Serveur d'impression

Les avantages de la migration vers Windows Server 2019 – Serveur d’impression

Le 5 février 2020 - 11 minutes de lecture

Même s'il n'y a eu qu'un seul cycle d'actualisation, les modifications apportées à la dernière version de Windows Server sont considérables et peuvent justifier une mise à niveau de Windows Server 2016 vers Windows Server 2019. D'autant plus que Microsoft a simplifié le processus.

L'informatique a généralement besoin d'une bonne raison pour perturber un environnement de travail bien établi, c'est pourquoi certains matériels restent déployés pendant des décennies. Même si Windows Server 2016 est relativement récent, les équipes informatiques doivent considérer avec intérêt la migration vers la version Server 2019. Certes, les expériences précédentes ont montré que cette aventure peut être plus ou moins longue et parfois assez abrupte, mais la dernière version de Windows Server promet un basculement plus rapide avec plusieurs innovations dans son sac. Nos collègues de Networkworld ont répertorié ces atouts pour attirer les DSI.

Mise à niveau sur un OS en place

Depuis sa création, la version de bureau de Windows a donné aux utilisateurs la possibilité de mettre à jour leur système d'exploitation et de migrer toutes les applications. Une condition sine qua non pour pousser les gens à migrer de Windows 7 et 8 vers Windows 10. Mais jusqu'à présent, Windows Server n'offrait pas cette possibilité. Soit le serveur OS est livré avec un nouveau matériel, soit il a nécessité une nouvelle installation. Dans ce cas, le système d'exploitation a été installé sur un serveur vierge ou il remplaçait un système d'exploitation existant. Server 2019 est construit sur la même base de code que Server 2016, donc la mise à jour maintient la compatibilité des applications.

Windows Server 2019 peut mettre à niveau les anciennes installations, jusqu'à la version Server 2012. Il est donc possible de conserver ses configurations d'installation, ses paramètres, Active Directory, les rôles de serveur, etc. Server 2019 dispose également de la fonctionnalité de déploiement du système d'exploitation en cluster, qui facilite la mise à niveau du système d'exploitation des nœuds de cluster par un administrateur à partir de Windows Server 2012 R2. et Windows Server 2016 sans interrompre Hyper-V ou Scale-Out Filer Server. "La première chose que les clients doivent vérifier est de savoir si la mise à niveau du système d'exploitation existant est possible ou s'ils doivent effectuer une installation propre", a déclaré Arpan Shah, directeur général d'Azure chez Microsoft. "La configuration matérielle requise n'a pas changé entre les versions Server 2016 et Server 2019, c'est pourquoi une mise à niveau du système d'exploitation est possible".

Il précise que «le client doit vérifier s'il peut conserver et mettre à niveau ses serveurs ou s'il doit renouveler son équipement. S'il change d'équipement, il devra effectuer une installation propre. Mais si le client ne prévoit pas de renouveler son matériel, ils devraient envisager la possibilité de mettre à niveau le système d'exploitation en place. "

Cependant, Philip Elder, propriétaire associé de MPECS, une société de conseil spécialisée dans les solutions de haute disponibilité et Microsoft MVP, se méfie un peu de ce processus. "Avec une mise à jour du système d'exploitation en place, le client hérite de l'environnement entier de l'ancien système d'exploitation. S'il n'est pas sûr que l'environnement hérité fonctionnera correctement et ne causera pas de problèmes, il devrait éviter une mise à niveau du système d'exploitation en place", a-t-il recommandé. Elder dit qu'avec les mêmes ressources allouées aux machines virtuelles, la vitesse de Server 2019 est 75 à 80% plus rapide que celle de Server 2016. Peu importe la configuration de la machine virtuelle ou les ressources qu'elle utilise, "toutes les opérations prennent plus de temps sur Server 2016 », a-t-il déclaré.

