Serveur minecraft

Transcription de la téléconférence des résultats du Microsoft (MSFT) T2 2019 – Resoudre les problemes d’un serveur MineCraft

Le 3 septembre 2019 - 57 minutes de lecture

Logo du bonnet de bouffon avec bulle de pensée avec les mots 'Fool Transcripts' en dessous

Source de l'image: The Fool Motley.

Microsoft (NASDAQ: MSFT)
Conférence téléphonique sur les résultats du T2 2019
30 janvier 2019 17h30. ET

Contenu:

Remarques préparées:

Opérateur

Bienvenue à la téléconférence sur les résultats de Microsoft Corporation pour le deuxième trimestre de l'exercice 2019. [Operator instructions] Pour rappel, cette conférence est en cours d'enregistrement. Je voudrais donner la parole à Mike Spencer, directeur général des relations avec les investisseurs. Je vous remercie.

S'il vous plait procédez.

Mike SpencerDirecteur général des relations avec les investisseurs et trésorier adjoint

Bonjour et merci d'être parmi nous aujourd'hui. Je suis accompagné de Satya Nadella, directrice générale; Amy Hood, dirigeante principale des finances; Frank Brod, comptable en chef; et Carolyn Frantz, avocate générale adjointe et secrétaire générale. Sur le site Web des relations avec les investisseurs de Microsoft, vous trouverez notre communiqué de presse sur les résultats et notre diapositive de résumé financier, destinés à compléter les remarques que nous avions préparées au cours de l’appel d’aujourd’hui et à réconcilier les différences entre les mesures financières définies par les PCGR et les autres. Sauf indication contraire, nous ferons référence à des mesures non conformes aux PCGR de l'appel.

Les mesures financières non définies par les PCGR doivent être considérées comme un substitut ou une solution supérieure aux mesures de la performance financière préparées conformément aux PCGR. Ils ne sont pas inclus en tant que – ils sont inclus en tant qu'éléments de clarification supplémentaires pour aider les investisseurs à mieux comprendre la performance de la société au deuxième trimestre, en plus de l'impact de ces éléments et événements sur les résultats financiers. Toutes les comparaisons de croissance que nous faisons aujourd'hui sur l'appel concernent la période correspondante de l'année dernière, sauf indication contraire. Nous fournirons également des taux de croissance en devises constantes, le cas échéant, afin d'évaluer le rendement de nos activités sous-jacentes, compte non tenu de l'incidence des fluctuations des taux de change.

Lorsque les taux de croissance sont les mêmes en monnaie constante, nous nous référerons au taux de croissance uniquement. Nous publierons nos remarques sur notre site Web immédiatement après l'appel jusqu'à ce que la transcription complète soit disponible. L'appel d'aujourd'hui est diffusé sur le Web en direct et enregistré. Si vous posez une question, elle sera incluse dans notre transmission en direct, dans la transcription et dans toute utilisation future de l'enregistrement.

Vous pouvez rejouer l'appel et consulter la transcription sur le site Web des relations avec les investisseurs de Microsoft. Au cours de cet appel, nous ferons des déclarations prospectives, à savoir des prédictions, des projections ou d'autres déclarations relatives à des événements futurs. Ces déclarations sont basées sur les attentes actuelles et sur des hypothèses soumises à des risques et à des incertitudes. Les résultats réels pourraient différer considérablement en raison des facteurs évoqués dans le communiqué de presse sur les résultats publié aujourd'hui, dans les commentaires formulés lors de la téléconférence et dans la section "Facteurs de risque" de notre formulaire 10-K, formulaire 10-Q et autres rapports et documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission.

Nous n’assumons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prospectives. Et avec ça, je vais donner l’appel à Satya.

Satya NadellaDirecteur Général

Merci, Mike, et merci à tous pour votre participation au téléphone. Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 32,5 milliards de dollars ce trimestre, avec une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires et du résultat net tirée par la vigueur de l'ensemble de notre cloud commercial. Notre chiffre d’affaires dans le nuage commercial a augmenté de 48%, grâce à une croissance du chiffre d’affaires Azure de 76%. Ces résultats nous incitent à choisir les bonnes tendances à long terme dans les grands marchés en croissance, dont beaucoup sont encore à leurs balbutiements, ainsi que l’innovation et l’exécution ciblées.

Des entreprises de premier plan dans tous les secteurs s’associent à nous pour créer leur propre capacité numérique, leur permettant de faire face à la concurrence et de croître. Cela crée une large opportunité pour tout le monde, y compris notre écosystème. À titre d'exemple, le programme de co-vente que nous avons lancé il y a 18 mois a déjà généré des revenus de 8 milliards de dollars pour les partenaires contractuels. Maintenant, je vais brièvement souligner notre élan et notre innovation dans nos entreprises.

Microsoft 365 permet à tous, entreprises, petites entreprises et plus de 2 milliards d'employés de première ligne, de bénéficier d'une expérience sécurisée intégrée qui transcende tous les appareils. Nous aidons chaque entreprise à mettre en place son système de communication et de collaboration pour améliorer sa productivité et sa transformation. Microsoft Teams est la plaque tournante du travail d'équipe et une puissante rampe d'accès pour Microsoft 365. Nous constatons une utilisation accrue de OneDrive, SharePoint, Yammer et de l'ensemble de la suite d'applications Office. Teams est la seule solution d’entreprise qui associe la messagerie, les réunions, la vidéoconférence et la collaboration documentaire.

Et à compter de ce trimestre, les fonctionnalités vocales améliorées telles que le transfert d'appels de groupe, la délégation et le routage basé sur la localisation ont toutes été intégrées dans les équipes. Nous constatons une adoption rapide d’équipes regroupant plus de 420 000 organisations de toutes tailles et 89 parmi les plus grosses 100 utilisatrices, y compris des clients comme Pfizer, qui ont choisi Teams comme plate-forme de collaboration pour leurs 115 000 employés. pénétré les marchés. Ce trimestre, nous avons introduit de nouvelles fonctionnalités pour permettre aux utilisateurs de première ligne dans les rôles de service et orientés vers les tâches de communiquer et de collaborer plus efficacement en déplacement avec la gestion de la planification mobile, le partage de position, ainsi que la possibilité d'enregistrer et de partager facilement des fichiers audio sécurisés. messages. Nous étendons nos possibilités en matière d’éducation avec Microsoft 365, en innovant dans le matériel et les logiciels pour améliorer les résultats d’apprentissage des classes plus collaboratives avec les équipes aux outils d’apprentissage personnalisés dans OneNote, en passant par l’apprentissage social avec Flipgrid, jusqu’à Windows 10, facile à gérer et abordable. dispositifs.

La cybersécurité est un défi central et Microsoft montre la voie à suivre en aidant toutes les organisations à opérer dans ce qui est connu dans le secteur comme un environnement zéro confiance. Tout commence avec Azure Active Directory et le travail en profondeur que nous effectuons avec Microsoft Threat Protection pour fournir une solution intégrée à nos clients qui s'étend à plusieurs identités, points de terminaison de périphériques, courriers électroniques, informations, applications et infrastructure en nuage. Et ce trimestre, nous avons introduit de nouvelles fonctionnalités avancées pour la protection de l'identité et des menaces, ainsi que pour la protection et la conformité des informations. Une approche complète de la sécurité et de la conformité est une autre raison pour laquelle les clients adoptent Microsoft 365.

