Serveur d'impression

Test du Western Digital Ultrastar DC SN630 VMware vSAN – Serveur d’impression

Le 8 mars 2020 - 19 minutes de lecture

Western Digital a lancé l'Ultrastar DC SN630 en février de cette année, dans le cadre d'un rafraîchissement et d'un changement de marque de sa gamme Ultrastar (anciennement HGST) de disques de centre de données. Au sein de ce portefeuille, Western Digital dispose de plusieurs offres de SSD NVMe d'entreprise, le SN200 prenant le trône en tant que leader de la performance et le nouveau SN630 remplace le SN620 dans l'espace NVMe à port unique traditionnel, qui est une alternative de plus en plus populaire aux SSD SATA et SAS. Le SN630, qui est le SSD NVMe de Western Digital, est réglé pour les charges de travail en lecture ou les charges de travail polyvalentes à haute endurance. La construction du variateur dans les deux cas est la même, la différence fonctionnelle dans le niveau de surprovisionnement qui va dans le variateur, qui à son tour produit la cote d'endurance souhaitée.

Western Digital a lancé l'Ultrastar DC SN630 en février de cette année, dans le cadre d'un rafraîchissement et d'un changement de marque de sa gamme Ultrastar (anciennement HGST) de disques de centre de données. Au sein de ce portefeuille, Western Digital dispose de plusieurs offres de SSD NVMe d'entreprise, le SN200 prenant le trône en tant que leader de la performance et le nouveau SN630 remplace le SN620 dans l'espace NVMe à port unique traditionnel, qui est une alternative de plus en plus populaire aux SSD SATA et SAS. Le SN630, qui est le SSD NVMe de Western Digital, est réglé pour les charges de travail en lecture ou les charges de travail polyvalentes à haute endurance. La construction du variateur dans les deux cas est la même, la différence fonctionnelle dans le niveau de surprovisionnement qui va dans le variateur, qui à son tour produit la cote d'endurance souhaitée.

Du point de vue de la conception des disques SSD, l'Ultrastar SN630 utilise le contrôleur et le micrologiciel internes de Western Digital et la propre NAND 3D BiCS3 64 couches de Western Digital. Du point de vue de l'ingénierie, une solution intégrée verticalement comme celle-ci devient la norme pour les SSD d'entreprise de premier plan. Bien qu'il soit certainement possible d'utiliser des NAND, des contrôleurs et des micrologiciels de différentes sources, nous avons tendance à voir des solutions plus performantes et plus fiables de fournisseurs qui peuvent faire tout le travail par eux-mêmes. Le lecteur lui-même utilise un facteur de forme de 7 mm 2,5 "U.2 et, comme d'autres SSD Western Digital, le SN630 propose des algorithmes de nivellement d'usure et une protection contre les pertes de puissance.

Comme indiqué, le SN630 est disponible en SKU à usage mixte et à lecture intensive. Les premiers sont livrés avec des capacités de 6,40 To, 3,20 To, 1,60 To et 800 Go tandis que le dernier est disponible avec des capacités de 7,68 To, 3,84 To, 1,92 To et 960 Go. Tous les disques offrent Instant Secure Erase (ISE) qui utilise des clés de chiffrement en arrière-plan pour gérer le redéploiement et le retrait du disque. Western Digital fournit également des téléchargements de micrologiciel sécurisés avec authentification RSA pour garantir que le SN630 exécute uniquement un micrologiciel authentique. Enfin, les disques sont couverts par une garantie limitée de 5 ans.

Dans cette revue, nous examinons les performances du SN630 dans le contexte de VMware vSAN. La configuration d'examen utilise un châssis à 4 nœuds Supermicro SuperServer BigTwin 2029BT-HNR, 24 disques SSD Ultrastar DC SN630 NVMe et VMware vSAN 6.7 Update 1 pour explorer les performances du SN630 avec une perspective plus large du système.

