Serveur d'impression

L'importation sud-coréenne Kyung Bok Kung sert un festin impérial à Buena Park – Bien choisir son serveur d impression

Le 3 juillet 2019 - 6 minutes de lecture

Est-ce un sashimi ou est-ce de l'art? Photo de Edwin Goei

Le nouveau restaurant situé près de Berry Farm à Knott est plus qu’un barbecue coréen; Kyung Bok Kung est l'un des rares endroits (si ce n'est le seul) du comté à offrir du han-jeongsik, un festin érotique conçu à l'origine pour la royauté en Corée impériale.

L'analogue coréen au japonais Kaiseki, han-jeongsik se traduit par «un repas coréen complet». Mais même cette définition est un euphémisme, car han-jeongsik représente le summum de la cuisine coréenne. En Corée, il existe des récits de banquets traditionnels comprenant une centaine de plats différents servis tous une fois que.

Au Kyung Bok Kung, vous en avez environ 15, ce qui est largement suffisant. Le restaurant – le premier site américain de la marque sud-coréenne – facture 55 $ par personne pour le han-jeongsik «spécial» et 75 $ pour la «prime», avec un minimum de deux commandes pour chaque option. Cela signifie qu'avant de vous engager, vous avez besoin d'au moins un autre participant volontaire pour le faire avec vous.

Les différences entre les deux niveaux de han-jeongsik sont minimes. À l’heure actuelle, le dîner moins cher se termine avec une côte de bœuf marinée servie au sommet d’une poêle brûlante. Le han-jeongsik, plus onéreux, se compose de côtes levées braisées et servies avec de l'ormeau. Mais comme ces repas sont susceptibles de changer en fonction de la disponibilité saisonnière, il peut être difficile de remarquer une augmentation en quantité ou en qualité avec l’expérience «premium».

D'après ce que j'ai observé, les deux ont commencé de la même façon, avec un bol de kimchi à l'eau qui a secoué ma bouche et un bol de porridge chaud qui l'a calmé. Siroter le bouillon de kimchi dans l’eau équivaut à boire un bol de jus de cornichons froid – c’est l’ultime nettoyant pour palais. Après cela, il y avait une salade avec une tomate évidée remplie de crevettes de laurier et de fromage râpé.

Les prochains cours ont été servis simultanément et sans préavis. C'était à prévoir: le coréen han-jeongsik est censé vous submerger avec une table de nourriture à perte de vue. Il n’existe pas de rythme ici. De plus, à Kyung Bok Kung, aucune dépense n’était épargnée lors de la présentation; le placage sur certains plats n'était rien de moins que de l'art.

Le sashimi découpé chirurgicalement était placé sur un arrangement de pierre et de cailloux rivalisant avec un jardin rocheux Isamu Noguchi. Et les minuscules portions de légumes et de viande du Royal Nine Delicacies ont été placées à l’intérieur des cloisons d’un récipient en bronze si lourd qu’elles pouvaient détourner des balles. Il était ironique de constater que cette configuration de tacos conçue sur mesure était centrée sur des crêpes au sarrasin délicates déchirant comme si elles étaient des tissus mouillés.

À l’opposé, le tartare de boeuf à la coréenne a été préparé dans un style minimaliste. Les petites lanières de bœuf cru, moulées de manière cylindrique, sont venues sur un morceau d’ardoise recouvert d’avocat en purée. La viande était propre et rapide, la bouche avait la même sensation que le sashimi que j'avais quelques minutes auparavant.

La nourriture continue à venir. . . . Photo de Edwin Goei

Et puis il y avait la soupe au sésame, qui ressemblait à de la poudre de chowder. Malgré le goût crayeux, il contenait des pétales de gâteaux de riz à mâcher comme des pâtes al dente. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à sentir le poids de tout ce que j'avais mangé. J'ai commencé à me familiariser avec les trois sortes de crêpes coréennes: une viande charnue enveloppée de feuille de sésame, une racine de lotus et un kimchi-jeon classique. Pendant ce temps, le serveur a apporté du «kimchi blanc»: des bouchées minuscules de chou Napa fermenté et sans piment qui fonctionnaient comme un autre nettoyant pour le palais.

Ensuite, le moment était venu pour l’événement principal: une poêle en fonte chauffée Sterno, composée de morceaux de côtes de bœuf et glacés de façon tellement glacée dans une marinade sucrée qu’elle frisait autour des bonbons. J'ai seulement réalisé que c'était simplement le milieu du repas lorsque mon serveur a sorti un poisson frit entier recouvert d'une sauce au soja gluante qu'il a ensuite désossée à la table. Ce faisant, il a ajouté qu’il restait encore deux plats: un sauté de poulpe moelleux à la sauce gochujang et une soupe de palourdes bouillie avec des cubes de tofu. Et, bien sûr, il y avait des bols de riz pour les manger.

Comme j'étais déjà pleine, je ne pouvais que prendre une bouchée du plat de pieuvre et une cuillerée de soupe. Je n’ai pas touché le riz.

Bref, j'ai demandé au serveur de confirmer qu'il n'y avait rien d'autre à venir. "Non," répondit-il, "mais nous avons un thé à dessert pour vous."

En sirotant mon thé et en examinant toute la nourriture han-jeongsik non consommée pour laquelle je n’avais pas de place, j’imaginais que les membres de la cour impériale coréenne avaient le même problème enviable il ya 600 ans. Quelle opportunité que d'avoir cette expérience dans un restaurant nommé d'après le principal palais royal de la dynastie Joseon. Mais assis là, trop nourri et immobile dans un espace si élégamment austère qu’il ressemblait à une salle du trône du Moyen-Âge, je ne me sentais pas aussi bien que la royauté coréenne, contrairement à Henry VIII.

Kyung Bok Kung, 7801 Beach Blvd., Buena Park, (714) 888-4948; kyungbokkungusa.com. Ouvert du lundi au samedi de 11h30 à 15h. & 17h30-10h30; Le dimanche, de midi à 15 h & 17h-10h Han-jeongsik spécial, 55 $ par personne; prime han-jeongsik, 75 $ par personne. Bar complet.

Avant de devenir un critique de restaurant primé pour OC Weekly en 2007, Edwin Goei était connu sous le pseudonyme «elmomonster» sur son blog Monster Munching, dans lequel il avait écrit une critique complète en haiku.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.