Serveur minecraft

L'édition en ligne: le salon de la créativité – Monter un serveur MineCraft

Le 8 mai 2020 - 57 minutes de lecture

Bien que tout le monde ne dispose pas de la bande passante pour le moment, beaucoup de gens passent leur temps seuls à travailler sur des projets créatifs. Ici au Daily Bruin, nous avons adoré voir les histoires, l'art et la nourriture des gens – presque autant que nous avons adoré créer les nôtres – et cela nous a inspiré pour vous présenter cet épisode rempli d'histoires sur la créativité. Voici l'épisode deux de "The Online Edition", que nous appelons The Creativity Show.

Omar Said: Cette semaine, j'ai officiellement manqué de choses à faire. J'ai lu tous mes livres. J'ai rattrapé toutes les bonnes émissions de télévision. J'ai même rattrapé tous les podcasts que j'écoute quand je me promène. J'avais du mal à trouver des moyens de remplir mon temps – jusqu'à ce que je réalise à quel point peindre des livres de coloriage pour adultes pouvait être amusant. Depuis lors, j'essaie de faire une chose créative chaque jour – même si cela signifie simplement regarder Phineas et Ferb être créatifs parce que je suis trop occupé avec d'autres choses.

Cela m’a aidé à me sentir moins ennuyé – surtout parce que proposer quelque chose de créatif peut parfois ressembler à son propre projet créatif. Cela m'a également aidé à me concentrer sur certaines des façons dont les autres expriment leur créativité en ce moment: qu'il s'agisse d'organiser des concerts de zoom pour leurs amis, de trouver de nouvelles façons innovantes de dialoguer virtuellement avec les gens ou de créer de nouveaux podcasts et émissions YouTube pour les autres. .

Mais cela m'a aussi montré que parfois, la créativité peut être difficile, et parfois il est beaucoup plus facile de regarder quelqu'un d'autre faire quelque chose de créatif que d'essayer de trouver l'énergie pour le faire vous-même. C’est pourquoi notre émission aujourd’hui est consacrée aux projets créatifs que les gens ont entrepris pendant leur isolement.

Du Daily Bruin, voici «The Online Edition». Je m'appelle Omar Said et nous appelons cet épisode The Creativity Show. Restez à l'écoute, nous vous proposons des histoires sur UCLA, Minecraft, des critiques de musique et de télévision, et sur la cuisine – et ce que tout cela a à voir avec la créativité.

Quelqu'un se rappelle-t-il à quoi ressemble l'UCLA?

Omar Said: Première page: Quelqu'un se rappelle-t-il à quoi ressemble l'UCLA? L'éloignement de l'UCLA a laissé les étudiants suivre des cours virtuels, manquer d'amis et dispersés à travers le monde. En conséquence, la plupart des Bruins ne sont pas en mesure de se promener sur le campus et de profiter de ses vues et de ses bâtiments historiques. Mais certains étudiants tentent de changer cela, bloc par bloc, alors qu'ils construisent une réplique à l'échelle un par un de UCLA dans un serveur Minecraft commun. Le serveur est géré par les co-administrateurs Noah Molloy et Chris Ko – tous deux étudiants en deuxième année de génie électrique – avec un financement de Bruin Gaming, une organisation étudiante de l'UCLA. Voici Noah avec plus de détails.

Noah Molloy: Je m’appelle Noah Malloy, je suis ingénieur électricien de deuxième année. Un serveur UCLA Minecraft a toujours été comme une grande demande de notre communauté pendant un certain temps parce que Minecraft est l'un de ces jeux vraiment omniprésents. Comme tout le monde a Minecraft, ce serait donc un très bon jeu pour que tout le monde, comme un peu, se joigne et joue avec d'autres Bruins en gros. Voilà donc pourquoi – c’était le véritable élan pour le lancer, je suppose.

OS: Le serveur a obtenu un peu d'aide de Sunny Yen, le co-fondateur et ancien président de Bruin Gaming, qui a également fondé UCLA eSports.

Yen ensoleillé: Je m'appelle Sunny Yen. Je travaille à UCLA Recreation. Mon poste officiel est coordinateur de l'engagement eSports. Fondamentalement, tout ce qui a à voir avec l'eSport à l'UCLA, les jeux à l'UCLA – les chances que cela provienne de notre bureau sont assez élevées. Il y avait une vidéo qui est devenue super virale d'un lycée japonais faisant sa cérémonie de remise des diplômes. Ils ont reconstruit leur lycée à Minecraft. Et ils ont fait leur cérémonie de remise des diplômes. Et c'était comme, c'était une blague quand évidemment, ce n'est pas comme, un officiel (un). Mais c'était pour le plaisir. Et c'est devenu super viral. Et puis si soudainement, vous voyez beaucoup de gens dire: "Oh, nous devrions faire ça pour les collèges maintenant." Surtout avec, vous savez, les fermetures d'écoles et tout ce genre de choses. C'est quelque chose que nous avons commencé à voir sur une page Reddit pour UCLA. La communauté là-bas était comme «Oh, eh bien, je veux un serveur Minecraft. Je veux construire. Je veux faire quelque chose maintenant que nous avons beaucoup plus de temps. »

NM: J'ai l'impression que quand on nous refuse l'accès au campus, tout de suite – nous voulons immédiatement, comme, le recréer afin que nous puissions revenir en arrière dans ce sens. Je connais. L'un des points de discussion était comme, oh, parce que maintenant nous suivons tous les cours en ligne comme Commencement va être – et la remise des diplômes va être – en ligne. Donc, nous sommes comme, eh bien, si l'école ne veut pas nous donner de diplôme, nous ferons notre propre diplôme. donc c'était un peu comme une demi-raison pour laquelle nous avons décidé de faire du campus.

OS: Mais le timing est également important – cela aide que les gens soient généralement coincés à la maison en ce moment.

NM: La raison pour laquelle nous l'avons fait est que, dans cette période d'isolement de notre campus, la communauté est vraiment devenue déconnectée. Nous avons donc voulu refaire la communauté UCLA en réunissant les divisés. Nous voulions reconstruire le campus et nous avons donc décidé que le moyen dans lequel nous reconstruirions UCLA était via Minecraft car il y avait beaucoup, ce genre de monde de bac à sable qui nous a donné beaucoup d'outils, pour recréer le campus, mais nous avions besoin de beaucoup d'aide des autres parce que notre objectif était d'en faire une réplique à l'échelle un à un.

OS: Un endroit où le serveur a obtenu l'aide des autres est son modèle de Schoenberg Hall, où se trouve l'école de musique Herb Alpert. Les étudiants de cette école ont découvert le serveur et ont commencé à recréer le bâtiment dans lequel ils passent normalement tout leur temps.