Des clients de Neiman Marcus à Brooks Du groupe biopharmaceutique mondial, Sanofi, ont tous choisi nos solutions. Surface a connu son plus grand trimestre de ses vacances, enregistrant une forte croissance à deux chiffres, tant sur le marché grand public que commercial. Nous continuons d’innover et d’élargir notre gamme d’appareils en plaçant la barre la plus récente pour l’industrie avec les dernières surfaces Surface Pro, Surface Laptop et Surface Go. Plus généralement, Windows 10 continue de gagner du terrain dans l'entreprise en tant que système d'exploitation le plus sécurisé et le plus productif.

Et au CES, nos partenaires OEM ont présenté des PC Windows 10 toujours connectés, qui offrent des niveaux de performance sans précédent pour permettre de puissants scénarios tels que le jeu immersif. Passer aux applications métier et à LinkedIn. Dynamics 365 a enregistré une croissance de 51% ce trimestre, grâce à notre approche différenciée des systèmes d'enregistrement et des systèmes d'engagement, en les rendant plus modulaires, extensibles et axés sur l'IA. L'automatisation des processus métier inclut de plus en plus la numérisation d'espaces physiques, d'activités et d'interactions.

Dynamics 365, associé aux avancées d’Azure IoT, de l’IA et de la réalité mixte, ouvre la voie aux entreprises pour créer ces nouveaux systèmes d’observation et d’intelligence qui pilotent des processus métier de bout en bout et relient les mondes en ligne et hors ligne. Par exemple, les clients ont désormais la possibilité de gérer leurs stocks en temps réel, du magasin à l’entrepôt en passant par la ferme. Mais nous ne nous arrêtons pas là. Notre plate-forme Power englobant Power BI, Power Apps et Flow permet à tous les membres d'une entreprise de créer une application ou un flux de travail intelligent, là où il n'en existe aucune.

C’est la seule solution du genre dans l’industrie, qui associe le développement d’applications sans code ou à faible code, l’automatisation des processus robotiques et l’analyse en libre-service dans une seule et même plate-forme d’applications complète. Et il permet une extensibilité entre Microsoft 365 et Dynamics 365, ainsi que des applications professionnelles SaaS tierces. Avec la plate-forme Power, Microsoft procède à la décomptabilisation des processus métier, permettant ainsi à chacun de prendre des décisions plus intelligentes et plus rapides, et je suis ravi de la formidable opportunité qui se présente dans cet espace. Déjà, Centrica s’appuie sur Power BI, Power Apps et Flow ainsi que Dynamics 365 pour transformer la planification et la répartition de ses effectifs de première ligne au Royaume-Uni.

Le groupe Virgin utilise Power Apps et Dynamics 365 pour générer une vue unique des informations de surface de ses passagers afin d'améliorer le service à la clientèle et d'accroître l'efficacité opérationnelle. Et en Italie, les services postaux utilisent Dynamics 365 pour relancer la transformation numérique de milliers de bureaux de poste à travers le pays. Passer à LinkedIn. Nous continuons à générer une forte croissance de nos revenus dans toutes les entreprises, avec une croissance de 30% par an du nombre de sessions, alimentée par des niveaux record d’engagement dans l’alimentation et le contenu partagés sur toute la plate-forme.

Nous avons également vu des offres d'emploi record à nouveau ce trimestre. Nous avons introduit de nouveaux outils de création de marque et de communauté pour les spécialistes du marketing avec les pages LinkedIn, ce qui permet aux organisations de toutes tailles de créer plus facilement des liens solides avec les 610 millions de membres de LinkedIn. Enfin, Glint élargit nos opportunités de marché avec sa plate-forme d'engagement des employés, leader sur le marché. À une époque où la compétition pour le développement des talents et des compétences est une priorité pour tous les leaders, la combinaison des solutions Talent LinkedIn, de Talent Insights, de LinkedIn Learning et désormais de Glint aide chaque entreprise à attirer, fidéliser et développer les meilleurs talents dans des emplois de plus en plus compétitifs. marché.

Passons maintenant à Azure. Azure est le seul cloud à très grande échelle avec une pile informatique cohérente qui s'étend du centre de données à la périphérie. Les clients de tous les secteurs reconnaissent cet avantage architectural. Dans le commerce de détail, Azure était à l'avant-garde de la NRF. Kroger s'est associé à nous pour redéfinir l'expérience client dans les stands et fournir aux employés des informations basées sur l'IA, tandis que Gap a choisi notre cloud pour accélérer la transformation numérique.

Et cette semaine encore, Albertsons a choisi Azure comme nuage préféré. Dans le secteur des services financiers, MasterCard s’associe à nous pour mettre au point un nouveau moyen plus sûr de vérifier les identités numériques. BlackRock utilise la puissance du nuage Microsoft pour réinventer la planification de la retraite, et UBS utilise Azure pour accroître la souplesse de son organisation, tout en respectant les normes les plus strictes en matière de conformité et de sécurité. Dans le secteur de la santé, Walgreens Boots Alliance a choisi Azure pour placer les personnes au centre de leur santé et de leur bien-être avec des solutions numériques permettant d’améliorer les résultats des soins de santé et de réduire les coûts.

En outre, ils déploieront Microsoft 365 à plus de 380 000 employés dans les magasins du monde entier. Nous accélérons notre innovation dans les charges de travail émergentes telles que l'IdO et l'IA de pointe. Au CES, nos partenaires ont montré comment Azure IoT et Azure AI leur permettaient de créer de nouveaux périphériques et expériences connectés couvrant le cloud et les frontières, des maisons connectées aux voitures en passant par les villes intelligentes. Ce mois-ci seulement, Starbucks a choisi Azure Sphere pour sécuriser ses périphériques périphériques critiques dans les magasins.

Les développeurs vont de plus en plus influencer les activités commerciales – et influencer les processus et fonctions d’entreprise dans chaque organisation. Et nous nous engageons à donner aux développeurs les outils dont ils ont besoin pour être productifs sur toutes les plateformes. Plus de 12 millions de développeurs du monde entier utilisent Visual Studio pour créer des applications. De nouvelles fonctionnalités leur permettent de collaborer en temps réel et de consacrer plus de temps à l'innovation. Nous avons finalisé notre acquisition de GitHub ce trimestre, ce qui nous a permis de proposer nos outils et nos services à de nouveaux publics, tout en permettant à GitHub de croître et de conserver son éthique qui privilégie les développeurs.

GitHub compte plus de 31 millions de comptes développeurs et a récemment dépassé les 100 millions de référentiels de code, une étape majeure. Les équipes de développement de plus de la moitié des sociétés du Fortune 50 travaillent dans GitHub Enterprise. Ce mois-ci, nous avons annoncé d'importantes mises à jour visant à rendre GitHub accessible à encore plus de développeurs, en introduisant des pensions privées illimitées, ainsi qu'une nouvelle offre d'entreprise simplifiée et unifiée déjà disponible via la force de vente mondiale de Microsoft. Nous ne nous arrêtons pas là. Pas plus tard que la semaine dernière, nous avons annoncé l’acquisition de Citus Data, principal fournisseur de PostgreSQL, améliorant ainsi la différenciation de notre plate-forme de données globale et tirant parti de nos investissements dans Azure pour en faire le cloud le plus complet au monde pour les charges de travail propriétaires et open source.

