campagne comme un vecteur de valorisation de la marque. Elle a posé pour des magazines sur papier glacé et a passé des entretiens flous sur Bonjour Amérique. Après avoir pris la parole à la Convention nationale républicaine, elle a envoyé à ses abonnés Twitter un lien vers le une robe fourreau rose qu’elle avait portée sur scène et les avait encouragées à «magasiner le look d’Ivanka». La robe a été vendue dans les 24 heures, signe du succès de la stratégie au sens large: au premier semestre 2016, Entreprise rapide rapporté, les ventes nettes à sa ligne de vêtements ont augmenté de près de 12 millions de dollars.

Naviguer dans la campagne de cette manière demandait de la finesse. Ivanka a gardé ses distances par rapport aux rudes manifestations dans des endroits tels que Reno (Nevada) et Toledo (Ohio). Alors que Trump a ému le pays avec des propositions d'interdiction musulmane et de panique mexicaine-violeur, elle s'est perchée à un niveau supérieur, où elle voulait juste parler des problèmes qui se posent à lui. vraiment important pour elle, comme les services de garde abordables et l’écart de rémunération entre les sexes. Les membres du personnel de la campagne ont grommelé que les préférences d’Ivanka en matière de politique soient plus proches des weekenders d’Aspen que les électeurs de Rust Belt. "Les gens ont commencé à réaliser que ce n’était pas la vision de Trump", me dit un ancien assistant. "Il s'agissait de la capacité d'Ivanka à se sentir à l'aise dans son cercle de New York."

Mais peu étaient prêts à la défier. Selon des rumeurs, un membre du personnel de l’État aurait été limogé après avoir déplu à Ivanka. Vrai ou pas – un porte-parole d’Ivanka a refusé de commenter – l’histoire a renforcé l’impression que l’enfant préféré du candidat était intouchable. «Tout se sentait très Tudor», a déclaré l'ancien assistant. «À part les murmures dans la salle de bain, personne n'oserait dire quelque chose de mauvais à propos d'Ivanka. C’est le genre de chose qui vous rendrait goudronné et à plumes.

Tandis qu'Ivanka a sous les projecteurs, Don a été renvoyé en marge de la campagne. Les deux avaient longtemps été une étude de contrastes. Où elle a chuchoté, il a crié; où elle faisait attention, il était téméraire. Contrairement à Ivanka – qui ne pouvait pas attendre de suivre son père dans l’immobilier -, Don avait emprunté un chemin plus serein pour rejoindre l’entreprise familiale après ses études collégiales, ses affaires et sa folie autour du Colorado pendant un an et demi, tandis que son père était en train de crier.

Avec ses cheveux coiffés dans le dos et ses costumes à rayures, Don avait transporté une certaine énergie débile à l'âge adulte qui le mettait périodiquement dans le pétrin. (En 2002, Page six a déclaré qu’il avait reçu une chope de bière à la tête dans un club de comédie de New York après que certains clients eurent pensé qu’il «réagissait avec trop d’enthousiasme [Chris Rock’s] humour ethnique. ») Il travaillait la semaine au sein de la Trump Organization, où il développait la conviction d’un millionnaire en matière de taxes peu élevées, et les week-ends dans la nature avec ses compagnons de chasse, où il se familiarisait avec les droits des armes. En conséquence, Don est venu au conservatisme des années avant le reste de sa famille.

Pourtant, lorsque Don a offert son aide pour la campagne de son père, beaucoup de tâches qu’il a reçues avaient un soupçon de condescendance. Trump avait toujours été gêné par la chasse de son fils, en particulier après la publication, en 2012, de photos de Don posant avec la queue d'un éléphant qu'il avait tué au Zimbabwe. Mais maintenant que le candidat courtissait les républicains des zones rurales, il était heureux de laisser Don revêtir ce gilet orange bête et prendre des photos pour les caméras. «Vous pouvez enfin faire quelque chose pour moi», a déclaré Trump à Don, selon un ancien assistant.

Don avait compris depuis longtemps qu'Ivanka était la préférée de son père. «La petite fille de papa!» Plaisait-il. Mais faire la paix avec le statut de son mari dans la famille était plus difficile. Depuis qu'Ivanka avait épousé Jared, Don avait été obligé de regarder cet interlocuteur effacé et à la voix douce se rapprocher de son père. "Les frères pensaient que Jared était un homme de confiance", a déclaré un ancien conseiller de Trump. "Don, en particulier, l'a regardé comme très suspect."