Carmen Voskuhl: Je m'appelle Carmen Voskuhl. Je suis junior. Donc, oui, je suis, je suppose, une troisième année. Et je suis un musicien majeur, mais spécifiquement vocal. Donc je chante à peu près l’opéra et je suis aussi mineur en mathématiques. Mais oui, mon amie a fini par tendre la main vers moi et elle était comme, oh, comme s'ils vous faisaient connaître, une réplique Minecraft complète de UCLA. Comme, nous devrions construire Schoenberg, le Music Building. Donc, moi et un tas de majors de la voix l'avons utilisé, vous savez, nous pourrions passer du temps et mais aussi aimer faire de cette version, vous savez, assez précise de Schoenberg.

OS: Bien qu'il s'agisse de la tentative la plus populaire de création d'UCLA au sein d'un serveur Minecraft, ce n'est pas la seule. UCLA eSports voulait autrefois faire la même chose, mais avec une approche différente.

SY: Donc, UCLA eSports quand ils ont commencé leur propre serveur, ils étaient comme, nous voulons, comme cela très méthodiquement, comme, nous voulons comme, une hiérarchie de leadership avec des contremaîtres similaires, comme une construction très traditionnelle. Mais je pense que pour nous, notre objectif était "Qui donne une merde?" C'est juste que nous construisons UCLA dans Minecraft. Cela devrait être amusant, vous savez, nous ne sommes pas ici pour mettre en place une hiérarchie de leadership, et donner aux gens l'impression que c'est une corvée. Donc en ce moment, évidemment, certains bâtiments sont fous. Et c'est juste en les regardant et c'est comme, je ne sais pas comment tu as fait ça dans Minecraft.

NM: Les gens viennent en quelque sorte et contribuent où ils veulent. Je sais que beaucoup de Campus Sud est comme, chaque bâtiment individuel du Campus Sud a en quelque sorte commencé et ils ne sont pas nécessairement réunis pour flotter juste dans l'espace, attendant juste d'être réunis. Mais j'ai vu des gens comme s'ils ajoutaient leurs propres petites touches à divers bâtiments juste pour peaufiner vraiment certaines caractéristiques des bâtiments qui auraient pu être négligées par le constructeur d'origine ou quelque chose comme ça.

OS: Mais se concentrer sur le plaisir ne signifie pas que le serveur Bruin Gaming a complètement oublié la précision. Les personnes qui y travaillent veulent toujours construire un modèle univoque d'UCLA – une réplique qui correspond à la taille et à la forme de l'UCLA.

CV: Je pense que c'était Jazz, a fini par trouver en quelque sorte sur Google, une carte au sol de Schoenberg. Nous avons donc vraiment essayé de le baser sur cela. Et je pense que même à un moment donné, il y avait comme une partie importante de notre carte qui avait disparu, donc ce n'était pas amusant, puis nous avons dû aimer réajuster les choses. Mais à part ça, la navigation a été plutôt fluide.

OS: Bien sûr, le serveur a eu quelques problèmes. Mais la résolution de ces problèmes n'a été qu'une autre partie du processus pour ceux qui sont impliqués dans sa gestion.

SY: Je pense que certaines des choses les plus gratifiantes que j'ai entendues ressortir de ce que nous avons fait est – d'accord, voici le problème: le serveur était à la traîne. Et en fait, ce qui s'est passé, c'est que beaucoup de gens se sont dit: "Je vais vous donner de l'argent pour mettre à niveau le serveur, parce que, par exemple, j'ai rencontré tant de bons amis via le serveur."

OS: Mis à part les problèmes de décalage, le serveur a également dû faire face à des joueurs se livrant au vandalisme.

NM: Au début, beaucoup de gens de l'UCI et de l'UC Berkeley sont venus essayer et aimer, détruire et endommager de nombreux bâtiments et paysages. C'était donc une des choses que nous devions surveiller. Donc, la raison pour laquelle ils sont probablement venus est qu'ils sont probablement sur le subreddit UCLA également, car ce n'est pas un forum privé. Tout le monde peut le voir. Tout le monde peut y aller et les publicités y sont donc visibles par tous. C’est pourquoi nous avons fait venir beaucoup de gens de là-bas. En ce qui concerne la façon dont nous le savions (était) de l'UCI et de l'UCB, nous pouvons essentiellement suivre d'où ils se connectent et dire qu'ils viennent d'Irvine ou de Berkeley. Et nous pouvons voir que oh, eh bien, s’ils sont près de là, ils sont très probablement dans l’école où ils vont.

OS: De nos jours, les personnes qui souhaitent s'appuyer sur le serveur doivent demander des autorisations de modification à l'aide d'une adresse e-mail UCLA, pour aider à minimiser le vandalisme. Mais ce ne sont pas seulement les étudiants qui utilisent le serveur pour parcourir virtuellement les couloirs de l'UCLA. Le serveur élargit l'accès au campus – ou du moins à un fac-similé de celui-ci.

NM: Probablement la chose la plus intéressante que j'ai trouvée cool à ce sujet était le fait que beaucoup de joueurs sur le serveur ne sont pas réellement des étudiants de l'UCLA. Ils sont généralement comme des prospects UCLA. De nombreux lycéens sont venus jouer. Et c'est cool parce que Campus Recreation était essentiellement en ligne, un peu comme une visite du campus. Et donc nous avons dû avoir, ces enfants ont eu beaucoup d'occasions similaires de parler aux étudiants de l'UCLA, de citer un devis, de voir le campus en personne, car nous avions cette échelle individuelle.

SY: Oui, j'ai entendu dire qu'il y a beaucoup de très jeunes, de jeunes garçons et de filles qui se promènent sur le campus. Oui, nous avons beaucoup d'enfants de la Geffen Academy, mais aussi juste un tas de gens au hasard – des 13, 12 ans qui viennent de rejoindre le serveur parce qu'ils veulent goûter à la vie universitaire ou ils veulent, je suppose, interagir et voir ce que c'est que d'être un étudiant. Et je suis juste comme, tout pouvoir pour toi, mec. C'est la meilleure chose à faire pour l'instant.

OS: Tout est dit – ce modèle de l'UCLA a donné aux étudiants quelque chose à travailler ou à regarder, mais il a également contribué à leur donner de l'espoir pour l'avenir et à faire face à la situation actuelle.

CV: Peut-être pourrait-il être possible que les futurs majors de la musique ressentent presque ce que c'est que d'être dans ces salles. Mais c'est aussi un débouché créatif, pour être autour d'eux et continuer à discuter et à construire simplement la bibliothèque musicale et des trucs comme ça. C'est honnêtement un bon mécanisme d'adaptation à tout ce chaos.

Opinions sur les arts

OS: Page deux: Opinions sur les arts. Alors que certaines personnes choisissent de nouveaux passe-temps ou acquièrent de nouvelles compétences, l'assistant rédacteur d'opinion EJ Panaligan utilise son temps libre d'une autre manière. Il a utilisé ses compétences en tant que rédacteur d'opinion pour recommander des émissions de télévision, des films, des chansons et des albums qu'il aime à ses amis sur Instagram – quelque chose qu'il envisageait de faire dans un format ou un autre pendant longtemps. Au moment où nous enregistrons cela, il a publié 43 recommandations au total. Je souhaite maintenant discuter de ses recommandations avec EJ, ainsi qu'avec Paige Hua et Brooke Cuzick, rédacteurs adjoints des arts et du divertissement, qui pourraient peut-être en ajouter quelques-uns.

