Transcription du compte rendu édité de la conférence téléphonique ou de la présentation du résultat MSFT, 18 juil. 19 21 h 30 GMT – Un bon serveur Minecraft

REDMOND 22 juil. 2019 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la téléconférence ou présentation concernant les résultats de Microsoft Corp le jeudi 18 juillet 2019 à 21h30:00 GMT

* Amy E. Hood

Deutsche Bank AG, division de la recherche – directeur et analyste principal de la recherche sur les actions

* Mark L. Moerdler

Sanford C. Bernstein & Co., LLC., Division de la recherche – Analyste principale de recherche

Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du quatrième trimestre de l'exercice 2019 de Microsoft. (Instructions de l'opérateur) Pour rappel, cette conférence est en cours d'enregistrement.

Je voudrais donner la parole à Mike Spencer, directeur général des relations avec les investisseurs. Je vous remercie. S'il vous plait procédez.

Bonjour et merci d'être parmi nous aujourd'hui. Satya Nadella, directrice générale; Amy Hood, dirigeante principale des finances; Frank Brod, comptable en chef; et Keith Dolliver, avocat général adjoint.

Sur le site Web Microsoft Investor Relations, vous trouverez notre communiqué de presse sur les résultats et notre diapositive de récapitulatif financier, destinés à compléter les remarques que nous avions préparées au cours de l’appel d’aujourd’hui et à réconcilier les différences entre les mesures financières définies et définies par les PCGR. Sauf indication contraire, nous ferons référence à des mesures non conformes aux PCGR de l'appel. Les mesures financières non définies par les PCGR fournies ne doivent pas être considérées comme un substitut ou une solution supérieure aux mesures de la performance financière préparées conformément aux PCGR. Ils sont inclus en tant qu'éléments de clarification supplémentaires pour aider les investisseurs à mieux comprendre la performance de la société au quatrième trimestre, en plus de l'impact de ces éléments et événements sur les résultats financiers.

Toutes les comparaisons de croissance que nous faisons aujourd'hui sur l'appel concernent la période correspondante de l'année dernière, sauf indication contraire. Nous fournirons également des taux de croissance à taux de change constants, le cas échéant, afin d'évaluer le rendement de nos activités sous-jacentes, compte non tenu de l'incidence des fluctuations des taux de change. Lorsque les taux de croissance sont les mêmes en monnaie constante, nous nous référerons au taux de croissance uniquement.

Nous publierons nos remarques sur le site Web immédiatement après l'appel jusqu'à ce que la transcription complète soit disponible. L'appel d'aujourd'hui est diffusé sur le Web en direct et enregistré. Si vous posez une question, elle sera incluse dans notre transmission en direct, dans la transcription et dans toute utilisation future de l'enregistrement. Vous pouvez rejouer l'appel et consulter la transcription sur le site Web Microsoft Investor Relations.

Au cours de cet appel, nous ferons des déclarations prospectives sous forme de prédictions, projections et autres déclarations relatives à des événements futurs. Ces déclarations sont basées sur les attentes actuelles et sur des hypothèses soumises à des risques et à des incertitudes. Les résultats réels pourraient différer considérablement en raison des facteurs évoqués dans le communiqué de presse sur les résultats publié aujourd'hui, dans les commentaires formulés lors de la téléconférence et dans les sections relatives aux facteurs de risque de notre formulaire 10-K, formulaire 10-Q et autres rapports et documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission. Nous n’assumons aucune obligation de mettre à jour les déclarations prospectives.

Et avec ça, je vais donner l’appel à Satya.

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – PDG et directeur [3]

————————————————– ——————————

Merci, Mike, et merci à toutes les personnes au téléphone d’avoir participé.

C'est une excellente fin pour un exercice financier record. Nous avons généré des revenus de plus de 125 milliards de dollars pour l'ensemble de l'exercice, avec une croissance à deux chiffres des résultats nets et des résultats nets. Notre activité de nuage commercial est la plus importante au monde, avec un chiffre d’affaires dépassant les 38 milliards de dollars pour l’année, avec une marge brute en hausse de 63%. Je suis fier de ce que nous avons accompli au cours des 12 derniers mois et je suis stimulé par l'énorme opportunité qui nous attend.

Chaque jour, nous travaillons aux côtés de nos clients pour les aider à créer leur propre capacité numérique, à créer de nouvelles entreprises avec eux, à innover avec eux et à gagner leur confiance. Cet engagement envers le succès de nos clients se traduit par des partenariats plus étroits, des accords sur le cloud pluriannuels plus larges et une dynamique croissante à travers chaque couche de notre pile technologique différenciée, de l'infrastructure d'application aux données et de l'IA au processus commercial en passant par la productivité et la collaboration.

Maintenant, je vais brièvement souligner notre innovation et notre élan. Dans un monde où chaque entreprise est une société de logiciels, les développeurs joueront un rôle de plus en plus essentiel dans la création de valeur dans toutes les organisations. Et GitHub est leur maison. GitHub est utilisé par plus de 36 millions de développeurs ainsi que par les plus grandes entreprises, dont la majorité du Fortune 50. Et nous investissons dans la construction de la panoplie d'outils complète pour les développeurs, indépendante du langage, du framework et du cloud. Visual Studio et Visual Studio Code sont les outils d’édition de code les plus populaires dans le monde. Avec Azure DevOps, vous pouvez créer, tester et déployer du code sur n'importe quelle plate-forme. Et avec Azure PlayFab, nous avons LiveOps, une plate-forme dorsale complète pour optimiser l’engagement et les interactions en temps réel.

Nous construisons Azure en tant qu'ordinateur mondial, répondant aux besoins réglementaires et de souveraineté opérationnelle de nos clients. Nous avons 54 régions de centres de données, plus que tout autre fournisseur de cloud, et nous avons été les premières au Moyen-Orient et en Afrique. Azure est le seul nuage à s'étendre à la périphérie, englobant la gestion des identités, la sécurité et l'infrastructure. Cette année, nous avons introduit de nouveaux services et dispositifs cloud pour les périphériques Edge, d’Azure Data Box Edge à Azure Stack HCI à Azure Connect, en tirant toute la puissance d’Azure là où les données sont générées.

Azure Sphere est une solution de pointe unique pour sécuriser les plus de 9 milliards de terminaux mis en ligne et alimentés par des MCU chaque année. Et maintenant, IoT plug-and-play connecte de manière transparente les périphériques IoT au cloud sans avoir à écrire une seule ligne de code intégré. Azure est le cloud le plus ouvert et ce trimestre, nous avons élargi nos partenariats avec Oracle, Red Hat et VMware pour que les technologies et les outils que les clients possèdent déjà soient de premier ordre sur Azure.

