Non classé

Les responsables de Google Cloud et AWS critiquent les nouveaux frais de migration dans le cloud de Microsoft – Un serveur de qualité

Le 8 août 2019 - 5 minutes de lecture

Les cadres supérieurs de Google Cloud et d'Amazon Web Services (AWS) ont reproché à Microsoft de modifier les modalités de facturation des clients qui utilisent leurs logiciels sur d'autres clouds publics.

Microsoft a annoncé qu'il modifierait la manière dont les clients peuvent utiliser leurs licences préalables sur les serveurs dédiés de quatre fournisseurs de cloud: AWS, Alibaba, Amazon et Google, ainsi que Microsoft.

Cela s'est accéléré avec l'annonce du service Azure Dedicated Host.

Jusqu'à présent, les clients ont pu utiliser la même licence sur site lors du transfert d'une charge de travail vers un hôte dédié dans le cloud public, sans avoir à payer de frais supplémentaires. En effet, le locataire unique est traité de la même manière qu’un fournisseur d’externalisation traditionnel.

Mais les clients devront désormais payer des frais supplémentaires à compter du 1er octobre s'ils souhaitent exécuter le logiciel Microsoft sur des services dédiés des fournisseurs répertoriés.

Pour certains services, les clients devront acheter le logiciel de sécurité d'assurance de Microsoft ou acheter le logiciel via le contrat de licence du fournisseur de service. Ils ne pourront pas apporter leurs propres licences.

Toutefois, des remises sont disponibles pour les clients qui souhaitent passer du démarrage à l'hôte Azure Dedicated de Microsoft, ce qui a ennuyé ses concurrents.

Le président de Google Cloud, Robert Enslin, a blâmé Microsoft sur Twitter, l'accusant de "bloquer le vendeur" et "d'emporter dans le cloud leurs plus grands succès des années 90".

Pendant ce temps, le CTO d’AWS, Werner Vogels, a accusé Microsoft de "créer un autre appât et un autre changement".

Sandy Carter, la vice-présidente de AWS, a publié un blog sur LinkedIn, accusant Microsoft de prendre un magazine «d'un ancien fournisseur de logiciels de logiciels de jeux».

Elle a déclaré que Microsoft avait effectué un certain nombre d'ajustements au cours des dernières années qui avaient gêné les clients AWS.

"Bien que ces modifications puissent sembler moins restrictives qu'une autre menace de l'audit logiciel, ce n'est pas la première fois que Microsoft apporte des modifications" subtiles "aux licences qui disparaissent lentement de vos options", a-t-elle déclaré.

"En 2018, Microsoft a supprimé les droits du client pour transférer vos licences SQL Server vers AWS et les utiliser avec notre service géré, Amazon Relational Database Service.

"Microsoft veut que vous pensiez qu'il ne s'agit que de" suppression des droits d'impartition ", mais Microsoft veut limiter l'utilisation de l'ordinateur. Et quel cloud."

Raison de Microsoft

À l'heure actuelle, les clients Microsoft sont autorisés à utiliser la même licence s'ils souhaitent déplacer une charge de travail d'un environnement sur site vers un matériel géré par une société d'impartition traditionnelle.

Jusqu’à présent, cela s’était également traduit par des serveurs de cloud public à locataire unique – mais Microsoft a déclaré que cela ne devrait pas être le cas, car "les services de cloud hébergés dédiés des grands fournisseurs de cloud public offrent généralement une échelle globale élastique, des offres sans offres et un modèle de paiement à la carte, similaire aux services cloud multi-locataires. "

"L'essor des services cloud hébergés dédiés a estompé la frontière entre l'externalisation traditionnelle et les services cloud et a conduit à l'utilisation de licences de services cloud locaux", indique un article de blog.

"En conséquence, nous mettons à jour les conditions d'impartition des licences locales Microsoft afin de clarifier la distinction entre l'externalisation locale / traditionnelle et les services cloud et de créer des conditions d'octroi de licences plus cohérentes pour les services cloud hébergés dédiés et dédiés."

Les clients souhaitant désormais utiliser les logiciels Microsoft sur des serveurs cloud loués à la demande dans AWS, Alibaba, Microsoft et Google devront s'acquitter de frais supplémentaires en plus des licences standard. Aucun autre fournisseur ne sera affecté.

Toutefois, les clients qui migrent d'emblée vers la propre offre cloud dédiée de Microsoft peuvent économiser de l'argent en utilisant Azure Hybrid Benefit.

Microsoft indique que les clients peuvent économiser jusqu'à 40% sur les machines virtuelles Azure et 55% sur la base de données SQL Azure lorsqu'ils exécutent des machines virtuelles Windows Server.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.