Et maintenant, je vais me tourner vers les jeux. Nous continuons à saisir notre vaste opportunité de transformer la manière dont les jeux sont distribués, joués et visualisés. Nos investissements dans la communauté de contenu et les services cloud sur tous les terminaux ont généré à la fois un record d’engagement des utilisateurs et un chiffre d’affaires moyen record, et ont contribué au plus important trimestre de nos revenus dans le secteur des jeux, basé sur les logiciels et les services. Nous avons acquis deux nouveaux studios ce trimestre, ce qui porte le total à 13 et plus du double de notre capacité de contenu pour tiers au cours des six derniers mois.

Le nombre mensuel d’utilisateurs actifs sur Xbox Live a atteint le chiffre record de 64 millions avec le plus grand nombre d’utilisateurs mobiles et PC à ce jour. Les abonnés au Xbox Game Pass et l’engagement de Mixer ont également atteint de nouveaux records. Et Minecraft, qui reste l’une des franchises de jeu les plus populaires et les plus durables de l’industrie, a réalisé un chiffre d’affaires record grâce à notre expansion sur de nouvelles plateformes, zones géographiques et segments comme l’éducation. PlayFab a dépassé le milliard de comptes de joueurs ce trimestre et xCloud sera mis à l’essai publiquement plus tard cette année, alors que nous progressons dans notre ambition de construire une plate-forme de jeu de classe mondiale englobant mobile, PC et console.

En conclusion, l'accélération de la dynamique de nos clients est motivée par nos partenariats profonds et en croissance avec des sociétés de premier plan et par l'innovation différenciée de notre portefeuille. Chaque entreprise est en train de devenir une entreprise numérique et cherche un partenaire de confiance pour l'aider à développer son intensité technologique. Microsoft est ce partenaire. Sur ce, je vais maintenant laisser la parole à Amy, qui traitera de nos résultats financiers en détail et partagera nos perspectives, et je suis impatiente de vous revoir si vous avez des questions.

Amy HoodDirecteur financier

Merci, Satya, et bon après-midi à tous. Premièrement, pour rappel, mes commentaires sur nos résultats et nos perspectives incluent l’impact de GitHub, y compris les dépenses liées à la comptabilité d’achat, à l’intégration et aux transactions. Ce trimestre, les revenus ont été de 32,5 milliards de dollars, en hausse de 12% et de 13% en monnaie constante. La marge brute en dollars a augmenté de 12%.

Le bénéfice d'exploitation a augmenté de 18% et le bénéfice par action de 1,10 USD, en hausse de 15% et de 14% à taux de change constant, compte non tenu des charges nettes liées à TCJA. Une exécution solide et une demande constante de nos clients pour notre offre de cloud hybride ont généré un autre trimestre de croissance à deux chiffres pour le chiffre d'affaires et les résultats. Nous avons continué de bénéficier de tendances séculaires et de conditions de dépenses informatiques favorables. D'un point de vue géographique, notre performance a été conforme aux tendances macroéconomiques et à la vigueur aux États-Unis, en Europe occidentale et au Royaume-Uni.

partiellement compensée par une performance plus faible en Europe centrale et orientale, au Moyen-Orient et en Afrique. Dans notre secteur commercial, la composition des rentes a progressé de 3 points pour atteindre 89%. Les revenus non gagnés dans le commerce se sont établis à 25,3 milliards de dollars, en hausse de 20%, ce qui est légèrement supérieur à nos attentes. Et les réservations commerciales ont été fortes, enregistrant une croissance de 18% et 22% à taux de change constants, grâce à une exécution solide des opérations de renouvellement et à une augmentation du nombre de contrats Azure plus importants et à plus long terme.

Pour rappel, de solides performances dans les contrats Azure à long terme plus importants, les surconsommations de consommation Azure et les contrats de paiement à la volée stimuleront la croissance des réservations et les revenus de la période, mais auront un impact limité sur les revenus non gagnés. Les revenus du nuage commercial ont atteint 9 milliards de dollars, en hausse de 48% et de 47% en monnaie constante. Le pourcentage de la marge brute du nuage commercial a augmenté de 5 points par rapport à l’année précédente, pour atteindre 62%, sous l’effet de la nette amélioration de la marge brute Azure. Le pourcentage de la marge brute de notre société était de 62%, stable sur 12 mois, l'amélioration des marges sur le cloud étant compensée par le transfert de la composition des ventes vers le cloud commercial et le matériel de surface.

Le dollar américain a été un peu plus fort que prévu, ce qui a eu un impact légèrement plus important sur nos résultats. Les opérations de change ont réduit de moins de 1 point les revenus, la croissance des coûts d’exploitation et les charges d’exploitation. Les dépenses d’exploitation ont augmenté de 7%, ce qui est légèrement inférieur aux prévisions, certaines dépenses de marketing ayant été reportées au troisième trimestre.

Nous avons encore une fois augmenté nos marges opérationnelles grâce à des investissements ciblés, à une exécution solide et à une amélioration des marges brutes dans des secteurs de produits clés. Maintenant, segmentez les résultats. Les revenus provenant de la productivité et des processus métiers se sont établis à 10,1 milliards de dollars, en hausse de 13%, grâce à Office 365 commercial, à LinkedIn et à Dynamics 365. Les revenus commerciaux d’Office ont augmenté de 11%.

Le chiffre d'affaires commercial d'Office 365 a augmenté de 34% et de 33% en taux de change constants, grâce à une croissance de 27% du nombre de sièges et au développement de l'ARPU résultant de la migration continue de la clientèle vers des offres E3 et E5 à plus grande valeur. Nous avons constaté une croissance de la base installée dans toutes les charges de travail et dans tous les segments de clientèle. Les revenus des consommateurs de bureaux ont augmenté de 1% et 2% en monnaie constante, ce qui est inférieur à nos prévisions. Comme discuté lors de notre dernier appel de résultats, la croissance du chiffre d'affaires du deuxième trimestre a été affectée par la normalisation des stocks de canaux après la constitution du pré-lancement au T1, mais également par un marché plus petit que prévu des PC grand public et par des difficultés d'exécution au cours du trimestre.

Le nombre d'abonnés Office 365 grand public a atteint 33,3 millions, un ralentissement séquentiel dû principalement à des modifications apportées à la manière dont Office 365 est vendu au Japon. Notre activité dynamique a progressé de 17%, sous l’effet de la croissance du chiffre d’affaires Dynamics 365 de 51% et de 50% à taux de change constant. Ce trimestre, plus de neuf nouveaux clients Dynamics CRM sur 10 ont choisi notre offre de cloud. Les revenus de LinkedIn ont augmenté de 29% et de 30% en monnaie constante, avec une exécution solide dans tous les secteurs.