EJ: Alors oui, c'était vraiment excitant, de publier ces recommandations sur Instagram et de faire part de mes réflexions. C’est quelque chose que je voulais faire depuis un moment, mais avec tout le monde coincé à la maison, il me semblait juste de partager quelques recommandations car nous avons tous du temps libre supplémentaire. Et je me suis dit que puisque les rédacteurs en chef des Arts étaient normalement assis au bureau juste derrière le mien, j'inviterais certains d'entre eux à venir avec moi.

La première recommandation que j'ai faite était la chanson «Venice Bitch» de Lana Del Rey. À ce jour, je ne sais toujours pas exactement ce qui m'a attiré vers cette chanson ou comment elle est devenue ma chanson la plus écoutée de tous les temps sur Last.fm, qui serait 417 scrobbles and counting, soit environ 2,75 jours de ma vie, mais je pense que j'ai essayé de l'expliquer dans ma recommandation. C'est une chanson qui incarne tellement de sentiments différents pour moi – Lana donne une réflexion sombre et intéressante sur certains des pics émotionnels d'une relation, tout en reconnaissant que le temps éphémère transforme ces moments en souvenirs lointains. Je pense que la longueur de la chanson et la progression instrumentale, en particulier la marque 5:50 avec son solo de guitare en plein essor, cette sensation presque orchestrale d'un maximalisme extrême, c'est tout le travail de Jack Antonoff qui a aidé à produire ce morceau avec Lana, et Je pense que cette partie, en combinaison avec la durée de la chanson, capte vraiment très bien ce thème de la période fugace, car elle ressemble vraiment à ce genre de chanson réfléchie, de fin d'été, de fin de bons moments , et pour moi, c'est à la fois apaisant et induisant la transe dans ce sens. C'est facilement une de mes chansons préférées de tous les temps et je pourrais continuer encore et encore ou, comme Lana le dirait, "encore et encore, chérie". Cela étant dit, Brooke, vous êtes le rédacteur musical: Comment vous sentez-vous à ce sujet?

Brooke: Je pense vraiment que la chanson elle-même est trop longue. Je ne dis même pas que je n'aime pas ça, il y en a juste trop. Il y a de très bonnes chansons, comme "Chlorine" de Twenty One Pilots, qui peuvent prendre une longueur de chanson plus longue que la moyenne et courir avec pour créer plusieurs récits au fur et à mesure de la chanson, mais celle-ci ne fait pas cela. En tant qu'auditeur, j'aurais compris le point s'il était condensé en quatre minutes au lieu de neuf.

EJ: Une autre recommandation que j'avais était la chanson de Hayley Williams "Simmer". La plupart connaissent Hayley en tant que chanteuse principale de Paramore, et les fans savent encore mieux que Hayley a hésité pendant presque toute sa carrière à sortir de la musique hors du groupe. Et même si ce qu'elle a essayé d'éviter le plus longtemps s'est finalement concrétisé, elle obtient le meilleur des deux mondes. Ses membres du groupe Paramore Taylor York et Zac Farro ont des crédits de production partout dans son prochain album "Petals for Armour", et je pense que "Simmer" était un point de départ si solide pour son travail solo. Quand nous avons entendu Hayley et le reste de Paramore pour la dernière fois dans «After Laughter», cette esthétique pop des années 80 était en plein essor, mais les paroles de dépression, de perte d'espoir et de temps difficiles ont fortement contredit la capacité de danse excentrique de cette époque particulière de la musique que cet album incarnait. Cette fois, la production la plus sombre correspond aux paroles – "Simmer" avec cette ligne de basse couvante et grondante tout au long de Hayley médite sur les sentiments compliqués entourant la colère et essayant de garder le contrôle. C'est une autre de ces chansons qui a la capacité de consommer l'auditeur comme "Venice Bitch" – il m'a été très facile de me perdre dans l'instrumentation et la voix de Hayley, qui étaient assez étonnantes.

Brooke: Oui je suis d'accord. Hayley Williams fait exactement ce que les artistes devraient faire lorsqu'ils se séparent et poursuivent des projets solo. Chaque chanson qu'elle a sortie de son prochain album "Petals for Armour" jusqu'à présent a offert une nuance émotionnelle incroyable qui s'éloigne suffisamment de son travail à Paramore pour se suffire à elle-même, mais cela ne choque pas les auditeurs au point où ils ne voudra pas écouter.

Paige: Et même si j'adore vous entendre faire des recommandations musicales, je vais vous présenter quelques récréations sur écran en tant que monteur de théâtre, de cinéma et de télévision. Donc, pour tous ceux qui aiment le cinéma, comme moi, j'ai été personnellement attiré par les documentaires sur la nature sur Disney + ces jours-ci. Après tout, nous ne pouvons pas sortir en ce moment, alors autant faire comme si vous pouviez vous immerger dans la nature, non?

EJ: Ou, vous pouvez vous plonger dans des documentaires politiques. Une autre recommandation que j'avais était la récente série documentaire de Hillary Clinton qui était sortie sur Hulu. En tant que personne qui essaie d’apprendre un peu plus et de me plonger dans le monde de la politique, j’ai vraiment apprécié à quel point le documentaire était détaillé dans le récit de la vie de Hillary et son incursion dans le monde de la politique. Il a également fait la chronique de certains des événements majeurs de sa campagne présidentielle de 2016 avec des images en coulisse vraiment intrigantes, qui, je pense, n'ont jamais été montrées ailleurs auparavant, et j'ai trouvé que c'était un outil vraiment cool pour humaniser une figure politique aussi importante que Clinton. En fin de compte, j'ai vraiment apprécié la façon dont le documentaire dans son ensemble n'a pas mené à tous les drames bon marché et à tous les scandales qui ont un peu tourmenté la majeure partie de sa carrière politique. Pour moi, ce documentaire était juste informatif, intrigant et engageant, ce que je pense que la plupart des documentaires devraient viser.

Paige: Oh, en parlant d’intrigue et de suspense, j’ai essayé des podcasts de meurtres non résolus qui pourraient vous intéresser. "Your Own Backyard" est un excellent point de départ. Et pour tous ceux qui vivent en Californie, le podcast apporte vraiment le mystère à votre propre arrière-cour. Situé à San Luis Obisbo, le podcast a en fait apporté de nouvelles preuves au dossier des personnes disparues de Kristin Smart.

Brooke: Ouais, j'adore ce podcast aussi. Cela frappe particulièrement fort parce que je viens du comté de San Luis Obispo, alors j'ai grandi en regardant tout se dérouler. Depuis que je suis si jeune, le plus dont je me souvienne était le panneau «Missing Cal Poly Student» en dehors du travail de mon père dans le village d'Arroyo Grande, donc c'est génial que l'hôte du podcast, Chris Lambert, rentre dans les détails tous les aspects de l'enquête.