Spécifications de Western Digital Ultrastar DC SN630

Modèle VRI / RI
Capacité 960 Go / 800 Go 1 920 Go / 1 600 Go 3 840 Go / 3 200 Go 7 680 Go / 6 400 Go
Facteur de forme Lecteur U.2 2,5 pouces
Interface PCIe Gen 3.1 x4 (conforme à NVMe 1.3)
Technologie de mémoire flash Western Digital BiCS3 3D TLC NAND
Performance
Lecture séquentielle, (max MiB / s) 2.690 / 2.690 2.660 / 2.670 2,510 / 2,500 2,520 / 2,540
Écriture séquentielle, (max MiB / s) 930/960 1.230 / 1.240 1.180 / 1.200 1,240 / 1,240
Lecture aléatoire (IOPS max) 278,760 / 281,790 358 220/356 870 332 420/332 510 360,280 / 306,520
Écriture aléatoire (IOPS max) 43 580/86 740 53.850 / 86.870 55 000/88 140 54,220 / 88,210
Mix aléatoire R70 / W30 (IOPS max) 107,350 / 188,480 170,390 / 253,390 163 350/238 500 170 250/273 960
Latence de lecture aléatoire (μs) 179/179 190/188 243/239 243/239
Fiabilité
DWPD 0,8 / 2
UBER 1 sur 10 ^ 17
Conservation des données EOL 5 ° C à 40 ° C pour une période maximale de 90 jours
MTBF 2 millions d'heures
AFR 0,44%
Puissance
Exigence (DC +/- 10%) 12V
États de puissance de fonctionnement (W, typique) 10,75 & 8,75
Inactif (W, moyenne) 5,80 5,80 5,90 6.10
Environnement
Température de fonctionnement 0 ° C à 78 ° C
Température moyenne -40 ° C à 70 ° C pendant 1 an
Physique
Largeur (mm) 69,85 +/- 0,25
Longueur (mm, max) 100,45
Poids (g, max) 95
hauteur z (mm) 7,00 + 0,2 / -0,5 (y compris les étiquettes)
garantie Limitée de 5 ans

Conception et construction de Western Digital Ultrastar DC SN630 VMware vSAN

Le Western Digital Ultrastar DC SN630 est un lecteur NVMe de 2,5 pouces destiné au centre de données. La capacité du disque varie de 800 Go à 7,68 To. Le SN630 est recouvert de métal noir avec un autocollant sur le dessus qui contient des informations telles que le nom, la marque, la capacité, le numéro de modèle et les certifications.

L'avant du châssis Supermicro SuperServer BigTwin est équipé de 24 baies de disques NVMe de 2,5 pouces, avec 6 unités allouées par nœud. Chaque nœud offre son propre bouton LED de localisation ainsi qu'un bouton d'alimentation discret.

L'arrière du BigTwin montre les quatre plateaux de nœuds de calcul. Chacun est livré en standard avec un port IPMI pour la gestion hors bande, VGA, deux ports USB 3 ainsi qu'une carte réseau configurable par l'utilisateur. Avec notre configuration, nous utilisons une carte réseau à quatre ports, avec deux ports 10GBase-T ainsi que deux ports SPF28 25G. Notre configuration de test a exploité les connexions 25G pour le cluster vSAN. Tous les nœuds partagent une plate-forme d'alimentation à double PSU commune dans le cadre de la conception du châssis.

Configuration de la révision de Western Digital Ultrastar DC SN630 VMware vSAN

Pour tester les 24 SSD SN630 dans un environnement vSAN, nous avons utilisé un système à quatre nœuds Supermicro SuperServer BigTwin 2029BT-HNR. La configuration par nœud est la suivante:

  • 2 processeurs Intel Gold 6150 (2,7 GHz, 18 cœurs)
  • 12 x 32 Go de RAM DDR4 ECC à 2666 MHz
  • 2 disques SSD Western Digital Ultrastar DC SN630 NVMe de 800 Go pour cache vSAN
  • 4 x SSD Western Digital Ultrastar DC SN630 NVMe de 1,92 To pour une capacité vSAN
  • 1 x SSD SATA Western Digital Blue de 500 Go pour lecteur de démarrage
  • Carte réseau Mellanox ConnectX-4 double port 25 Go
  • VMware ESXi 6.7u1 (10302608)

Nous avons exploité une construction de serveur assez modeste pour nos tests VMware vSAN autour du Western Digital Ultrastar DC SN630. Les serveurs utilisaient des processeurs Intel Gold 6150 haut de gamme, avec une vitesse d'horloge de 2,7 GHz et un nombre de cœurs de 18. Par serveur, ce qui nous donne 97,2 GHz de puissance de calcul, ou 388,8 GHz au niveau du cluster. Nous avons également utilisé 384 Go de RAM par nœud, ce qui nous donne beaucoup de mémoire pour nos charges de travail synthétiques et applicatives.

