Transcription de l'appel des résultats du premier trimestre 2020 de Microsoft Corp (MSFT) – Resoudre les problemes d’un serveur MineCraft

Logo du bonnet de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Fool Motley.

Microsoft Corp (NASDAQ: MSFT)
Appel des résultats T1 2020
23 octobre 2019, 17h30. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre de l'exercice financier 2020 de Microsoft. À ce stade, tous les participants sont en mode écoute uniquement. Une brève séance de questions-réponses suivra la présentation officielle.

[Operator Instructions]. Pour rappel, cette conférence est en cours d'enregistrement.

Je voudrais donner la parole à Mike Spencer, directeur général des relations avec les investisseurs. Je vous remercie. S'il vous plait procédez.

Michael SpencerDirecteur général des relations investisseurs

Bonne après-midi. Je vous remercie d'être venus aujourd'hui. Satya Nadella, directrice générale; Amy Hood, dirigeante principale des finances; Frank Brod, comptable en chef; et Keith Dolliver, avocat général adjoint.

Sur le site Web Microsoft Investor Relations, vous trouverez notre communiqué de presse sur les résultats et notre diapositive de récapitulatif financier, destinés à compléter les remarques que nous avions préparées au cours de l’appel d’aujourd’hui et à réconcilier les différences entre les mesures financières définies et définies par les PCGR.

Toutes les comparaisons de croissance que nous faisons aujourd'hui sur l'appel concernent la période correspondante de l'année dernière, sauf indication contraire. Nous fournirons également des taux de croissance à taux de change constants, le cas échéant, afin d'évaluer les activités sous-jacentes réalisées, compte non tenu de l'incidence des fluctuations des taux de change. Lorsque les taux de croissance sont les mêmes en monnaie constante, nous nous référerons au taux de croissance uniquement. Nous publierons nos remarques sur notre site Web immédiatement après l'appel jusqu'à ce que la transcription complète soit disponible.

L'appel d'aujourd'hui est diffusé sur le Web en direct et enregistré. Si vous posez une question, elle sera incluse dans notre transmission en direct, dans la transcription et dans toute utilisation future de l'enregistrement. Vous pouvez rejouer l'appel et consulter la transcription sur le site Web Microsoft Investor Relations. Au cours de cet appel, nous ferons des déclarations prospectives, à savoir des prévisions, des projections et d'autres déclarations relatives à des événements futurs. Ces déclarations sont basées sur les attentes actuelles et sur des hypothèses soumises à des risques et à des incertitudes. Les résultats réels pourraient différer considérablement en raison des facteurs évoqués dans le communiqué de presse sur les résultats d’aujourd’hui, dans les commentaires formulés au cours de la téléconférence et dans les sections relatives aux facteurs de risque de nos formulaires 10-K, Formulaires 10-Q et d’autres rapports et documents déposés auprès des Securities and Securities Act. Commission d'échange. Nous n’assumons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prospectives.

Et avec ça, je vais donner l’appel à Satya.

Satya NadellaDirecteur Général

Merci, Mike Et merci à toutes les personnes au téléphone d’avoir adhéré. Nous avons bien démarré l'exercice 2020 avec un chiffre d'affaires de 33 milliards de dollars ce trimestre. Notre activité Cloud commercial continue de croître à grande échelle, alors que nous collaborons avec les plus grandes entreprises mondiales pour les aider à créer leur propre capacité numérique. Microsoft fournit une pile technologique différenciée couvrant l’infrastructure applicative, les données et l’intelligence artificielle, des outils et services de développement, la sécurité et la conformité, les processus métier, la productivité et la collaboration.

Pour chacun de ces domaines – premièrement, chacun de ces domaines représente une opportunité de croissance séculaire à long terme. Deuxièmement, nous apportons une innovation et une ouverture hors pair dans chaque couche. Et troisièmement, nous offrons une intégration et une cohérence architecturale sans précédent sur l’ensemble de la pile afin de répondre aux besoins réels de nos clients.

Je vais maintenant souligner brièvement comment nous accélérons nos progrès en matière d'innovation, à commencer par Azure. Les entreprises ont aujourd'hui besoin d'un réseau informatique distribué pour répondre à leurs besoins en matière de souveraineté opérationnelle et de réglementation dans le monde réel. Ce trimestre, nous avons ouvert de nouvelles régions de centres de données en Allemagne et en Suisse. En Inde, nous apportons la puissance de Microsoft Cloud à des millions de petites entreprises grâce à notre partenariat avec Jio, l'un des plus grands opérateurs de téléphonie mobile du pays.

Aujourd'hui, chaque client Fortune 500 entreprend une migration vers le cloud, et nous le rendons plus rapide et plus facile. Cette semaine encore, nous avons annoncé un partenariat approfondi avec SAP sur le marché, faisant d'Azure la destination préférée de chaque client SAP. Et nos partenariats avec VMware et Oracle apportent également ces écosystèmes à notre Cloud. Nous étendons nos activités au-delà du cloud, permettant aux clients d'obtenir des informations en temps réel sur la génération des données, tout en garantissant la sécurité et la confidentialité. Et nous constatons que Azure Sphere connecte de manière sécurisée les machines à café Starbucks à Azure Stack dans tous les secteurs d'activité et permet des scénarios allant d'usines intelligentes et de banques modernes conformes aux systèmes de santé mobiles dans des régions isolées.

Nous réinventons les domaines de données de nos clients pour l'ère du cloud avec de nouvelles fonctionnalités illimitées. La base de données SQL Azure offre des fonctionnalités hyperscale aux bases de données relationnelles et Azure Cosmos DB, la base de données à haute latence et haute disponibilité pour les applications distribuées à l'échelle mondiale, quel que soit le type de données. L'intelligence artificielle sera la caractéristique essentielle de chaque application à venir. Nous disposons du portefeuille le plus complet d'outils, d'infrastructure et de services d'intelligence artificielle. Azure AI compte maintenant plus de 20 000 clients. Et plus de 85% des entreprises du Fortune 100 utilisent Azure AI au cours des 12 derniers mois.

Dans le secteur de la santé, Novartis a choisi Azure AI pour transformer le mode de découverte, de développement et de commercialisation des médicaments. Nuance s'appuiera sur notre cloud pour alimenter la salle d'examen des patients du futur, dans laquelle la documentation clinique est rédigée. Et Humana utilise Azure AI pour créer des solutions de soins de santé personnalisées pour ses plus de 10 millions de membres.