EJ: Voyons donc quelques-unes des émissions télévisées que j'ai recommandées. Une de mes recommandations préférées que j'ai faites jusqu'à présent était "Fleabag" de Phoebe Waller-Bridge. Je pense que quiconque sait quelque chose sur moi sait à quel point j'adore absolument ce spectacle, et une grande partie de cette adoration concerne le stylo incroyablement pointu de Phoebe. Et bien que son jeu d'acteur ne soit pas une blague – comme certaines de ses expressions faciales sont tout simplement incroyables – sa capacité à écrire des blagues, à écrire des conversations et à créer des scènes est pour moi, juste autrement. Et c'est la raison pour laquelle elle est un nom incroyablement chaud dans l'industrie en ce moment, et cette raison réside dans ce spectacle et dans tout son cœur, et dans tout l'humour et le charisme qu'il englobe.

Paige: OK, je n'ai pas de vidéo Amazon Prime, je n'ai donc pas encore sauté dans le train de "Fleabag". Mais ce que j'ai, c'est Hulu, et si vous aimez Phoebe Waller-Bridge, vous devez commencer à regarder "Killing Eve". Ou, si vous n'avez pas accès à l'émission, n'hésitez pas à suivre les récapitulatifs hebdomadaires des épisodes que nous avons également faits sur dailybruin.com. C'est une ambiance complètement différente, mais l'humour noir de Phoebe sous-tend tellement le scénario, et je veux dire, allez, qui n'aime pas un couple de femmes?

EJ: En parlant de leads féminins puissants, parlons de "Little Women", une de mes recommandations les plus récentes. Ce fut l'un de mes films les plus attendus de l'année dernière parce que pour moi, Greta Gerwig est rapidement devenue une réalisatrice incontournable après «Lady Bird», mais ce film en particulier a montré sa capacité à prendre un casting plus large, une adaptation de livre et une pièce d'époque tout en même temps, et manipulez-la avec une grâce absolue. Mais je sais que Brooke a beaucoup de réflexions à ce sujet. Brooke?

Brooke: "Little Women" était probablement mon film préféré de l'année dernière. Même en tant que personne qui n'avait pas lu le livre avant de voir le film, l'évolution émotionnelle de tous ses personnages m'a fait réfléchir longtemps après avoir quitté le théâtre – et m'a amené à le revoir la semaine prochaine. Il équilibre parfaitement la lutte de Jo avec son désir d'indépendance, qui est malheureusement associé à son envie de compagnie. Je suis déchirée quand il s'agit de choisir ma partie préférée du film, mais le monologue de Jo où elle parle de la façon dont les femmes sont plus que de simples objets d'affection romantique et finit par accepter la solitude qu'elle ressent me laisse toujours en larmes. Entre ce moment et la lutte de sa sœur Amy pour se sentir comme elle sera toujours la deuxième meilleure pour Jo, «Little Women» me laisse extrêmement réfléchie. Et en tant qu'Amy autoproclamée de ma famille, je me sentais tellement vue.

EJ: Ouais, juste en partant de ce que Brooke a dit, il y a beaucoup de choses à aimer dans ce film. J'ai trouvé une des scènes finales en particulier, dans laquelle Jo fait finalement publier son livre, comme l'une des plus poignantes du film – pour moi, c'était juste ce genre de résolution cathartique aux pics émotionnels et aux vallées que le voyage narratif amène les téléspectateurs à y conduire. Je pense qu'une grande partie du succès du film était à mettre au crédit de la direction et du scénario de Gerwig. Elle a pu adapter le roman classique de Louisa May Alcott pour l'écran avec une paire d'yeux rafraîchissante qui a finalement donné au film l'impression d'être la sienne. Et j'ai également recommandé le premier album de Gerwig en tant que réalisateur en solo, "Lady Bird", que je suis sûr de toucher près de chez lui pour Paige.

Paige: En tant que natif de Sacramento, vous savez que je dois stan Greta Gerwig. J'ai pu regarder ce film dans le théâtre qui figurait dans le film. Mais ce film m'est également venu pendant une période très transitoire de ma vie – juste au moment où je me préparais à quitter la maison pour l'université. Et cela, combiné à la façon dont le décor du film était familier pour moi, l'a rendu plus difficile. Je pense que Greta Gerwig a fait ce choix étonnant de se concentrer sur quelque chose que l'on ne voit pas beaucoup avec les films de passage à l'université, qui est le fait que parfois, la distance peut améliorer les relations que nous avons à la maison. J'ai certainement trouvé cela vrai pour moi, car je pense que mes parents et moi sommes le genre de personnes à se conduire mutuellement le long d'un mur chaque fois que nous passons un peu trop de temps ensemble. Dans l'ensemble, «Lady Bird» est juste un excellent film à regarder en arrière, et d'autres films comme celui-ci sont toujours de bons saccadés. En fait, "Les avantages d'être une giroflée" a récemment commencé à être diffusé sur Netflix, et je l'ai juste regardé dès sa sortie. Certaines parties n’ont pas vieilli aussi bien qu’elles auraient pu, mais elles véhiculent un excellent message d’optimisme pour l’avenir et offrent une merveilleuse bande sonore, qui, je pense, sont deux choses dont nous avons tous besoin dans notre vie en ce moment.

EJ: Un autre film sur le passage à l'âge adulte que j'ai recommandé était le premier film d'Olivia Wilde "Booksmart". J'ai regardé ce film de 3 heures à 5 heures du matin pendant les vacances d'hiver et je suis toujours impressionné de ne pas avoir réveillé ma famille avec tous mes caquetages. Je pensais que ce film partageait beaucoup de similitudes avec «Lady Bird», en particulier Beanie Feldstein ayant des rôles importants mais similaires dans les deux, mais Booksmart, je pense, se penche plus sur la comédie que sur «Lady Bird's» qui se concentre sur le drame et l'émotion du film. Et je ne dirais même pas que les différences de ton sont entièrement distinctes – je pense que les deux films font incroyablement bien la combinaison comédie et drame. Vous ne pourriez pas vraiment vous tromper avec l'un ou l'autre – en fait, cela vous servirait probablement bien de faire les deux.

EJ: L'une de mes recommandations les plus récentes était «False God» de Taylor Swift. J'ai été un fan de Taylor sur le bas pendant la majeure partie de ma vie, comme je me souviens certainement d'avoir chanté avec Tim McGraw quand j'avais 5 ou 6 ans, mais seulement au cours des deux dernières années, j'ai vraiment adhéré à son talent et vision artistique, car elle a définitivement beaucoup des deux. "False God" a été une vedette immédiate lors de ma première écoute de "Lover" – pour moi, c'était tellement différent sur le plan sonore de n'importe quelle autre chanson de Taylor que j'ai entendue auparavant. La sensualité et la maturité de son timbre portent cette combinaison de production incroyablement douce de synthés atmosphériques, d'un rythme lent et de moments de saxophone bien placés. Cette chanson m'a montré que Taylor a un potentiel incroyable avec ce son pop sensuel, synth-R & B-atmosphérique, peu importe comment vous l'appelez, et elle doit continuer à pousser ce son à l'avenir, car elle a beaucoup de potentiel à elle.