Azure est le seul cloud offrant des capacités illimitées de données et d'analyse sur l'ensemble du parc de données des clients. La variété, la vélocité et le volume de données augmentent, et nous apportons des capacités hyper-échelle aux services de base de données relationnelle avec la base de données Azure SQL. La nouvelle prise en charge des analyses dans Cosmos DB permet aux clients de créer et de gérer des charges de travail d’analyse fonctionnant en temps réel sur des données distribuées dans le monde entier. Nous proposons également les analyses cloud les plus complètes allant d’Azure Data Factory à Azure SQL Data Warehouse en passant par Power BI.

L'IA est la caractéristique par excellence de toute application construite en 2019 et au-delà. Nous démocratisons les outils et services d'infrastructure d'intelligence artificielle avec Azure Cognitive Services, le portefeuille d'outils d'intelligence artificielle le plus complet permettant aux développeurs d'intégrer la possibilité de voir, d'entendre, de réagir, de traduire, de raisonner et plus encore dans leurs applications. Et ce trimestre, nous avons introduit de nouvelles capacités de synthèse vocale, de recherche, de vision et de décision. Les nouvelles mises à jour d’Azure ML simplifient la création, la formation et le déploiement de modèles d’apprentissage automatique, apportant une approche sans code de l’apprentissage automatique.

Notre approche différenciée des outils et infrastructures de développement aux données et à l'analyse, en passant par l'IA, est le moteur de la croissance. Les plus grandes entreprises mondiales font confiance à Azure pour leurs charges de travail critiques, dont plus de 95% du Fortune 500. Et hier encore, AT & T a choisi notre cloud dans l’un des plus grands engagements en matière de cloud.

Passons maintenant au processus métier. Nous redéfinissons les processus métier avec Dynamics 365 et Power Platform avec des applications modernes, modulaires, extensibles et basées sur l'IA. Dynamics 365 permet de manière unique à toute organisation de créer des boucles de rétroaction numériques, de récupérer les données d’un système et de les utiliser pour optimiser les résultats d’un autre système, permettant ainsi à toute entreprise de devenir une entreprise avant-gardiste. Notre initiative Open Data avec SAP et Adobe s'appuie sur cette promesse en offrant aux clients comme Coke, HP, Unilever et Walmart une vue unique à 360 degrés de leurs clients, construite sur un modèle de données unique sur un seul lac de données, éliminant ainsi les silos de données et offrant des perspectives en temps réel. À l'échelle.

Cette année, nous avons présenté Dynamics 365 AI, une nouvelle classe d'applications d'intelligence artificielle conçues pour une ère où les systèmes d'enregistrement sont convertis en systèmes d'engagement et de renseignement. Le mouvement des citoyens développeurs est ici et nous le renforçons. 500 nouvelles applications – 500 millions de nouvelles applications seront créées au cours des cinq prochaines années et plus que le total des 40 dernières. Les entreprises devront donner aux experts du domaine des outils pour créer des applications et automatiser des processus robotiques afin de rationaliser et de personnaliser le flux de travail. comme la surveillance du service et le suivi du temps et des dépenses.

Notre plate-forme Power, qui englobe Power BI, Power Apps et Flow, est la seule solution du genre dans l'industrie. Il associe le développement d'applications code-bas, sans code, l'automatisation robotique des processus et l'analyse en libre-service sur une seule et même plate-forme complète. Chevron est passé de 80 utilisateurs de Power Apps à 5 500 en un an et compte désormais plus de 200 applications en production.

Ce trimestre, nous avons présenté AI Builder, en ajoutant des fonctionnalités d'intelligence artificielle, telles que la reconnaissance d'objets, à toute application Power App. Et avec Power BI, nous sommes le leader de la business intelligence dans le cloud avec plus de 25 millions de modèles hébergés sur le service et 12 millions de requêtes traitées par heure. Nous permettons à nos clients de numériser non seulement leurs processus d’entreprise, mais également de relier les mondes physique et numérique à nos investissements dans le cloud de réalité mixte. Avec les applications HoloLens 2, les ancres spatiales Azure et Dynamics 365, nous constatons une traction dans tous les secteurs, de la fabrication au commerce en passant par la vente au détail. À lui seul, Airbus poursuit plus de 300 cas d'utilisation, de la formation à la conception, en passant par l'assistance à distance. Toute cette innovation alimente une croissance rapide: plus de 90% des entreprises du Fortune 500 utilisent Dynamics 365 ou Power Platform.

Maintenant à LinkedIn. Les personnes constituent l'atout le plus précieux d'une organisation. Notre solide portefeuille de talents, allant de Talent Solutions et Talent Insights à l'engagement des employés avec Glint vers LinkedIn Learning, permet à chaque organisation d'attirer, de fidéliser et de développer les meilleurs talents sur un marché de l'emploi de plus en plus concurrentiel. Les nouvelles fonctionnalités aident les demandeurs d'emploi à trouver et à décrocher des emplois plus pertinents et plus rémunérateurs grâce à des alertes, des informations plus approfondies et la nouvelle série d'outils de préparation aux interviews, contribuant à un autre quart des offres d'emploi enregistrées.

Les solutions marketing constituent désormais notre activité qui connaît la croissance la plus rapide avec de nouveaux outils de renforcement de marque et de communauté qui permettent aux spécialistes du marketing de se connecter plus facilement aux 645 millions de membres de LinkedIn. Et nous permettons à chaque entreprise de développer une culture de vente relationnelle et de tirer le meilleur parti de ses réseaux sociaux grâce à la combinaison de Dynamics 365 et de LinkedIn Sales Navigator. Toutes ces innovations ont contribué à une autre année record pour LinkedIn, qui a été marquée par des engagements sans précédent sur la plate-forme.

Passons maintenant à Microsoft 365. Microsoft 365 est le nuage de productivité mondial. Il donne à tous, y compris aux 2 milliards de travailleurs de première ligne du monde entier, une expérience intégrée et sécurisée, basée sur l'IA, sur n'importe quel appareil. Il s'agit de la seule solution complète de communication sur la productivité et la collaboration qui s'intègre aux flux de travail critiques des processus métier d'une entreprise.

Les multinationales de L'Oréal et Walgreens Boots Alliance au plus grand producteur de produits chimiques au monde, BASF, ont toutes choisi Microsoft 365 cette année. Et au cours des deux derniers trimestres, nos offres premium ont pris de l'ampleur avec S & P Global, CenturyLink et KPMG, qui ont tous choisi Microsoft 365 E5. Microsoft Teams a eu une année exceptionnelle. Les équipes comptent désormais plus de 13 millions d'utilisateurs actifs quotidiens et 19 millions d'utilisateurs actifs hebdomadaires. Il rassemble tout ce dont une équipe a besoin (conversation, voix, voix, réunions, collaboration avec la puissance des applications Office et du flux de travail des processus métier) en une seule expérience utilisateur intégrée, un échafaudage, éliminant ainsi le besoin d'applications discrètes augmentant la sécurité et la conformité d'une entreprise. .