Nous repoussons également les limites sur la manière dont les ordinateurs et l'IA peuvent généraliser l'apprentissage au-delà de domaines restreints, en collaborant avec OpenAI sur une plate-forme de calcul intensif pour former et exécuter des modèles d'IA. Je suis enthousiasmé par notre partenariat et notre quête collective de démocratiser l'intelligence artificielle et ses avantages pour tous.

Passons maintenant aux outils de développement. La montée en puissance de la création IP numérique dans chaque organisation signifie que les développeurs vont de plus en plus diriger et influencer tous les processus et fonctions de l'entreprise. Et GitHub est l'endroit où ils vont apprendre, partager et collaborer. GitHub est passé à plus de 40 millions de développeurs, soit une augmentation de 30% depuis notre acquisition il y a un an, et plus de 2 millions d'organisations utilisent GitHub, dont la majorité du Fortune 50.

Chez Ford Motor Company, 8 000 employés utilisent GitHub pour innover et collaborer avec le vaste écosystème de développeurs de logiciels tiers. Notre acquisition du moteur d'analyse de code sémantique, Semmle ce trimestre, renforce nos capacités de sécurité, permettant aux développeurs de trouver plus facilement des vulnérabilités dans de grandes bases de code open source.

Passons maintenant à notre plate-forme Cloud de flux de travail Power. L'automatisation des flux de travail dans toutes les fonctions sera la clé des gains de productivité pour chaque organisation. Nous construisons la plate-forme Power en tant que cadre d'extensibilité pour Microsoft 365, y compris les équipes Microsoft, ainsi que Dynamics 365. Elle associe le développement d'applications sans code à code réduit, l'automatisation de processus robotiques et l'analyse en libre-service, permettant à tous les utilisateurs organisation pour créer une application ou un flux de travail intelligent là où il n’en existe pas.

Power Platform compte déjà plus de 2,5 millions de développeurs citoyens actifs par mois. Power Apps aide les experts en domaine, les plus proches du problème, à concevoir, créer et publier rapidement des applications personnalisées. Et 84% des entreprises du Fortune 500 ont déjà créé des applications Power.

Parlons maintenant de la sécurité. Les menaces informatiques et les réglementations croissantes font de la sécurité et de la conformité une priorité stratégique pour toutes les organisations. Nous proposons une offre complète couvrant identité, sécurité et conformité, englobant des appareils personnels, des applications, des outils de développement, des données et une infrastructure, afin de protéger les clients dans l'environnement actuel de confiance absolue. Cela commence par Azure Active Directory Premium utilisé par plus de 100 000 organisations pour la gestion des identités, de la gestion des accès et des applications SaaS dans des environnements hétérogènes.

Il intègre une protection des informations dans la sécurité du cloud avec Microsoft Defender Advanced Threat Protection et, désormais, une gestion des vulnérabilités basée sur le risque. Et cela s'étend à Azure Sentinel, désormais largement disponible. Sentinel est un service basé sur le cloud qui analyse les signaux de sécurité à grande échelle dans l’ensemble de l’entreprise en utilisant l’intelligence artificielle pour détecter, étudier et corriger automatiquement les menaces. Nous en parlerons davantage sur les opportunités en pleine expansion en matière de sécurité lors de notre conférence Ignite au cours des prochaines semaines.

Passons maintenant aux applications métier. Dynamics 365 est le seul nuage professionnel basé sur l'IA offrant aux clients une vue à 360 degrés de leur activité. Du marketing et des ventes à la finance et aux opérations en passant par les données unifiées et la découverte d'informations. Il permet à tous les niveaux de l'organisation de passer de processus de transaction réactifs et cloisonnés à des résultats opérationnels proactifs, reproductibles et prévisibles.

Ce trimestre, nous avons présenté Dynamics 365 Commerce, une nouvelle solution omnicanal visant à unifier les expériences de back-office en magasin et numériques et à fournir un contenu personnalisé, quel que soit le lieu d'achat. L'application Dynamics 365 AI Insights ingère les données de toute source tierce ou tierce partie et les analyse à partir de systèmes d'enregistrement pour alimenter des systèmes modernes d'engagement et de renseignement.

Les nouvelles informations sur les produits Dynamics 365 fournissent aux organisations telles qu'Ecolab, une vue en temps réel de la manière dont les clients utilisent leurs produits pour optimiser leur valeur au cours de la vie. De plus, Dynamics 365 Connected Store aide les détaillants comme Marks & Spencer à analyser les données d'observation pour optimiser l'expérience d'achat en magasin.

Nous permettons à nos clients de relier les processus commerciaux physiques et numériques avec notre nuage de réalité mixte englobant HoloLens 2, les services de réalité mixte Azure et les applications Dynamics 365. La société pharmaceutique, Patheon, par exemple, utilise les guides Dynamics 365 avec HoloLens pour réinventer la formation de ses employés.

Maintenant à LinkedIn. Nous avons de nouveau enregistré des niveaux d’engagement record ce trimestre sur la plateforme. Les solutions marketing restent notre segment qui connaît la croissance la plus rapide, en hausse de 44% par rapport à l'année précédente, alors que les spécialistes du marketing tirent parti de nos outils communautaires pour entrer en contact avec les quelque 660 millions de membres de LinkedIn. Nous continuons à innover dans notre portefeuille de talents, y compris les solutions de talents, les perspectives de talents, Glint, LinkedIn Learning pour aider chaque organisation à attirer, fidéliser et développer les meilleurs talents. Les évaluations de compétences LinkedIn constituent un nouveau moyen pour les membres de démontrer leurs compétences et de devenir plus faciles à découvrir pour les recruteurs.

Passons maintenant à Microsoft 365 et Surface. Plus tôt ce mois-ci, nous avons dévoilé notre gamme de services plus étendue comprenant deux nouveaux dispositifs à double écran pour l’année prochaine. Nous réinventons chaque couche avec la manière dont nous infusons l'IA depuis le silicium jusqu'aux facteurs de forme du périphérique, et le rôle des systèmes d'exploitation d'aider les utilisateurs à être plus productifs et plus créatifs dans un monde multi-sens et multi-périphérique.

Nous continuerons d’investir dans les différentes formes et fonctions afin de créer de nouvelles catégories de produits profitant à l’ensemble de notre écosystème OEM. Et notre partenariat élargi avec Samsung s’appuie sur notre promesse d’aider les gens à être plus productifs, quel que soit leur emplacement, en offrant OneDrive, Outlook sur votre téléphone et bien plus encore aux nouveaux appareils Samsung.