Paige: Je pense vraiment que "False God" est l'une des meilleures chansons du nouvel album de Taylor. Mais, personnellement, j'aime plonger dans ses vieux sons avec "Speak Now" et "Red", encore plus. Ce sont deux de ses meilleurs albums à mon avis, et ça ne fait pas de mal de revenir à la nostalgie en ces temps incertains. Dieu sait que j’ai réécouté ma juste part de One Direction et, honnêtement, le choix n’aurait pas pu être meilleur. Mon moi de 12 ans crie aux rumeurs selon lesquelles ils se remettront ensemble pour leur 10e anniversaire. Bien sûr, tout semble encore en l'air, mais pour tous ceux qui aiment les garçons autant que moi, le compte Twitter de SiriusXM Hits 1 sort avec leurs bouchons de thé quotidiens pour cette rumeur de réunion One Direction, et c'est un merveilleux façon de guérir l'ennui.

Brooke: Oui, je suis vraiment excité par le retour possible de One Direction aussi, mais je reviens en quelque sorte à Taylor Swift. Elle est l'une de ces artistes que j'aime depuis mon enfance, donc évidemment j'ai adoré "Lover", mais "False God" est probablement le morceau que je saute le plus. Je peux certainement apprécier le détournement du son habituel de Taylor et j'aime les klaxons qui y sont présentés, mais sa place sur la liste des morceaux entre "Bientôt tu iras mieux" et "Tu as besoin de te calmer" me semble particulièrement discordante. Après avoir écouté une chanson sur sa mère, je ne veux vraiment pas écouter une chanson sensuelle sur elle et son petit ami. Il y a certainement une place pour cela sur l'album, mais elle aurait pu le placer quelque part, cela aurait continué l'histoire de l'album plus facilement. Il y a des albums comme «Je l'aime quand tu dors, car tu es si beau mais si inconscient de lui» de The 1975 qui équilibrent vraiment bien cela, où chaque chanson tonalement et soniquement saigne dans la suivante; «False God» empêche «Lover» de réaliser la même chose.

EJ: Très bien alors, Omar me fait savoir que notre temps est presque écoulé, donc pour ma dernière recommandation, je voulais parler de l'album 2019 de King Princess "Cheap Queen". Je pense qu’elle est vraiment cette nouvelle artiste particulièrement excitante de la musique pop, et elle a montré tout au long de cet album qu’elle peut assumer une multitude de sons différents et laisser sa marque sur eux incroyablement bien. Et ce n'est pas comme si elle essayait d'avoir un goût d'échantillonneur de tous ces sons non plus, il y a beaucoup de profondeur et d'efforts évidents à les incarner. Que ce soit l’hymne «Tough on Myself» chargé de synthés ou la discothèque contagieuse «Hit The Back», je pense que King Princess s’est fermement ancrée en tant que nouvelle artiste pour garder un œil sur l’avancement.

Paige: Je suis aussi un grand fan de King Princess, mais honnêtement, ce qui est le plus surprenant pour moi, c'est que j'ai l'impression qu'elle semble faire partie d'une grande tendance vers la musique indie soul douce et froide. Pour moi, elle est un mélange de Rex Orange County et Oh Wonder, deux artistes qui incarnent vraiment ce genre de petite musique cool, pas si cachée, que les gens semblent graviter vers ces jours-ci.

Brooke: Oui, je ne peux pas dire que j'écoute beaucoup de musique douce et froide, mais ce que je peux dire, c'est que le groupe Waterparks a la même sensation authentique et montante de musicien. J'ai l'impression que l'industrie de la musique évolue définitivement depuis un certain temps dans une direction où il est à la mode d'écouter des artistes avec un public plus restreint. J'y joue définitivement, et je suis content d'avoir trouvé Waterparks avant que le groupe ne devienne trop mainstream.

EJ: D'accord. Alors écoutez, j'ai vraiment adoré parler et entendre toutes ces chansons et albums, différents films et émissions que nous admirons tous pour une raison ou une autre. Et moi même les désaccords étaient amusants. C'est en quelque sorte ma partie préférée du partage de ces recommandations sur Instagram – j'ai reçu beaucoup de DM en réponse à mes histoires, et j'ai eu de petites discussions courtes avec les gens sur ce que j'ai recommandé ce jour-là. Et pour moi, c'est la meilleure partie de faire cela, un peu comme faciliter la discussion sur l'art que nous aimons, l'art que nous admirons, et simplement entendre les différentes raisons pour lesquelles nous aimons ce que nous aimons. Et pour moi, surtout pendant une période comme celle-ci, je pense que c'était vraiment important, pour moi au moins de penser de manière critique aux choses que j'aime et d'avoir ce genre de discussion avec les autres, même avec des gens que je n'ai pas vraiment entendus de cela souvent. C'était vraiment sympa. J'ai vraiment apprécié d'entendre certains de vos récits, c'était incroyablement amusant de faire partie des Arts pendant un court moment. Merci à vous deux!

OS: Oui, c’était génial d’entendre ce que vous avez tous à dire. Merci tout le monde!

Daily Bruin dit bon appétit

Omar Said: Page trois: Daily Bruin dit bon appetit. Avec des gens qui passent de plus en plus de temps à la maison, les Américains du monde entier ont entrepris de nouvelles expériences dans la cuisine, que ce soit en travaillant avec des entrées et en faisant du levain, en apprenant des compétences de base en cuisine ou en essayant de nouvelles recettes. Les employés du Daily Bruin ne sont pas à l'abri – ce qui a donné naissance à une nouvelle chaîne dans notre espace de travail Slack: DB Bon Appetit. Cela nous a permis de partager des recettes et de parler de notre chance de les essayer. Je suis accompagnée aujourd'hui de la rédactrice en chef de Quad, Molly Wright, qui va nous apporter des recettes qu'elle et d'autres membres de DB Bon Appetit ont concoctés à la maison.

Molly Wright: Divulgation complète, j'ai commencé la chaîne DB Bon Appetit. Je suis un grand fan de la cuisine et de la cuisine de test Bon Appetit sur YouTube, donc je cherchais un moyen de partager cela avec tout le monde au bureau. Ce fut un grand succès, et nous sommes tous impatients de partager nos recettes avec vous. Maintenant, évidemment, nous sommes tous des amateurs, mais nous avons eu beaucoup de plaisir avec ça et tout s'est plutôt bien passé. Notre première recette vient de Kimia Azad, une contributrice du Daily Bruin Quad. Kimia est l'un des membres les plus enthousiastes de DB Bon Appetit, et elle est ravie de partager son point de vue sur les pâtes à la sauce arrabiata.

Kimia Azad: Salut tout le monde, je m’appelle Kimia, je suis contributeur au Daily Bruin’s The Quad, et aujourd’hui je vais partager avec vous les gars ma recette de pâtes à la sauce arrabiata et un filet de citron.

La sauce Arrabiata est une sauce épicée à base d'ail, de tomates et de piments rouges séchés, cuite dans de l'huile d'olive. Je suis un grand fan d'épices, mais la quantité de piments rouges que vous ajoutez à votre sauce dépend entièrement de vous.