Dans notre configuration de test, nous avons utilisé une disposition de deux groupes de disques par nœud, chacun avec un SSD NVMe SN630 de 800 Go pour le cache et deux SSD NVMe SN630 de 1,92 To pour la capacité. La capacité utilisable dépend de la façon dont les machines virtuelles sont provisionnées sur le cluster ainsi que du niveau de mise en miroir que vous utilisez. Le stockage brut mesure 27,95 To dans notre cluster, mais avec la politique de mise en miroir bidirectionnelle par défaut des VM avec surcharge vSAN, il nous reste 13,79 To de capacité utilisable. Cependant, la réduction des données l'étend considérablement pour certains types de charge de travail.

Alors que nos charges de travail d'application se concentreront sur les performances du cluster avec la réduction des données désactivée, nous inclurons des benchmarks synthétiques présentant les performances du cluster avec et sans réduction des données activée. Bien que la réduction des données soit associée à une surcharge de performances, elle augmentera considérablement la capacité utilisable du cluster vSAN dans certains déploiements.

Examen des performances de Western Digital Ultrastar DC SN630 VMware vSAN

Performances de SQL Server

Le protocole de test OLTP de Microsoft SQL Server de StorageReview utilise la version actuelle du Benchmark C (TPC-C) du Transaction Processing Performance Council, une référence de traitement des transactions en ligne qui simule les activités trouvées dans des environnements d'application complexes. Le benchmark TPC-C est plus proche que les benchmarks de performances synthétiques pour mesurer les performances et les goulots d'étranglement de l'infrastructure de stockage dans les environnements de bases de données.

Chaque machine virtuelle SQL Server est configurée avec deux vDisks: un volume de 100 Go pour le démarrage et un volume de 500 Go pour la base de données et les fichiers journaux. Du point de vue des ressources système, nous avons configuré chaque machine virtuelle avec 16 processeurs virtuels, 64 Go de DRAM et exploité le contrôleur SCSI LSI Logic SAS. Alors que nos charges de travail Sysbench testées saturaient auparavant la plate-forme en termes d'E / S de stockage et de capacité, le test SQL recherche les performances de latence.

Ce test utilise SQL Server 2014 exécuté sur des machines virtuelles invitées Windows Server 2012 R2 et est souligné par Dell's Benchmark Factory for Databases. Bien que notre utilisation traditionnelle de cette référence ait été de tester de grandes bases de données à l'échelle 3000 sur un stockage local ou partagé, dans cette itération, nous nous concentrons sur la répartition uniforme de quatre bases de données à l'échelle 1500 sur nos serveurs.

Configuration de test SQL Server (par VM)

  • Windows Server 2012 R2
  • Empreinte de stockage: 600 Go alloués, 500 Go utilisés
  • SQL Server 2014
    • Taille de la base de données: échelle 1500
    • Charge du client virtuel: 15 000
    • Mémoire tampon RAM: 48 Go
  • Durée du test: 3 heures
    • 2,5 heures de préconditionnement
    • Période d'échantillonnage de 30 minutes

Pour notre benchmark transactionnel SQL Server, le Western Digital Ultrastar DC SN630 VMware vSAN dans le Supermicro BigTwin a pu atteindre un score global de 12610,3 TPS avec des machines virtuelles individuelles allant de 3152,01 TPS à 3153,2 TPS.

Avec SQL Server, nous avons observé un score global de 14,75 ms avec des machines virtuelles individuelles allant de 14 ms à 15 ms.

Performances de Sysbench MySQL

Notre premier benchmark d'application de stockage local consiste en une base de données Percona MySQL OLTP mesurée via SysBench. Ce test mesure également le TPS moyen (transactions par seconde), la latence moyenne et la latence moyenne au 99e centile.

Chaque machine virtuelle Sysbench est configurée avec trois vDisks: un pour le démarrage (~ 92 Go), un avec la base de données prédéfinie (~ 447 Go) et le troisième pour la base de données en cours de test (270 Go). Du point de vue des ressources système, nous avons configuré chaque machine virtuelle avec 16 processeurs virtuels, 60 Go de DRAM et exploité le contrôleur SCSI LSI Logic SAS.