Microsoft 365 est le nuage de productivité mondial et la seule solution complète qui permet à tout le monde, de la suite C aux employés de premier niveau, de bénéficier d’une solution de travail intégrée et sécurisée – une expérience sécurisée sur n’importe quel appareil. Nous infusons l'intelligence artificielle dans Microsoft 365 pour rendre le travail plus intuitif et naturel. Le nouvel entraîneur de présentateur dans PowerPoint fait de n'importe qui un meilleur orateur public. Les nouvelles fonctionnalités de Word permettent aux professionnels de transcrire ou d’enregistrer des fichiers audio tout en restant dans le flux.

La vidéo est plus consultable, partageable et de première classe au sein de Microsoft – Microsoft 365 avec Stream. De plus, les nouvelles fonctionnalités d’encrage permettent aux utilisateurs de créer et de répondre aux commentaires de n’importe où en utilisant un stylet ou une voix. Les équipes Microsoft continuent de gagner du terrain en réunissant tout ce dont une équipe a besoin: discussion en ligne, voix, réunions, collaboration avec la puissance d'Office et des processus métier pour une expérience utilisateur intégrée unique, le tout avec la plus haute sécurité et conformité.

Les équipes gardent tout votre travail, vos conversations et vos réunions dans leur contexte, éliminant ainsi le besoin de rebondir entre différentes applications grâce à des fonctionnalités telles que la gestion de calendrier par une touche pour rejoindre des réunions depuis votre téléphone et nous élargissons notre opportunité avec 2 milliards de première ligne. les travailleurs du monde entier ajoutent des notifications de priorité, des messages ciblés spécifiques à un rôle et la possibilité d’entrer et de sortir d’un quart de travail.

Notre offre différenciée conduit à une utilisation accrue, faisant des équipes le leader de la catégorie. Plus de 350 organisations comptent désormais plus de 10 000 utilisateurs d’équipes. Plus largement, toute cette innovation alimente la croissance. Le nombre d'utilisateurs actifs mensuels d'Office 365 Commercial a dépassé 200 millions ce trimestre. Les entreprises leaders telles que Cerner, Chevron et le groupe Lego choisissent nos offres premium Microsoft 365 E5 pour leurs expériences de sécurité et de productivité avancées.

Enfin, les jeux. Dans le domaine des jeux, nous investissons dans le contenu, les services de communauté et dans le cloud afin d'élargir notre opportunité auprès de 2 milliards de joueurs dans le monde. Nous avons observé un nombre record d’utilisateurs mensuels actifs sur Xbox Live, tant sur la console mobile que sur la console, ainsi que sur la console, et sur une croissance continue du nombre d’abonnements Game Pass. Gears 5 a vu plus de 3 millions de joueurs lors de son premier week-end. Dix ans chez Minecraft est plus fort que jamais, avec des revenus et une utilisation record, et nous apportons la franchise à de nouveaux publics avec Minecraft Earth.

Enfin, la semaine dernière, nous avons lancé les essais de Project xCloud pour les joueurs qui peuvent jouer à des jeux où et quand ils le souhaitent sur n’importe quel appareil. En conclusion, nous accélérons notre innovation sur l’ensemble de la pile de technologies pour offrir une nouvelle valeur aux clients. Nous investissons de manière agressive dans les grands marchés au potentiel de croissance important et il n’en est qu’à ses débuts.

Sur ce, je laisse la parole à Amy, qui exposera nos résultats financiers en détail et partagera nos perspectives. Et je suis impatient de répondre à vos questions.

Amy E. HoodDirecteur financier

Merci, Satya. Et bon après-midi à tous. Ce trimestre, les revenus ont été de 33,1 milliards de dollars, en hausse de 14% et de 15% en monnaie constante. La marge brute en dollars a augmenté de 18% et 20% en monnaie constante. Le résultat d’exploitation a augmenté de 27% et de 32% à taux de change constant, et le bénéfice par action de 1,38 USD, de 21% à 25% à taux de change constant.

Une exécution cohérente et une forte demande pour nos offres hybrides et en nuage ont permis un bon début d'exercice, avec un nouveau trimestre de croissance à deux chiffres pour le résultat net et le résultat net. D'un point de vue géographique, nous avons constaté une force généralisée sur tous les marchés. Dans nos activités commerciales, nous avons encore constaté une augmentation de l’engagement des clients sur notre plate-forme Cloud. Chez Azure, nous avons enregistré une croissance importante du nombre de contrats de plus de 10 millions de dollars. De plus, Microsoft 365 a favorisé l’adoption par de nouveaux clients, ainsi que l’extension de notre base de clients existante, compte tenu de la valeur forte que Office 365, Windows 10 et Enterprise Mobility + Security offrent comme solution de renseignement sécurisée.

En conséquence, la croissance des réservations commerciales a dépassé les attentes, augmentant de 30% et 35% à taux de change constant, avec un volume de nouvelles affaires plus important et une exécution de renouvellement forte. La composition des rentes commerciales a augmenté à 91% et les revenus commerciaux non gagnés ont dépassé les attentes à 31,1 milliards de dollars, en hausse de 14% et de 16% à taux de change constant. Notre obligation de performance commerciale résiduelle s'est établie à 86 milliards de dollars, en hausse de 26% et de 27% à taux de change constant, grâce à ces engagements à long terme de la part de la clientèle.

Pour rappel, à l'avenir, nous divulguerons l'obligation de performance commerciale restante en tant qu'indicateur de performance clé, qui reflète mieux les engagements pris par nos clients pour tous les types de contrats. Le chiffre d’affaires de Cloud Commercial s’élève à 11,6 milliards de dollars, en hausse de 36% et de 39% à taux de change constant. Le pourcentage de la marge brute de Commercial Cloud a progressé de quatre points pour atteindre 66%, soit une amélioration significative de la marge brute Azure, compensant ainsi le transfert de la composition des ventes à Azure.