Et nous élargissons nos possibilités en amenant les équipes sur de nouveaux marchés sous-pénétrés, notamment les soins de santé, l’hôtellerie et la vente au détail, ainsi que les travailleurs de première ligne. Nous leur donnons des outils mobiles dans les équipes, comme la planification des quarts de travail et les notifications de priorité.

Et nous infusons l'intelligence artificielle dans Microsoft 365 pour permettre de nouvelles fonctionnalités d'automatisation, de prédiction, de traduction et d'analyse. Les réunions sont maintenant plus inclusives dans les équipes. Les présentations sont plus accessibles dans PowerPoint. Vidéos, plus consultables en flux; et les courriers électroniques, plus pertinents dans Outlook. Et avec Workplace Analytics et Microsoft Search, nous exploitons nos calendriers et activités de relation et distillons les idées et les connaissances pour aider les personnes à travailler plus intelligemment, pas plus longtemps.

Nous investissons dans la cybersécurité pour protéger les clients dans l'environnement de confiance zéro actuel. Microsoft est la seule entreprise à offrir une sécurité de bout en bout, une identité étendue, des terminaux, des informations, des applications cloud et une infrastructure. Cela commence avec Azure Active Directory et comprend 3 nouveaux services que nous avons introduits cette année: Microsoft Threat Protection, Azure Sentinel et Azure Confidential Computing. Nous avons élargi notre famille d'appareils Surface créant des catégories cette année, notamment les nouveaux Surface Go et Surface Hub 2S. Et Windows 10 est actif sur plus de 800 millions de périphériques et son adoption est de plus en plus rapide dans l’entreprise comme le système d’exploitation le plus sûr et le plus productif.

Enfin, les jeux. Nous investissons pour donner aux 2 milliards de joueurs du monde les moyens de jouer aux jeux qu’ils souhaitent avec tout le monde, sur n’importe quel appareil, grâce à notre nouveau service de diffusion en continu de jeux, Project xCloud, qui entrera en phase d’épreuves publiques cet automne. record 65 millions avec le plus grand nombre d’utilisateurs mobiles et PC à ce jour. Nous apportons l'un des jeux vidéo les plus populaires au monde à une nouvelle génération de joueurs mobiles avec Minecraft Earth et Mixed Reality. Et nous avons presque doublé nos studios de jeu propriétaires cette année pour fournir un contenu différencié à nos services d'abonnement à croissance rapide tels que le Xbox Game Pass, désormais disponible sur console et sur PC.

En terminant, je suis optimiste quant à l'avenir. Nous accélérons notre innovation pour offrir une valeur différenciée à nos clients sur le cloud et aux frontières, de GitHub à Azure en passant par Dynamics 365, Microsoft 365 et Xbox Game Pass. Nous investissons dans les bonnes tendances séculaires pour élargir nos opportunités et nous travaillons chaque jour pour gagner la confiance de nos clients.

Sur ce, je laisse la parole à Amy qui va couvrir nos résultats financiers en détail et partager nos perspectives. J'ai hâte de vous retrouver après pour des questions.

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Vice-présidente exécutive et directrice financière [4]

————————————————– ——————————

Merci, Satya, et bon après-midi à tous.

Notre chiffre d’affaires pour le quatrième trimestre s’est établi à 33,7 milliards de dollars, en hausse de 12% et de 14% en monnaie constante. La marge brute en dollars a augmenté de 15% et 17% en monnaie constante. Le résultat opérationnel augmente de 20% et 24% à taux de change constant. Au cours du trimestre, nous avons transféré des biens incorporels de nos filiales étrangères aux États-Unis et en Irlande, ce qui a entraîné un avantage fiscal net de 2,6 milliards de dollars. Après ajustement à cela et à l'avantage net lié à la Loi sur la réduction de l'impôt sur l'emploi et l'emploi à partir du quatrième trimestre de l'exercice 18, le bénéfice par action s'est établi à 1,37 USD, en hausse de 21% et de 24% à taux de change constant.

Au cours de notre plus grand trimestre de l'année, nos équipes de vente et nos partenaires ont généré des résultats commerciaux exceptionnels, qui ont généré un autre trimestre de croissance à deux chiffres pour le chiffre d'affaires et les résultats. D'un point de vue géographique, nous avons constaté une force généralisée sur tous les marchés, quelle que soit leur taille. L'engagement des clients envers notre plate-forme cloud continue de croître. Au cours de l’exercice 19, nous avons conclu un nombre record d’accords de nuage commercial de plusieurs millions de dollars, avec une croissance importante du nombre d’accords Azure de plus de 10 millions de dollars.

La croissance des réservations commerciales a été nettement supérieure aux attentes, enregistrant une hausse de 22% et de 25% à taux de change constants, sous l’effet de la forte exécution des opérations de renouvellement et de l’augmentation du nombre de contrats plus importants à long terme d’Azure. En conséquence, nos revenus sous contrat non constatés ont été de 91 milliards de dollars, en hausse de 25% par rapport à l'exercice précédent, reflétant ainsi notre dynamisme continu et notre engagement croissant à long terme envers nos clients.

Nous prévoyons de comptabiliser environ 50% de ces revenus au cours des 12 prochains mois. Même avec la combinaison plus importante de contrats à long terme plus importants d’Azure avec une facturation initiale faible, les revenus commerciaux non gagnés étaient conformes aux attentes et s’élevaient à 34,1 milliards de dollars, en hausse de 13% et de 16% à taux de change constant. Et ce trimestre, notre composition de rente était à nouveau de 90%.

Le chiffre d’affaires du nuage commercial s’élève à 11 milliards de dollars, en hausse de 39% et de 42% à taux de change constant. Le pourcentage de la marge brute du nuage commercial a augmenté de 6 points sur un an et atteint 65%, grâce à l’amélioration significative de la marge brute Azure.

Le pourcentage de marge brute de la société s'est établi à 69%, en hausse de 2 points par rapport à l'année précédente et supérieur à nos attentes, grâce à la composition des ventes des licences commerciales et des OEM. Conformément aux attentes, la croissance des revenus en devises a été réduite de 2 points et celle des coûts d’exploitation et des charges d’exploitation de 1 point. Les charges d’exploitation ont progressé légèrement par rapport aux attentes, augmentant de 9% et 10% à taux de change constants, grâce à la poursuite des investissements dans les domaines du cloud et de l’IA, de LinkedIn et de GitHub. Les marges opérationnelles ont encore augmenté ce trimestre, grâce à la forte croissance des revenus, à l'amélioration de la marge brute et aux décisions disciplinées que nous avons prises au cours des 5 dernières années pour investir dans des domaines stratégiques et à forte croissance.

Passons maintenant aux résultats de notre segment. Les produits tirés de la productivité et des processus opérationnels se sont élevés à 11 milliards de dollars, soit une hausse de 14% et de 17% à taux de change constants, supérieur aux attentes, grâce à la fois à nos activités de cloud et à nos activités sur site. Le chiffre d’affaires commercial des bureaux a augmenté de 14% et 16% en monnaie constante, ce qui inclut environ 4 points de la combinaison plus large de contrats avec une plus grande reconnaissance en cours de période, ce qui a profité à la fois à nos activités de cloud et à nos activités sur site.