Mais le vrai pouvoir d’Ivanka et de Jared était enraciné dans les aspirations de Trump pour la famille. Le couple était un avatar de la respectabilité d’élite qu’il avait vouée à sa vie. Ils appartenaient à un monde qui l’excluait depuis longtemps, dînant dans des penthouses où il aurait été tourné en ridicule comme un nouveau riche. Cultivés et urbains, ils incarnaient l'idéal patricien de grande classe qu'il voulait si désespérément évoquer le nom de Trump.

Don – le foutre, le blowhard, le chasseur—N’avait aucune chance.

Trump avec Ivanka en 1991
Trump avec Ivanka en 1991 (Collection de photos de la vie / Getty)

Tensions entre Don et Jared aiguisé au printemps 2016, lorsqu'il est devenu évident que Trump allait renvoyer son directeur de campagne. Corey Lewandowski étant sur la touche, Don et Jared ont tous deux commencé à se disputer des rôles plus importants dans la campagne, selon deux membres républicains ayant travaillé pour Trump.

Les proches du candidat savaient qu'il ne confierait jamais sa campagne à son fils. Les chances de Don de prendre les rênes étaient "inférieures à zéro", m'a confié un ancien conseiller. Mais Don semblait être le dernier à le réaliser. Il s’efforça de prouver qu’il était à la hauteur de la tâche, échangeant des textes et des courriels avec tous ceux qui affirmaient pouvoir aider la candidature de son père. C'est au cours de cette période que Don a organisé une réunion avec un avocat russe qui a prétendu avoir des problèmes avec Hillary Clinton. "La réunion Trump Tower a été la décision de Don de reprendre la campagne", m'a confié un ancien assistant. "Il essayait de montrer à son père qu'il était compétent." (Le porte-parole de Don a déclaré: "Plus de fiction.")

L'ampleur des dégâts causés par Don ne serait pas claire avant un an. Mais même dans le moment, la réunion était un buste. Les Russes ont discuté de la politique d'adoption, Jared a envoyé un courrier électronique à son assistant pour lui demander une excuse pour partir, et aucune information utile n'a été produite. Don avait fait perdre tout le temps à tout le monde.

Jared et Ivanka ont adopté une approche plus avisée en matière de consolidation du pouvoir en cultivant comme allié le nouveau président de la campagne, Paul Manafort. À la chute, Jared voyageait pratiquement à temps plein avec Trump dans son avion privé, tandis que Don était envoyé dans des États lointains pour qui personne n'avait le temps. «Je viens de me lever le matin et d'aller dans la ville où ils me disent», s'est plaint Don au cours d'un voyage, selon un compagnon de voyage. «Jared est le plus malin. Il a tout compris. "

Mais Don a découvert qu'il avait le chic pour faire campagne. Entrant dans les foires du comté et chassant les bottes et les jeans, il a ébloui les foules avec sa connaissance des blinds de canard et de la pêche à la mouche, ressemblant davantage à un électeur de Trump qu’à un Trump. Il a prospéré dans le royaume criard de #MAGA Twitter, imbibé de testostérone, où ses provocations devenaient virales de façon routinière. L’habitude de Don d’amplifier les mèmes des marais de fièvre de la droite suscitait la controverse. (Un fameux tweet comparait les réfugiés syriens à des Skittles empoisonnées; un autre mettait en vedette la mascotte de droite, Pepe la grenouille.) Mais cela le transformait également en une sorte de héros folklorique Breitbartian. «C’est l’un des frères», m’a dit Mike Cernovich, personnalité populaire des médias sociaux d’extrême droite. «Il a une personnalité masculine classique et vous ne vous sentez pas snobé. Il aime vraiment la culture meme – ce n’est pas faux pour lui. "

Don a peut-être perdu le match contre Jared et Ivanka, mais il était en train de créer sa propre base. Lorsque les fans ont commencé à lui demander de briguer le poste de maire de la ville de New York (et Don a réagi avec un peu trop d'enthousiasme), son père l'a rapidement fermée. "Don ne sera pas candidat à la mairie", a-t-il déclaré dans une interview avec Sean Hannity. Mais Trump ne pourrait pas mettre fin si facilement à la carrière politique de son fils. À la fin des élections, la célébrité naissante de Don #MAGA était indéniable – et il n’avait pas l’intention de s’éloigner. «Revenir à des affaires, c'est ennuyeux», aurait-il déclaré à un rassemblement de passionnés d'armes à feu. "Le virus de la politique m'a mordu."

III.