Le pourcentage de marge brute des sociétés s'est établi à 69%, en hausse de trois points par rapport à l'année précédente et supérieur à nos attentes, grâce à la composition des ventes tirées des activités à marge plus élevée. Le dollar américain a été un peu plus faible que prévu, ce qui a eu un impact légèrement moindre sur nos résultats. Les opérations de change ont réduit la croissance des revenus de moins de deux points et la croissance des coûts d’exploitation et des charges d’exploitation d’environ un point. Les charges d’exploitation ont augmenté de 8% à 9% en monnaie constante, ce qui est légèrement inférieur aux prévisions, principalement en raison du calendrier de commercialisation et des dépenses consacrées aux projets. Et les marges d’exploitation ont augmenté ce trimestre, sous l’effet de la combinaison d’une hausse des marges brutes et d’un effet de levier opérationnel grâce à une allocation efficace des ressources.

Passons maintenant aux résultats de notre segment. Les produits tirés de la productivité et des processus opérationnels se sont établis à 11,1 milliards de dollars, en hausse de 13% et de 15% à taux de change constants, dépassant les attentes, principalement tirés par nos activités commerciales dans les bureaux sur site. Les revenus commerciaux des bureaux ont augmenté de 13% et 15% en monnaie constante et ont bénéficié d'environ deux points de la vigueur des transactions au Japon. La croissance des revenus commerciaux d’Office 365, de 25% à 28% en monnaie constante, a de nouveau été tirée par la croissance de la base installée dans toutes les charges de travail et tous les segments de clientèle, ainsi que par l’ARPU plus élevé.

Le nombre de sièges commerciaux d’Office 365 a augmenté de 21% avec un mix croissant de notre suite Microsoft 365. Le chiffre d'affaires d'Office Consumer a progressé de 5% et de 6% à taux de change constants. La vigueur transactionnelle au Japon a été récompensée d'environ sept points, ce qui a plus que contrebalancé la vigueur comparable enregistrée lors du lancement d'Office 2019.

Le nombre d'abonnés Office 365 consommateurs a atteint 35,6 millions. Le chiffre d'affaires de Dynamics a augmenté de 14% et de 16% en taux de change constant, grâce à une croissance de 41% du chiffre d'affaires de Dynamics 365 et de 44% à taux de change constant. Le chiffre d'affaires de LinkedIn a augmenté de 25% et 26% en monnaie constante, avec une vigueur continue dans toutes les activités. Les sessions LinkedIn ont augmenté de 22%, l’engagement ayant à nouveau atteint un niveau record.

Les marges brutes du segment ont augmenté de 16% et 19% à taux de change constants, tandis que les améliorations des marges de LinkedIn et Office 365 ont plus que compensé l’augmentation de la composition des revenus tirés du cloud. Les charges d'exploitation ont augmenté de 8% et 9% en taux de change constants, grâce à la poursuite des investissements dans LinkedIn et dans l'ingénierie en nuage. Le résultat opérationnel augmente de 23% et 27% à taux de change constant.

Ensuite, le segment Intelligent Cloud. Les revenus se sont établis à 10,8 milliards de dollars, en hausse de 27% et de 29% en taux de change constants, dépassant les attentes, grâce à nos activités de serveurs sur site. Sur une base importante, le chiffre d’affaires des produits de serveur et des services en nuage a augmenté de 30% et 33% en monnaie constante, grâce à la demande continue de notre valeur hybride. Le chiffre d'affaires d'Azure a augmenté de 59% et de 63% en monnaie constante, grâce à une forte croissance de nos activités basées sur la consommation dans tous les segments de clientèle, partiellement contrebalancée par une nouvelle modération de nos activités par utilisateur.

Notre base installée de mobilité d'entreprise a augmenté de 36% pour atteindre plus de 120 millions de sièges, bénéficiant du dynamisme de la suite Microsoft 365. Et nos activités de serveurs sur site ont augmenté de 12% et 14% en taux de change constants, grâce à la vigueur continue de nos offres hybrides et premium, GitHub, et à environ quatre points d’avantage depuis la fin de la prise en charge de SQL et de Windows Server 2008. Chiffre d’affaires Enterprise Services a augmenté de 7% et de 8% en taux de change constants, sous l’effet de la croissance des services de support Premier. La marge brute des segments a augmenté de 27% et de 30% en monnaie constante.

Le pourcentage de la marge brute est en légère hausse, un autre trimestre d’amélioration significative de la marge brute Azure étant partiellement contrebalancé par une composition croissante des produits Azure IaaS et PaaS. Les charges d’exploitation ont augmenté de 22%, sous l’effet des investissements en cours d’ingénierie et de vente dans le cloud et l’IA, y compris GitHuB. Le résultat d’exploitation a augmenté de 33% et de 38% en monnaie constante.

Passons maintenant à l'informatique personnelle. Les revenus ont été de 11,1 milliards de dollars, en hausse de 4% et 5% à taux de change constants, dépassant les attentes car les performances meilleures que prévues de nos activités OEM Pro Pro et Windows Commercial ont plus que compensé la monétisation inférieure aux attentes des titres tiers dans le secteur des jeux. Sous Windows, le chiffre d’affaires des constructeurs autres que professionnels a baissé de 7% par rapport au marché des ordinateurs grand public, avec une pression continue dans la catégorie d’entrée de gamme. Les revenus d’OEM Pro ont progressé de 19% par rapport au marché des ordinateurs commerciaux, tirés par la forte demande de Windows 10 et par l’avancée du support Windows 7. Les stocks ont terminé le trimestre dans la fourchette normale.

Le chiffre d’affaires des produits et services cloud Windows Commercial a progressé de 26% et 29% en monnaie constante, sous l’effet de la demande soutenue de Microsoft 365, qui génère une plus grande reconnaissance du chiffre d’affaires sur le trimestre. Le chiffre d’affaires du secteur Surface a diminué de 4% et 2% à taux de change constants, sous l’effet du calendrier de transition du cycle de vie des produits, en avance sur les lancements de produits annoncés récemment.

Les revenus de la recherche, hors TAC, ont augmenté de 11% et 13% en monnaie constante, grâce à la croissance du taux de Bing. Dans le secteur des jeux, le chiffre d’affaires a diminué de 7% et de 6% en taux de change constants, en raison de la baisse des ventes de consoles. Le chiffre d’affaires pour le contenu et les services Xbox est resté relativement stable et a augmenté de 1% à taux de change constant, grâce à la croissance des abonnements Minecraft, Gears of War 5 et Game Pass, contrebalancée par la vigueur du titre de tierce partie de l’année précédente.

Les marges brutes du segment ont augmenté de 12% et 13% à taux de change constants, et le pourcentage de marge brute a augmenté de quatre points en raison de la composition plus élevée des ventes de la marge. Les charges d’exploitation ont diminué de 7% et de 6% à taux de change constants, le redéploiement des ressources en ingénierie au profit d’opportunités de croissance plus importantes étant partiellement compensé par des investissements dans les jeux. En conséquence, le résultat d’exploitation a augmenté de 28% et de 31% en monnaie constante.