Le chiffre d'affaires d'Office 365 Commercial a augmenté de 31% et de 34% en taux de change constants, grâce à l'expansion de la base installée dans toutes les charges de travail et tous les segments de clientèle, ainsi qu'à la croissance de l'ARPU imputable au passage continu de nos clients aux offres E3 et E5. Le nombre de sièges Office 365 Commercial a augmenté de 23% par rapport à l’année précédente, ce qui incluait la forte performance de nos offres académiques Microsoft 365. Les revenus des consommateurs de bureau ont augmenté de 6% et 8% en monnaie constante, avec une croissance de 4 points des ventes transactionnelles au Japon. Le nombre d'abonnements Office 365 grand public a atteint 34,8 millions.

Notre activité Dynamics a augmenté de 12% et 15% à taux de change constant, tirée par la croissance de Dynamics 365 de 45% et de 48% à taux de change constant. Le chiffre d’affaires de LinkedIn a augmenté de 25% et de 28% en devises constantes, ce qui a permis de maintenir la vigueur de toutes les activités, comme en témoigne la croissance des solutions marketing de 42%. Les sessions LinkedIn ont progressé de 22% avec des niveaux record d’engagement et d’affichage d’emplois à nouveau ce trimestre.

Les marges brutes du segment ont augmenté de 16% et 20% à taux de change constants, tandis que les marges brutes ont augmenté de 1 point par rapport à l’année précédente, les améliorations apportées aux marges de LinkedIn et Office 365 ayant plus que compensé l’augmentation de la composition du nuage. Les charges d'exploitation ont augmenté de 8% ou 9% à taux de change constants, sous l'effet de la poursuite des investissements dans LinkedIn et de l'ingénierie en nuage. Le résultat opérationnel augmente de 25% et 31% à taux de change constant.

Ensuite, le segment Intelligent Cloud. Les revenus se sont élevés à 11,4 milliards de dollars, en hausse de 19% et 21% en monnaie constante. Nos activités de serveurs sur site ont généré des performances meilleures que prévu. La demande continue de nos clients pour nos solutions hybrides différenciées a entraîné une forte croissance du chiffre d'affaires des services de serveur et des services cloud, qui a augmenté de 22% et 24% en monnaie constante sur une base de chiffre d'affaires importante.

Le chiffre d'affaires d'Azure a augmenté de 64% et de 68% en monnaie constante, avec un nouveau trimestre de forte croissance de nos activités basées sur la consommation et une modération continue de nos activités par utilisateur. Et notre activité de serveurs sur site a progressé de 5% et 7% en monnaie constante, avec une demande plus forte que prévu d'environ 4 points, en prévision de la fin de la prise en charge de SQL Windows Server 2008, ainsi que de la vigueur continue des offres hybrides, des versions premium et GitHub.

Le chiffre d'affaires des services d'entreprise a augmenté de 4% et de 6% en monnaie constante, grâce à la croissance des services de support Premier. La marge brute du segment en dollars a augmenté de 19% et 21% en monnaie constante. Le pourcentage de la marge brute est demeuré inchangé par rapport à l’année dernière, puisqu’un autre trimestre d’amélioration significative de la marge brute Azure a compensé la composition croissante des produits Azure IaaS et PaaS.

Les charges d’exploitation ont augmenté de 23% et 24% en devises constantes, grâce aux investissements en cours dans les domaines du cloud computing, de l’IA et de GitHub, ainsi qu’aux dépenses liées aux produits, compte tenu de la vigueur du trimestre. Le résultat opérationnel augmente de 15% et 19% à taux de change constant.

Passons maintenant au segment Plus Personal Computing. Les revenus se sont élevés à 11,3 milliards de dollars, en hausse de 4% et de 6% à taux de change constants, dépassant les attentes, les performances meilleures que prévu de Windows faisant plus que compenser les produits de jeux et de recherche moins importants que prévu. Sous Windows, le chiffre d’affaires des constructeurs non professionnels a baissé de 8%, soit moins que le marché des ordinateurs grand public, avec une pression continue dans la catégorie d’entrée de gamme. Le chiffre d’affaires d’OEM Pro a progressé de 18%, devant le marché des ordinateurs commerciaux, grâce à la demande soutenue de Windows 10, à la forte accélération du support Windows 7 et à environ 4 points d’avantage de l’augmentation des stocks en raison de l’incertitude entourant les tarifs. Par conséquent, les stocks ont terminé le trimestre au-dessus de la normale.

Les produits commerciaux et les services cloud Windows ont progressé de 13% et 16% à taux de change constants, grâce à une forte croissance de la facturation à deux chiffres et à une combinaison plus importante de la reconnaissance des accords pluriannuels pour le trimestre. En surface, les revenus ont augmenté de 14% et 17% en devises constantes, grâce à la vigueur de notre secteur commercial, en particulier aux États-Unis, au Japon et au Canada.

Les revenus de recherche, hors TAC, ont augmenté de 9% et 10% en monnaie constante, ce qui est inférieur aux attentes en raison d’un volume moins élevé que prévu. Dans le secteur des jeux, le chiffre d’affaires a diminué de 10% et 8% en monnaie constante, ce qui est inférieur aux attentes, en raison de la baisse des ventes sur console et de la monétisation de titres tiers. Le chiffre d’affaires des logiciels et services Xbox a reculé de 3% et 1% à taux de change constants. La performance comparable à celle d’un titre tiers de l’année précédente a contrebalancé le dynamisme de la croissance du nombre d’abonnés Xbox Live et Game Pass.

La marge brute du segment en dollars a augmenté de 8% et 10% à taux de change constants, et le pourcentage de la marge brute a augmenté de 2 points en raison du transfert de la composition des ventes vers nos activités Windows à marge plus élevée. Les charges d’exploitation ont diminué de 2% et 1% en monnaie constante. En conséquence, le résultat opérationnel a augmenté de 18% et 22% à taux de change constant.

Revenons maintenant aux résultats totaux de l'entreprise. Comme prévu, les dépenses en immobilisations, y compris les contrats de location-financement, ont augmenté de façon séquentielle pour atteindre 5,3 milliards de dollars, grâce à des investissements continus pour répondre à la demande de nos services de cloud computing. Les liquidités versées pour les immobilisations corporelles se sont élevées à 4,1 milliards de dollars. Les flux de trésorerie provenant de l’exploitation ont augmenté de 41% par rapport à l’exercice précédent, sous l’effet de la facturation et du recouvrement dans le nuage. Environ 8 points ont bénéficié des paiements d’impôts effectués au cours de l’exercice précédent. Les flux de trésorerie disponibles se sont établis à 12 milliards de dollars et ont augmenté de 62% par rapport à l’année précédente, reflétant les solides flux de trésorerie d’exploitation et le calendrier des paiements en espèces pour les immobilisations corporelles.

