Non classé

Afrique: les meilleurs (et les pires) endroits du continent pour utiliser les données téléphoniques – Un serveur de qualité

Le 7 septembre 2020 - 8 minutes de lecture


La Somalie a les taux de données les moins chers en Afrique, tandis que la Tanzanie arrive en tête de l'Afrique de l'Est comme le pays où vous payez le moins pour surfer sur Internet sur votre smartphone, révèle un nouveau rapport. Le Kenya est classé numéro trois dans la région, suivi de l'Ouganda, du Rwanda et du Burundi.

L'enquête, menée par la société britannique de recherche technologique Cable, a évalué le coût moyen de 1 Go de données mobiles dans 228 pays. Le Kenya a été classé au 41e rang. Malgré des progrès louables dans la réduction des coûts – de Sh144 l'année dernière à Sh112 cette année – les pays voisins ont fait mieux que le Kenya dans la réduction des coûts de données.

«La Somalie possède les données les moins chères d'Afrique, où 1 Go coûte en moyenne 53 shillings contre 662 shillings l'année dernière. Elle est septième au monde. En Afrique de l'Est, la Tanzanie est le premier pays, les utilisateurs payant 78 shillings pour le service», indique-t-il dans le rapport. .

La recherche a attribué cela au faible monopole de la fourniture de données dans l'industrie des télécommunications de la Somalie, où 11 acteurs se sont battus contre lui au cours des 12 derniers mois dans le but de satisfaire le client, réduisant ainsi le coût moyen de l'Internet mobile.

Top 50 des index

Il est suivi du Soudan en 13e position, de l'Algérie 15, de la Réunion 22., de la Tanzanie 23, du Ghana 34, du Sahara occidental 36, du Maroc 37 et du Kenya. Mayotte ferme l'indice Top 50.

Au Soudan, en Algérie, à la Réunion, au Ghana, au Sahara occidental, au Maroc et à Mayotte, les citoyens paient respectivement Sh68, Sh70, Sh77, Sh101, Sh106, Sh106 et Sh116.

La Zambie, la Tunisie, le Nigéria, le Rwanda, l'Ouganda, le Congo, la Guinée, le Burundi, le Lesotho, l'Éthiopie, le Burkina Faso et Maurice se classent parmi les 100 premiers, surpassant les économies développées telles que l'Allemagne, les États-Unis, la Suisse, la Corée du Sud, la Belgique, le Portugal, Nouveau Zélande, Norvège et Pays-Bas.

L'Afrique du Sud, qui a la population de classe moyenne la plus élevée d'Afrique, ne figure pas dans le classement et apparaît à la position 148 alors qu'un gigaoctet de données coûte Sh464.

Les internautes du Malawi et de Sao Tomé-et-Principe paient les prix les plus élevés pour les données, respectivement 2 960 shillings et 3 052 shillings, pour 1 Go chacun. L'Inde et Israël ont les données les moins chères au monde, coûtant respectivement Sh9 et Sh11.

Les données les moins chères du Kenya pour l'enquête, menée en février, étaient au prix de 28 shillings par Go, tandis que le prix de détail le plus cher était de 1 100 shillings.

Période Covid-19

Une étude distincte montre que malgré les efforts du Kenya pour rendre les données abordables, la qualité de vie numérique (DQL) dans le pays s'est détériorée pendant la période Covid-19, alors que la demande de services en ligne abordables, stables, rapides et sécurisés se poursuit. augmenter.

L'étude, qui a examiné 85 pays où vivent 81% de la population mondiale, a sélectionné six pays d'Afrique pour la recherche, et le Kenya a émergé à la position 77, battant le Nigéria et l'Algérie, mais n'a pas réussi à surpasser la commodité technologique de l'Afrique du Sud et du Maroc. et Tunisie.

Alors que le rapport 2020 DQL Index Edition réalisé par le fournisseur de services de réseau privé virtuel Surfshark révèle la qualité de vie numérique faible et inférieure à la moyenne du Kenya pendant la pandémie, il classe le pays au 61e rang en termes de qualité de la prestation de services d'administration en ligne.

"Le Kenya a de meilleurs services gouvernementaux numériques disponibles que le Maroc, l'Indonésie, le Népal et d'autres pays. Mais en matière de cybersécurité, le Kenya arrive à la 68ème place", indique le rapport.

Les principaux facteurs utilisés par l'étude pour classer les pays sont l'accessibilité à Internet, la qualité et la vitesse d'Internet, l'infrastructure et la pénétration électroniques, la sécurité électronique et les services de gouvernement électronique.

«Les habitants de 75% des pays étudiés doivent travailler plus que la moyenne mondiale pour s'offrir Internet», révèle l'étude, classant le Kenya au 74e rang de l'indice d'accessibilité Internet, juste au-dessus du Nigéria en Afrique.

Le soi-disant -Silicon Savannah «  doit fournir un accès équitable à l'accès à Internet pour obtenir un score plus élevé l'année prochaine, quand il est arrivé avant-dernier en termes de pénétration de l'infrastructure électronique, ne battant que le Pakistan.

"Trois heures et 48 minutes est la moyenne mondiale d'heures de travail nécessaires pour se permettre l'accès Internet haut débit le moins cher, tandis que 10 minutes est la moyenne mondiale d'heures de travail nécessaires pour s'offrir l'Internet mobile le moins cher", indique le rapport de DQL. .

Entreprises en ligne

Alors que les directives Covid-19 du gouvernement continuent de favoriser les entreprises, les emplois et les services en ligne, le coût des données mobiles et du stockage en nuage a été un tournant critique pour de nombreux Kenyans avertis en technologie qui naviguent dans les eaux tumultueuses de la nouvelle norme.

«À terme, le coût des données diminuera, mais cela peut prendre du temps car nous avons peu de FAI mobiles au Kenya. Le stockage dans le cloud sera bientôt très abordable, car de plus en plus de fournisseurs mondiaux comme Google et Amazon Web Services feront connaître leur présence aux consommateurs locaux.» déclare Timothy Oriedo, PDG de Predictive Analytics Lab.

Alors que le rapport numérique de la Banque mondiale de 2019 classe la deuxième vitesse Internet du Kenya en Afrique subsaharienne à 10,1 mégaoctets par seconde derrière Madagascar, la transformation numérique dans le pays est toujours en proie à des données instables et à une pénétration relativement faible des smartphones.

«Le gouvernement, par le biais de l'Autorité des communications du Kenya, cherche des moyens de rendre les smartphones abordables», a déclaré le secrétaire du Cabinet des TIC, Joe Mucheru, lors du lancement d'Internet 4G de Telkom-Loon en juin de l'année dernière.

Le Kenya, qui s'appuie désormais sur l'internet ballon qui s'appuie sur des émetteurs d'antenne pour tenter de réduire les coûts de données et augmenter l'accès aux régions mal desservies pendant la pandémie, doit encore travailler sur sa résistance à la cybersécurité, après avoir perdu 29,5 milliards de shillings au profit des internautes en 2018. seul, selon Serianu, consultant en cybersécurité.