Revenons maintenant aux résultats totaux de l'entreprise. Les dépenses en immobilisations, y compris les contrats de location-financement, se sont chiffrées à 4,8 milliards de dollars, en hausse de 12% par rapport à l'année précédente, grâce aux investissements en cours pour répondre à la demande croissante de nos services de cloud computing et légèrement inférieures aux attentes en raison de la variabilité normale des dépenses trimestrielles dans la construction de notre infrastructure de cloud. en dehors. Les liquidités versées pour les immobilisations corporelles se sont élevées à 3,4 milliards de dollars.

Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation se sont établis à 13,8 milliards de dollars, en hausse de 1% par rapport à l’année précédente, la forte facturation et les recouvrements dans le cloud étant partiellement compensés par les paiements d’impôts liés au transfert de biens incorporels au quatrième trimestre. Les flux de trésorerie disponibles se sont établis à 10,4 milliards de dollars et ont augmenté de 4%. En excluant l’impact de ces paiements d’impôts, les flux de trésorerie liés aux activités opérationnelles et les flux de trésorerie disponibles ont augmenté de 27% et de 39% respectivement.

Comme prévu, dans les autres produits et charges, les produits d’intérêts ont été compensés par les intérêts débiteurs, la réévaluation en monnaie étrangère et les pertes sur placements comptabilisées. Notre taux d'imposition effectif était de 16%, conformément aux attentes. Enfin, nous avons restitué 7,9 milliards de dollars aux actionnaires par le biais de rachats d’actions et de dividendes, soit une augmentation de 28% par rapport à la même période de l'année précédente.

Passons maintenant à nos perspectives. En supposant que les taux actuels restent stables, nous prévoyons que les taux de change réduiront d'environ deux points la croissance du chiffre d'affaires du Cloud intelligent, de l'ensemble de la société, de la productivité et des processus métier, ainsi que de la croissance du chiffre d'affaires de l'informatique personnelle d'environ aucun point, et n'auront aucun impact sur la croissance des coûts d'exploitation et des charges d'exploitation de la société. .

Nous nous attendons à un autre trimestre fort dans nos activités commerciales. La demande pour nos offres hybrides et nos services cloud reste forte et les dépenses en capital continueront de le refléter. Compte tenu de la variabilité normale et du calendrier des dépenses d'infrastructure, nous nous attendons à ce que les dépenses en capital du deuxième trimestre soient en légère baisse sur une base séquentielle, tout en continuant d'augmenter par rapport à l'année précédente. De plus, le pourcentage de la marge brute du nuage commercial continuera de s’améliorer d’une année sur l’autre, même avec la répartition continue des revenus générés par les services Azure à la consommation.

Maintenant, segmentez le guidage. En ce qui concerne la productivité et les processus métiers, nous tablons sur un chiffre d’affaires compris entre 11,3 et 11,5 milliards de dollars, grâce à une croissance à deux chiffres de l’Office Commercial, de Dynamics et de LinkedIn. Pour Intelligent Cloud, nous prévoyons des revenus compris entre 11,25 et 11,45 milliards de dollars.

Chez Azure, nous prévoyons une croissance toujours forte de nos activités basées sur la consommation et une croissance modérée de nos activités par utilisateur, compte tenu de la taille de la base installée. Notre activité de serveurs sur site sera motivée par la demande de nos solutions hybrides et premium, ainsi que par le bénéfice continu de la demande accrue avant la fin de la prise en charge de Windows Server 2008. Avec More Personal Computing, nous prévoyons des revenus compris entre 12,6 milliards de dollars et 12,6 milliards de dollars. 13 milliards de dollars. Sous Windows, la croissance globale du chiffre d'affaires OEM devrait à nouveau être supérieure à celle du marché des ordinateurs, car nous équilibrons la demande saine de Windows 10 et les avantages tirés de la fin prochaine de la prise en charge de Windows 7 par la capacité de la chaîne logistique à répondre à cette demande au deuxième trimestre.

Sur la base du signal de notre demande client et des cycles de fin de support précédents, nous nous attendons à ce que la date limite de support soit maintenue après le mois de janvier. En ce qui concerne les produits et services cloud Windows Commercial, nous prévoyons un autre trimestre vigoureux, bénéficiant du dynamisme continu de Microsoft 365. En surface, le lancement des tout derniers ordinateurs portables Surface Pro et Surface devrait entraîner une faible croissance des revenus à deux chiffres par rapport à l'année précédente. Dans Search, ex-TAC, nous prévoyons une croissance des revenus similaire à celle du premier trimestre. Et dans le secteur des jeux, nous prévoyons une baisse des revenus de l'ordre de 20%, du fait de la baisse des ventes de consoles à l'approche de la fin de cette génération, ainsi que du plus trimestriel comparable des titres tiers publié le plus difficile de l'année dernière.

Revenons maintenant aux conseils généraux de l'entreprise. Nous prévoyons des émissions de marchandises de 12,45 à 12,65 milliards de dollars et des charges d’exploitation de 10,8 à 10,9 milliards de dollars. Les autres produits et charges devraient s’élever à environ 50 millions de dollars, les intérêts créditeurs étant partiellement compensés par les intérêts créditeurs et les charges de location-financement. Enfin, nous nous attendons à ce que notre taux d’imposition effectif pour le deuxième trimestre soit légèrement supérieur au taux de 17% pour l’exercice complet.

Maintenant, laissez-moi partager quelques commentaires supplémentaires sur l’année complète. Au niveau de la société, nous continuons de prévoir une croissance à deux chiffres des revenus et du résultat d’exploitation, tirée par la dynamique soutenue de nos activités commerciales. Compte tenu de nos bons résultats au premier trimestre et de la composition des ventes prévue pour le reste de l'année, nous nous attendons maintenant à une légère hausse des marges d'exploitation par rapport à l'année précédente. même si nous continuons d’investir avec une ambition significative dans les zones à forte croissance.

Sur ce, Mike, allons à Q & A.

Michael SpencerDirecteur général des relations investisseurs

Merci Amy. Nous allons maintenant passer à Q & A. En ce qui concerne les autres participants à l'appel, nous demandons aux participants de ne poser qu'une seule question. Opérateur, pouvez-vous s'il vous plaît répéter vos instructions.

