Serveur d'impression

Nanobody fonctionne contre toutes les variantes de SRAS-CoV-2 préoccupantes dans le modèle animal – Bien choisir son serveur d impression

Le 14 mars 2021 - 3 minutes de lecture

[bzkshopping keyword= »Minecraft » count= »8″ template= »grid »]

Des chercheurs basés en Belgique ont développé un nouvel anticorps médicamenteux qui réussit très bien à neutraliser la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) chez les hamsters syriens. Le nouveau produit biologique a été administré aux rongeurs et s'est avéré également efficace pour neutraliser la souche originale du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), ainsi que les nouvelles variantes mutantes, telles que les souches sud-africaine et britannique.

Une version pré-imprimée du document de recherche est disponible pour lecture complète sur le bioRxiv* serveur.

Immunité aux anticorps

Les vaccins représentent de puissants outils de lutte contre les maladies, mais ils sont limités à certains égards. L'immunité peut être de courte durée ou moins efficace dans les groupes de personnes âgées. La disponibilité limitée des vaccins dans de nombreux pays, l'hésitation à la vaccination, sont d'autres facteurs dont l'impact est actuellement incertain.

L'immunothérapie passive par anticorps constitue une alternative. Les anticorps ont de longues demi-vies, sont facilement et rapidement réplicables et, en particulier, sont capables d'être largement neutralisants. Les anticorps dotés de cette capacité peuvent être plus efficaces dans un système immunitaire car ils peuvent être efficaces contre de multiples variants mutants d'un virus, plutôt que d'avoir une efficacité limitée à une souche.

Nico Callewaert, Xavier Saelens et leurs collègues ont développé un nouvel anticorps à chaîne lourde uniquement, nommé XVR011, qui est tout aussi puissant contre plusieurs variantes du SARS-CoV-2. Non seulement cela, mais il est très stable et possède une «excellente fabricabilité».

Auparavant, les chercheurs avaient pu répliquer un anticorps prototype, le VHH72, qui était efficace pour protéger les souris de l'infection par le SRAS-CoV-2. Dans cette étude, ils ont pu modifier et augmenter l'efficacité de l'anticorps à l'aide de modèles informatiques. Ces anticorps ont ensuite été testés sur des hamsters syriens et ont réussi à réduire l'ARN viral résiduel dans la cavité pulmonaire des animaux.

L'équipe a ensuite optimisé les molécules d'anticorps et testé ces anticorps contre des souches plus virulentes du virus chez les hamsters. Cette nouvelle protéine a été baptisée XVR011 et s'est avérée être tout aussi puissante contre les variants du virus britannique et sud-africain (B.1.1.7. Et B.1.351, respectivement). XVR011 n'est pas non plus réactif avec d'autres protéines humaines et est spécifique de l'ARN viral, ce qui en soutient l'utilisation potentielle à des fins médicinales.

Amélioration de l'affinité et de l'activité neutralisante du variant VHH72 prédit par calcul. Gauche: Superposition composite montrant les emplacements de VHH72 (dessin animé gris avec surface transparente, centre-gauche) et ACE-2 (dessin animé orange, en haut) par rapport au SRAS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, centre). Tyr369 de SARS-CoV-2 RBD est indiqué et représenté sous forme de bâtonnets violets. Les monosaccharides protéiques proximaux du N-glycane ACE-2 N322 (en conflit avec VHH72) sont représentés sous forme de bâtonnets orange; les monosaccharides proximaux de la protéine RBD N343 N-glycane sont représentés sous forme de bâtonnets cyan. Les variants RBD émergents aux résidus K417 (- /> N), N439 (-> K), L452 (-> R), S477 (-> N), E484 (-> K) et N501 (-> Y) sont indiqués et représenté sous forme de bâtons jaunes. Droite: Comparaison de VHH72 (dessin animé arc-en-ciel) en complexe avec SARS-CoV-1 RBD (dessin animé cyan, pdb-entrée 6WAQ chaînes C et D) avec un modèle d'homologie de VHH72 lié à SARS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, modèle obtenu du serveur I-TASSER), zoomé sur la zone près de VHH72 "height =" 368 "src =" https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/picture/2021/3/seure.jpg " srcset = "https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/ts/20210311124406/ri/1137/picture/2021/3/seure.jpg 1137w, https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/ ts / 20210311124406 / ri / 1050 / picture / 2021/3 / seure.jpg 1050w, https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/ts/20210311124406/ri/850/picture/2021/3/seure.jpg 850w, https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/ts/20210311124406/ri/650/picture/2021/3/seure.jpg 650w, https://d2jx2rerrg6sh3.cloudfront.net/image-handler/ts /20210311124406/ri/450/picture/2021/3/seure.jpg 450w "tailles =" (largeur min: 1200px) 673px, (largeur min: 1090px) 667px, (largeur min: 992px) calc (66.6vw - 60px), (min-width: 480px) calc (100vw - 40px), calc (100vw - 30px) "title =" Amélioration de l'affinité et de l'activité neutralisante de la variante VHH72 prédite par calcul. Gauche: Superposition composite montrant les emplacements de VHH72 (dessin animé gris avec surface transparente, centre-gauche) et ACE-2 (dessin animé orange, en haut) par rapport au SRAS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, centre). Tyr369 de SARS-CoV-2 RBD est indiqué et représenté sous forme de bâtonnets violets. Les monosaccharides protéiques proximaux du N-glycane ACE-2 N322 (en conflit avec VHH72) sont représentés sous forme de bâtonnets orange; les monosaccharides proximaux de la protéine RBD N343 N-glycane sont représentés sous forme de bâtonnets cyan. Les variants RBD émergents aux résidus K417 (-> N), N439 (-> K), L452 (-> R), S477 (-> N), E484 (-> K) et N501 (-> Y) sont indiqués et représenté sous forme de bâtons jaunes. Droite: Comparaison de VHH72 (dessin animé arc-en-ciel) en complexe avec SARS-CoV-1 RBD (dessin animé cyan, pdb-entrée 6WAQ chaînes C et D) avec un modèle d'homologie de VHH72 lié à SARS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, modèle obtenu du serveur I-TASSER), zoomé sur la zone près de VHH72 "width =" 1137 "/>