La sauce demande de l'ail, des tomates et des piments rouges séchés. Ma saveur épicée vient du piment rouge en poudre, et je remplace les tomates par une sauce tomate basilic en conserve. Vous pouvez également utiliser une sauce italienne traditionnelle ou une sauce tomate. Any pasta will do.

I’m going to boil water in a pot, adding a dash of salt. Make sure to leave the pot uncovered.

Now that I am waiting for my water to boil, I can get started on my sauce. On medium heat, add a dash of oil to a separate pot. Once the oil has heated up, I will add 2 tablespoons of minced garlic, making sure to stir.

My garlic has been heating up and sizzling for a minute now, so I’m going to add my seasonings. First, lower the heat of your pan. I’m adding around a teaspoon of powdered red chili pepper to the pan. I’m then sprinkling salt and pepper into my sauce.

After I add the seasonings to my sauce pot, I will add 3 cups of canned tomato basil sauce to the pot. Keep your sauce on a low heat and stir.

My water is now boiling, so I’m adding six servings of rotini pasta to my water. Make sure to mix your pasta around so it doesn’t stick to the pan. As my pasta cooks, I’m going to check up on my sauce. Make sure to stir your sauce around as it heats up. Give your sauce a quick taste, add whatever you want. I’m grinding up some more salt and pepper into my sauce.

It’s now time to make the lemon drizzle. The lemon drizzle is totally optional, but I feel as though it helps lift the sauce and add flavor. The drizzle calls for lemon, salt, pepper and olive oil. I am juicing two lemons and mixing the juice to a dash of olive oil, salt and pepper into a sauceboat. And that’s it for the drizzle, it’s really easy to make.

My pasta has been cooking for nine minutes now, it tastes done, so I’m turning off the stove. Get a pair of tongs, and transfer your pasta into the saucepot. Naturally, some water will follow your pasta into the saucepot. The added pasta water will then help thicken your sauce. Keep your pot at a low heat, and continue mixing. Once your sauce and pasta are well incorporated, you’re ready to serve. Add salt, pepper, parmesan or basil for garnish.

My pasta is done, and it’s pretty fresh and warm, and I’m excited to eat it. Don’t forget to add a splash of your lemon drizzle for flavor.

MW: Up next is Andrew Warner, who was last year’s Quad editor. He’s vegan and he knows a lot about how to combine different ingredients to make food that’s vegan and delicious. Here he is making a chickpea potato matzah stacker.

Andrew Warner: Hi, my name is Andrew Warner and I am a Daily Bruin senior staffer, and today I will be just going through the pantry at my parents’ house and seeing what we’ve got in the kitchen, seeing what I can cook and trying to figure out how to make a coherent dish out of it.

I’m thinking what I can do is make a chickpea potato matzah stacker. I have a lot of matzah, which I think is probably going to go bad so I’m going to try to use that. I have a lot of herbs. I have garbanzo beans, or chickpeas, whatever you want to call them. I think I’m going to use those. Just a can of chickpeas and then I have some lemons, I have some potatoes. I’m thinking what I can do is do, maybe do like an herb vinaigrette-type thing with the lemons and the herbs, so I have chives, oregano and mint. And I was thinking I could do like a, I have some olive oil, too. So I was going to do like a, like a dressing with those, and then kind of roast the potatoes with maybe some dill and salt and pepper.

And then do this thing that I’ve been wanting to try with garbanzo beans. I saw a guy on YouTube. I don’t remember his name. I don’t even remember the video, but he made these fried garbanzo beans with garlic and spices that looked really good. So I think I’m going to do that and see if I can do it with the matzah. I think I’m going to try to do like a, like a stacker kind of like the flatbread stackers at B-Plate, and kind of toast the matzah a little bit and then stack everything on top of it and then pour the dressing over it.

So yeah, let’s, let’s get started. So the first thing I’m going to do is the potato, because that’s going to take the longest to cook I think, since the garbanzo beans are already cooked, since they’re in the can. So I just have a Yukon Gold potato, so I’m just going to slice that. I scrubbed it and cleaned it. And then I’m going to toss it with some olive oil and I have an oven preheating to 425 F, just because I think that’s a good temperature to roast vegetables. It’s what I always use. Ouais. So I’m going to cut it into bite-size cubes. Because I think that’s like a good size. It will kind of complement the size of the garbanzo beans and they’ll cook faster, which is, that’s really what I want. I don’t want to have to wait for an hour for this potato to cook.

OK, so I, the fresh herbs that I have are chives, mint and oregano, but I also have some dried dill and I think dill goes really well with potatoes and it goes really well with lemons, so I’m also going to use that. So this is just like a pinch of dill, a pinch of salt and like a half a tablespoon of olive oil, and one medium-size Yukon Gold potato. This is not like a big potato. So I have the potato and the dill and stuff. I have it on a baking sheet, I’m going to put it in the oven. I think I’m going to roast them for about 20 minutes, maybe 25. We’ll see how things look. But I’m going to set the timer for 20 minutes.

And now I’m going to do the garbanzo beans. So this should be pretty simple. I basically, the, I’m opening the can right now. The video that I saw this guy, he took the can of chickpeas, he rinsed them and then he basically just toasted them in olive oil for a little bit, and so I’m just going to fry or like toast the chickpeas on their own and maybe add some salt and pepper and some paprika maybe. But we’ll see. Let me rinse them first.

OK, and I also have three cloves of garlic that I’m going to add in while I toast the, the chickpeas. When, this is something that happens a lot with garlic, is if you cook it too hot or too much oil or if it’s too fine, it burns really fast and it gets bitter and it’s not very good. What I do, and this helps, is I don’t, I don’t chop the garlic, I don’t, I don’t slice it or do anything like that. I just crush it with a knife to peel it and then I crush it more times with the knife, so it stays in pretty big chunks of garlic so it doesn’t burn as fast. It kind of softens up and it gets a little creamy, like when you roast garlic almost, but you’re frying it now. So that’s what I’m going to do here. I’m just going to crush it up with a knife a couple times.

OK, so I have a nice large nonstick pan. I’m going to add about 2 tablespoons of olive oil here, and then I’m going to add in the garlic and start to heat it from the cold oil so that kind of, the garlic kind of steeps into the oil and it kind of infuses it with a nice garlic flavor. So I’m going to do that right now. I’m going to turn it up to, I’d say a medium high heat, so it doesn’t burn.

All right. And then while it’s heating, I will grab the chickpeas and let it get warm.

OK, so the oil is getting hot, I’m going to toss in the chickpeas. And then while I, while that was happening, I grabbed some paprika, some ground coriander and some cayenne pepper and then I’m also going to add some cumin to this and let the chickpeas and garlic kind of do their thing right now. And then I’ll add in the seasonings in just a bit.

Alright, so I’m going to do a half teaspoon of coriander and a half teaspoon of paprika, and a full tablespoon of cumin because I think that’s a really good flavor to go with chickpeas, and then I’m going to add just like a really small pinch of cayenne pepper, because I don’t want it to be spicy but I want it to have a little kick, like a very tiny kick.

