Serveur d'impression

5 bonnes raisons de mettre à niveau vers Windows Server 2016 – Serveur d’impression

Le 6 octobre 2019 - 7 minutes de lecture

Microsoft a lancé cette année une nouvelle version majeure de son système d'exploitation serveur, Windows Server 2016. C’est le successeur de Windows Server 2012 R2, qui offre une prise en charge standard jusqu’en 2018. Le nouveau système d’exploitation Microsoft offre 5 avantages qui devraient convaincre les entreprises d’anticiper leur migration.

Raison n ° 1: une machine mieux exploitée

La nouvelle fonctionnalité la plus spectaculaire de Windows Server 2016 est l’arrivée du nano-serveur. Il est maintenant possible de déployer Windows Server dans une version minimaliste, limitée au noyau et aux composants les plus basiques.

Cette factorisation extrême du système d'exploitation Microsoft présente de nombreux avantages. L'encombrement des disques et de la mémoire est minimisé, ce qui, dans un environnement informatique où la virtualisation s'est largement imposée, permettra de placer davantage de machines virtuelles sur le même serveur.

Sans interface graphique, un nano-serveur n'offre pas la possibilité de se connecter mais il est idéal pour créer un nœud de calcul ou de stockage, configurer un serveur DNS, un serveur HTTP ultra-léger ou même exécuter une application serveur. Un nano-serveur Windows Server 2016 n'occupe que 410 Mo de disque dur, contre plus de 8 Go pour le système d'exploitation complet.

Autre conséquence, le temps de lancement d'une instance n'atteint que 40 secondes, contre 300 secondes pour son grand frère. Ramenée à l’échelle du datacenter, c’est la disponibilité de la plate-forme qui sera considérablement améliorée.

Les avantages de cette consolidation accrue des serveurs sont évidents: meilleure utilisation des ressources matérielles, meilleur coût total de possession des serveurs, mais aussi tâches administratives moins lourdes, beaucoup plus limitées qu'avec le système d'exploitation complet. En raison de son nombre, le nombre de "redémarrages" annuels et de correctifs à installer est beaucoup plus faible, de même que le domaine de vulnérabilité offert aux attaques informatiques.

Windows Server 2016 - Nano Servers

Raison 2: sécurité accrue du serveur

Ces dernières années, la sécurité des données est devenue une préoccupation majeure pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Microsoft a pleinement pris en compte cette préoccupation dans la conception de Windows Server 2016.

L'éditeur incluait Windows Defender dans son serveur OS. Bien entendu, le système d’exploitation Microsoft offre le chiffrement de disque via BitLocker, et les administrateurs peuvent contrôler avec précision les scripts, les applications et les DLL qui sont exécutables sur chaque ordinateur via la fonction AppLocker.

Windows Server 2016 marque également l'arrivée de la fonction "Certificat d'intégrité du périphérique" qui est déjà apparue sous Windows 10. Cette fonction permet de garantir l'intégrité du logiciel du serveur, mais également de ne pas modifier le Le micrologiciel de l'appareil ne remet pas en question le niveau de confiance de la machine.

Enfin, Microsoft a porté une attention particulière à la sécurisation des machines virtuelles. L'éditeur propose une architecture virtuelle destinée à assurer le comportement des machines virtuelles. Un cluster de trois machines virtuelles, le service Host Guardian (HGS) et au moins deux "machines virtuelles blindées", machines virtuelles ultra-protégées dont la tâche est de surveiller toutes les machines virtuelles transportées par l'hyperviseur et de s'assurer qu'elles ne sont pas soumises à attaque via le système de fichiers, le réseau ou lorsqu’ils sont sauvegardés. La solution est particulièrement bien adaptée à un environnement Cloud interne où l’intégrité de centaines, voire de milliers, de machines virtuelles doit être garantie à tout moment.

VM blindée

Raison 3: augmenter la capacité de stockage

Les entreprises ne peuvent voir que l'inflation des besoins de stockage. Les utilisateurs ont besoin de plus en plus d'espace pour leurs boîtes aux lettres, pour stocker leurs fichiers ou pour leurs outils de collaboration. Si une grande entreprise doit disposer d'une infrastructure de stockage solide, généralement dotée de baies de stockage SAN haute capacité, l'investissement initial peut effrayer les petites entreprises.