Pour l'exercice, nous avons généré des flux de trésorerie liés à l'exploitation de plus de 52 milliards de dollars et des flux de trésorerie disponibles de 38 milliards de dollars, grâce à l'amélioration des marges et de l'endettement opérationnels de nos activités ainsi qu'à des améliorations opérationnelles visant à optimiser les flux de trésorerie.

Les autres produits se sont élevés à 191 millions de dollars, ce qui est supérieur aux prévisions en raison de l’enregistrement de gains évalués à la valeur de marché. Pour rappel, selon les normes comptables relatives aux investissements financiers récemment adoptées, nous sommes tenus de comptabiliser les gains et les pertes non réalisés sur notre portefeuille d’actions. En conséquence, nous prévoyons une volatilité trimestrielle accrue des autres produits et charges. Notre taux d’imposition effectif non conforme aux PCGR a été légèrement inférieur aux prévisions, à 16%. Enfin, ce trimestre, nous avons rapporté 7,7 milliards de dollars aux actionnaires sous forme de rachats d’actions et de dividendes, soit une augmentation de 45%, ce qui porte le total des revenus en espèces distribués aux actionnaires à plus de 30 milliards de dollars pour l’ensemble de l’exercice.

Passons maintenant aux perspectives, en commençant par le premier trimestre où nous prévoyons un autre trimestre commercial fort. En supposant que les taux actuels restent stables, nous prévoyons que les taux de change réduiront d'environ 2 points la croissance du chiffre d'affaires total de l'entreprise, des processus métier et des processus métiers et du Cloud intelligent, ainsi que la croissance du produit Plus d'informatique personnelle et des coûts d'exploitation et d'exploitation de la société d'environ 1 point. Dans nos activités commerciales, nous prévoyons que la demande continue des clients générera un chiffre d’affaires non gagné commercial de 11% à 12% par rapport à l’année précédente, avec une volatilité basée sur le type de contrat. Le pourcentage de la marge brute du nuage commercial augmentera légèrement sur une base séquentielle et nous prévoyons que les dépenses en capital s'aligneront sur celles du quatrième trimestre, alors que nous continuons à investir pour répondre à la demande croissante de nos services en nuage.

Maintenant, segmentez le guidage. En ce qui concerne la productivité et les processus métiers, nous tablons sur un chiffre d’affaires compris entre 10,7 et 10,9 milliards de dollars, grâce à une croissance à deux chiffres de l’Office Commercial, de Dynamics et de LinkedIn. Dans le nuage intelligent, nous prévoyons des revenus compris entre 10,3 et 10,5 milliards de dollars. Dans Azure, la croissance du chiffre d’affaires continuera de refléter l’équilibre entre une forte croissance de nos activités basées sur la consommation et une croissance modérée de nos activités par utilisateur. Nos activités de serveurs sur site seront motivées par la demande pour nos solutions hybrides et nos offres premium, ainsi que par les avantages continus de la fin de la prise en charge de SQL Server et de Windows Server 2008.

Dans More Personal Computing, nous prévoyons des revenus compris entre 10,7 et 11 milliards de dollars. Sous Windows, la croissance globale du chiffre d’affaires OEM devrait être légèrement supérieure à celle du marché des PC, sous l’effet d’une demande commerciale soutenue. Les produits d’exploitation des surfaces vont légèrement baisser d’une année sur l’autre en raison de la transition du cycle de vie des produits. La croissance des revenus de la recherche hors TAC devrait être à peu près équivalente à celle du quatrième trimestre. En ce qui concerne les jeux, nous prévoyons une baisse du chiffre d’affaires comparable à celle du quatrième trimestre, à l’horizon de la fin de cette génération de consoles, ainsi qu’à un logiciel et un service Xbox complexes, comparables à ceux obtenus par un titre tiers au cours de l’exercice précédent.

Revenons maintenant aux conseils généraux de l'entreprise. Nous prévoyons des coûts de production de 10,55 à 10,75 milliards de dollars et des charges d'exploitation de 10,1 à 10,2 milliards de dollars. Dans les autres produits et charges, les produits et charges d’intérêts devraient se compenser. Ensuite, nous prévoyons que notre taux d’imposition effectif pour le premier trimestre sera légèrement inférieur à notre taux d’imposition prévu pour l’année complète, qui était de 17%, en raison du volume d’acquis d’acquisition d’actions au cours de notre premier trimestre.

Enfin, rappelons-le sur les flux de trésorerie du premier trimestre, nous effectuerons un paiement d’impôt de 4,7 milliards de dollars lié à l’impôt de transition de TCJA et au transfert de biens incorporels au quatrième trimestre.

J'aimerais maintenant partager quelques commentaires sur l'AF20. Tout d'abord, FX. En supposant que les taux actuels restent stables, nous prévoyons que les taux de change réduiront de 1 point le chiffre d’affaires de l’année et la croissance du COGS. Le change ne devrait pas avoir d’impact sur la croissance des dépenses d’exploitation. Ensuite, les revenus. Au niveau de la société, nous continuons de prévoir une croissance des revenus à deux chiffres avec une nouvelle année de forte performance et une dynamique continue de nos activités commerciales. Pour rappel, nos activités commerciales, de licences et OEM Pro au second semestre seront impactées par un comparable qui a bénéficié de la fin de la prise en charge de SQL Server 2008, Windows Server 2008 et Windows 7 ainsi que de la vigueur transactionnelle au Japon. .

Nous nous attendons à ce que le chiffre d’affaires de notre secteur des jeux diminue légèrement d’un exercice à l’autre, la croissance à deux chiffres du nombre de logiciels et de services Xbox étant contrebalancée par la baisse des ventes de consoles. Nous nous attendons à un H2 plus fort que le premier dans le jeu, en comparant les titres de tiers. Pour rappel, un nombre croissant de grands contrats Azure à long terme entraînera une volatilité trimestrielle accrue de nos réservations commerciales et une croissance des revenus non gagnés.

Ensuite, la marge brute du nuage commercial. La composition des revenus continuera de s’orienter vers nos services basés sur la consommation Azure. Même avec ce vent contraire, nous nous attendons à une légère augmentation du pourcentage de la marge brute du nuage commercial, ce qui entraînera une nouvelle amélioration significative de la marge brute Azure. Les dépenses en immobilisations augmenteront pour répondre à la demande croissante de nos services de cloud computing.

Enfin, sur les frais d’exploitation. Nous continuerons d’investir, compte tenu de notre solide exécution, de notre position concurrentielle croissante et de notre ambition considérable dans les domaines à forte croissance. Les investissements dans des domaines tels que le cloud via AI et GitHub, les applications métiers via Dynamics, Power Platform et LinkedIn, Microsoft 365 via Teams, Security and Surface ainsi que les jeux, devraient générer une croissance des frais d’exploitation de 11% à 12%. Malgré ces investissements stratégiques, le passage continu à nos activités dans le nuage et notre très solide achèvement pour l’exercice 19, nous prévoyons une croissance du résultat opérationnel à deux chiffres ainsi que des marges opérationnelles stables. Nous attendons avec impatience l'exercice 20.

