Serveur d'impression

BYTE ME: Le bon, le mauvais et le pire du stockage en nuage – Serveur d’impression

Le 5 août 2019 - 5 minutes de lecture

AUJOURD'HUI, nous dissipons certains des mensonges, mythes et brouillards associés au cloud computing.

Cet article aura un certain attrait pour les utilisateurs à domicile, mais s'avérera être une lecture essentielle pour les propriétaires d'entreprise. Ici, nous examinons principalement la transition d’un serveur ou d’une base de données sur site ou sur site vers une option basée sur le cloud.

Avec de nombreuses régions australiennes en train de passer à des connexions Internet basées sur NBN, on espère que les vitesses de connexion obtenues seront meilleures que celles des modèles de connexion précédents proposés. Si tel est le cas, l'option de stockage de données importantes "dans le cloud" est devenue une réalité. Parallèlement à cela, la possibilité d'utiliser des serveurs ou des bases de données basés sur un nuage est également une réalité.

Le stockage en nuage gagne en popularité et des installations telles que DropBox, iCloud et OneDrive se révèlent très utiles et rentables. Ces deux dernières années, elles sont devenues des offres très «matures» sur le marché et peuvent offrir une installation de stockage centralisée pour différents appareils, tels que les ordinateurs de bureau, les ordinateurs portables, les tablettes et les smartphones.

Dans le scénario ci-dessus, vous pouvez "télécharger" des images ou des documents de "n'importe quel" périphérique vers le cloud afin qu'ils deviennent accessibles à partir de "tous" les périphériques que vous possédez. Normalement, cet «accès» aux fichiers en nuage n’est pas hypersensible aux délais ou aux vitesses de transfert des données – l’utilisateur final a donc une expérience positive. Ce n'est pas toujours le cas pour toutes les offres basées sur le cloud.

Si une entreprise place un package point de vente ou une base de données client dans le cloud, elle dépend totalement de la connectivité Internet et de la vitesse. Cette situation devient encore plus préoccupante si une entreprise opte pour un serveur basé sur un nuage sur lequel exécuter ses applications personnalisées. Dans ce cas, l’ensemble de l’entreprise peut être immergée dans l’eau en raison d’un problème de connexion, de routage ou tout simplement d’un problème de serveur – dont la résolution peut prendre plusieurs jours.

Le cloud n’a pas de solution miracle pour la fiabilité du serveur. Les serveurs en nuage ont toujours besoin d'assistance technique, de mises à jour, d'antivirus, de correctifs et de redémarrages occasionnels. Il y a quelques mois, un client a acheté un serveur de 65 000 $ US pour gérer l'ensemble de ses activités. Ce serveur est maintenant fourni et durera cinq ans. La citation alternative du serveur basé sur le cloud s'élevait à 7 000 USD par mois et à 420 000 USD sur cinq ans!

Ce qui est encore plus troublant, ce sont certains des appels téléphoniques aux clients d’affaires d’un grand opérateur de télécommunications qui essaient de les pousser à «tout mettre en nuage» et leur promettant qu’ils n’auront plus besoin d’un technicien en informatique une fois cela fait. Ces promesses creuses viennent des vendeurs qui font leurs commissions et disparaissent – ne plus jamais être contactés ou tenus pour responsables une fois que tout le projet a pris la forme d'une poire. Si le fait d'avoir un serveur basé sur un nuage supprime la nécessité de disposer d'un réseau basé sur une entreprise, avec des ordinateurs sécurisés, une protection par mot de passe, une sécurité des données et la possibilité d'imprimer sur du papier, je me rendrai ensuite à Bourke. Les entreprises doivent se méfier davantage de cette récente vague de propagande de vente.

Bruce Kerr, Byte Me.

Les futurs sujets Byte Me peuvent être envoyés par courrier électronique à [email protected] et Bruce est joignable à Kerr Solutions, au 205 Musgrave St ou au 4922 2400.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.