Serveur d'impression

Logique d'entreprise – Wikipedia – Serveur d’impression

Le 21 octobre 2019 - 9 minutes de lecture

Dans les logiciels informatiques, logique d'entreprise ou logique de domaine est la partie du programme qui code les règles métier du monde réel qui déterminent la manière dont les données peuvent être créées, stockées et modifiées. Cela contraste avec le reste du logiciel qui pourrait concerner des détails de niveau inférieur de la gestion d'une base de données ou de l'affichage de l'interface utilisateur, de l'infrastructure système ou de la connexion en général de différentes parties du programme.

Détails et exemple[[[[modifier]

Logique métier:

  • Prescrit comment les objets métier interagissent les uns avec les autres
  • Applique les itinéraires et les méthodes permettant d'accéder aux objets métier et de les mettre à jour.

Règles commerciales:

  • Modélisez des objets métier réels (tels que des comptes, des prêts, des itinéraires et des inventaires)

La logique métier comprend:[1]

  • Les workflows sont les tâches ordonnées consistant à transmettre des documents ou des données d'un participant (une personne ou un système logiciel) à un autre.

La logique métier doit être distinguée des règles métier.[2] La logique applicative est la partie d'un système d'entreprise qui détermine comment les données sont transformées ou calculées et comment elles sont acheminées vers des personnes ou des logiciels (flux de travail). Les règles métier sont des expressions formelles de la politique commerciale. Tout ce qui est un processus ou une procédure est une logique métier et tout ce qui n'est ni un processus ni une procédure est une règle métier. L'accueil d'un nouveau visiteur est un processus (flux de travail) comprenant des étapes à suivre, tandis que dire que chaque nouveau visiteur doit être accueilli est une règle de travail. En outre, la logique métier est procédurale alors que les règles métier sont déclaratives.[3]

Par exemple, un site Web de commerce électronique peut autoriser les visiteurs à ajouter des articles à un panier, à spécifier une adresse de livraison et à fournir des informations de paiement. La logique commerciale du site Web peut inclure un flux de travail tel que:

  • La séquence d'événements qui se produit lors de la commande, par exemple un formulaire de plusieurs pages qui demande d'abord l'adresse de livraison, puis l'adresse de facturation, la page suivante indique le mode de paiement et la dernière page des félicitations.

Il y aura également des règles commerciales du site:

  • Ajouter un article plusieurs fois à partir de la page de description de l'article augmente la quantité pour cet article.
  • Les formats spécifiques que l'adresse du visiteur, l'adresse électronique et les informations de carte de crédit doivent suivre.
  • Un protocole de communication spécifique pour communiquer avec le réseau de cartes de crédit

Le logiciel de site Web contient également un autre code qui n'est pas considéré comme faisant partie de la logique métier ni des règles métier:

  • Contenu périphérique non lié aux données de base de l'entreprise, tel que le HTML qui définit les couleurs, l'apparence, l'image d'arrière-plan et la structure de navigation du site
  • Code de traitement d'erreur générique (qui affiche par exemple la page Code d'erreur HTTP 500)
  • Code d'initialisation qui s'exécute lorsque le serveur Web démarre le site, ce qui configure le système
  • Surveillance de l’infrastructure pour s’assurer que toutes les parties du site fonctionnent correctement (par exemple, le système de facturation est disponible)
  • Code générique pour établir des connexions réseau, transmettre des objets à la base de données, analyser les entrées utilisateur via les événements HTTP POST, etc.

Logique d'entreprise et niveaux / couches[[[[modifier]

La logique métier occupe en théorie le niveau intermédiaire d'une architecture à 3 niveaux.

La logique métier peut être n'importe où dans un programme. Par exemple, avec un format donné pour une adresse, vous pouvez créer une table de base de données comportant des colonnes correspondant exactement aux champs spécifiés dans la logique applicative, ainsi que des vérifications de type pour vous assurer qu'aucune donnée non valide n'est ajoutée.