Sur ce, Mike, allons à Q & A.

————————————————– ——————————

Michael Spencer, Microsoft Corporation – Directeur général de l'IR [5]

————————————————– ——————————

Merci Amy. Nous allons maintenant passer à Q & A. Opérateur, pouvez-vous s'il vous plaît répéter vos instructions?

=============================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions de l'opérateur) Notre première question vient de la ligne de Keith Weiss avec Morgan Stanley.

————————————————– ——————————

Keith Weiss, Morgan Stanley, Division de la recherche – Analyste en actions [2]

————————————————– ——————————

Et une très belle fin pour une année 19 vraiment forte. Je voulais me concentrer sur Office 365. Si je regarde cela correctement, je pense que vous avez constaté une accélération de l'activité d'Office 365 Commercial. Et le genre de recette pour y arriver semble avoir un peu changé en ce sens que les prix sont plus positifs que la croissance en nombre de sièges. Y a-t-il une dynamique changeante en quelque sorte qui pousse la croissance là-bas? Parce que nous avions vu le SKU F1 et les travailleurs de première ligne abaisser un peu le prix. Il semble que les prix se soient améliorés ce trimestre. Comment devrions-nous penser à la dynamique et à ce qui va générer la croissance d'Office 365 au cours de l'AF20 et des années suivantes?

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Vice-présidente exécutive et directrice financière [3]

————————————————– ——————————

Merci, Keith. Permettez-moi de passer en revue un peu cette question car il y a de nouveaux comportements que je pense sont importants ce trimestre. Mais les fondamentaux dont vous avez parlé sont relativement inchangés. Nous continuons d’observer et de constater à nouveau une croissance de la base installée dans l’ensemble de nos segments de clientèle, de l’entreprise aux petites entreprises. Cela se produit non seulement à cause des travailleurs de première ligne, mais également de l'expansion et des mouvements continus dans tous les segments où nous voyons la possibilité d'accroître la base installée.

Nous avons assisté à une croissance de l'ARPU ce trimestre. Ce n'était pas tellement différent des trimestres précédents. Nous continuons à constater une amélioration par rapport aux transitions E3 et E5, nous avons encore vu les deux. Et je pense que nous avons été assez encouragés par les performances de l'E5, en particulier au T4, à la fin du trimestre, ce qui était très agréable à voir. Ce que vous avez vu un peu, et j'en ai parlé, était une reconnaissance supplémentaire au trimestre, mais laissez-moi vous expliquer pourquoi cela se produit, car il y a deux tendances importantes et positives qui le sous-tendent.

La première chose est que nous voyons des engagements plus longs. Lorsque vous parlez d'engagements plus longs en dessous de 606, vous avez souvent plus de reconnaissance dès le départ. And so we saw longer commitments and we got a little bit more recognition in the quarter, and so you saw then revenue grow a little faster. The other thing that we saw is increasing focus. As we were having more conversations across organizations around Azure and rethinking their digital transformation plans with us, it opens up a very large conversation around the value Microsoft 365 can bring as people go through and think about those transitions.

And so the fact that we — then we're often seeing extensions take place of prior commitments on Office 365 to again be longer and include the Azure contracts. When that happens, it's almost like they're adding new product and new value and a lot of that gets recognized faster in-quarter when you see that happen. And so when you have a dynamic where you're seeing longer contracts plus you're able to sell more and new things and I think different conversations around Microsoft 365, it was a good execution by the team and I think a recognition of the value that we continue to put into that what we believe is our hero experience.

————————————————– ——————————

Opérateur [4]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Mark Moerdler with Bernstein Research.

————————————————– ——————————

Mark L. Moerdler, Sanford C. Bernstein & Co., LLC., Research Division – Senior Research Analyst [5]

————————————————– ——————————

And congratulations not only on the great end to the year but confidence into next quarter and next year in terms of growth, investment, et cetera. We met recently at E3 with your gaming team and heard a lot about the steps that were being taken. Satya, can you give us more color explanation on how you see the gaming business fitting into the overall company's direction over the next few years? Specifically, how does gaming change? How does the synergy between gaming and the rest of the business change? How should we think about that overall mix and that whole morph that's going to occur?

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [6]

————————————————– ——————————

Sûr. First, I would say we are in gaming because of what we believe are going to be the secular changes in the gaming addressable market for us. We've always had a gaming position with console as well as the PC. But going forward, we think that any endpoint can in fact be a great endpoint for high-end games, which is where our structural position is. And we now have a business model with Game Pass as well as all the supporting mechanisms for Game Pass like game streaming. Xbox Live est le réseau social le plus performant du marché. So I feel we are well positioned to what is going to be a much larger market than what was traditionally gaming in spite of all the success we've had over the years in gaming.

Now the second point is that it builds on the rest of the cloud investment. So if you think about what we are doing with xCloud, it's a hero workload on top of Azure. So when we think about capital allocation, what's happening in the cloud, what's happening in the edge, how we build the network to optimize the streaming, the same infrastructure, for example, is what Sony has decided to use as well and be on Azure as well as use our AI capabilities. So you'll see significant synergies in terms of the architectural platform underneath gaming, Microsoft 365, Dynamics 365, LinkedIn all being the same.

————————————————– ——————————

Opérateur [7]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Heather Bellini with Goldman Sachs.

————————————————– ——————————

Heather Anne Bellini, Goldman Sachs Group Inc., Research Division – MD & Analyst [8]

————————————————– ——————————

I had a couple of questions for Amy. Just thinking through with the Azure mix becoming an ever bigger portion of IC revenue and when you factor in continued gross margin expansion that you continue to show in Azure, how should we think about the gross margin potential of IC overall? And I guess I also wanted to ask about the build-out of data centers related to the cloud build-out. How do we think about your points of presence today from a coverage perspective, if you will, versus the regional — the revenue pockets that you're targeting over the next few years?

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [9]

————————————————– ——————————

Great, Heather. Let me — on gross margin, over any long-term period in Intelligent Cloud, given the expansive TAM and the growth opportunity we see, it will create gross margin pressure over the long term. Now over the next period, especially in H1, we continue to see — expect to see very good hybrid performance and execution, which helps to offset some of that.

So even as we continue to see Azure gross margin improvement at the IaaS and PaaS layer, just given the TAM and our opportunities, it will create long-term pressure on that gross margin number but of course, a lot of opportunity in terms of gross margin dollar growth and of course, operating margin dollar growth as we move forward.

