Serveur d'impression

Transcription: Trey Gowdy sur "Face the Nation" le 27 octobre 2019 – Bien choisir son serveur d impression

Le 31 octobre 2019 - 11 minutes de lecture

Ce qui suit est la transcription d’une interview de l’ancien membre du Congrès de la Caroline du Sud, Trey Gowdy, diffusée le dimanche 27 octobre 2019 sur "Face the Nation".


MARGARET BRENNAN: Nous passons maintenant à l'ancien membre du Congrès républicain Trey Gowdy. Auparavant, il dirigeait le principal comité d'enquête de la Chambre des représentants et se joint à nous ce matin à Greenville, en Caroline du Sud. Heureux de vous revoir sur "Face the Nation".

TREY GOWDY: Oui madame. Je vous remercie.

MARGARET BRENNAN: Vous m'aviez dit plus tôt que vous aviez accepté de travailler pour la Maison Blanche plus tôt ce mois-ci en tant qu'avocat externe du président lors de la procédure de destitution, mais vous ne l'avez pas fait. Et c’est parce que, comme vous le décrivez, une restriction imposée aux anciens membres du Congrès en matière de communication avec une intention d’influence pendant environ un an après leur départ du bureau.

MARGARET BRENNAN: So–

TREY GOWDY: Oui, madame.

MARGARET BRENNAN: – à la fin de cette année. Serez-vous rejoindre la bataille de la Maison Blanche?

TREY GOWDY: Je n'en ai aucune idée. Je ne représente pas le président à compter d'aujourd'hui. Je ne sais pas si quelque chose existera en janvier. C'est peut-être fini. Mon sentiment est que le président a besoin de personnes qui peuvent – qui peuvent le représenter maintenant devant la Chambre, le Sénat et – et indirectement par le biais d'émissions de télévision et de la presse écrite. Pendant un an, je ne peux pas vous parler à la Chambre ni au Sénat et lire ma lecture de cette loi. Je vous l'accorde, mais je ne peux même pas communiquer indirectement au nom d'une personne ayant l'intention de le faire. pour convaincre. Je ne pouvais donc pas venir à votre émission pour conseiller les républicains de la Chambre ou les démocrates de la Chambre sur la manière dont ils devraient mener leur enquête si je travaillais pour le président. Donc, je ne sais même pas si je serai en vie en janvier. Si Dallas ne commence pas à mieux jouer, je ne serai plus en vie en janvier. Donc, je ne sais pas ce que je vais représenter.

MARGARET BRENNAN: Eh bien, beaucoup de gens ont été surpris d'apprendre que vous songez à revenir à Washington. Vous aviez l'habitude de nous dire sur FACE THE NATION que vous en aviez tellement marre de la politique que vous vouliez rentrer chez vous et que vous étiez va plonger dans l’un des arguments vitrioliques les plus controversés que l’on puisse avoir.

TREY GOWDY: Oui, ma femme m'a posé beaucoup de ces mêmes questions. Pour moi, la destitution est la peine de mort politique, MARGARET.

MARGARET BRENNAN: So–

TREY GOWDY: Il y a une raison pour laquelle notre pays n'a jamais révoqué qui que ce soit du bureau. Donc, je le regarde comme un avocat. À quel processus a-t-on droit – une personne a-t-elle le droit si vous souhaitez la destituer de son poste …

MARGARET BRENNAN: D'accord.

TREY GOWDY: Et leur assigner un stigmate qui fera écho dans les salles de l’histoire?

MARGARET BRENNAN: Bien–

TREY GOWDY: Combien de processus est dû?

MARGARET BRENNAN: Eh bien, vous parlez de processus, et c'est très spécifique en ce qui concerne certaines des critiques formulées par les républicains à propos de cette enquête menée par les démocrates. Vous m'avez dit sur ce programme d'avril 2018 ce qui suit:

[BEGIN CLIP] TREY GOWDY: Eh bien, notre audience privée a été beaucoup plus constructive que l’audience publique. Je veux dire que les audiences publiques sont un cirque, Margaret. Je veux dire que c'est pourquoi je n'aime pas les faire. Je ne fais pas beaucoup d'entre eux. Je veux dire là-c'est un spectacle monstre. [END CLIP]

MARGARET BRENNAN: Tu le crois encore?