Les sessions LinkedIn ont augmenté de 30% alors que l'engagement atteignait à nouveau des niveaux record. La marge brute du segment en dollars a augmenté de 11% et le pourcentage de la marge brute a légèrement diminué par rapport à l’année précédente, l’augmentation de la composition du nuage ayant contrebalancé les avantages découlant des améliorations des marges de LinkedIn et d’Office 365. Les charges d'exploitation ont augmenté de 3% et 4% à taux de change constant, alors que nous continuions d'investir dans LinkedIn et dans l'ingénierie en nuage. Le résultat opérationnel augmente de 20% et 19% à taux de change constant.

Ensuite, le segment de cloud intelligent, qui inclut maintenant GitHub. Les revenus se sont élevés à 9,4 milliards de dollars, en hausse de 20% et de 21% à taux de change constant, en avance sur les attentes, grâce à la vigueur continue de nos solutions hybrides. Le chiffre d’affaires des produits serveur et des services cloud a augmenté de 24%. Le chiffre d’affaires Azure a augmenté de 76%, grâce à une forte croissance des activités liées à la consommation et par utilisateur.

Dans notre secteur des serveurs sur site, la demande constante de nos clients pour des solutions hybrides flexibles et nos offres premium ont généré une croissance de 3% et 4% à taux de change constant. Le chiffre d’affaires des services aux entreprises a augmenté de 6% et 7% en monnaie constante, grâce à la croissance des services de support de premier ordre et des services de conseil Microsoft. La marge brute du segment a augmenté de 20%. Le pourcentage de la marge brute est resté relativement inchangé, la composition du chiffre d'affaires d'Azure IaaS et du PaaS étant compensée par une amélioration significative du pourcentage de la marge brute Azure.

Les charges d’exploitation ont augmenté de 26%, grâce à la poursuite des investissements dans les domaines de l’ingénierie en nuage et de l’IA, ainsi que dans les capacités de vente commerciale et l’ajout de GitHub. Le résultat opérationnel augmente de 16% et 15% à taux de change constant. Passons maintenant aux résultats pour un segment informatique plus personnel. Les revenus ont été de 13 milliards de dollars, en hausse de 7%.

Les résultats de nos activités OEM sous Windows ont été inférieurs aux attentes, partiellement compensés par les bons résultats obtenus en surface. Sous Windows, le marché des ordinateurs personnels était globalement moins important que prévu, principalement en raison du calendrier d'approvisionnement en puces de nos partenaires OEM, ce qui a nui à un écosystème de PC en bonne santé et a eu un impact négatif sur la croissance des revenus des constructeurs OEM, qu'ils soient professionnels ou non. Les produits d’exploitation Windows OEM pro ont diminué de 2%, ce qui correspond à peu près au marché des ordinateurs commerciaux. Le chiffre d'affaires non pro des OEM a baissé de 11% par rapport au marché, sous la pression persistante dans la catégorie des bas de gamme.

Les stocks ont terminé le trimestre en dessous de la normale. Les produits commerciaux et les services cloud Windows ont progressé de 13% et 14% en taux de change constants, grâce à l’adoption continue de nos offres premium par les clients. Les déploiements Windows 10 sur des périphériques nouveaux et existants sont restés puissants. Les produits d’exploitation de jeux ont augmenté de 8% et 9% en monnaie constante.

Le chiffre d’affaires des logiciels et services Xbox a augmenté de 31% et de 32% en taux de change constants, principalement en raison de la vigueur continue du titre de tierce partie. En outre, la forte croissance du nombre d'abonnés sur Xbox Live et Game Pass a permis de contrebalancer les performances inférieures aux attentes par rapport aux titres tiers de la plate-forme. Le matériel Xbox a mieux performé que prévu, mais a diminué d’un exercice à l’autre en raison du lancement de la Xbox One X en vacances, il ya un an. En surface, le chiffre d’affaires a progressé de 39% et de 41% en monnaie constante, atteignant près de 1,9 milliard de dollars, en avance sur nos attentes, grâce à la forte croissance enregistrée dans nos segments grand public et commercial.

Le chiffre d’affaires de recherche hors TAC a augmenté de 14%, sous l’effet de la croissance du taux Bing et de l’augmentation du volume sur les marchés américain et international. La marge brute du segment en dollars a augmenté de 6% et 7% à taux de change constants, et le pourcentage de la marge brute a diminué en raison de la composition des ventes de nos activités Surface et Jeu à plus faible marge. Les charges d'exploitation ont diminué de 4%.

En conséquence, le résultat d’exploitation a augmenté de 18% et 19% en monnaie constante. Revenons maintenant au total des résultats de l'entreprise. Les dépenses en immobilisations, y compris les contrats de location-financement, ont diminué de façon séquentielle pour atteindre 3,9 milliards de dollars, soit moins que prévu initialement, principalement en raison de la variabilité d'un trimestre à l'autre et du moment choisi pour la mise en place de l'infrastructure en nuage. Les liquidités versées pour les immobilisations corporelles se sont élevées à 3,7 milliards de dollars.

Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation ont augmenté de 13% par rapport à l’année en raison de la forte facturation et du recouvrement dans le nuage. Les flux de trésorerie disponibles se sont établis à 5,2 milliards de dollars et ont diminué de 2% par rapport à l’année précédente, reflétant le calendrier de l’augmentation des paiements en espèces pour les immobilisations corporelles. Les autres produits se sont établis à 127 millions de dollars, soit plus que prévu, en raison des intérêts créditeurs et des gains sur placements, en partie contrebalancés par les intérêts débiteurs et les pertes nettes sur la réévaluation des monnaies étrangères. Notre taux d'imposition effectif non conforme aux PCGR était légèrement supérieur à 17%, ce qui est conforme aux attentes.

Enfin, nous avons rendu 9,6 milliards de dollars aux actionnaires par le biais de rachats d’actions et de dividendes, soit une augmentation de 91%. Notre rachat d’actions pour le deuxième trimestre s’est élevé à 6,1 milliards de dollars, soit un niveau supérieur à notre rythme trimestriel habituel et conforme à notre engagement de rachat supplémentaire afin de compenser intégralement la contrepartie en actions émise dans la transaction GitHub d’ici la fin de l’exercice. Passons maintenant aux perspectives. Pour Q3, d'abord, FX.

Avec le renforcement du dollar américain et en supposant que les taux actuels restent stables, nous nous attendons maintenant à ce que les taux de change réduisent la croissance des revenus et des charges d’exploitation d’environ 2 points et la croissance de la valeur de revient du stock de détail de 1 point environ. Avec les segments, nous prévoyons environ 2 points d'impact de change négatif sur la croissance des revenus, la productivité et les processus métier et le cloud intelligent, ainsi qu'un point pour davantage d'informatique personnelle. Deuxièmement, la forte demande des clients, la croissance soutenue des réservations et l’augmentation de la composition des rentes générées par les revenus devraient conduire à un nouveau trimestre solide pour nos activités commerciales.