When it comes to our build-out, Heather, I tend to think it's 2 components. The majority of our capital expenditures is actually in server equipment, it's new capacity. It's not necessarily in the overall geo footprint build-out. We'll, of course, continue to do that where it makes sense and where opportunity presents itself. And we do a very good job in terms of supply chain and being able to be able to get those up and running quite quickly. But the majority of the investment today is continuing to build capacity inside existing incredibly large data centers.

————————————————– ——————————

Opérateur [10]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Jennifer Lowe with UBS.

————————————————– ——————————

Jennifer Alexandra Swanson Lowe, UBS Investment Bank, Research Division – Analyst [11]

————————————————– ——————————

Satya, you mentioned the AT&T deal that was announced, I think, earlier this week. IBM also had an announcement with AT&T. Oracle has been a long-time partner with AT&T in the cloud as well. I don't want to dwell on AT&T in particular, but I do think it's interesting that a few different large-scale cloud players are around the table there. So as you see more of these very large deals out there, and Amy mentioned the increase in $10 million deals, how often are those multi-cloud deals and companies taking that sort of approach versus ones that are committing to Microsoft? And how do you navigate that landscape?

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [12]

————————————————– ——————————

Oui. I mean I think overall, you all, I think, do a good job of tracking what is the public cloud competition and that's the competition we pay most attention to. And in this context, I think we see a mix. There are a few of us who are at scale in public cloud, who are very competitive. And anybody who decides to be multi-cloud, public cloud, those are the winners. When someone thinks of only using one cloud, we are definitely one of the names. And in the case of AT&T, we were the only public cloud in there. And so that's why we highlighted — they highlighted us and we highlighted that in our quarterly announcement.

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [13]

————————————————– ——————————

And I would say in general, what we see, especially as contracts get larger, for us, the opportunity under Tier 1 workloads for us to really see TAM growth, it's just expansive. And so Jennifer, listen, I kind of think about this as we have incredibly strong footprint inside existing enterprises today. That footprint, and you could see it in our results, customers are relying on us for not only that footprint but as they continue to expand, they sit under of a Tier 1 opportunity we haven't seen before. And so we, of course, see multi-cloud in a lot of our larger accounts, but this type of significant commitment is an opportunity, I think, you all continue to see us execute well on.

————————————————– ——————————

Opérateur [14]

————————————————– ——————————

The next question comes from the line of Karl Keirstead with Deutsche Bank.

————————————————– ——————————

Karl Emil Keirstead, Deutsche Bank AG, Research Division – Director and Senior Equity Research Analyst [15]

————————————————– ——————————

Amy, I've got a question about the Windows business. A couple of the metrics, 18% Windows OEM Pro and 16% on the volume licensing side were extraordinary. I know you called out a couple of, call it, one-time issues around inventory levels and an uptick in in-quarter revs. But I wanted to ask you 2 questions. How much of a tail do you think we have left on the Win 7 to Win 10 migration? Is it too cautious to say that there's really just 2 quarters of that tailwind left? And secondly, on the volume licensing or commercial and cloud services segment, do you think that can, in fiscal '20, contribute to your overall double-digit growth?

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [16]

————————————————– ——————————

Thanks, Karl. I don't actually combine these because really, there's a fundamental driver that sits underneath this and then we can get to the specifics of end of support. There is, I think, a recognized momentum with Windows 10, its deployment inside of enterprises for its security and management value prop.

We've worked hard and I think Satya mentioned some of the new features as we continue to invest in security for all of our products, one of the places I think that often resonates the most is Windows 10 and inside that value.

The OEM Pro number, as I talked about, was impacted by a number of factors. But what we've seen is over the past 3 or 4 quarters, pretty consistent sort of high single-digit performance once you take out various impacts from chip supply and inventory levels on the tariffs. That performance certainly has some end-of-support impact to it as we talked about before. I think in general, what we've seen in prior releases is it does extend a bit past the deadline, especially in our small and midsize business customers. And it's really important for us to continue to work hard to have the small and medium businesses find a path forward to make sure they can experience the most secure computing environment we have.

And so we'll see some extensions pass the line, we certainly have seen 3 or 4 quarters of that and we certainly expect H1 to remain strong. The more important part around the security and management value prop is in fact I'm going to pivot back again a little bit because it's the same thing we saw in Office. The Microsoft 365 value prop to customers, especially in the second half of the year and particularly in Q4, has 3 components. It has Office 365, it has EMS and it has this Windows 10 commercial component.

The Windows 10 commercial component will look far more like our success in our motions, in overall being able to sell the Microsoft 365 value prop. It was a good quarter for that. We've seen consistent double-digit billings in this segment and it speaks to that. I expect that to continue. Although you'll have volatility because what's interesting about that specific metric is it has a little bit more 606 impact than we've felt, it's an on-prem product. And so there will be volatility in this number but the consistent theme of seeing double-digit billings that really match our strength in Office 365, I think and I do expect to continue.

————————————————– ——————————

Opérateur [17]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Phil Winslow with Wells Fargo.

————————————————– ——————————

Philip Alan Winslow, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Senior Analyst [18]

————————————————– ——————————

And congrats on a great close to a great year. I just want to focus in on M 365 particularly, Satya, your comments on Microsoft Teams. Really kind of 2 components to this question. How do you think about the sort of why customers are adopting Teams, especially the larger ones you highlighted at the Ignite Conference? Is it the fact that it's a single app with those combined features you talked about? Or is it the broader, call it, Office experience? And then I guess a question for Amy off that, when you think about sort of the relevance of Teams on a going-forward basis to keep the migration up, E1, E3, E5 and then plus those add-ons that are associated with Teams like calling, et cetera, how critical is Teams to the long-term, call it, like price migration here at Office and M 365?

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [19]

————————————————– ——————————

Oui. So overall, I think, first, there's no question this last fiscal year has been an absolute breakout year for Teams in terms of both the product innovation and most importantly at-scale deployment and usage that we're seeing. And I think in fact, unlike any other time other than Windows, we've not had this kind of platform effect. Office has obviously had very, very successful individual products that have been deployed broadly. But each of them was a singular tool. Perhaps SharePoint was the last time we had a platform effect of this kind.

But Teams is — transcends all that. It's the communications tool, it's the collaboration tool. It's the line of business tool for meetings as well as business process. And so the amount of value creation for the customer by deployment is something that we ourselves are sort of really learning a lot each deployment, whether it's on the first-line.

The other point about Teams is just not limited to knowledge workers, which has been really the only place traditionally we play. Even our licenses to the non-knowledge workers were just mostly licenses of the tools we built for knowledge workers whereas now we actually have specific value which is in fact very valuable to those first-line workers. And the thing that we realized is the businesses are in fact looking to spend more for those first-line worker productivity.

So we are in the very early innings of it but we're pretty excited. The one other benefit, to sort of tease off of some of the comments Amy was making, is that security compliance and governance is a huge issue for enterprise customers and commercial customers at scale. And Teams in some sense helps them a lot because it builds on all the rest of the investment they have made already in Office 365. And so we see that benefit even on that front.