Configuration de test Sysbench (par VM)

  • CentOS 6.3 64 bits
  • Percona XtraDB 5.5.30-rel30.1
    • Tables de base de données: 100
    • Taille de la base de données: 10 000 000
    • Fils de la base de données: 32
    • Mémoire tampon RAM: 24 Go
  • Durée du test: 3 heures
    • 2 heures de préconditionnement 32 fils
    • 1 heure 32 discussions

Avec le Sysbench OLTP, nous avons testé 8VM et obtenu un score global de 11 739,7 TPS avec des machines virtuelles individuelles allant de 1 326 TPS à 1 552,3 TPS.

Avec la latence Sysbench, le serveur avait une moyenne de 21,86 ms.

Dans notre pire scénario de latence (99e centile), les disques Western Digital nous ont donné 38,71 ms.

Analyse de la charge de travail VDBench

En ce qui concerne l'analyse comparative des baies de stockage, les tests d'application sont les meilleurs et les tests synthétiques viennent en deuxième position. Bien qu'ils ne soient pas une représentation parfaite des charges de travail réelles, les tests synthétiques aident à baser les périphériques de stockage avec un facteur de répétabilité qui facilite la comparaison de pommes à pommes entre des solutions concurrentes. Ces charges de travail offrent une gamme de profils de test différents allant des tests «aux quatre coins», des tests de taille de transfert de base de données courants, ainsi que des captures de trace à partir de différents environnements VDI. Tous ces tests exploitent le générateur de charge de travail vdBench commun, avec un moteur de script pour automatiser et capturer les résultats sur un grand cluster de tests de calcul. Cela nous permet de répéter les mêmes charges de travail sur une large gamme de périphériques de stockage, y compris les baies flash et les périphériques de stockage individuels.

Profils:

  • Lecture aléatoire 4K: 100% lecture, 128 threads, 0-120% iorate
  • Écriture aléatoire 4K: 100% écriture, 64 threads, 0-120% iorate
  • Lecture séquentielle 64K: 100% lecture, 16 threads, 0-120% iorate
  • Écriture séquentielle 64K: 100% écriture, 8 threads, 0-120% iorate
  • Base de données synthétique: SQL et Oracle
  • Traces de clone complet et de clone lié VDI

Dans tous nos tests VDBench, nous avons testé les disques Western Digital avec DR activé et désactivé. Avec une lecture 4K aléatoire, les deux configurations ont commencé sous 1 ms avec la version DR surgissant et culminant à 387 937 IOPS avec une latence de 7,5 ms. Avec DR désactivé, les disques sont restés sous 1 ms jusqu'au nord des 350 000 IOPS et ont culminé à 442 089 IOPS avec une latence de 4,8 ms.

Pour l'écriture 4K, les deux configurations ont commencé un peu moins de 1 ms. La version DR avait une latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 90 000 IOPS et a atteint un pic à 182 791 IOPS avec une latence de 7,4 ms. Avec DR désactivé, nous avons vu les disques rester sous 1 ms jusqu'à environ 110 000 IOPS et culminer à 196 027 IOPS avec une latence d'environ 7 ms avant de les abandonner.

Ensuite, nos charges de travail séquentielles. En lecture 64K, la version DR a commencé au-dessus de 1 ms et a culminé à 132 918 IOPS ou 8,3 Go / s avec une latence de 3,7 ms. Avec DR désactivé, les disques sont restés sous 1 ms jusqu'à environ 130 000 IOPS ou environ 8 Go / s et ont culminé à 159 681 IOPS ou 9,98 Go avec une latence de 2,87 ms.

En écriture 64K, les deux configurations ont commencé avec une latence inférieure à la milliseconde mais ont rapidement dépassé 1 ms. Avec DR activé, nous avons enregistré un pic à seulement 22,7 K IOPS ou environ 1,4 Go / s et une latence de 1,32 ms avant une baisse des performances et une forte pointe de latence. Avec DR désactivé, les disques ont culminé à 63 347 IOPS ou environ 4 Go / s à 3,3 ms avant de tomber.