Les revenus non gagnés dans le secteur commercial devraient diminuer d’environ 2% à 3%, conformément aux tendances historiques. Nous nous attendons à ce que le pourcentage de la marge brute du nuage commercial continue de s'améliorer d'une année sur l'autre, car l'amélioration significative de la marge brute Azure sera à nouveau partiellement compensée par la combinaison des revenus générés par les services Azure à la consommation. Troisièmement, les investissements. Nous prévoyons une augmentation séquentielle des dépenses en immobilisations, alors que nous continuons d’investir pour répondre à la demande croissante.

Maintenant, segmentez le guidage. En ce qui concerne la productivité et les processus métiers, nous tablons sur un chiffre d’affaires compris entre 9,9 et 10,1 milliards de dollars, grâce à une croissance à deux chiffres des activités et de la dynamique d’Office, ainsi qu’à une saine croissance de LinkedIn par rapport à l’année précédente. Nous prévoyons que la croissance des revenus d’Office Consumer continuera à se situer à un chiffre inférieur à 10%, la croissance d’Office 365 étant partiellement compensée par la persistance des difficultés du marché des ordinateurs grand public. Pour le cloud intelligent, nous prévoyons des revenus compris entre 9,15 et 9,35 milliards de dollars. Notre demande hybride continuera de générer une forte croissance des produits de serveurs et des services de cloud.

La croissance d’Azure continuera de refléter l’équilibre entre la forte croissance de nos activités axées sur la consommation et la croissance modérée de nos activités par utilisateur. En ce qui concerne l’informatique personnelle, nous prévoyons des revenus compris entre 10,35 et 10,65 milliards de dollars, avec une réorientation de la répartition des revenus vers nos activités Surface et jeux. Dans l’ensemble, sous Windows, la croissance du chiffre d’affaires des équipementiers devrait se situer à un chiffre inférieur à 10%, car nous prévoyons une demande continue sur le marché – impact du marché lié à la limitation du nombre de puces au troisième trimestre. En Surface, le dynamisme de Surface Pro 6, de Surface Laptop 2 et de Surface Go entraînera un autre fort trimestre de croissance supérieure à 20%.

Dans la recherche ex TAC, nous prévoyons une croissance des revenus similaire à celle du deuxième trimestre. Dans le secteur des jeux, nous prévoyons une croissance des revenus légèrement supérieure à celle du trimestre dernier. La composition des ventes passera aux logiciels et aux services où nous prévoyons une croissance saine. Revenons maintenant aux conseils généraux de l'entreprise.

Nous prévoyons des émissions de gaz à effet de serre de 10,35 à 10,55 milliards de dollars et des dépenses d’exploitation de 10,1 à 10,2 milliards de dollars, dépenses de marketing comprises entre le deuxième et le troisième trimestre. Les autres produits et charges devraient s’élever à environ 50 millions de dollars, les intérêts créditeurs étant partiellement compensés par les intérêts débiteurs. Enfin, nous nous attendons à ce que notre taux d’imposition effectif du troisième trimestre corresponde au taux de 17% pour l’année. Maintenant, quelques commentaires sur nos perspectives pour le quatrième trimestre et pour l’année fiscale complète, qui sont inchangés par rapport à octobre.

D'abord sur FX. Au quatrième trimestre, en supposant que les taux restent stables, nous prévoyons que les taux de change réduiront la croissance des revenus d’environ 2 points et la croissance des coûts d’exploitation et des charges d’exploitation d’environ 1 point. Deuxièmement, nous prévoyons au quatrième trimestre une solide performance dans nos activités de nuage commercial; mais pour rappel, nous avons également plusieurs comparaisons difficiles de l'année précédente, notamment dans les domaines du serveur sur site, de LinkedIn, de Windows OEM et de la force d'un titre tiers dans le domaine des jeux. En termes de dépenses d’exploitation, nous continuons de prévoir une croissance de l’année entière d’environ 8%.

Nous continuerons d'investir dans des domaines de croissance stratégiques tels qu'Azure, GitHub, Dynamics, la plate-forme Power, LinkedIn, les équipes et le contenu de jeux, en raison de nos importantes opportunités de croissance, de notre avantage concurrentiel et de notre dynamisme croissant. Nous nous attendons toujours à une légère hausse de la marge opérationnelle sur un exercice complet, compte tenu de l’impact total de GitHub selon les PCGR. En ce qui concerne les dépenses en immobilisations, nous continuons de prévoir une modération du taux de croissance pour l’année, même si nous répondons à la forte demande pour nos services de cloud computing. Nous restons attachés à un rachat d'actions supplémentaire au-delà du rythme trimestriel normal, qui compensera entièrement la contrepartie en actions émise dans la transaction GitHub d'ici la fin de l'exercice.

Enfin, nous prévoyons toujours que le taux d'imposition effectif pour l'ensemble de l'année atteindra environ 17%, avec une variabilité trimestrielle. Sur ce, Mike, allons à Q & A.

Mike SpencerDirecteur général des relations avec les investisseurs et trésorier adjoint

Merci Amy. Nous allons maintenant passer à Q & A. Opérateur, pouvez-vous s'il vous plaît répéter vos instructions?

Questions et réponses:

Opérateur

Je vous remercie. [Operator instructions] Notre première question vient de la ligne de Keith Weiss avec Morgan Stanley. S'il vous plait procédez.

Keith WeissMorgan Stanley – Analyste

Excellent. Merci, les gars pour avoir répondu à la question, et bon quartier. Une question sur Azure, et c'est un document en deux parties, une partie pour Satya et une pour Amy. Satya, il y a eu beaucoup de communiqués de presse de votre part sur la scène avec des PDG de types comme Albertson et Walgreens qui parlent de ces grandes transactions stratégiques que vous avez conclues avec ces sociétés.

Pouvez-vous nous aider à comprendre en quelque sorte comment ces grandes transactions stratégiques se traduisent par une modification des services utilisés sur Azure? Par exemple, y a-t-il un changement dans le type de services qui prennent en charge ces grandes transformations numériques dont nous devrions être conscients à un moment donné? Et pour Amy, l’un des grands débats entre investisseurs concerne de nombreux fournisseurs – sur les grands fournisseurs de cloud computing comme vous-même, on parle de livraisons plus faibles chez les fournisseurs. Mais vous avez vu une croissance très stable. Je veux dire, la croissance azurée était morte du premier au deuxième trimestre. Pouvez-vous nous aider à comprendre comment le type d'intensité capitalistique de certaines de ces entreprises de nuage a évolué au fil du temps?

Satya NadellaDirecteur Général

Sûr. Tout d’abord, merci, Keith, pour la question. Il est très vrai qu’à ce stade, nous avons été témoins de ces très importants efforts de transformation numérique et des projets avec lesquels nous travaillons en partenariat. Et franchement, elles couvrent toutes les industries.

Je pense qu'au cours du dernier trimestre, vous avez vu des secteurs de la santé, de la vente au détail, des services financiers. En fait, en interne, je les considère comme nos relations avec nos partenaires OEM traditionnels dans l’écosystème des PC. À ce stade, certains des partenariats que nous avons avec nos clients sont de la même ampleur. Et cela ne fait que refléter, je pense, ce qui se passe dans l’économie, à savoir que chaque entreprise est en train de devenir une entreprise numérique et que ce qui était autrefois le COGS et les dépenses d’exploitation passent tous au numérique.