Avec l'élection terminée et la présidence en main, les Trumps se sont mis à travailler comme ils le faisaient avec tout nouvel atout: trouver le moyen de le vendre. Leurs premières prises de trésorerie étaient maladroites et relativement petites. Quand la première famille qui allait bientôt être a été décrite par 60 minutesLa ligne de bijoux Ivanka a lancé une "alerte de style" faisant la promotion du bracelet de 10 800 $ qu’elle portait en ondes. Lorsque Trump a rencontré le Premier ministre japonais, Ivanka – qui cherchait à obtenir un contrat de licence avec un conglomérat japonais du vêtement – a assisté à la réunion. Comme ProPublica révélerait plus tard, elle a également contribué à faire en sorte qu’une partie du budget d’inauguration de son père soit dépensée à l’hôtel Trump International à Washington.

Eric et Don, chargés de gérer l'organisation Trump en l'absence de leur père, ont cherché leurs propres angles. Ils ont doublé le montant de leur cotisation à Mar-a-Lago, que l'on qualifiait déjà de «maison blanche d'hiver», et ont poussé plus loin le développement de leur chaîne d'hôtels, American Idea. Travaillant avec deux hommes d’affaires du Mississippi qu’ils avaient rencontrés lors de la campagne électorale, les Trumps ont planifié une série d’hôtels économiques dans l’État rouge, bourrés de tchotchkes étoilés et d’américaines décoratives, telles que des machines Coca-Cola anciennes dans les lobbys.

Eric en particulier a relevé le défi de gérer l'entreprise familiale. C’est toujours lui qui s’intéressait le plus à la construction et à l’architecture, et beaucoup dans l’entreprise pensaient qu’il se chargerait des opérations quotidiennes lorsque son père prendrait sa retraite. Maintenant qu'il a eu l'occasion de faire ses preuves, Eric a prévu d'exploiter chaque opportunité. "Les étoiles se sont alignées", a-t-il proclamé. "Notre marque est la plus en vogue de tous les temps."

Jared, quant à lui, était occupé à s'occuper de sa propre marque. Lorsque le 20 décembre 2016, le numéro de Forbes Dans les kiosques à journaux, la couverture mettait en vedette le gendre préféré de Trump – les bras croisés, le revers des revers, les cheveux parfaitement coiffés – un sourire triomphant au-dessus d’un titre qui semblait destiné à tourmenter Don et Eric: «ce mec a élu Trump. ”À l’intérieur, les lecteurs ont découvert une version encore inconnue de Jared: le stratège visionnaire qui avait dirigé la campagne Trump comme une« startup furtive de la Silicon Valley ».

Les gens effrontés et accapareurs de crédits ont travaillé sur la campagne. «Il n'a jamais sacrifié ni risqué une chose», s'est plaint un ancien membre du personnel. «Puis, après la victoire, il est venu chercher le butin et se oindre lui-même comme un grand caca. C'était dégoûtant. »Don et Eric étaient également vexés, selon des proches de la famille.

Jared avait perdu peu de temps à exercer son influence. Quelques jours à peine après les élections, il avait persuadé Trump de renvoyer Chris Christie à la tête de l’équipe de transition. Christie avait été le procureur fédéral responsable de la mise en prison du père de Jared dix ans plus tôt, et le licenciement avait été largement interprété comme un acte de vengeance. Mais le remaniement a également procuré à Jared un avantage stratégique lui permettant d'exercer un contrôle sur les recrutements pour la nouvelle administration.

Don n'était pas content de cet arrangement. Plus d'une fois, selon des collaborateurs familiers avec le processus, il recommanderait quelqu'un à un travail uniquement pour que Jared intervienne et insiste pour que les décisions concernant le personnel lui soient prises en charge. Pire encore, Jared semblait déterminé à occuper la Trump White House comme s'il s'agissait d'un avion charter à destination de Davos. Il a recruté Gary Cohn, un dirigeant de Goldman Sachs et un démocrate enregistré, en tant que conseiller économique en chef du président. Il a fait pression pour que Steven Mnuchin, un producteur de fonds de couverture et producteur hollywoodien, soit nommé secrétaire au Trésor. Don a réussi à faire entrer une poignée de loyalistes dans l’administration de son père, mais Jared et Ivanka en ont eu beaucoup plus.

Des personnes proches de Trump ont spéculé sur ce que Jared espérait tirer de tout cela. Certains pensaient qu'il saisissait simplement l'occasion de remplir son Rolodex de leaders mondiaux et de titans de Wall Street. D’autres allègueront plus tard que la société familiale d’investissement qatarie a conclu un accord avec sa famille et prouve que la participation de Jared à la politique étrangère avait un but lucratif. (Un porte-parole de Jared a nié cela.)