<p><span style=Amélioration de l'affinité et de l'activité neutralisante du variant VHH72 prédit par calcul. Gauche: Superposition composite montrant les emplacements de VHH72 (dessin animé gris avec la surface transparente, centre-gauche) et ACE-2 (dessin animé orange, en haut) par rapport au SRAS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, centre). Tyr369 de SARS-CoV-2 RBD est indiqué et représenté sous forme de bâtonnets violets. Les monosaccharides protéiques proximaux du N-glycane ACE-2 N322 (en conflit avec VHH72) sont représentés sous forme de bâtonnets orange; les monosaccharides proximaux de la protéine RBD N343 N-glycane sont représentés sous forme de bâtonnets cyan. Les variants RBD émergents aux résidus K417 (-> N), N439 (-> K), L452 (-> R), S477 (-> N), E484 (-> K) et N501 (-> Y) sont indiqués et représenté sous forme de bâtons jaunes. Droite: Comparaison de VHH72 (dessin animé arc-en-ciel) en complexe avec SARS-CoV-1 RBD (dessin animé cyan, pdb-entrée 6WAQ chaînes C et D) avec un modèle d'homologie de VHH72 lié à SARS-CoV-2 RBD (dessin animé cyan, modèle obtenu du serveur I-TASSER), zoomé sur la zone près du S56 du VHH72. Résidus VHH72 S52, W52a, S53, S56 et V100, résidus SARS-CoV-1 RBD Y352, Y356 (violet), N357, S358, T359 et A371, et résidus SARS-CoV-2 RBD Y365, Y369 (violet), N370 , S371, A372 et P384 sont représentés sous forme de bâtonnets. Chiffres générés avec Pymol (The PyMOL Molecular Graphics System, Open Source Version 2.3. Schrödinger, LLC). RBD Tyr369 suppose une conformation préférentielle différentielle entre SARS-CoV-1 et SARS-CoV-2, imposée par le P384 dans SARS-CoV-2. La prise en charge de cette altération était au centre de notre campagne de maturation d'affinité guidée par la structure de VHH72.

«Heureux de rendre compte de notre travail… développer un anticorps anti-VHH-Fc très puissant, à liaison croisée et résistant à la VoC», a tweeté Nico Callewaert. Callewaert est l'un des principaux auteurs de l'article et professeur à l'Université de Gand, en Belgique.

Ces anticorps améliorés peuvent être utilisés pour une immunité à plus long terme contre de nouveaux variants potentiels du SRAS-CoV-2 à l'avenir et pourraient devenir cruciaux pour protéger les populations jusqu'à ce qu'elles soient en mesure de recevoir une vaccination. De plus, comme cet anticorps semble fonctionner sur plusieurs variantes du SRAS-CoV-2, il pourrait contribuer à ralentir la propagation de souches mutantes qui auraient pu auparavant échapper à l'immunisation des vaccins actuels.

*Avis important

bioRxiv publie des rapports scientifiques préliminaires qui ne sont pas évalués par des pairs et, par conséquent, ne doivent pas être considérés comme concluants, orienter la pratique clinique / les comportements liés à la santé ou être traités comme des informations établies.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.