À partir d’une combinaison de services, cela commence toujours par, je dirais, une infrastructure; c’est donc le bord et le nuage, l’infrastructure utilisée comme calcul. En fait, vous pourriez dire que la mesure d’une entreprise qui passe au numérique est la quantité de calcul qu’elle utilise. Donc, c'est la base. En plus de cela, bien sûr, tout ce calcul signifie qu'il est utilisé avec des données.

Ainsi, dans la masse de données, l’une des choses les plus importantes qui se produisent est que les personnes consolident les données dont elles disposent afin de pouvoir les raisonner. Et c’est là que les services d’IA sont utilisés. Nous voyons donc clairement le chemin où ils adoptent les couches d’Azure. Mais cela ne s'arrête pas à Azure.

En fait, si vous prenez Walgreens Boots Alliance, c’était Microsoft 365, ainsi que Azure. Dans de nombreux cas, il s'agit de Dynamics 365. Tout projet IoT sur Azure mène à un projet de service sur le terrain dynamique dans la plupart des cas. Nous voyons donc toute l’étendue et la profondeur de notre offre de cloud computing. C’est ce sur quoi nous sommes vraiment structurés pour créer de réelles synergies dans le contexte de ce que nos clients veulent réaliser, et c’est ce que nous constatons.

Et un commentaire avant que je le cède à Amy. Même à ce sujet – notre propre demande, nous ne voyons aucun changement. En fait, c'est très sain et nous pensons que ça va continuer à être sain. Et, à notre échelle, comme vous pouvez l’imaginer, nous utilisons de plus en plus efficacement les logiciels pour utiliser nos capacités.

Nous avons donc des gains d'utilisation importants sur l'ensemble de notre domaine. Donc, avec ça, je vais livrer à Amy.

Amy HoodDirecteur financier

And Keith, the thing I would add in addition to Satya's comment about investing and investing materially to make these improvements in performance and utilization, we've always had and seen, as you all have gotten a bit used to, it can be a little bit lumpy quarter to quarter, and so we expect a sequential growth into Q3, which is really just a movement that happens from time to time. Our guidance, really, in terms of overall capital spend is unchanged from 90 days ago even if the timing of that can move month to month.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Keith. Operator, we'll take next question, please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Karl Keirstead with Deutsche Bank. Please proceed.

Karl KeirsteadDeutsche Bank — Analyst

Merci. Amy, I just wanted to ask you a question about your March quarter guidance. The total looks terrific. The only area that might decelerate a little bit appears to be the intelligent cloud segment, where 17%, I think at the midpoint, it implies still amazing but down from %20-plus the last three quarters.

So I'm wondering if you could just focus on that for a second and help us understand what some of the variables inside that intelligent cloud business are that might be impacting next quarter growth. Je vous remercie.

Amy HoodDirecteur financier

Thanks, Karl. The first place to start is obviously FX. We've got a 2 point headwind on that range of 16% to 18%, so if you think about that and move your midpoint up to 19%. And then I think within that guidance, there's a reasonable amount of confidence that the server products and services KPI will remain quite healthy.

Karl KeirsteadDeutsche Bank — Analyst

D'accord. Thank you, Amy.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Karl. We'll take next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Mark Moerdler with Bernstein Research. Please proceed.

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Je vous remercie. I have a question for Satya and then one for Amy, if you don't mind. Satya, in the different documents related to the earnings this quarter you have on product launches, etc., there's a discussion in there on the Microsoft launch of the Quantum Development Kit. Can you give us a bit of color on how you're thinking about quantum computing today, where the — how soon the opportunity, where it is in the maturation? And then I have a follow-up for Amy.

Satya NadellaChief Executive Officer

Sûr. Thanks, Mark. So the way we think about our overall investment, I think of this as a systems investment, because at the scale at which we operate, the intelligent cloud and the intelligent edge infrastructure, which you all track as Azure, you got to remember it's the core platform that's powering everything from our gaming ambitions to what we are doing with Microsoft 365, to what we are doing with Dynamics 365 and of course, our third-party business in Azure. So that's the core platform.

And now, when you think about the scale at which we operate, it is very important for us to make sure that every new breakthrough that happens in the system architecture that can improve efficiencies in what is distributed computing is something that we stay on the forefront of it. So that's why we have a very long-term view on Quantum, and the things that we did even in this last quarter is take things like the quantum simulator stuff and bring it to Azure. In fact, we are seeing very good adoption in scientific labs, in universities and some pharma companies and others who are looking at really building their quantum algorithmic promise long before the quantum computer is real so that they are ready to be able to take advantage of that computing resource. So that's how we look at it, but you got to remember that before Quantum, there are many byproducts of a quantum effort that have significant implications on how we get more competitive, efficient in terms of providing computing to the world.

So that's one of the reasons why you hear us talk about quantum as the long-term goal, but you can fully expect us to take a lot of learnings, advances in that road map and bring them to market earlier.

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Perfect. I really appreciate it. Amy, you gave a lot of color this quarter, but in the quarter, there was overall transactional weakness. Can you give us a little more color? Is there something structural driving it? NOUS.

government, China weakness? Was there just simply less contracts up for renewal? Or is it the cloud? Any additional data would be helpful. Je vous remercie.

Amy HoodDirecteur financier

Thanks, Mark, for the question. The only transactional weakness I felt in the quarter at all was what we covered, which was the OEM impact from the chip supply, which was about 1.5 points of growth on MPC, and the Office consumer impact, which was secondary impact of the PC environment plus some execution challenges we had that I feel really good that we've gotten to the root of and will get handled in H2. Outside of that, our transactional execution was really precisely as we expected. Office commercial actually had a pretty reasonable quarter given some of the impacts we had in Q1, a couple of points of impact of extra growth that we talked about.

And the product and services KPI on prem and server was also quite good when we think about the balance and what that represents for hybrid demand. We continue to see good demand on DC — sorry, data center modernization, as well as some of the premium SKUs.

Mark MoerdlerBernstein Research — Analyst

Perfect. Je vous remercie. Much appreciated, and congrats.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Mark. Operator, we'll take next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Phil Winslow with Wells Fargo. Please proceed.

Phil WinslowWells Fargo — Analyst

Hi. Thanks for taking my question and congrats on a great quarter. Just wanted to focus in on Windows. Amy, I think you've guided to low single-digit growth in Windows OEM revenue for Q3.

And just wondering if you can sort of help us bridge that because you also talked about inventory levels, Windows being low in the OEMs, as well as some mix. So maybe kind of help us bridge the gap between — maybe comments about maybe continued storage as a component but the revenue growth. And then the other side of Windows, the commercial, obviously it's been super strong, but we're starting to lap some — there's some pretty big growth numbers Q3, Q4 last year, and then, obviously, there's some accounting change with 606. Maybe give us some color there.

So I guess, one, on the OEM side and then, two, on the commercial side. Merci.

Amy HoodDirecteur financier

Génial. Je vous remercie. On the OEM side, the way to think about those comments is we do expect inventory levels to likely remain low as we exit the next quarter as well. So think about there having — because your — we do expect chip supply to remain constrained.