Quelle que soit la raison, la plongée effrénée du couple en politique s’est révélée difficile à concilier avec la marque Ivanka. Alors que l'inauguration approchait, elle se retrouva en état de siège dans l'Upper East Side. Une horde d’artistes new-yorkais – y compris certains dont elle a personnellement recueilli le travail – s’est rassemblée devant un immeuble du centre-ville où elle a gardé un appartement pour protester contre son rôle dans le programme «fasciste» de Trump. Des activistes ont lancé une campagne virale sur Instagram, juxtaposant ses photos glamour à des appels d’électeurs effrayés: «Chère Ivanka, j’ai été violée et j’ai besoin de me faire avorter»; "Chère Ivanka, j'ai peur des bombes à croix gammées peintes sur mon parc."

Cela a semblé profondément injuste à Ivanka. Elle– l'auteur d'un livre à paraître sur les femmes au travail et participant fréquent aux déjeuners d'autonomisation des femmes – était-il misogyne? Elle– converti au judaïsme orthodoxe et partisan de nombreuses œuvres de bienfaisance juives respectées – était-il antisémite? Qu'est-ce que ces gens attendaient d'elle, désavouer son père?

Cependant, les attaques ont dérangé Ivanka, mais elles ont également permis de clarifier quelque chose: la Maison-Blanche n’allait pas renforcer son style de vie. En réalité, les années à venir le politiseraient au-delà de toute réparation. Pour profiter de ce moment, elle aurait besoin de voir plus grand. Heureusement pour Ivanka, des célébrités de la liste et des leaders d'opinion se présentaient maintenant à elle. Leonardo DiCaprio, Sheryl Sandberg et Anne-Marie Slaughter voulaient tous une place dans son calendrier. Elle n’avait pas besoin de vendre des sacs à main ou des condos de luxe pour attirer l’attention de l’élite américaine. Sa proximité du bureau ovale était suffisante.

La semaine précédant l'entrée de Trump à la Maison Blanche, Ivanka a annoncé qu'elle s'absenterait de l'organisation Trump et de sa ligne de vêtements. Le siège de l’empire familial n’était plus à Manhattan. C’était à Washington – et c’est là qu’elle et Jared seraient.

IV

La présidence américaine a toujours été façonnée, pour le meilleur ou pour le pire, par des membres de la famille non élus. Hillary Clinton était l’architecte du plan de santé de son mari. Bobby Kennedy a été procureur général de son frère. Eleanor Roosevelt traveled the country on behalf of her wheelchair-bound husband to survey New Deal programs, and Edith Wilson is said to have effectively run the White House after Woodrow suffered a stroke.

Still, modern presidents do not, as a rule, hire their children to work in the West Wing. So when, in March 2017, Trump made Ivanka an assistant to the president, and Jared a senior adviser, the appointments attracted more than a few critics. Some compared Trump to a third-world autocrat stacking his regime with relatives. But Ivanka was certain the naysayers would thank her in the end.

Her confidence was not unreasonable. People close to the Trump family had long marveled at how Ivanka handled her father. The playful Aw, Dad eye rolls, the giggles at his jokes, the strategically deployed fawning followed by subtly asked-for favors—these little performances, honed over a lifetime, had taken on an almost mythical quality among Trump’s friends and employees, who say no one’s better at getting what they want from him.

Trump reportedly began telling allies, “Jared hasn’t been so good for me,” and lamenting that Ivanka could have married Tom Brady.

The presidential agenda Ivanka envisioned was one her former Manhattan neighbors would approve of. With her help, Trump would enact a paid-family-leave program and reform the criminal-justice system. He would update the nation’s infrastructure, and preserve LGBTQ rights. Republican, Democrat, these were just labels. Once fair-minded people saw what her father had accomplished—what the Trumps had accomplished—the family’s legacy would be secure.

The first test of Ivanka’s persuasive powers came when White House officials began drafting an executive order focused on expanding protections for religious conservatives. Ivanka, who knew the order would be seen as anti-LGBTQ, enlisted Tim Cook—the gay Apple CEO, whose respect her father craved—to lobby Trump against signing it, according to a former White House aide. She also privately reminded her father that Vice President Mike Pence had faced nasty political blowback when he’d stumbled into a religious-freedom culture war as governor of Indiana.

Ivanka’s crusade culminated one night in the president’s private study, where Trump was discussing the issue with a small group of advisers. A former aide who was present at the meeting recalled Pence launching into an impassioned defense of the executive order, only to have Trump cut him off. “Mike, isn’t this the shit that got you in trouble in Indiana?” he snapped. Pence quickly retreated as blood rushed to his face. It was clear to all in the room that Ivanka—standing quietly in the corner—had won. When Trump did eventually sign the order, it had been dramatically watered down.