Questions et réponses:

Opérateur

Je vous remercie. Pour le moment, nous organiserons une séance de questions-réponses. [Operator Instructions]

Notre première question vient de la ligne de Keith Weiss avec Morgan Stanley. S'il vous plait procédez.

Keith WeissMorgan Stanley – Analyste

Merci. Merci d'avoir pris la question et très beau quartier. J'espérais approfondir un peu le domaine du cloud intelligent et ce que vous voyez entre eux sous un angle hybride et peut-être une question pour Satya et une pour Amy. Pour Satya, pouvez-vous nous parler un peu de la manière dont ces engagements hybrides sont en quelque sorte déployés avec les gros clients, comment ils sous-traitent? Et quel que soit le sens que vous puissiez nous donner, en ce qui concerne la manière dont ils doivent impliquer à la fois les actifs sur site et les actifs de cloud, car je pense que cette partie de l’équation est vraiment surprenante pour beaucoup d’investisseurs et quel est le rendement de Server & Tools.

Et puis, peut-être que pour Amy, vous pourriez nous aider à comprendre un peu quand nous examinons Server & Tools en hausse de 14% en monnaie constante, ce qui est très en avance sur nos attentes. Comment devrions-nous penser à la durabilité de cette évolution? sorte d'avancée de la demande avant certaines explorations tactiques de serveur et Windows Server? Et que va-t-il y avoir de plus durable avec le temps grâce à ces tirants en avant?

Satya NadellaDirecteur Général

Bien sûr, Keith, merci pour la question. Dans l’ensemble, notre approche a toujours consisté à utiliser cette structure informatique distribuée ou à considérer l’hybride comme une phase non transitoire, mais comme une vision à long terme de la manière dont l’informatique répondra aux besoins du monde réel, car si vous pensez à long terme, migreront là où les données sont générées et de plus en plus, il y en aura de plus en plus dans le monde réel, où, lorsque vous pensez au cloud, vous devez penser à la périphérie du cloud en tant que construction de première classe. Et dans ce contexte, nous voyons quelques choses que vous voyez même dans les résultats d'aujourd'hui.

L'un est les avantages hybrides. C’est de plus en plus ce qui enthousiasme les clients pour le choix d’Azure et le fait qu’ils peuvent se renouveler, sachant qu’ils disposent de la flexibilité du cloud et de la périphérie, qui sont indiscutablement le moteur de la croissance. Deuxièmement, nous gagnons également des parts. Lorsque vous réfléchissez à ce qui se passe même à la périphérie, certains de – nos produits d’ajout de centres de données sont très compétitifs sur le marché. Et vous voyez ces deux effets, mais sur le plan architectural, nous nous sentons bien placés. En fait, lors de notre conférence Ignite, vous nous verrez même faire un bond en avant, même en ce qui concerne notre conception de l’architecture, y compris les modèles d’application, les modèles de programmation sur l’avenir de l’informatique distribuée. Nous nous sentons donc bien placés là-bas.

Amy E. HoodDirecteur financier

Et Keith, à votre question sur le type de durabilité, nous essayons de faire ressortir les quatre points qui, selon nous, étaient liés au point de vue transactionnel, était dû à la fin du support, ce qui représente 4 des 12 en USD. Et donc, mais pour nous, si vous reculez un instant, les tendances durables évoquées par Satya, qui consistent à garantir que nous octroyons des licences d’une manière qui respecte la réalité à long terme du lieu où les données et le calcul seront nécessaires, sont les suivantes: nous appelons la proposition de valeur hybride, et les droits qui y sont associés sont inhérents à la manière dont nous déclarons ce nombre. Ainsi, pour nous, ce que vous verrez est la force premium, que nous avons observée ce trimestre dans SQL et Windows en raison de la proposition de valeur de la technologie hybride et, bien entendu, d’une force plus large. Disons que, lorsque les utilisateurs estiment que leur souplesse ne leur permet pas d’obtenir une licence, ils ne sont pas limités.

Keith WeissMorgan Stanley – Analyste

Excellent. C'est super utile. Merci les gars.

Michael SpencerDirecteur général des relations investisseurs

Merci, Keith. Opérateur, nous allons prendre la prochaine question s'il vous plaît.

Opérateur

Je vous remercie. Notre prochaine question vient de la lignée de Heather Bellini avec Goldman Sachs. S'il vous plait procédez.

Heather BelliniGoldman Sachs – Analyste

Super, merci beaucoup. Et c'est une question pour Amy. Je me demandais juste, vous dites depuis un moment que vous constatez des améliorations significatives des marges brutes Azure et que cela a évidemment énormément profité à la marge brute de Commercial cloud. Je me demandais simplement si vous pouviez nous dire à quel point l’amélioration est liée à la nécessité d’agrandir les centres de données à un taux moins élevé que vous ne l’avez été. Peut-être que vous commencez à reconnaître moins d’amortissements et d’amortissements à venir ? How much of it is due to just better capacity utilization? And I'm just trying to get a sense of, how much longer you are going to be able to say that for, I guess, and just have you guys been ratcheting up your target gross margins for Azure over the years to where you think they could be, as you look ahead? Je vous remercie.

Amy E. HoodChief Financial Officer

Thanks, Heather. Let me start by saying, in general, at the Commercial cloud gross margin, what you're seeing is revenue growth that for the past, almost two years has vastly been faster than our capital expenditure growth. So if you start at the top of the frame, what we're seeing is overall gross margin improvement across portfolio, and improving — and that comes from a couple of things, which is where you're getting to on Azure. It comes from structural improvement on sort of cost per unit, but it also comes from mix shift of revenue to premium services from being able to sell more SaaS-like services and consumption services, or even premium data services that really do have both more margin, but also are quite consistent in terms of their growth and you see then that represented as improving targets for us.

But I would say in general, Heather what the team has done has actually delivered on what I think we felt was a five-year roadmap of improving gross margins on a material basis. Now as you continue to see the mix shift to the consumption-based Azure services. The overall cloud gross margin will improve at the same rate, and we've said that and you'll continue to see that on a go-forward basis as well. But we do continue to expect Azure, especially on the consumption side gross margins to improve and they still had room to improve, especially as we start to see some of these premium services both being made available and being utilized at higher rates.

Heather BelliniGoldman Sachs — Analyst

Great, thank you.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Heather. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Karl Keirstead with Deutsche Bank. Please proceed.