TREY GOWDY: Cent pour cent.

MARGARET BRENNAN: Donc, ces audiences–

TREY GOWDY: Je- je- j'ai toujours–

MARGARET BRENNAN: – devrait rester – ces dépositions devraient rester privées?

TREY GOWDY: Eh bien, vous ne pouvez pas choisir quels aspects de la procédure régulière vous allez utiliser. Ce n’est pas seulement la vie privée, c’est que la raison pour laquelle nous respectons les enquêtes du pouvoir exécutif n’est pas due au fait qu’elles se cachent derrière des portes closes, mais parce qu’il n’ya pas de fuites. Je veux dire John Durham – vous n'avez aucune idée de ce que John Durham a fait. Vous n'avez aucune idée de ce que Michael Horowitz va dire dans son rapport FISA. Il n'y a pas eu de fuite avec Bob Mueller. Vous opposez cela au fait qu'Adam Schiff a eu plus de conférences de presse ce week-end que ces trois hommes de leur vie. Il utilise une déclaration d'ouverture pour donner une parodie. Il ment à propos d'un dénonciateur. Alors oui, je préfère les enquêtes du pouvoir exécutif parce qu'elles sont fondées sur des faits, parce que vous attendez la fin pour tirer des conclusions et parce qu'il n'y a pas de fuites. Je comprends donc la frustration républicaine face à l’enquête en cours. Mon parti pris a toujours été d'aller aux enquêtes qui attendent la fin avant de partager leurs conclusions. Ce n'est pas juste de le faire heure par heure. Margaret Margaret: Il y a une raison pour que dans les salles d'audience, le juge informe le jury, vous ne pouvez même pas vous décider avant que le dernier témoin ait témoigné et que le dernier élément de preuve ait été présenté. Je veux dire, si cela suffit pour le système de justice, pourquoi ne devrait-il pas l'être aussi pour le système politique?

MARGARET BRENNAN: Donc, en d'autres termes, la prise de contrôle de la zone classée par certains républicains était un peu un coup politique et vous pensez que ce qui est révélé à huis clos devrait être entendu avant que des jugements soient rendus sur la question de savoir si le président devrait être destitué?

TREY GOWDY: Je pense deux choses: je suis un adepte de la règle, j'ai jeté un républicain hors d'une audience parce qu'il n'était pas membre du comité. Je n'ai pas pris de photos à la Chambre, même si j'étais minoritaire. Je suis un disciple de règle. Donc, je pense que si vous allez avoir des enquêtes privées avec un temps illimité pour interroger et contre-interroger des témoins, c'est une bonne chose. Ce qui n'est pas une bonne chose, c'est d'avoir des fuites sélectives dans lesquelles vous choisissez une phrase sur une déposition de huit heures, vous dirigez vers une banque de microphones et essayez d'essayer de nuire au résultat de l'enquête. Encore une fois, Horowitz ne le fait pas. Durham ne le fait pas. Mueller ne l'a pas fait. Nous respectons ces trois enquêtes.

MARGARET BRENNAN: Vous parlez–

TREY GOWDY: Je ne …

MARGARET BRENNAN: … sur les enquêtes du ministère de la Justice par rapport au processus politique …

TREY GOWDY: Absolument.

MARGARET BRENNAN: … de mise en accusation?

TREY GOWDY: Absolument, oui madame.

MARGARET BRENNAN: Mais quand il s’agit du processus politique ici avec mise en accusation et ces dépositions à huis clos, et qu’il est permis à environ 47 républicains d’être présents aux côtés des démocrates, qui sont la majorité bien sûr, nous avons entendu dire quelque chose cette semaine: considéré comme assez significatif par Bill Taylor, le plus haut diplomate américain en Ukraine. Il était à peu près le quatrième responsable américain à étayer dans ses détails, a-t-il dit dans des notes, que l'aide du président Trump à l'Ukraine et sa conversation avec le président étaient basées sur des enquêtes de Burisma, la société de gaz ukrainienne Hunter Biden le conseil d'administration et présumée ingérence de l'Ukraine dans les élections américaines de 2016 Ce sont deux citations. Cela vous semble-t-il approprié?