But as time went on, Trump began to tire of Ivanka and Jared’s incessant lobbying. Every time he turned around, they were nagging him about something new—refugees one day, education the next. It never stopped. Their efforts to change his mind about the Paris climate accord exasperated the president, who took to mocking their arguments when they weren’t around. “They’re New York liberals,” he would say, according to a former White House aide. “Of course that’s what they think.”

When the president withdrew from the Paris Agreement in June 2017, the illusion of Ivanka the Trump whisperer collapsed. “Look, It’s Time to Collectively and Officially Give Up on Ivanka Trump,” Vogue declared. “Ivanka Trump is never going to come through,” a New York Times op-ed announced. Vanity Juste published a savage story about her and Jared’s early adventures in elite Washington, where they were widely regarded as dilettantes. “What is off-putting about them,” one politico told the magazine, “is they do not grasp their essential irrelevance. They think they are special.”

Ivanka seemed consumed by her coverage. Omarosa Manigault Newman, who worked in the White House for the first year of the administration, recalled Ivanka derailing a senior staff meeting to complain about a Saturday Night Live sketch that portrayed her as the face of a perfume named “Complicit.” “Ivanka was thin-skinned,” Newman wrote in her memoir, “and could not seem to take a joke.”

Ivanka’s favorite-child status had long been tied to the good press she generated for her dad. “For Trump, everything comes back to optics,” Cliff Sims, a former White House aide, told me. “She is the archetype of what he wants—the most beautiful face, the most buttoned-up message, everything just exactly the way it should be.” But as Ivanka became a less attractive surrogate, Trump’s patience with her and her husband waned. A news story about Jared using a private email server to conduct government business prompted a presidential meltdown in the Oval Office. “How could he be so stupid?” Trump fumed, according to a White House official who was present. “That’s what Hillary did!”

Trump reportedly began telling allies, “Jared hasn’t been so good for me,” and lamenting—in jest, perhaps, though no one could say for sure—that Ivanka could have married Tom Brady instead. More than once, the president wished aloud that the couple would move back to New York.

Ivanka reacted to her sudden loss of influence by affecting an airy, just-a-daughter pose. “I try to stay out of politics,” she said in an interview with Fox News—a puzzling claim for a White House official. To those who knew her, it was clear she was disoriented. For the first time since she was a girl, her privileged place in the family seemed uncertain.

“He wasn’t angry at Don,” a former White House official recalled. “It was more like he was resigned to his son’s idiocy.”

So when, in July of 2017, Don’s ill-conceived Trump Tower meeting with the Russians became public—putting Jared in jeopardy—the couple did what they had to do. Jared released an 11-page statement effectively blaming the radioactive meeting on his brother-in-law while absolving himself. In a gratuitous bit of knife-twisting, he recounted emailing an assistant, “Can u pls call me on my cell? Need excuse to get out of meeting.”

The statement infuriated Don, according to family friends—not just for the way it threw him under the bus, but for the way it belittled him. But Jared’s maneuver worked on the audience that mattered most.

Watching cable-news coverage of the fiasco from the West Wing, Trump shook his head wearily. “He wasn’t angry at Don,” a former White House official recalled. “It was more like he was resigned to his son’s idiocy.”

“He’s not the sharpest knife in the drawer,” Trump said with a sigh.

V.

Saturday Night Live a a running bit in which Trump’s two eldest sons appear in tandem, with Don portrayed as the smart, responsible big brother and Eric as a kind of bumbling man-child. In an episode last year, Don answered questions about the Russia investigation while Eric ate Play-Doh. Real-life Don seems to delight in these sketches, and has even publicly volunteered to come on the show to play himself. But within the Trump family, associates say, the brothers’ roles are exactly reversed.

Sequestered in Trump Tower, Don spent the first year of his father’s presidency as a kind of armchair pundit, watching the news on TV and firing off tweets. He showed little interest in running the Trump Organization with Eric and longed instead for the political arena. But he rarely called his dad at the White House—“I feel ridiculous bothering him,” he told a reporter—and his dad called him even less. In fact, no one in the first family took Don’s political ideas seriously, least of all Jared and Ivanka. “You never heard them say, ‘We’ve got to get Don Jr.’s opinion on this,’ ” a former White House official told me.

In private, Don complained that the West Wing had been overrun by Democrats, and griped that even the true believers were too passive. Having immersed himself in the online meme wars, Don seemed to believe the White House’s woes could be solved with the kind of aggressive lib-owning that came so naturally to him. Instead, his father had put his faith in a timid preppy. When photos were released of Jared in Iraq in the spring of 2017, sporting a flak jacket over his oxford shirt and blazer, Don spent the afternoon trading gleeful text messages with friends about the Martha’s Vineyard–meets–Mosul getup.