I don't expect to see any impact from changing inventory levels through the next quarter. So I would sort of remove that as one of the mechanisms you're thinking about on overall OEM demand. I do think what we will see in Q3 is we're expecting a little better performance in the pro side of the market in terms of seeing growth there, and that's probably helping a little bit. To your second question on Office — I'm sorry, on Windows Commercial overall, our real investment — and you're right, we are starting to reach some tougher comparables.

But a lot of that comparability, which you referenced, is due a little bit of how it's licensed, which is a lot of this is new and gets recognized more upfront in quarter. That's going to continue to have some lumpiness still as we go over the years. As that business continues to grow, it'll get less of that impact. The primary driver in terms of billings is how I tend to think about that, has been pretty consistent.

It's been double-digit consistent growth. It tends to look a lot like our Office 365 motion. It's sold with Microsoft 365. It's about the selling motion of E3 and E5 that we talk about.

If you could almost take out that 606 impact in the billings team to almost mirror the Microsoft 365 SKUs we sell.

Phil WinslowWells Fargo — Analyst

Awesome. Merci beaucoup. Appreciate that.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Phil. We'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Jennifer Lowe with UBS. Please proceed.

Jennifer LoweUBS — Analyst

Génial. Je vous remercie. I appreciate the sort of visibility you have into the — as someone earlier alluded to, transactional businesses. It sounds like you feel pretty good or at least stable about the PC outlook for the remainder of this year.

But given that Windows is a pretty material driver of profitability at Microsoft, if we do start to see a more protracted decline in PC unit sales and you think about your investments going out through the remainder of this calendar year, are there opportunities to sort of flex down the cost structure at this point to preserve profitability in margins? Or should we assume that much of the investments happening right now are really tied to the commercial cloud and some of the lower margin but higher opportunity businesses and maybe there isn't so much of an offset? Just how should we think about contingency planning if we do see a weaker — an extended weakening in the global economic climate?

Satya NadellaChief Executive Officer

Let me start, and Amy, you can add to it. See, first of all, I'd say the opportunity for our shareholders when they think about Microsoft has never been better. When I look at every business becoming a digital business and then take that opportunity and map that to our capability, we have the broadest platform of anyone in the tech sector to really help every customer in every country become that digital business. And we have the business model that aligns with them and their interests and the trust.

And so therefore, from a secular perspective, we are all in on making sure that we invest in our commercial cloud, as well as our investments in things like gaming and going after the opportunity that is there in front of us. And you even think about Microsoft 365. The value proposition of Microsoft 365 transcends Windows and Office on Windows. We think about the relevance of our applications across all device sockets.

We think about the security, identity management, information protection and all that value across all device sockets, so therefore, I feel very, very good about the product investments and the go-to-market investments we are making to really help our shareholders realize that growth potential that's available in what is going to be an increasingly digital world. And I'll let Amy answer.

Amy HoodDirecteur financier

Let me just add a little bit, Jennifer, when it comes to really your question around OEM. We know that the signals we get from especially our commercial customers is that there's a healthy demand for the value that exists in Windows 10. We're seeing it in terms of deployments on new and existing devices and the security and manageability value prop that comes with a modern device and the experiences that employers want their employees to have and be able to take advantage of, along with some of the end-of-support deadlines that we have talked about, there is still an opportunity for us to remain focused on and execute on through this calendar year. And I still feel quite good about that, including the signals we're getting in the market.

Jennifer LoweUBS — Analyst

Génial. Je vous remercie.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Jen. Operator, we'll take the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Raimo Lenschow with Barclays. Please proceed.

Raimo LenschowBarclays — Analyst

Hey, thanks for asking my question. I wanted to focus on the data and database side of your business. We saw the acquisition this quarter of a Postgres company. If you think about the ecosystem around the world, a lot of the cloud guys are talking a lot about database.

Can you kind of maybe talk a little bit what you see around Cosmos, the whole database offering that you have and what you see in terms of client adoption there? Je vous remercie.

Satya NadellaChief Executive Officer

Yes, we feel very, very good about the data platform and the portfolio we have, whether it's on the relational side with, obviously, SQL, and now, Postgres support. And then our Cosmos DB has become the leading multi-model, multi-region database. And so therefore, I feel very, very good, as I said even earlier, whenever these customer digital transformation projects start, they start by really getting their data into shape. And what that means is you bring all the data in its native format.

You need the full comprehensive platform and then the ability to able — to do things like AI and analytics on top of all of this data. So our data platform growth, as well as competitiveness is very good and increasing. And we're the only provider still who can do this in a hybrid way. That is the consistency between what happens at the edge to the cloud when it comes to data tier becomes even more important as edge scenarios become very, very real.

So therefore, I feel very good about our data story in Citus, which is the company we just bought for the Postgres capability, is something that we are very excited about.

Raimo LenschowBarclays — Analyst

Perfect. Je vous remercie.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Raimo. We'll take the next question please, operator.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Walter Pritchard with Citi. Please proceed.

Walter PritchardCitigroup — Analyst

Hi, thanks. Question on Azure, and growth numbers this quarter were very strong. I'm wondering if you can talk about just your visibility into the growth in that business. A lot of that comes from enterprise agreements and commitments customers are making.

Some of that's on sort of credits that they have to consume. I'm not sure if you're willing to give us sort of a gross kind of trajectory as you look out forward, but I think there's a lot of investor interest in terms of how much visibility [Audio gap] your perspective.

Amy HoodDirecteur financier

Maybe I'll start, Satya. In terms of the Azure growth, most of the Azure growth is really driven by consumption. So this is about getting projects started, making those projects successful, making sure customers feel the value and get the value of their investment. And increasingly, that's why we've been talking a bit about the form of these contracts changing, larger commitments being made that are — that land in bookings but not in unearned, right? So it's a bit different mechanism than you think about having in our standard EA, where it goes to the balance sheet and gets earned off.

These are contracts that unless it is used and deployed and a customer gets value from, it does not land into the P&L. And so the part that looks a little bit more EA like is the part we've talked about on a per-user basis, right? That's something you're going to deploy, whether that's EMS, is the best example. And so those have the characteristic you talk about, which is that it really comes from the EA and the recognition is more predictable. But on the IaaS and PaaS layer, that's about our execution each quarter and especially making an impact.

The way that — the only other way that that Azure number, to think about it, is when we've talked about the Azure Hybrid Benefits that exist, those show up actually in the on-prem number, right, even if they ultimately get used on the Azure side. So there actually is some Azure benefit revenue ultimately that shows is "on-prem".

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Génial. Thanks, Walter. We'll go to the next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Mark Murphy with JPMorgan. Please proceed.

Mark MurphyJPMorgan — Analyst

Oui. Merci beaucoup. Satya, in the last couple of quarters, you have announced a number of these large multiyear Azure wins with companies, including Walmart and Albertsons and Walgreens as Keith mentioned earlier. I'm just curious whether you're sensing an amplified tailwind there due to Amazon's ambitions to actually compete with grocers and retailers and healthcare providers and other industries.

And then, Amy, I am assuming that those wins are captured by this robustness that we're seeing in the commercial bookings growth, which is up 22%. But I guess I don't understand if they're fully captured, if this is a consumption-based structure. Or are we only seeing a portion of those bookings if we look in the unearned revenue and in the KPI?