Notre prochain ensemble de tests concerne nos charges de travail SQL: SQL, SQL 90-10 et SQL 80-20. Pour SQL, les deux configurations ont commencé en dessous de 1 ms, la version DR dépassant, puis en dessous de 1 ms, pour atteindre un pic à 349 851 IOPS avec une latence de 2,6 ms. Avec DR désactivé, les disques avaient une latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 255 000 IOPS et ont atteint un pic à 358 787 IOPS avec une latence de 2,24 ms avant une légère baisse.

Avec SQL 90-10, nous avons de nouveau vu la version activée par DR apparaître au-dessus et descendre en dessous de la ligne de 1 ms quelques fois avant d'atteindre un pic à 283 524 IOPS à 3,42 ms de latence. La version non DR est restée inférieure à 1 ms jusqu'à environ 275 000 IOPS et a culminé à 334737 IOPS avec une latence de 2,45 ms.

SQL 80-20 a vu les deux configurations démarrer avec une latence inférieure à la milliseconde, la version DR dépassant 1 ms à environ 155 000 IOPS et culminant à 256 926 IOPS à une latence de 3,5 ms. La version non DR a atteint environ 210 K IOPS en moins de 1 ms et a atteint un pic à 281562 IOPS avec une latence de 2,83 ms.

Ensuite, nos charges de travail Oracle: Oracle, Oracle 90-10 et Oracle 80-20. Avec Oracle, la version compatible DR est passée au-dessous et au-dessus de 1 ms et a culminé à environ 264 000 IOPS à 3,7 ms avant de chuter légèrement. La version non DR avait une latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 250 000 IOPS et culminait à 314 954 IOPS 3,17 ms.

SQL 90-10 a vu la version compatible DR rester sous 1 ms jusqu'à environ 225 000 IOPS et culminer à 252 034 IOPS avec une latence de 2,44 ms. Le non-DR avait une performance de latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 300K IOPS et a culminé à 338.146 IOPS avec une latence de 1,72 ms.

Avec SQL 80-20, la version DR effectue quelques oscillations autour de 1 ms et culmine à 225 327 IOPS avec une latence de 2,64 ms. La version non DR avait une latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 211 K IOPS et a atteint un pic à 278 051 IOPS et une latence de 2 ms.

Ensuite, nous sommes passés à notre test de clone VDI, Full et Linked. Pour le démarrage VDI Full Clone (FC), les deux configurations ont commencé en dessous de 1 ms, la version DR dépassant la latence inférieure à la milliseconde à environ 85 000 IOPS et atteignant un pic à 250209 IOPS et une latence de 4,04 ms. La version non DR est restée inférieure à 1 ms jusqu'à environ 200 000 IOPS et a culminé à 283 786 IOPS et une latence de 3,31 ms avant de chuter légèrement.

Avec la connexion initiale au VDI FC, la version DR a culminé à environ 129 K IOPS à 4,2 ms avant de baisser les performances et d'augmenter considérablement la latence. La version non DR a commencé en dessous de 1 ms et y est restée jusqu'à environ 75 000 IOPS et a culminé à 139 401 IOPS avec une latence de 6,3 ms avec une légère baisse.

VDI FC Monday Login a démarré la version DR en moins de 1 ms, mais a rapidement sauté dessus et a culminé à 108 611 IOPS avec une latence de 2,22 ms. La version non DR est restée inférieure à 1 ms jusqu'à un peu moins de 90K IOPS et a culminé à 152 516 IOPS avec une latence de 3,25 ms.

Pour le démarrage VDI LC, les deux configurations ont commencé en dessous de 1 ms, le DR apparaissant immédiatement et atteignant un pic à 214 327 IOPS avec une latence de 2,34 ms. La version non DR est restée inférieure à 1 ms jusqu'à environ 205 000 IOPS et a culminé à 255 235 IOPS et une latence de 1,85 ms.

VDI LC Initial Login a vu le pic de la version DR à environ 95K IOPS avec une latence de 2,2 ms avant de chuter de manière significative. La version non DR est restée inférieure à 1 ms jusqu'à environ 65 000 IOPS et a culminé à 112 182 IOPS avec une latence de 2,23 ms.

Enfin, VDI LC Monday Login a brossé un tableau similaire à celui ci-dessus avec la version DR culminant à environ 108 K IOPS avec une latence d'environ 3,7 ms avant de baisser un peu. La version non DR avait une latence inférieure à la milliseconde jusqu'à environ 65 000 IOPS et culminait à 126 656 IOPS à une latence de 3,91 ms.