Meilleure sécurité et application correcte des correctifs

Arpan Shah fait également valoir que Microsoft a considérablement amélioré la sécurité de Server 2019, en particulier dans les domaines suivants:

– Protection Windows Defender ATP

-Améliorations de VM protégées

-Cryptage du réseau virtuel

-System Guard Runtime Monitor

Windows Defender Advanced Threat Protection (ATP) a été considérablement amélioré pour offrir une visibilité sur les attaquants & # 39; l'activité de la mémoire et du noyau et la possibilité d'agir sur les machines compromises. Windows Defender détecte et bloque non seulement les ransomwares, mais restaure également les fichiers et les données en cas d'attaque par ce type de malware.

Introduite dans Server 2016, la machine virtuelle protégée a reçu une mise à jour très importante. Il permet désormais le chiffrement des machines virtuelles, telles que les contrôleurs de domaine, lorsqu'ils se trouvent sur le disque afin d'empêcher les attaquants d'accéder aux disques virtuels. L'attestation Active Directory pour le service hôte Guardian (GHS) est abandonnée au profit d'un mécanisme d'attestation de clé d'hôte plus facile à configurer. Le chiffrement du réseau virtuel fonctionne avec les machines virtuelles protégées pour protéger les données du réseau qui circulent sur le réseau et empêcher leur espionnage ou leur manipulation.

Le nouveau système de sécurité System Guard Runtime Monitor était déjà présent dans la mise à jour Windows 10 Creator de l'automne 2018. Dans System Guard Runtime Monitor, Microsoft a réuni toutes les fonctions d'intégrité du système en un seul runtime intégré au cœur de Windows 10. Le système offre une protection des processus au niveau du noyau et une sécurité matérielle, telle qu'une sécurité basée sur la virtualisation pour atténuer les attaques au niveau de la machine virtuelle. Selon Philip Elder, par rapport à la version Server 2016, Server 2019 bénéficie d'une "énorme amélioration" en termes de correctifs. "Avec Server 2016, il y a parfois des problèmes avec les correctifs et cela peut donc prendre beaucoup de temps. Comparativement, l'application de correctif pour chaque rôle et fonctionnalité est beaucoup plus rapide avec Server 19 qu'avec Server 16, et les correctifs sont également plus petits", a-t-il expliqué. m'a dit.

Toujours en termes de sécurité, la version Server 2019 inclut également des modifications pour les failles de sécurité x86 telles que Meltdown et Spectre. "Microsoft avait publié des correctifs pour Server 2016, mais ils n'étaient pas aussi bons", a déclaré Elder. «Les premiers correctifs pour Server 2016 étaient très difficiles à appliquer. Ils ont causé beaucoup d'écrans bleus de mort. Mais avec Server 2019, ces correctifs posent moins de problèmes », a-t-il ajouté.

Stockage, Kubernetes et Linux

Introduit dans la version Server 2016 Datacenter, le système de stockage de données distribué Storage Spaces Direct (S2D) permet d'organiser les disques locaux de plusieurs serveurs dans un stockage évolutif et tolérant aux pannes, protégé contre les pannes de disque et de serveur. Mais ce système avait des limites. Entre autres choses, la déduplication des données ne fonctionnait pas sur les systèmes de fichiers résilients (ReFS). La version Server 2019 intègre les deux et offre des performances beaucoup plus élevées.

Server 2019 inclut également une nouvelle fonctionnalité appelée Storage Migration Service, qui vous permet de migrer les systèmes de stockage à partir de Windows Server 2003 et de divers systèmes d'exploitation * nix (Unix et Linux) de manière très transparente. Le service de migration de stockage s'exécute sur Windows Server 2019 et agit comme un orchestrateur pour les phases du processus de migration (inventaire, transfert et basculement). Il transfère les données, les actions, les configurations, la sécurité, les attributs de fichier et les autorisations de partage aux nœuds que l'utilisateur choisit de migrer.