Karl KeirsteadDeutsche Bank — Analyst

Well, thank you. Amy question for you. When I look at your next quarter guidance by revenue segment, it seems to equate to an overall revenue growth rate, assuming the midpoint of about 9% to 10%. So when I combine that with the 14% growth you just put up in Q1, it implies that in the second half overall Microsoft revenue growth should remain roughly in the 10% zip code to enable you to get to double-digit growth for the full year, despite the fact that you're moving past some fairly key end of support milestones. I think some of us were expecting a little bit more of a first half-second half delta. So I just wanted to ask you, what's — what are the, maybe one or two or three drivers that enable you to sustain that growth rate in the second half? And if it's fair to assume that your guidance doesn't really reflect any deterioration in the overall spending environment? Thanks a lot.

Amy E. HoodChief Financial Officer

Yeah, I think in general, Karl, a couple of things I would point to, or many of the things I talked about in the comments that we've prepared. Overall, Q1 was a very strong start commercially, from a bookings perspective with some very strong trends across the board. Whether it is in both the absolute size and number of the Azure commitments that we're seeing, the consistency we're seeing in the consumption growth rates of Azure. The commitments we're seeing to Microsoft 365. Some of the signs we're seeing across our Dynamics, the Power platform, the workflow cloud that Satya referred to and LinkedIn, it's a good bookings quarter, a good execution quarter on overall contracting value.

Renewals were good, recapture rates were good and new business was good. So with that confidence, some of those same trends that we had talked about, of course show up through the year. And we've tried to be consistent in that, while end of support we'll make four points here and there each quarter. The more sustainable trends are the fact that our commercial cloud overall offer significant value and differentiation to customers and they are making longer-term commitments, and we continue to grow ARPU.

So when I think about sort of some of the seasonality that you're talking about, Q2, I thought we were, I wanted to be clear that that's really a gaming challenge in Q2. And you see that reflected in the margins in Q2 being significantly better than they were last Q2. And if you think about H2, I do expect Surface, we'll have some easier comparables in H2 and a new portfolio to grow from. So I think that's another change you'll see in trajectory in H2 as well.

Karl KeirsteadDeutsche Bank — Analyst

Terrific. Thank you, Amy.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Karl. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Mark Moerdler with Bernstein Research. Please proceed.

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Je vous remercie. And congrats on the quarter. AI is obviously a large focus and it was a large driver of intelligence — opex spending growth this quarter. Satya, can you give us some more color on where you see Microsoft on the AI journey? And Amy, is this investing way ahead of revenue or is AI already driving big revenue for Azure? How should we think about it? I appreciate, thanks.

Satya NadellaChief Executive Officer

Well, thanks Mark. It's a great question because we look at what's happening with AI having two dimensions to it. One is, I would say just our own use of AI as first-party SaaS applications. There are some phenomenal breakthroughs when you see new transcription features or new computer vision features that come with HoloLens. All of these are being driven by new AI capabilities, that are all by the way powered by the same cloud infrastructure. We all build everything at Microsoft, with first party equals third party with Azure as the core platform. And so what you see us is in fact using our own SaaS applications and consumer innovation even to drive the high-end AI capability, but then bringing the best in class tooling for enterprise customers.

So for example, like we have innovated even in, what does DevOps look like for the machine learning age? That's a unique capability that's there in Azure ML. And those are the types of innovations that are even driving the projects that our enterprise customers have on Azure. So you will see us leverage our overall spend, whether it's capex or opex across all of what Microsoft does and then Surface them in I think what is perhaps the best way to get traction in the enterprise market, which is great tooling compliance, security and that's a place where we're making good progress.

Amy E. HoodChief Financial Officer

And so, for me Mark, it's a little bit hard for me to say, gosh, we invest in AI here and you'll see it specifically here. What I think you heard through Satya's commentary is actually AI woven through every layer and component of the entire tech stack. And how important that is whether you're participating at the Dynamics 365 layer with Insights or whether you're using components like some of our customers are may be for a natural interaction work. And so for me, it is almost fundamental to see that cost in investment because you'll see it in margin and usage and frankly product differentiation that we can provide versus our competitors.

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Excellent. I really appreciate it. Je vous remercie.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Mark. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Brent Thill with Jefferies. Please proceed.

Brent ThillJefferies — Analyst

Merci. Amy, there's been a lot of macro concern among tech investors, given some of the peers in your group have seen some weakness. It doesn't seem that you have seen anything but I'm curious if you could just comment on what you're seeing from a demand perspective?

Amy E. HoodChief Financial Officer

Thanks, Brent. What I would say is, for us, it has been so important to remain focused on where growth and opportunity exist, and to invest in those areas that are large, expansive and durable [indecipherable]. And I think when you think about where we spend our time both building products, investing in marketing, investing in sales capability and technical capability, it has been in many, if not all of those places. So when I look and say, where is our execution, or how do I think about our ability to execute in a macro environment, for me it is about investing in the right places, executing in a great way, remaining focused on the transition, our customers need us to help them through to create their own opportunity and their own growth.

And I think we've done a nice job of being invested in the right places. Satya mentioned a few of them on the call, but there are really many. If you think about security, compliance, communication, workflow, business process reinvention, the list can go on and on where I feel like we have set up a multi-year journey to be well positioned. And I tend to think of every quarter, every year as an opportunity to continue to differentiate, invest in innovation and execute well to take share. And so that's I think how I've approached that.

Satya NadellaChief Executive Officer

And I think that's probably the unifying theme, quite frankly, of all the questions so far, which is what's next. What's next for us is in the apps and infra go from perhaps first innings to second innings. For data and AI to start the first innings. When it comes to security, compliance, we never participated in this. Guess what, we get to participate in a fairly competitive way now. We've Build, something that didn't even exist a few years ago, which is the workflow cloud. That's a huge opportunity for us. Biz Apps, we are a very competitive and growing footprint. Even when we think about something like Microsoft 365, we never participated in spite of our past success with all the first-line work, and now we get to participate in it. So I see long-term secular growth opportunities and we are going to stay focused on making sure our innovation is competitive in all those layers, we talked about.

Brent ThillJefferies — Analyst

Je vous remercie.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Brent. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Phil Winslow with Wells Fargo. Please proceed.

