Blog

Choisissez le bon hyperviseur pour vos besoins informatiques – Bien monter son serveur

Le 13 juillet 2021 , mis à jour le 4 septembre 2021 - 5 minutes de lecture


Hyper-V de Microsoft et KVM de Linux sont des hyperviseurs de classe entreprise capables d'héberger des machines virtuelles et de s'adapter à la charge de travail la plus importante. Ces options sont toutes deux des hyperviseurs de type 1, mais il existe des différences significatives entre elles en termes d'outils de gestion, d'allocation de mémoire et d'exigences de stockage.

Il est donc important pour les administrateurs de virtualisation de comprendre comment ces hyperviseurs se comparent les uns aux autres. Lorsque les organisations choisissent entre les deux, les administrateurs doivent choisir l'hyperviseur qui convient le mieux à leur infrastructure existante.

La principale différence entre Hyper-V et KVM est que Hyper-V est de Microsoft et fonctionne sous Windows, tandis que KVM est un hyperviseur open source intégré à Linux.

Microsoft inclut Hyper-V avec Windows Server, Windows 10 Pro et Windows 10 Enterprise. Il propose également une version autonome et gratuite d'Hyper-V appelée Hyper-V Server.

KVM peut fonctionner sur n'importe quel noyau Linux récent avec une machine x86 et un processeur Intel avec technologie de virtualisation active, ou des processeurs AMD avec la fonction Secure Virtual Machine.

Le système d'exploitation sous-jacent ne limite pas la prise en charge des opérations d'invité KVM et Hyper-V. Bien que KVM fonctionne sous Linux, il peut exécuter Windows VM et Microsoft Hyper-V peut héberger des machines virtuelles Linux.

Outils de gestion disponibles

Tout comme KVM et Hyper-V s'exécutent sur des systèmes d'exploitation différents, ils nécessitent également des outils de contrôle différents.

Les administrateurs peuvent gérer Hyper-V avec la ligne de commande Windows PowerShell, mais la plupart utilisent un outil basé sur une interface graphique tel que Hyper-V Manager ou Windows Admin Center.

Microsoft propose également un outil d'entreprise Hyper-V appelé System Center Virtual Machine Manager (VMM). VMM est généralement l'outil de gestion préféré pour Hyper-V car il offre une évolutivité et une vision consolidée pour l'infrastructure VM, mais il nécessite une licence distincte.

Comme Hyper-V, les administrateurs peuvent gérer complètement KVM à partir de la ligne de commande. Ceux qui préfèrent les outils de gestion basés sur l'interface graphique ont plusieurs options, telles que Cloonix, Morpheus et Platform9 Managed OpenStack.

KVM et Hyper-V sont tous deux extrêmement flexibles avec une prise en charge matérielle. KVM peut utiliser n'importe quel espace de stockage prenant en charge Linux. Cela inclut le stockage directement connecté et le stockage connecté au réseau (NAS).

Hyper-V de Microsoft peut s'exécuter sur n'importe quel espace de stockage pris en charge par Windows. Cependant, si les fichiers VM doivent être stockés sur un stockage NAS ou sur un partage de fichiers réseau, cela nécessite Server Message Block Protocol 3.0.

Options de stockage de mémoire

KVM et Hyper-V ont une utilisation flexible de la mémoire. Les deux hyperviseurs peuvent utiliser la mémoire normale ou un accès mémoire non uniforme.

L'allocation dynamique de mémoire est un domaine dans lequel Hyper-V et KVM sont différents.

Hyper-V inclut une fonction de mémoire dynamique qui permet aux machines virtuelles de réclamer et de renoncer à la mémoire en fonction des besoins actuels – et la demande ne dépasse jamais une limite prédéfinie. Avec la mémoire dynamique, les administrateurs peuvent surprovisionner la mémoire, augmentant ainsi le nombre de machines virtuelles pouvant s'exécuter sur un hôte donné.

KVM prend également en charge le surprovisionnement de la mémoire, mais d'une manière légèrement différente. Chaque machine virtuelle KVM s'exécute en tant que processus sur l'hôte Linux. Cela signifie que les machines virtuelles n'ont pas de blocs de mémoire dédiés qui leur sont affectés. Au lieu de cela, Linux alloue de la mémoire lorsqu'une machine virtuelle le demande.

Si un hôte KVM a peu de mémoire physique, l'hôte déplace certaines pages de mémoire pour échanger de la mémoire afin de libérer de la RAM. De cette façon, l'hôte peut surcharger de la mémoire.

Fonctionnalités de transfert en direct de la Coupe du monde

Les hyperviseurs Hyper-V et KVM prennent en charge la migration en direct. La migration en direct permet aux administrateurs de déplacer une machine virtuelle active vers un autre serveur hôte sans mettre la machine virtuelle hors ligne.

La migration en direct est pratique dans de nombreuses situations. Par exemple, si un hôte de virtualisation doit être déconnecté pour la maintenance, les machines virtuelles sont déplacées vers un autre hôte afin que la maintenance n'interfère pas avec les charges de travail de production.

La migration en direct est également utile si la charge de travail de l'hôte pour la Coupe du monde est excessive. Les administrateurs peuvent migrer en direct certaines machines virtuelles vers un autre serveur hôte et alléger la charge de travail sur l'hôte surchargé.