Avec Windows Server 2016, Microsoft propose une alternative économique, évolutive et puissante. Les unités de stockage pour plusieurs serveurs peuvent être fédérées à l'aide de Storage Spaces Direct, qui peut être étendu à tout moment en ajoutant de nouvelles machines. Ces espaces possèdent les fonctionnalités de toute baie de stockage haut de gamme, telles que la compression des données, le cryptage, la déduplication, la réplication et la gestion de la qualité de service réelle. Windows Server 2016 prend désormais en charge la réplication de données multisites en mode synchrone.

Sur le plan fonctionnel, Windows Server 2016 est en concurrence avec les baies de stockage et fait partie de la tendance actuelle du stockage hybride ou du flash intégral requise sur le marché. Windows Server 2016 prend évidemment en charge les disques SSD, qui peuvent être utilisés en tant que cache pour les disques durs classiques. Il est possible de mettre en œuvre des architectures de stockage beaucoup plus avancées en mélangeant des disques SSD et des disques classiques à un stockage, en diffusant des données froides sur des disques mécaniques et des données consultées le plus souvent sur des disques électroniques. Il est également possible d'ajouter des mémoires NVMe (NVM Express) dans le cache pour assurer des performances optimales et préserver la durée de vie des disques SSD.

Espaces de stockage direct

Raison 4: Entrez dans l'ère du centre de données défini par logiciel

L'édition 2016 du système d'exploitation de serveur Microsoft marque une avancée significative dans le domaine de la virtualisation de réseau. Windows Server 2016 introduit un nouveau rôle, le "Contrôleur de réseau", chargé de contrôler les périphériques réseau.

Le réseau est virtualisé ainsi que des équipements tels que des pare-feu, des équilibreurs de charge et des passerelles VPN, notamment pour interconnecter une infrastructure interne et un cloud public. La technologie a fait ses preuves sur Microsoft Azure: elle est désormais disponible sur Windows Server 2016, avec laquelle il est désormais possible de créer une architecture de réseau virtuel.

Cette continuité avec le nuage public Microsoft sera amplifiée lorsque la solution Azure Stack sera enfin disponible pour Windows Server 2016. Cette nouvelle brique permettra aux entreprises de se rapprocher du centre de données logiciel défini, avec une offre de virtualisation de traitement avec Hyper-V. , Stockage avec espaces de stockage et réseau avec contrôleur de réseau. Livré avec un portail d'administration inspiré de Microsoft Azure, il offre une administration transparente entre une infrastructure cloud interne basée sur Windows Server 2016, une infrastructure Microsoft Azure ou une infrastructure hybride.

Réseau défini par logiciel

Raison n ° 5: préparer l'avenir des applications

Avec cette nouvelle version de Windows Server 2016, Microsoft veut faire de son système d'exploitation la plate-forme idéale pour transporter les applications du futur. Actuellement, tous les principaux fournisseurs de services Internet adaptent leurs plates-formes à des architectures basées sur des microservices, ces composants logiciels étant instanciés en fonction des besoins.

L'architecture a démontré sa capacité à faire face aux pointes d'explosifs, mais tolère également les défaillances beaucoup plus efficacement que l'architecture à plusieurs niveaux traditionnelle. Avec son concept de nano-serveur, Windows Server 2016 peut prendre en charge les composants de ces architectures basés sur des microservices de manière optimale.

En outre, si Windows Server 2016 prend déjà en charge l'exécution des conteneurs de logiciels Windows, Microsoft prépare le support Docker imminent. Il sera alors très simple de déployer des conteneurs Docker sur une architecture Cloud interne basée sur des machines Windows Server 2016, mais également sur une architecture hybride, avec des serveurs Windows internes et des machines virtuelles loués dans le Cloud. Le rêve d'un cloud hybride sans faille deviendra alors une réalité.

Intégration Docker

publicité

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.