OK, so the chickpeas are starting to get a little bit crispy, so I’m going to add in the spices now. The garlic is not burning, and these have been going on medium high heat for about five minutes now. So if I had used a garlic press, I think these probably would have just been burnt to a crisp by now. So I also forgot, I’m going to add a little bit of salt, just to taste. I like my food on the saltier side, generally. I think everybody likes salty food, but I like my food to be especially salty, yeah. OK, so while the chickpeas are going, I’m going to make a quick lemon herb vinaigrette with what herbs I have. And that should be really quick. So I’m just going to chop those up right now and then juice the lemon.

OK, so I just finished chopping up the herbs. I have about half a cup total of finely chopped herbs. You can really use like whatever you have for this, I think. I have, like I said, I have mint, oregano and chives. And I just kind of use them in equal parts. There might be a little more mint, because I like mint more. So yeah, I’m going to add the juice of two lemons – oh, the potatoes are ready. So I’m going to add the juice of two lemons and some olive oil to the herbs and that’ll be kind of like a vinaigrette.

OK, so the potatoes and the chickpeas are all done. I’m just going to add some oil to this vinaigrette, which right now is just lemon juice and herbs. And then I’m going to whisk that all together and then stack it all on top of the matzah, and I think we should be good to go.

Yeah, the potatoes taste really good, the chickpeas taste good and I’m sure the vinaigrette’s going to taste good. So it should be a really good meal, a really nice dinner.

All right, so I’m just going to take one matzah, one square matzah, and these are pretty decent sized. Yeah, they’re square. And then I’m going to, first I’m going to add the potatoes, I think. Then I’m just going to add some of those chickpeas and then drizzle over a little bit of vinaigrette, and it should be ready to eat. The chickpeas did actually get fairly crispy, by the way. I was kind of surprised. Not as crispy as they would in the oven. But they’re like – they have a very good texture that I appreciate because they’re crispy, but they’re still a little creamy inside, which is perfect. Now I’m going to pour over some of this dressing, and then it’s ready to eat. I don’t want to add too much of this vinaigrette, because I think if I do, it’s going to get, it’s going to get to the matzah, and the matzah is going to get soggy and gooey, which I don’t really want, so I’m just going to add a very thin application of this dressing and try to get a little bit more herbs than I do get actual vinaigrette.

Alright, now time to taste it. Matzah is holding up better than I thought it would, and it’s very delicious. That’s delicious. Truly, truly impeccable. No, but it’s really tasty. The chickpeas are really good, the matzah is good, the potatoes are good. Everything is nice. If I had more time. I would have toasted the matzah maybe. But other than that, this is a really good meal. A nice, quick dinner. And yeah, everything tastes really good. It looks pretty, and yeah: Yeah. This is a nice chickpea potato matzah stacker.

MW: So funnily enough, our next recipe comes from me. Like I said, I’m really into cooking. I decided to make a recipe my family has been using for a long time: chicken tikka masala. We all love Indian food, but I think British-Indian food is a close second, too. Voici.

MW: Hi, I’m Molly Wright, the Blogging editor for the Daily Bruin, and I am making my family’s version of chicken tikka masala today. It’s just my family’s adaptation of a recipe my mom found on Pinterest, and we’ve been making it ever since.

Step one: Cut the chicken into 1-inch pieces and put them in the pan

Next, marinate the 1-inch pieces with 2% Greek yogurt, garam masala spice, fresh lemon juice, black pepper and ground ginger.

Move on to a tomato base sauce. In this sauce, we include minced garlic, julienned red peppers, heavy cream, chickpeas and 1 tablespoon each of cayenne pepper, garam masala spice, paprika and turmeric.

After marinating the chicken for about 30 minutes or more, add the tomato base sauce to the marinated chicken, where we simmer on low for up to four hours on the stovetop.

After simmering on low for at least two hours, we prepare a box of jasmine rice according to the package instructions.

Finally, take the chicken off the stovetop, serve it with the jasmine rice and there you go.

MW: Finally, here’s Kristin Snyder, the Daily Bruin Arts editor. She decided to take on dessert and bake lemon sugar cookies. Let’s see if she’s up to the task.

Kristin Snyder: Hi, I’m Kristin Snyder, the Daily Bruin’s Arts editor, and today, we’re making Bon Appetit’s lemon sugar cookies.

For the cookie itself, you’ll need 3/4 cup of sugar, half a cup, or 1 stick, of unsalted butter at room temperature, one large egg, 2 tablespoons of finely grated lemon peel, 1 teaspoon vanilla extract, 1/4 teaspoon salt, 1 1/4 cups all-purpose flour. For the optional icing, I’m pulling from Bon Appetit’s lemony slice-and-bakes recipe, which calls for 1 1/4 cups of powdered sugar and 2 tablespoons of fresh lemon juice.

First, you’ll want to preheat your oven to 350 degrees Fahrenheit, and then you’ll want to combine the first six ingredients in a large bowl using an electric mixer.

And once all of those are well-combined, you’ll beat in the flour.

Afterward, you’re going to want your dough to be firm but not overly hard, so you’ll want to chill it for what the recipe calls for two hours – personally, it only took about 30 minutes to reach that state.

Once your dough is chilled, you’ll take about 1 tablespoon at a time and shape it into balls, and you’ll place them about 2 inches apart. And then you’ll take a glass or a measuring cup and you’ll flatten each of the cookies until they’re about 2 inches round. And then you will bake them for roughly 14 minutes. You’ll know they’re done once the bottoms are golden brown, and you’ll take them out to cool.

As your cookies are cooling, you can start working on the icing, which is pretty simple. All you have to do is whisk the powdered sugar and the lemon juice in a small bowl. If you find that the mixture is too thick, all you have to do is add in a bit more lemon juice. Typically by half teaspoons, but you can add more if you would like – that will make sure that the mixture loosens up a bit – and you can also add in food coloring if you so desire.

Now for the taste test: Overall, the cookie itself isn’t too lemony which is why I think the icing does a really good job of adding that extra pizazz that elevates it from being a pretty typical sugar cookie. It’s fairly sweet, it makes for like a fun treat once in a while, but you wouldn’t want to eat more than one or two at a time.

OS: Thanks, Molly. I’ll be sure to keep an eye out for those recipes.

Checking in with the family

Omar Said: Page Four: Checking in with the family. Online instruction is tough – but so is working from home for people who are doing it for the first time. To try and get a better look at what work from home looks like, I asked Jacqueline Alvarez, the Daily Bruin’s alumni director, to reach out and see what alumni were doing with their free time. Here’s what they sent in.

Keshav Tadimeti: Hi, this is Keshav Tadimeti, the 2017-2019 Daily Bruin Opinion editor, and one of the 2016-2017 Daily Bruin assistant Opinion editors. I work for Microsoft to protect people’s security and information, which I hear is important these days. Currently I’m holed up in Kirkland, Washington, which is a suburban, residential-ish neighborhood in eastern Seattle. It was the original outbreak site for the coronavirus, so yay, but more interestingly, it is the birthplace of Costco, which is in high demand these days for unspoken reasons. Currently, I’m smashing my work laptop keyboard in an attempt to feel like I’m actually doing work, when really I’m just wondering what I’m doing most of the time. Don’t tell my boss I said that. Stay safe everyone, and wear masks please, and social distance too – I hear that’s helpful.