But beneath all Don’s carping was a more personal grievance: While Jared and Ivanka moved freely through the West Wing, he was stuck on the outside, his face pressed up against the glass.

Everybody who works for Trump learns sooner or later that imitating him will only draw his contempt. The tragedy of Don Jr. is that he seems never to have learned this lesson. As his mother has recalled, Trump resisted when she wanted to name their first son after him: “You can’t do that!” he protested. “What if he’s a loser?” That Don went on to confirm his father’s fear largely by trying to mimic him—in temperament, style, speech, and career—points to the unique difficulties of being the president’s namesake.

In March 2018, Page Six reported that Don’s wife, Vanessa, was filing for divorce after 12 years of marriage. The echoes from his childhood were hard to ignore. The couple had five kids—including a daughter who was about the same age he’d been when his parents split up—and the tabloids were circling.

Hoping to spare their children from the media circus Don had experienced, he and Vanessa committed to keep their no-contest proceedings quiet. He told his publicist he didn’t care what reporters wrote about him, but requested that they respect his kids’ privacy and keep in mind that some of them were old enough to read.

Trump had been ambivalent about Don’s wife. (Some traced his doubts back to her teenage romance with a member of the Latin Kings gang; others pointed to an oft-retold story about Vanessa meeting Don’s dad at a fashion show and later joking that he was “retarded.”) But the president was even less enthusiastic when his son started dating Kimberly Guilfoyle.

The Fox News host had lobbied to become White House press secretary early in the administration, but Trump had shown little interest, according to two former aides. “Even he can tell the difference between the attractive women on Fox who have a little bit of substance, and those who will be derided as airheads,” one aide said. Now she was gallivanting across the gossip pages with his son, and posing for photos on the South Lawn.

The family was friendly to Guilfoyle in person, but there were signs of disapproval. One source told me that after her attendance at a White House Fourth of July party sparked a round of fawning press coverage—upstaging Jared and Ivanka—Don was contacted by an official informing him that he would need to clear his guests the next time he visited. And as Thanksgiving approached, the president made it known that Guilfoyle wasn’t welcome to join the family at Mar-a-Lago, two Trump associates told me. (Spokespeople for the White House and Don denied this.)

Some suspected that the president was simply fed up with the distraction the relationship posed. But according to one longtime Trump adviser, there may have been another reason for his displeasure. Over the years, Trump had frequently made suggestive comments about Guilfoyle’s attractiveness, the adviser told me, and more than once inquired about whom she was dating.

But while Trump may have been less than thrilled about the relationship, among rank-and-file right-wingers “Donberly”—as the couple nicknamed themselves—was a hit. Appearing side by side at Republican rallies, they bantered about each other’s pet names—she was “Pooh Bear,” he was “Junior Mint”—and railed against Democrats. They went on hunting trips and posted selfies with rifles on social media. Fans on Twitter began referring to Guilfoyle as the “future first lady,” and she made little effort to tamp down the speculation.

When an interviewer on Breitbart News’s radio show made a comment about Don’s political potential, Guilfoyle didn’t hesitate: “I think he’s the No. 1 up-and-coming political figure, for sure, on the right.”

VI.

As the 2018 midterm élections approached, Don decided to get serious about politics. He hired the Republican strategist Andrew Surabian to help shape his press coverage, and began fielding requests to join candidates on the campaign trail.

Crisscrossing the country with Guilfoyle in the year that followed, Don emerged as a veritable right-wing phenom. At the University of Georgia, more than 2,000 young Republicans lined up to hear him speak. At the Conservative Political Action Conference in Maryland, he was swarmed by fans clamoring for selfies and autographs. Charlie Kirk, the founder of the student organization Turning Point USA, recalled a summit in West Palm Beach that featured conservative A-listers such as Tucker Carlson, Greg Gutfeld, and Jordan Peterson. Don drew a bigger crowd than any of them.

To the surprise of many in elite GOP circles, he also excelled at schmoozing wealthy donors, raising millions of dollars for conservatives in closed-door fundraisers. “He’s as good in a room of six people as he is in a room of 6,000,” says Tommy Hicks Jr., a co-chair of the Republican National Committee and a friend of Don’s.

To watch Don on the stump was to see a man morphing into his father—the vocal inflection, the puckered half-smirk, the staccato “Who knows?”

But the stump was where Don really shined. Taking the stage to wild applause from riled-up MAGA-heads, he riffed and ranted and cracked jokes about gender identity. To watch Don in these settings was to see a man morphing into his father—the vocal inflection, the puckered half-smirk, the staccato “Who knows?” punctuating key sentences. It was as though he had studied his dad’s delivery, practicing each tic in the mirror.