Philip WinslowWells Fargo Securities — Analyst

Yeah, thanks guys for taking my question and congrats on another really impressive quarter. Satya, I want to focus on the strategic announcements you talked about earlier in the call, the Oracle, VMware and obviously the most recent one with SAP. What — just walk us through the sort of the strategic thoughts behind these and then also, especially with VMware and Oracle, since those are out there, obviously longer. What's the feedback from customer — customer has been? And then I guess to Amy, how do you think about sort of these big strategic analysis this year actually showing up in the numbers?

Satya NadellaChief Executive Officer

Sure, Phil. Merci. So overall, I think this is again one of those things where in the past, we participated in the infrastructure business, but we had a fairly narrow footprint, which is, we had our own infrastructure that supported primarily our databases and our operating systems, whereas with the migration to the cloud, our customers are looking for us to be a provider of all their infrastructure needs, which is heterogeneous. And that's what has really led us at the infrastructure layer to have partnerships with VMware and Oracle. We, as you know, have first-class support for Windows and Linux, Java and .Net, Postgres and SQL, VMware, Red Hat as well as obviously Windows Hypervisor.

So, I feel that we now have that ability to be able to take the entire infrastructure estate, the entire data estate and really add value with these partnerships. And SAP represents the same because SAP has got both infrastructure. We now are the preferred cloud. So I think it's a fairly no-brainer for any customer who is an SAP customer who wants to accelerate their migration to the cloud and innovation from SAP and us that they should move to Azure, and that's what this announcement was all about. And so we are really looking forward to essentially executing on that strategy and that customer need that we see very clearly.

Amy E. HoodChief Financial Officer

And Phil, to your question on where would we see this. You'd actually see it in a couple of places, not just in Azure, which may in fact be the most logical extension. But at the heart of this, this is making it easier, faster and more reliable for us to help customers move their estate to the cloud. And to migrate that with confidence. And so when we do that, it's about becoming a committed partner. And you actually see that in broader Microsoft Cloud results whether that's helping even through these partnerships to be able to get closer to Tier 1 workloads, business process changes and so I actually think these are quite important for us to continue to make sure the first goal is customer centric, which is why we continue to move in this direction.

Philip WinslowWells Fargo Securities — Analyst

Thanks guys.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Phil. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Jennifer Lowe with UBS. Please proceed.

Jennifer LoweUBS — Analyst

Great, thank you. I think this is probably an Amy question, as I sort of parse through the dynamics within Office 365 and through the discussion around sustainability of double-digit growth within the commercial segment. We've seen seat count decelerate, also the uplift on pricing maybe isn't as much as quarter as we saw in the past, which leads me to believe that that you are seeing a lot of success in the front-line worker piece and maybe that's a bigger driver of the seat count from here. But can you just, and at the same time you're seeing strong uptake of the premium SKUs as well. But as we think about seat count going forward, how much opportunity is there still left on the migration front of commercial licenses versus leaning a bit more on things like frontline worker to sustain that growth. And is there a point where potentially the seat growth and things like frontline could start to eat further into your ability to continue to lift ARPU on the base you already have?

Amy E. HoodChief Financial Officer

Thanks, Jen. Let me break this question apart, because you are actually asking important dynamics that I don't always think of is trade-offs. And so I want to make that more clear in my answer. First, your question on seat growth. We have room even beyond just first line workers, whether that is our ability in small and mid-sized businesses, on a global basis with mobile first workers, this is a very broad opportunity for us to reach people, trying to accomplish tasks and do their work on devices of any size, and so there is significant room for us to continue to make progress on that front.

Now, could that end up with some ARPU pressure long term? It certainly could. But the important for me, I don't think of that as being necessarily a negative. We used to really make no money through the seats that we just talked about. And so every dollar or multiple dollars or many dollars earned on those new seats is all new revenue, new opportunity and new socket for us.

Let me separate that from the next dynamic, which is why sort of an average number may not be the best indication, which is our ability to continue to move people to higher value SKUs, whether that's through the addition of really compelling things in security or compliance or communications or collaboration or knowledge or learning, where we can add value. Whether we call that E5 or E3, we have room in that transition as well and new opportunity in a way that I'm not sure, I've seen that. I feel very optimistic about M-365, I'm sorry, Microsoft 365 and our ability to continue to add value. So hopefully that helps, Jen.

Jennifer LoweUBS — Analyst

Yeah, that's great. Je vous remercie.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Jen. Operator, we'll take our last question now, please.

Operator

Je vous remercie. Our last question comes from the line of Raimo Lenschow with Barclays. Please proceed.

Raimo LenschowBarclays Capital — Analyst

Hey, thanks for squeezing me in. Quick question on Azure, if I look at the SAP announcements, but you had some other industry announcements out there smell like Humana, etc, like how do I have to think about the progress you guys are making there in terms of getting more into the different industries and to kind of create deeper relationships around Azure evolving and just doing kind of simple infrastructure outsourcing. Je vous remercie.

Satya NadellaChief Executive Officer

Yeah, it's a very deliberate strategy that we have in meeting our customers' needs, we need to have the partners they already work with and want to work with also on our platform. So it starts sometimes with the customers whether it's Humana or Walgreens or WalMart and others. It also starts with partners like Nuance, which is another one that we announced recently. And so the idea is for us to be really ensuring that by every industry, we have the right marquee customers as well as the partners and have strong go-to markets. One of the things that everyone I think in the marketplace understands is Microsoft for especially from a partner perspective is a great route to market. We have a platform directly with our sales force, as well as our channel, that is very attractive to third-party developers to get on Azure, and they realize those benefits and in fact our customers rely on that as also as a benefit because it helps them get the best value from their partners as well.

Raimo LenschowBarclays Capital — Analyst

Je vous remercie.

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Thanks, Raimo. That wraps up the Q&A portion of today's earnings call. Thank you for joining us today and we look forward to speaking with all of you soon.

Amy E. HoodChief Financial Officer

Je vous remercie.

Satya NadellaChief Executive Officer

Thank you all.

Operator

[Operator Closing Remarks]

Duration: 54 minutes

Call participants:

Michael SpencerGeneral Manager of Investor Relations

Satya NadellaChief Executive Officer

Amy E. HoodChief Financial Officer

Keith WeissMorgan Stanley — Analyst

Heather BelliniGoldman Sachs — Analyst

Karl KeirsteadDeutsche Bank — Analyst

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Brent ThillJefferies — Analyst

Philip WinslowWells Fargo Securities — Analyst

Jennifer LoweUBS — Analyst

Raimo LenschowBarclays Capital — Analyst

More MSFT analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo

Laisser un commentaire