La version Server 2019 offre également une bien meilleure prise en charge de Kubernetes pour le déploiement et le dimensionnement des conteneurs. Server 2016 a pris en charge Kubernetes en tant que module complémentaire, mais cette fois, la prise en charge est native. Selon Arpan Shah, les conteneurs sont jusqu'à 75% plus petits que dans la version précédente. Server 2019 vous permet désormais d'exécuter Ubuntu, Red Hat Enterprise Linux et SUSE Linux Enterprise Server sur des machines virtuelles protégées. De plus, les machines virtuelles Linux peuvent bénéficier de la fonction de protection des machines virtuelles.

Batterie Azure HCI

Azure Stack a été livré après Server 2016. Server 2019 est donc la première version à prendre en charge nativement cette offre. Azure Stack permet aux clients d'exécuter un environnement cloud Azure sur leur propre matériel, et donc d'avoir un environnement Azure dans les limites de leurs pare-feu. En outre, le centre de données en tant qu'offre de services est entièrement intégré au service Azure et les applications peuvent être déplacées entre les deux. Azure Stack HCI fait partie de la gamme de produits Azure Stack. Il s'agit d'un cluster Windows Server 2019 hyperconvergé qui utilise du matériel validé pour exécuter des charges de travail virtualisées sur site avec la possibilité d'utiliser les services Azure pour la sauvegarde cloud, la restauration sur site, etc.

Les solutions Azure Stack HCI utilisent du matériel validé (HPE, Dell et Lenovo) par Microsoft pour garantir des performances et une fiabilité optimales et prendre en charge des technologies telles que les disques NVMe, la mémoire persistante et la mise en réseau directe à distance (RDMA). Selon Philip Elder, en termes de performances, Azure Stack HCI "est exponentiellement meilleur et beaucoup plus rapide avec Server 2019. Autre différence: Server 2016 manque de capacités de surveillance de l'intégrité des systèmes".

Autres innovations de Windows Server 2019 à surveiller

Les autres nouvelles fonctionnalités de Server 2019 incluent:

Présentation du système: Cette fonctionnalité apporte des fonctionnalités natives d'analyse prédictive locale à Windows Server. En analysant les données système de Windows Server, la fonctionnalité permet une plus grande automatisation des opérations au niveau du serveur et aide à réduire les coûts opérationnels associés à la gestion des instances de Windows Server par la suite.

Gestion unifiée: Windows Admin Center est une interface de gestion à distance HCI basée sur un navigateur qui inclut une configuration et une surveillance réseau définies par logiciel.

Mémoire de classe de stockage: Windows Server 2019 prend en charge la dernière génération de matériel serveur, y compris la mémoire de classe de stockage, améliorant considérablement les performances des applications serveur.

Surveillance à l'échelle du cluster: Cette fonction surveille l'utilisation de la mémoire et du processeur, la capacité de stockage, les IOPS, le débit et la latence en temps réel et émet des alertes lorsqu'une anomalie se produit.

Prise en charge des réseaux définis par logiciel (SDN): Windows Server 2019 vous permet de gérer et de surveiller des réseaux et sous-réseaux virtuels, de connecter des machines virtuelles à des réseaux virtuels et de surveiller l'infrastructure SDN. Avec SDN, il est possible de configurer et de gérer de manière centralisée les périphériques réseau physiques et virtuels. De plus, Windows Server 2019 prend désormais en charge l'adressage double pile IPv6 et IPv4 / IPv6. Server 2016 prend uniquement en charge IPv4, pas IPv6.

Prise en charge de la mémoire persistante: Windows Server 2019 prend en charge la mémoire persistante Intel Optane. Windows Server 2019 fournit un accès au niveau octet aux médias non volatils tout en réduisant considérablement le stockage des données ou la latence de récupération. Pour Philip Elder, "il n'y a aucune raison d'attendre la mise à jour vers Windows Server 2019". Selon lui, "tous ceux qui souhaitent migrer leurs charges de travail devraient franchir le pas, en particulier ceux qui utilisent Windows Server 2008".

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.