By November 2018, Don had appeared at more than 70 campaign events across 17 states—and powerful Republicans were abuzz. “I could very easily see him entering politics,” Senator Kevin Cramer told me. “I think his future is bright,” said House Minority Leader Kevin McCarthy. Newsmax’s CEO, Chris Ruddy, told me he’d personally encouraged Don to run for office; Sean Hannity called him “a born natural leader.” Senator Rand Paul went so far as to say that Don was one of the best Republican campaigners in the country. “If you can’t get the president,” Paul told me, “he’s a close second.”

Notably, many of these Republicans seemed less enthusiastic about his sister. Cramer, for example, spent 15 minutes in a phone interview gushing to me about Don’s “accessibility” and “irreverence” and gift for “connecting” with voters. But when I asked him about Ivanka, he paused. “She’s a little bit harder to get,” he replied, politely. “Her faith prevents her from traveling on the Sabbath.” Charlie Kirk was similarly careful when we spoke. While all of Trump’s adult children were helpful to the cause, he told me, “I can honestly say that outside of his father, Don is the No. 1 most requested speaker, and he brings the most energy to the conservative base.”

None of this newfound excitement about Don seemed to rub off on the president, however. People close to Trump told me he remained enchanted by the idea of Ivanka as the inheritor of his political legacy. During trips to Mar-a-Lago, he was often heard rhapsodizing about her potential to be the first female president. Don’s political prospects, if they came up at all, were treated as an afterthought. If there was any doubt about which child Trump favored, his Twitter feed told the story: In the first two years of his presidency, he tweeted about Ivanka 16 times, while Don received just four mentions—all of them about the Trump Tower scandal.

Trump floated Ivanka for various prestigious jobs, including United Nations ambassador and head of the World Bank. When Washington snickered, she settled for a more amorphous role that let her travel the world to speak on pet issues. She appeared onstage with Angela Merkel in Berlin, and addressed a conference on women’s empowerment in Tokyo. On a trip to Africa, she wore flowy dresses as she laughed and danced (and posed for photos) with Ethiopian women. She even began to claw her way out of Upper East Side exile, thanks to her high-profile advocacy for the Republican tax bill—which slashed rates for the rich, and the corporations they owned. “As people got richer, [Ivanka and Jared] started getting welcomed back in by their old friends,” says Emily Jane Fox, a Vanity Fair reporter who wrote a book about the Trumps.

But as Don’s visibility grew, the cold war between him and Ivanka intensified. Now that each had their own teams of allies and advisers, they had grown paranoid that the other’s henchmen were planting damaging stories about them in the press. A few days before the midterms, McClatchy published a story under the headline “Trump Kids on the Campaign Trail: Don Jr. Wows, Ivanka Disappoints.” Ivanka’s camp was enraged, and suspected that Don was behind the story. Later, Don confronted Ivanka over rumors that her team was undermining him in off-the-record conversations with reporters. “Tell your people to stop trashing me to the media,” he said, according to someone familiar with the conversation. (Spokespeople for Don and Ivanka disputed this account and denied that there is a rift between them.)

Trump and Don Jr. with Fred Trump (standing) in the Plaza Hotel in 1988
Trump and Don Jr. with Fred Trump (permanent) in the Plaza Hotel in 1988 (Time Life Pictures / DMI / Life Picture Collection / Getty)

While his siblings manœuvré pour politique position, Eric spent most of his days at Trump Tower. Don was still technically on the company’s payroll, but between hunting trips and campaign stops, his presence in the office was irregular at best.

Running the Trump Organization during the Trump presidency had turned out to be more difficult than Eric had imagined. After an initial burst of postelection activity, many of the family’s most ambitious plans collapsed. They were forced to scrap their American Idea hotel chain after ethics concerns were raised. International building projects were delayed amid outcry from watchdog groups. Valuable retail space in Trump Tower sat empty month after month, and socially conscious condo owners called for the Trump name to be scraped off their buildings.

Meanwhile, at Mar-a-Lago, patrons whispered that “the boys” were draining the club of its class with cost-cutting measures after numerous charities canceled functions there. When a rumor went forth that Eric had ordered lower-quality steaks to be served at the restaurant, members erupted in outrage: His father jamais would have allowed this.

Eric blamed the Trump Organization’s setbacks on partisan politics. “We live in a climate where everything will be used against us,” he told le Washington Post. But within the president’s orbit, there was a growing sense that his sons were driving the company into the ground.