La logique métier change souvent. Par exemple, l'ensemble des formats d'adresses autorisés peut changer lorsqu'un détaillant en ligne commence à expédier des produits vers un nouveau pays. Ainsi, il est souvent considéré comme souhaitable de rendre le code qui implémente la logique métier relativement isolé ou faiblement couplé. Cela rend plus probable que les modifications de la logique métier nécessitent un petit ensemble de modifications de code, dans une partie seulement du code. Le code distant mais fortement couplé crée également un risque plus élevé que le programmeur ne fasse que quelques-uns des changements nécessaires et manque une partie du système, ce qui conduit à un fonctionnement incorrect.[4]

Une architecture à plusieurs niveaux formalise ce découplage en créant un couche de logique métier qui est distinct des autres niveaux ou couches, tels que la couche d'accès aux données ou la couche de service. Chaque couche "ne sait" que très peu de choses sur le code des autres couches – juste assez pour accomplir les tâches nécessaires. Par exemple, dans un paradigme modèle-vue-contrôleur, les couches contrôleur et vue peuvent être réduites au minimum, avec toute la logique métier concentrée dans le modèle. Dans l'exemple de commerce électronique, le responsable du traitement détermine la séquence des pages Web dans la séquence de paiement et est également responsable de la validation du courrier électronique, de l'adresse et des informations de paiement conformément aux règles commerciales (plutôt que de laisser ces informations à la base de données elle-même). ou code d'accès de base de données de niveau inférieur).

Des paradigmes alternatifs sont possibles. Par exemple, avec des entités métier relativement simples, une vue générique et un contrôleur peuvent accéder aux objets de base de données qui contiennent eux-mêmes toute la logique métier pertinente concernant les formats acceptés et les modifications possibles (modèle de base de données).

Certains schémas hiérarchisés utilisent une couche d'application ou une couche de service distincte, ou considèrent la couche de logique métier comme étant la même que l'une de celles-ci.

Outils et techniques[[[[modifier]

La logique métier peut être extraite du code de procédure à l'aide d'un système de gestion des règles métier (BRMS).[5]

L'approche des règles métier du développement logiciel utilise les BRMS et impose une séparation très forte de la logique métier des autres codes. Les systèmes de gestion d'interface utilisateur sont une autre technologie utilisée pour imposer une séparation stricte entre la logique métier et un autre code. Le bouton magique est considéré comme un "anti-motif": une technique qui, dans ce cas, crée des contraintes indésirables qui rendent difficile le codage de la logique métier de manière simple.

Un modèle de domaine est une représentation abstraite des types de stockage de données requis par les règles commerciales.

Voir également[[[[modifier]

Références[[[[modifier]

Lectures complémentaires[[[[modifier]

  • Brett McLaughlin (mars 2002). "Business Logic, Part 1". Construction d'applications d'entreprise Java, Vol I: Architecture. O'Reilly et associés. ISBN 0-596-00123-1. – McLaughlin explique le modèle de façade pour l'implémentation de la couche métier d'une application.
  • Kathy Bohrer (novembre 1997). "Le middleware isole la logique métier". Magazine d'objets. New York, États-Unis: SIGS Publications, Inc. sept (9): 41–46,. ISSN 1055-3614.CS1 maint: ponctuation supplémentaire (lien)
  • Harumi Kuno; Mike Lemon; Alan Karp & Dorothea Beringer (2001). "Conversations + Interfaces = Logique Commerciale". Dans F. Casati; D. Georgakopoulos & M.-C. Shan (éd.). Technologies pour les services électroniques: Deuxième atelier international, TES 2001, Actes (Rome, 14-15 septembre 2001), Actes. Notes de cours en informatique. 2193. Springer Berlin / Heidelberg. ISSN 0302-9743.
  • Volker Turau (2002). "Un cadre pour la génération automatique d'applications de saisie de données Web basées sur XML". Actes du symposium ACM 2002 sur l'informatique appliquée, Madrid, Espagne: application Web et e-business. ACM Press. pp. 1121–1126. ISBN 1-58113-445-2. – Turau présente un cadre d’application implémenté à l’aide de Java Servlets et de JavaServer Pages, qui permet de séparer la logique d’entreprise et la logique de présentation, permettant ainsi au développement de chacun de se dérouler en parallèle sur des pistes relativement indépendantes mais coopérantes.
  • Pau, L-F. & Vervest, P.H.M. (2003-12-08). "Gestion des processus métier en réseau: intégration de la logique métier dans les réseaux de communication". Série de rapports ERIM Research in Management. Université Erasmus. hdl: 1765/1070. – Pau et Vervest développent une approche pour l'intégration de la logique métier dans le réseau de communication qui sous-tend une application distribuée avec une multiplicité d'acteurs, afin d'optimiser l'allocation des ressources métier d'un point de vue réseau.

Liens externes[[[[modifier]


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.