TREY GOWDY: Eh bien, prenons-les séparément. Est-ce une infraction impénétrable de subordonner l'aide à la coopération avec l'enquête électorale de 2016? Je veux dire, allons-nous destituer un président de son poste s'il conditionnait l'aide à déterminer qui essayait de s'immiscer dans notre élection de 2016 …

MARGARET BRENNAN: – Eh bien, le Congrès doit décider–

TREY GOWDY: – Je ne pense pas si–

MARGARET BRENNAN: – quelle infraction impénétrable. Mais le conditionnement semble beaucoup–

TREY GOWDY: – ils le font–

MARGARET BRENNAN: – comme une contrepartie.

TREY GOWDY: Eh bien, vous savez que ça veut dire quelque chose. J'ai besoin de savoir ce que sont ces deux choses. Si quelque chose ne va pas, nous ne vous aiderons pas tant que vous ne nous aiderez pas à découvrir qui a tenté de s'immiscer dans les leviers de la démocratie en 2016. MARGARET, je peux vous dire que si un démocrate a fait en sorte d'ajouter quelque chose à Mt . Rushmore. Je veux dire, nous avons passé deux ans en tant que pays à essayer de déterminer qui avait tenté de s'immiscer dans nos élections. Si clairement que cela ne peut pas être une infraction impénétrable. Demander le serveur ne peut pas constituer une infraction impénétrable, car Jim Comey voulait le serveur, alors …

MARGARET BRENNAN: Eh bien, vous êtes…

TREY GOWDY: J'ai besoin de savoir–

MARGARET BRENNAN: Désolé, juste pour–

TREY GOWDY: – quel est le quelque chose–

MARGARET BRENNAN: – pour être clair sur le serveur–

TREY GOWDY: – désolé.

MARGARET BRENNAN: – vous parlez du serveur informatique du Comité national démocrate. Voulez-vous dire que c'est caché en Ukraine?

TREY GOWDY: Je n'ai aucune idée–

MARGARET BRENNAN: D'accord.

TREY GOWDY: – Je n'ai aucune idée–

MARGARET BRENNAN: Le président a dit que …

TREY GOWDY: – fait partie de la limitation–

MARGARET BRENNAN: – donc c'est- c'est–

TREY GOWDY: Eh bien, je- je–

MARGARET BRENNAN: … une théorie qui a été démystifiée.

TREY GOWDY: Eh bien, c'est la théorie qui n'a pas été démystifiée. Jim, mais Jim Comey voulait le serveur. Je ne pense pas que ce soit un délit impénétrable pour Bill Barr de vouloir aussi le serveur. Je ne sais pas du tout où il se trouve, mais je ne pense pas que ce soit une infraction impénétrable de dire «si vous savez où il se trouve, cela vous dérangerait-il de nous le dire? N'oubliez pas que c'est le serveur que les Russes ont piraté pour avoir accès aux courriels. À un moment donné, nous voulions tous en savoir plus à ce sujet. Alors, quel est le délai de prescription pour interférer avec notre élection de 2016? Je ne sais pas. Pour ce qui est du reste de Taylor, j'ai lu sa déclaration liminaire, Margaret, mais il faudrait que je poursuive avec des questions.

MARGARET BRENNAN: D'accord.

TREY GOWDY: Il faudrait que je regarde aussi ce que les autres membres demandent …

MARGARET BRENNAN: Oui.

TREY GOWDY: – et surtout, à quoi ressemblerait le contre-interrogatoire avant que je puisse tirer des conclusions.

MARGARET BRENNAN: D'accord, Trey Gowdy, merci pour votre temps aujourd'hui.

TREY GOWDY: Oui, madame.

MARGARET BRENNAN: Nous serons de retour en cette journée occupée avec la sénatrice Amy Klobuchar.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.