Conclusion

Le Western Digital Ultrastar DC SN630 est le nouveau SSD NVMe pour centre de données qui se décline en deux versions: centré sur la lecture et mixte. Les disques sont disponibles dans des plages de capacité allant de 800 Go à 6,4 To pour l'utilisation mixte et de 960 Go à 7,68 To pour la lecture centrée. Le lecteur utilise le contrôleur, le micrologiciel et la NAND 3D BiCS 64 couches de Western Digital. Tous les disques offrent ISE, ce qui est idéal pour le redéploiement ou la retraite. Une autre caractéristique de sécurité est l'utilisation de téléchargements de micrologiciel sécurisés avec authentification RSA pour garantir que le SN630 exécute uniquement un micrologiciel authentique. Le SN630 étant certifié vSAN, nous l'avons testé dans le contexte de VMware vSAN pour voir comment il fonctionnait.

Pour les performances, nous avons exécuté le SSD Western Digital DC SN630 NVMe via notre analyse de la charge de travail d'application et notre analyse de la charge de travail VDBench. Pour l'analyse de la charge de travail des applications, les disques affichent de bons chiffres. Dans SQL Server, le SN630 avait un score transactionnel agrégé de 12 610,3 TPS et une latence moyenne agrégée de 14,8 ms. Avec Sysbench, le SN630 a atteint 11 739,7 TPS, une latence moyenne de 21,86 ms, et dans notre pire scénario, les disques nous ont donné un score global de 38,71 ms.

Dans nos charges de travail VDBench, nous avons testé les disques avec leur DR allumé et éteint. De toute évidence, la désactivation de DR entraînera de meilleures performances, cependant, plusieurs clients doivent exécuter DR et il est bon d'avoir une idée de la façon dont les disques fonctionneront avec DR activé. Les points forts de la désactivation de DR incluent 442K IOPS en lecture 4K, 196K IOPS 4K en écriture, 9,98 Go / s en lecture 64K et 4 Go / s 64K en écriture. Dans nos charges de travail SQL, nous avons vu 359K IOPS, 335K IOPS dans SQL 90-10 et 282K IOPS dans SQL 80-20. Pour Oracle, nous avons enregistré des performances de pointe atteignant 315 000 IOPS, 338 000 IOPS dans Oracle 90-10 et 278 000 IOPS dans Oracle 80-20. Dans notre test de clone VDI, le SN630 nous a donné 284K IOPS au démarrage, 139K IOPS en connexion initiale et 153K IOPS en connexion lundi pour le clone complet. Dans le clone lié, le SN630 a atteint le démarrage de 255K IOPS, 112K IOPS dans la connexion initiale et 127K IOPS dans la connexion de lundi.

Pour nos charges de travail VDBench avec DR, le SN630 présentait des points forts de 388 000 IOPS en lecture 4K, 183 000 IOPS 4K en écriture, 8,3 Go / s en 64 Ko en lecture et 1,4 Go / s 64 Ko en écriture. Dans nos charges de travail SQL, nous avons vu 350K IOPS, 283K IOPS en SQL 90-10 et 257K IOPS en SQL 80-20. Pour Oracle, nous avons enregistré des performances de pointe atteignant 264 000 IOPS, 252 000 IOPS dans Oracle 90-10 et 225 000 IOPS dans Oracle 80-20. Dans notre test de clone VDI, le SN630 nous a donné 220K IOPS au démarrage, 129K IOPS en connexion initiale et 109K IOPS en connexion lundi pour le clone complet. Dans le clone lié, le SN630 a démarré 214 Ko IOPS, 95 Ko IOPS lors de la connexion initiale et 108 Ko IOPS lors de la connexion lundi.

Lorsqu'il est utilisé dans VMware vSAN, le SSD Western Digital DC SN630 offre des performances impressionnantes même avec le DR allumé. Dans ce cas, nous avons tiré parti d'une construction de serveur modeste et nous avons quand même vu des résultats impressionnants. Le SN630 serait un bon choix pour ceux qui utilisent vSAN.

Page du produit WD Ultrastar DC SN630

Discutez de cet avis

Inscrivez-vous à la newsletter StorageReview

* Le test de performance sur lequel cet examen était basé a été commandé par Western Digital

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.