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [20]

————————————————– ——————————

And I think it's an important component of our M 365 value, but it's really not outsized. I mean we have all these components of value. That's really been the secret of what customers look and see. They see Teams that can not only change what Satya talked about but also it's about culture change in terms of employees being able to be involved and collaborate regardless of the org chart. And that is what you're going to see. When you have 500 million new applications built in the next 5 years, you're going to see, and I believe, Teams to be one of the major interfaces through which that experience and business process reinvention will happen.

Teams really span multiple categories. So I wouldn't think of it just as productivity or even just collab or meetings. That is an interface. As you see business process reinvention occur, I do think of this is the surface through which many people will experience it. And so I would ask you to expand your thinking on this one. It's not just Office or needed to be in Office. It's really about having employees fundamentally experience Microsoft in a different way day to day.

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [21]

————————————————– ——————————

Yes, and I would to point to the conference we just finished and some of the demos and I think the customer demos in particular. I would say that will sort of probably give you the best feel for how people look at this in terms of the deployment characteristics.

————————————————– ——————————

Opérateur [22]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Mark Murphy with JPMorgan.

————————————————– ——————————

Mark Ronald Murphy, JP Morgan Chase & Co, Research Division – MD [23]

————————————————– ——————————

Amy, you are mentioning large and long-term Azure contracts. I'm wondering as we consider this robust 25% growth in your commercial bookings this quarter, roughly how many points are coming from that — from any tailwind of the longer-duration types of contracts? And then Satya, I wanted to ask you regarding the recent partnership with AT&T. Some media reports said it was worth over $2 billion. Wondering if there's some hyperbole there in the media. Or is this an example of how Microsoft can play in every line of a company's OpEx budgets today?

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [24]

————————————————– ——————————

I'll just take the second one and Amy can go. I mean I think it is a very significant deal. I'm not going to comment on any specific dollar terms. It is the largest commercial deal that we have signed of the size and we see — we have line of sight to many more such deals.

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [25]

————————————————– ——————————

And when you think about bookings growth, I'm not sure for me, break it down to 2 pieces, which is I think about bookings, which were very good this quarter, has 2 fundamental motions. There's a motion around renewals and there's a motion around new. Both were very good this quarter and it wasn't while certainly long-term Azure contracts had a meaningful component of the new, they weren't alone in being the only component of the new. And renewals, as I mentioned earlier, we saw very good execution not just on renewals in-quarter but really helping behavior in terms of maybe expirations that we had seen happen earlier in the year getting renewed because of the new value prop and the commitment of the sales team to make sure that we landed a really thoughtful high customer value transaction. So while the long-term large contracts will add volatility to that number, if you look at our — seen our balance of $91 billion and see that, that also grew 25% year-over-year, you'll get a sense that it certainly wasn't alone in its impact for the year.

————————————————– ——————————

Opérateur [26]

————————————————– ——————————

Our next question comes from the line of Raimo Lenschow with Barclays.

————————————————– ——————————

Raimo Lenschow, Barclays Bank PLC, Research Division – MD & Analyst [27]

————————————————– ——————————

And congrats for me as well. I wanted to zone in on Dynamics. There, you obviously like you're playing in applications and we've seen other vendors kind of do SaaS applications. If you look at Dynamics online, you now, on my math, kind of around $2 billion, still growing at a clip that organically not many others have achieved. It's now bigger than your on-premise business. Can you talk a little bit about the drivers there? And is there — what are the ways to kind of — how did you achieve that growth at this scale? And what are the drivers going forward?

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [28]

————————————————– ——————————

Oui. We are very, very excited about the progress again in the last fiscal year around Dynamics 365. Both the traditional business process applications themselves have become much more modular and much more modern. And we have a very disruptive business model as well that goes with it. And so therefore, we're becoming much more competitive with the large customers deploying, whether it's sales or operations.

The other exciting thing is we have this entire new class of applications and I talked about this even in this week's conference, which is these AI-first modules, whether it's for sales, for marketing, for customer service or this customer 360. And these are modules that there isn't an installed base of those anywhere nor competition even exists. So in other words, we can, in fact, have these modules get deployed in commercial customers even on top of existing business applications. And so we feel that we have plenty of opportunity ahead. Again, this is a place where we are a very low-share player. And so the fact that we have become a very competitive supplier of this technology at a time where the world needs more business process automation, we feel good about the opportunity ahead.

————————————————– ——————————

Opérateur [29]

————————————————– ——————————

Our final question will come from the line of Brent Bracelin with KeyBanc.

————————————————– ——————————

Brent Alan Bracelin, KeyBanc Capital Markets Inc., Research Division – Senior Research Analyst [30]

————————————————– ——————————

I wanted to drill down on the commercial cloud gross margins. They were up 200 basis points sequentially, 600 basis points year-over-year to 65%. I guess my question here is how sustainable are the cloud gross margins now that you're at this $40 billion-plus scale. Or were there some kind of onetime benefits we should think about in the quarter that helped you there?

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [31]

————————————————– ——————————

There were not any one-time benefits in this quarter that helped us. This is really about seeing improvement in some of our largest services, the continuous improvement year-over-year in the larger services. What we said for FY '20 and particularly in Q1 is we expect to be up sequentially in Q1. And we'll continue to get some headwind because of the strong Azure IaaS and PaaS growth we expect through the year but we certainly think that Azure fundamental gross margin improvement will help offset that next year.

————————————————– ——————————

Michael Spencer, Microsoft Corporation – General Manager of IR [32]

————————————————– ——————————

That wraps up the Q&A portion of today's earnings call. We appreciate you joining us and look forward to speaking with all of you soon. Merci.

————————————————– ——————————

Amy E. Hood, Microsoft Corporation – Executive VP & CFO [33]

————————————————– ——————————

Thanks, everyone.

————————————————– ——————————

Satya Nadella, Microsoft Corporation – CEO & Director [34]

————————————————– ——————————

Merci à tous. Merci beaucoup.

————————————————– ——————————

Opérateur [35]

————————————————– ——————————

Je vous remercie. This concludes today's teleconference. You may disconnect your lines at this time. Thank you for your participation.

  • The Russia Reader History Culture Politics par Sous la direction d’Adele Marie Barker & Édité par Bruce Grant
    Lettres d’enregistrement des réactions des Russes ordinaires à la Révolution que les événements se sont déroulés en 1917 un compte rendu de la journée scrabl ...
  • Les débuts de Rome Italie et Rome de l'âge du bronze aux guerres puniques vers 1000264 av. J.-C. par Tim Cornell
    En utilisant les résultats des techniques archéologiques et l’examen des débats méthodologiques, Tim Cornell fournit un compte rendu lucide et autoritaire de la montée de Rome. Les Débuts de Rome offrent un aperçu sur des questions majeures telles que les relations de Rome avec les Étrusques le conflit entre