Jennifer Hu: My name is Jennifer Hu, and I was a photojournalist with Daily Bruin from 2014 to 2017, covering Arts and Entertainment and News. I graduated in 2017, and I currently work for Ladder Up, a nonprofit organization based in Chicago, Illinois, that provides free financial services to low-income families and individuals. I’m currently working from home In Gilbert, Arizona, a suburb outside of Phoenix. In my free time, I’m reading a book about the trial of the century – the OJ Simpson case, that interestingly took place in Los Angeles. I also finished reading “Pachinko,” which was a New York Times best seller by Min Jin Lee. All this time on my hands has suddenly made me a prolific reader. I’ve been working on my photography blog, and taking ballet classes virtually, while discovering new TV shows and rewatching old favorites, such as “Community” – which is now on Netflix – “New Girl” and “Schitt’s Creek”. And like you, I’m aimlessly scrolling on Facebook, even though there hasn’t been anything new to see on there since 2015, probably. But honestly, I’m enjoying the sunshine and the mild weather here before it becomes an inferno, and constantly wondering when they’ll lift the stay at home in Illinois. The dates keep shifting, as does the data, and there’s so much uncertainty surrounding it all. But until then, I’m relying on true crime biographies and comedy shows to keep me sane.

Jeong Park: Hi, I’m Jeong Park. I was the managing editor for Daily Bruin 2015-2016, assistant News editor 2014-2015 and a senior staff 2016-2017. Now I work at a local newspaper for the Orange County Register, out of Anaheim. But right now, I’m in my home in Long Beach, California, about seven blocks from the ocean, so I’m getting a nice breeze here. What I do right now in my free time? Not so much productive stuff. Playing a lot of Civ-V, which is a phenomenal video game, but also a huge time suck. Lot of doom-scrolling on twitter, trying to find the latest news that’s going to make me depressed or upset or mad or whatever it is. Watching some Korean variety shows and sitcoms and catching up on some things that I missed. Lot of just scrolling Facebook which is not productive at all. I pretend that it’s for work, but it is really not for work, it is just a way to kill time. I do try to get some fresh air. I mean I go outside, take walks a couple times a day. I drive around to random places once a week. I went to Hemmet last week, and I went to – where did I go to – I think I went to Malibu the week before – just as a way to kill time. I don’t go outside my car – i just get in my car, put on my gas pedal, drive and come back. It’s (a) waste of money, but also it’s kind of fun, and it’s good to get some outside breeze once in a while. But, you know stay safe, really okay, I hope. And yeah, hoping things go okay.

Ani Gasparyan: Hello, I’m Ani Gasparyan, I graduated from UCLA in 2019. I was an assistant Opinion editor and editorial board member at the Daily Bruin from 2018 to 2019, and an Opinion columnist the year prior. I currently work as a news reporter at Beverly Hills Weekly, where I cover Beverly Hills, Beverlywood and Los Angeles. During quarantine, I’m actually still going to work since newspapers have been labeled essential and we’re a small office. My commute has improved though, since it used to take me two hours to get to work and now it takes less than 40 minutes. At work, I’ve been writing lots of articles on the virus, for instance how small businesses have been impacted by mandatory closures and how the pandemic is affecting the school district. Things were slow at first since a lot of city activities were understandably canceled, but now a lot of groups have started live-streaming their virtual meetings and finding ways to continue their business amid the pandemic. Other than work, though, I’ve been spending more time with family when I’m home, catching up with friends and watching TV shows.

Rupan Bharanidaran: Hi, my name is Rupan Bharanidaran. I was the News editor at the Daily Bruin during the 2017 to 2018 academic year. Like most Americans, and really most people around the world, I’m working from home. I work for an accounting firm doing tax returns and other tax-related work, and I’m lucky enough that I can do my work virtually. I don’t have to go out and go to an office or go to a store or anything like that. I can do anything I need to do from my computer at home, so I’m lucky enough for that. But you know, it’s not easy of course, being socially distant, but I guess we don’t really have much of a choice. I spend more time now with my family. I live with my parents, so I hang out with them, watch Netflix. I do yoga with them, so that’s one, I guess, positive of staying at home all the time. But other than that, I don’t have much going on with my life. I’m just, taking it one day at a time and hunkering down and hoping for the best and hoping that this situation doesn’t last too long, and hopefully if we all comply with the social distancing guidelines this won’t last much longer. Anyway, keep staying at home and keep maintaining social distancing, and thank you.

Sara Randazzo: Hi, I’m Sara Randazzo. I’m a 2008 graduate. I wrote for the Arts and Entertainment and Sports sections and was a copy editor back at the Bruin. Quarantine life has been interesting for me because I had a baby in January, and so I’ve been on maternity leave this entire time. And so, in a lot of ways, the start of quarantine felt like the beginning of maternity leave: Real clothes were optional, it was hard to get out of the house every day or accomplish much because of having a newborn around. So, in a way, I feel very lucky because I’ve just been able to play with my baby, who’s now three-months old, and fully devote my time to him while being at home. And it’s even been a little bit nicer because now my husband is home working from the kitchen table and so he can see our son whenever he wants instead of being stuck on a train for an hour and a half coming home from Culver City, which is what he’d been doing before. So, I’m trying to, you know, count ourselves lucky and be grateful. I know that a lot of people have it a lot worse than we do. So for me, quarantine life equals baby life, and I’m enjoying it for now. Good luck everyone.

OS: That’s our show. We’ll be back again soon with another episode of “The Online Edition.” You can find “The Online Edition” wherever podcasts are found – including Spotify, Apple Podcasts and Pocketcasts.

OS: Less than two weeks ago, the Daily Bruin and 29 other student newspapers were a part of Support Student Journalism Day on Saturday, April 25th. Students at the Daily Bruin do a lot of hard work – dedicating hours of their lives to learning things about UCLA, Westwood and Los Angeles that most people have never heard of. While the new status quo has not been easy for anyone, we’re dedicated to making sure you stay informed every step of the way. If you enjoyed this episode, please consider donating to the Daily Bruin at dailybruin.com/donate. Anything helps – even a few dollars. And if you can’t, share this episode with your friends and family to support our work by sharing our work. Merci. Stay safe everyone.

OS: “The Online Edition” was produced and edited this week by me, Omar Said. This week’s episode was fact-checked by Saskia Lane, Anita Narkhede and Sara Hubbard. Thanks to my co-hosts: EJ Panaligan, Paige Hua, Brooke Cuzick and Molly Wright. Special thanks this week to our alumni: Rupan Bharanidaran, Jennifer Hu, Jeong Park, Keshav Tadimeti, Ani Gasparyan and Sara Randazzo. “The Online Edition” is a Daily Bruin Podcasts production.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.