Satya NadellaChief Executive Officer

OK, I'll start. I mean, the first thing is to — we need to have product truth and product competitiveness and capability to, first of all, play, and that's where I'll start. We have a very, very good compelling platform across our commercial cloud. That's what's really leading us to be able to do these types of partnerships that you referenced.

It's clear that we also have a fantastic alignment of our business model with the interest of our customers. In other words, we want to make sure that we are, in fact, making our customers fully capable digital companies in their own right, whether they're in retail, whether they're in oil and gas, whether they're in healthcare because that's really what's in our long-term interest, which is to ensure that they have full digital capability, and then they'd use the subscriptions and the consumption capabilities of our cloud. And of course, that means we have a trusted relationship, which is a competitive advantage in a world where some of our competitors have more complex business models, where in some cases they give them platforms, in other cases where they compete with them or tax them. That's definitely something that I'm sure our customers pay attention to.

But we are very focused on making sure that we have the right product that's competitive in the marketplace and then our business model that's long-term aligned with the interest of our customers, and we'll stay focused on it.

Amy HoodDirecteur financier

And to your second question, you know, most of these larger contracts are showing up in that commercial bookings number, and we referenced that on these — when we say the longer — larger, longer-term contracts, that is where they show up. Very little shows up in unearned, and that's the distinction that we're starting to see in many of these other Azure contracts. It will, as it gets used, go straight to that Azure revenue growth number on the P&L.

Mark MurphyJPMorgan — Analyst

Je vous remercie.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Mark. Operator, we'll take next question please.

Operator

Je vous remercie. Our next question comes from the line of Brad Reback with Stifel. Please proceed.

Brad RebackStifel Financial Corp. — Analyst

Génial. Thanks very much. Satya, of late, you've talked about Microsoft 365 being the new operating system, and I know you talked a bunch about that today. But as you think about going after the front-line worker, people you could not get to previously, how should we think about the TAM expansion from that from a C standpoint?

Satya NadellaChief Executive Officer

Yes, a good example of the first-line opportunity was something that you could have seen at NRF this January. We launched, for example, Teams for first-line workers, which had things like shift worker capabilities, secure messaging. One of the challenges in retail and in many other industries is what's that messaging tool that has actually got the security framework that they expect of any other enterprise tool as opposed to using one of these consumer messaging tools, which then all the liability is with the enterprise. So that's the opportunity we see, whether it's — for all front line, whether it's in manufacturing, whether it's in retail, whether it's in healthcare.

So that's the TAM expansion. So in other words, it can be — start with Teams. It can start with some of our devices in the first-line worker. For example, one of the things that we see the most traction for HoloLens is with first-line workers.

People in manufacturing and other in field service, where they were never issued a standard laptop or even a phone are being issued a HoloLens as their first computing device, and that's just because of the productivity it drives. So those are the kinds of TAM expansion we see across Microsoft 365.

Brad RebackStifel Financial Corp. — Analyst

Génial. Thanks very much.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Thanks, Brad. Operator, we'll take our last question now please.

Operator

Je vous remercie. Our final question will come from the line of Alex Zukin with Piper Jaffray. Please proceed.

Alex ZukinPiper Jaffray — Analyst

Hey, guys. Thanks for taking my question and congrats on the quarter. Satya, you guys reorganized the sales and customer service organization about 18 months ago quite substantially, and you're now seeing the benefits both around much larger deals and broader deals that we've discussed on this call for your products across the portfolio. I wanted to ask, as the deal complexity increases, are you seeing any impact to your sales cycles as a result? And is there any impact that you're seeing on sales cycles maybe not from that but from kind of the macro volatility that we've seen in the headlines?

Satya NadellaChief Executive Officer

I mean, overall, a lot of our transformation, whether it's on the engineering side or on the marketing side or on the sales side, have all been driven by the opportunity we see with the broad platform capabilities we have across all of our commercial clouds, whether it's Azure or Dynamics 365 or Microsoft 365. So it is true that the deals are much broader, deeper. The relationships with the customers that we have now signed up with span a lot more of our capability and also drives a lot more of their own ambition. So for sure, the sales cycles are different, but at the same time, you got to remember, at Microsoft, we do have a lot of different business that we do with the customers, which may include some things like refreshes of their on-premise infrastructure all the way to some very high-ambition digital transformation projects.

So I would say we are well equipped to deal with that complexity and the variability of what our customers want us to be helping them with. And that's where a lot of the transformation we have done internally is helping us accelerate our Cloud business.

Amy HoodDirecteur financier

And I think the way we've seen this in the field is — and our sales organization has been not unlike some of these dynamics transactions or the power platform transactions that require a fundamental understanding of business process and the changes you're trying to implement. Those do naturally have longer sales cycles. Azure has many of those same attributes at the higher end of the complexity and digital transformation Satya's talking about. And in these very large transactions, many of which we've been signing recently, where you'll see some of that volatility would be in bookings.

But I think, in general, the goal is to have — and continue to build on that business, but certainly, that would be where the "volatility" would show up.

Mike SpencerGeneral Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

D'ACCORD. Well, thanks, Alex. That wraps up the Q&A portion of today's earnings call. Thank you for joining us, and we look forward to speaking with all of you soon.

Satya NadellaChief Executive Officer

Thank you all.

Amy HoodDirecteur financier

Je vous remercie.

Operator

[Operator signoff]

Duration: 58 minutes

Call Participants:

Mike Spencer — General Manager of Investor Relations and Assistant Treasurer

Satya Nadella — Chief Executive Officer

Amy Hood — Directeur financier

Keith Weiss — Morgan Stanley — Analyst

Karl Keirstead — Deutsche Bank — Analyst

Mark Moerdler — Bernstein Research — Analyst

Phil Winslow — Wells Fargo — Analyst

Jennifer Lowe — UBS — Analyst

Raimo Lenschow — Barclays — Analyst

Walter Pritchard — Citigroup — Analyst

Mark Murphy — JPMorgan — Analyst

Brad Reback — Stifel Financial Corp. — Analyst

Alex Zukin — Piper Jaffray — Analyst

More MSFT analysis

This article is a transcript of this conference call produced for The Motley Fool. While we strive for our Foolish Best, there may be errors, omissions, or inaccuracies in this transcript. As with all our articles, The Motley Fool does not assume any responsibility for your use of this content, and we strongly encourage you to do your own research, including listening to the call yourself and reading the company's SEC filings. Please see our Terms and Conditions for additional details, including our Obligatory Capitalized Disclaimers of Liability.

10 stocks we like better than Microsoft
Lorsqu'ils investissent des génies, David et Tom Gardner ont un indice boursier, il peut être rentable d'écouter. Après tout, le bulletin d’information qu’ils tiennent depuis plus d’une décennie, Conseiller en actions Motley Fool, a quadruplé le marché. *

David and Tom just revealed what they believe are the 10 best stocks for investors to buy right now… and Microsoft wasn't one of them! C'est vrai – ils pensent que ces 10 actions représentent des achats encore meilleurs.

Cliquez ici to learn about these picks!

*Stock Advisor returns as of November 14, 2018

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.