Trump, who’d pledged to recuse himself from business decisions, relied on golf buddies to update him on the company during his weekend trips to Florida. Their reviews seemed to confirm his worst fears. Before launching his campaign, he’d fretted that his kids weren’t ready to take over the business. Now, with Don MIA and Eric flailing, he became preoccupied with what would be left of his company when he returned to it. According to a former White House aide, Trump talked about the issue so often that administration officials worried he would get himself in trouble trying to run the Trump Organization from the Oval Office.

But as the 2020 campaign season entered its early stages, even Eric turned his attention toward politics. His wife, Lara—a conservative activist from North Carolina—was an outspoken surrogate for Trump. Eric had been holding back, worried that his father would disapprove; after all, someone needed to mind the shop. But the president encouraged Eric to join his siblings in the fray. There would be plenty of ways to cash in later. This was the family business now.

VII.

Watching Trump’s children appear on Fox News, one gets the sense that they’re still auditioning for their father’s affection. Ivanka speaks in dulcet tones about how proud, si fier, she is of her dad. Don bashes the “fake-news media” with performative force. Eric, the least camera-ready of the three, clings to talking points, lavishing praise on Trump whenever he gets stuck. (In an interview earlier this year, Eric repeated variations of “He’s the greatest guy in the world” in such reverential tones that even Sean Hannity seemed uncomfortable with the obsequiousness.)

Trump watches these segments from the West Wing and offers a running commentary to whoever is around, according to a former aide. His attitude toward each of his adult children on any given day is shaped by how they are playing on cable news. Ivanka tends to draw rave reviews, while Don’s are more mixed, with the president muttering things like “Why did he say cette?” and “He doesn’t know what he’s doing.” Recently, though, his perspective on his two oldest children seems to have shifted.

In June, Ivanka accompanied her father to Osaka, Japan, for the G20 summit. After the meetings, the French government posted a video clip that showed the president’s daughter standing amid a gaggle of side-eyeing world leaders as she tried awkwardly to force her way into the conversation. The clip went viral, spawning a hashtag—#UnwantedIvanka—and a wave of parody Photoshops inserting her into great moments in history: mugging for the camera at the March on Washington, grinning next to Winston Churchill at Yalta. News outlets around the world covered the snub. Pundits called it a damning indictment of Trump’s nepotism, while foreign-policy experts argued that Ivanka’s lack of credibility could harm U.S. diplomacy. A quote from an anonymous Indian diplomat recirculated in the media: “We regard Ivanka Trump the way we do half-wit Saudi princes.”

The episode laid bare the depth of Ivanka’s miscalculation. She had thought when her father took office that the surest path to power and status was to plant herself in the West Wing and mingle with the global elite. But after two and a half years of trying to burnish her credentials as a geopolitical player, Ivanka had become an international punch line. There was, it turned out, no market for a genteel brand of Trumpism.

Don, meanwhile, threw himself into his father’s reelection campaign, while quietly plotting his own future. According to Republicans familiar with the discussions, he considered running for office somewhere in the Mountain West, where his love of guns and hunting could help woo voters. A privately commissioned poll in Montana—passed around enthusiastically among Don’s inner circle—showed that 75 percent of the state’s Republicans viewed him favorably. In April, it was announced that Guilfoyle would join the Trump campaign as a senior adviser.

While Don mulled his options, some allies talked him up as a potential chairman of the Republican National Committee. Others suggested he launch a right-wing political outfit that would allow him to hold rallies and bestow endorsements. The word kingmaker started getting tossed around.

Even the president began to appreciate his son’s political value. During a family gathering at the White House, Trump was overheard questioning Don about whether he’d been using the company plane while shirking his day job. A Republican senator in the room intervened to say that without Don’s work on the campaign trail, the party might not have kept its Senate majority. Trump seemed pleased: “I believe it.”

On a steamy June evening, Trump officially launched his bid for reelection with a raucous rally in Orlando. This time, Ivanka and Jared sat in the audience, while Don—the president’s most skilled warm-up act—strutted across the stage to fervid applause. Bellowing into the microphone until his voice went ragged, he crowed about “crushing the bastards of ISIS” and made fun of Joe Biden for “groping” women. As he neared the end of his speech, Don lifted his arms in the air as if conducting an orchestra, and the arena erupted in chants of “Four more years!”

In that moment, there was little question what the future of the Trump family would look like. After a century and a half of striving, they had money, and fame, and unparalleled power. But respectability would remain as distant a mirage as it was when Friedrich was chasing it across the Yukon. While no one knew when Donald Trump would exit the White House, it was clear what he would leave behind when he did: an angry, paranoid scrap of the country eager to buy what he was hawking—and an heir who knew how to keep the con alive.


This article appears in the October 2019 print edition with the headline “Succession.”

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.