Transcription éditée de la conférence téléphonique ou de la présentation des résultats du RIA, 1er mai 19 janvier 13h00 GMT – Monter un serveur MineCraft

ROCHESTER 2 mai 2019 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la téléconférence ou de la présentation des résultats d'Albany International Corp le mercredi 1 er mai 2019 à 13h00 GMT

* Olivier M. Jarrault

Albany International Corp. – PDG et président

* Stephen M. Nolan

Albany International Corp. – Directeur financier et trésorier

NOBLE Capital Markets, Inc., Division de la recherche – Analyste pour la technologie de la défense et la fabrication en sous-traitance

* Peter J. Arment

Robert W. Baird & Co. Incorporated, Division de la recherche – Analyste de recherche principal

Mesdames et messieurs, merci de votre présence. Bienvenue à l’appel concernant les résultats du premier trimestre d’Albany International. (Instructions de l'opérateur) À la demande d'Albany International, cette téléconférence du mercredi 1er mai 2019 sera diffusée sur le Web et enregistrée.

Je voudrais maintenant donner la conférence téléphonique au directeur général des finances et trésorier, Stephen Nolan, pour ses commentaires liminaires. S'il vous plaît aller de l'avant.

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – Directeur financier et trésorier [2]

Merci Alan et bonjour à tous. Pour rappel, veuillez vous reporter à notre communiqué de presse détaillé publié hier soir au sujet de nos résultats financiers trimestriels, en vous référant plus particulièrement à l’avis contenu dans le texte du communiqué concernant nos déclarations prospectives et l’utilisation de certains mesures financières non définies par les PCGR et rapprochement des résultats par rapport aux PCGR. Pour les besoins de la téléconférence, ces mêmes déclarations s’appliquent également à nos remarques verbales de ce matin.

Pour une discussion complète, y compris un rapprochement des mesures non définies par les PCGR que nous pourrions utiliser pour cet appel et nos mesures PCGR les plus comparables, veuillez vous reporter à la publication de ces résultats ainsi qu’à nos déclarations à la SEC, y compris nos 10-K.

Je vais maintenant donner la parole à Olivier Jarrault, notre directeur général, qui fera quelques remarques liminaires. Olivier?

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – PDG et président [3]

Merci Stephen. Bonjour. Bienvenue à tous et merci d'avoir participé à notre conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre.

J'aime d'abord souhaiter la bienvenue à Stephen dans l'entreprise et à ses premiers résultats. Stephen a plus de 16 ans d'expérience en finance opérationnelle et stratégique. Plus récemment, agissant en tant que CFO pour Esterline Corporation. Stephen nous apporte une vaste expérience dans le secteur de l'aérospatiale et de la défense, ainsi qu'un historique impressionnant d'exécution stratégique. Son expertise sera d'une grande valeur pour l'entreprise.

Le premier trimestre de 2019 a été un autre très bon trimestre pour Albany International, avec une excellente performance dans les deux secteurs. Une fois encore, nous avons enregistré une forte croissance. Le chiffre d’affaires total de la société a augmenté de 12%, ou de 15% hors effets des effets de change. Comme vous le savez, nous travaillons dans l'ensemble de l'entreprise pour améliorer la rentabilité, ce qui s'est traduit par une amélioration spectaculaire des résultats de ce trimestre. Par rapport au premier trimestre de 18, le résultat opérationnel a augmenté de 136%, le résultat net attribuable à la société de 281% et le BAIIA ajusté de 22%.

Bien que ce trimestre ait bénéficié de quelques ajustements, à la fois en termes de rentabilité des contrats à long terme et d’impôts sur les bénéfices, notre performance sous-jacente a été solide et nous incite fermement à atteindre nos objectifs à long terme. Cette performance témoigne des personnes qui travaillent pour nous, de leur dévouement envers notre entreprise et de la création de valeur pour les actionnaires.

Je suis à la barre d’Albany depuis un peu plus d’un an et je suis ravi des progrès que nous avons accomplis au cours de cette période. Mon objectif a été de veiller à disposer de bases solides pour la croissance des revenus et de la rentabilité. Albany a une longue et fière histoire et est un artiste exceptionnel depuis de nombreuses années. Cependant, quand je suis arrivé, j'ai réalisé que nous pouvions organiser plusieurs actions pour stabiliser et améliorer cette base de croissance. En particulier, je me suis concentré sur 4 leviers d'amélioration pour l'entreprise. Premier levier, entraînant des améliorations des métriques opérationnelles. Les secteurs les plus matures de nos machines-vêtements et de nos composites aérospatiaux en croissance rapide, les gains de productivité de la main-d'œuvre et l'amélioration globale de l'efficacité de l'équipement sont les principaux moteurs de notre rentabilité. Nous avons amélioré nos mesures et notre suivi de la matrice opérationnelle clé et nous avons mis l'accent sans relâche sur l'excellence opérationnelle et l'amélioration de la productivité grâce au déploiement d'un système d'exploitation normalisé et normalisé, qui génère rentabilité et valeur pour nos actionnaires. Bien que nous ayons encore du travail à faire ici et que nous ayons identifié de nouvelles possibilités d’amélioration, je suis ravi des progrès accomplis à ce jour.

Deuxième levier, nous assurer que nous avons une équipe engagée et énergique pour atteindre nos objectifs stratégiques et financiers. J'ai rejoint une équipe solide à Albany avec de nombreuses personnes talentueuses qui ont contribué à sa longue carrière en matière de succès. Cependant, j’ai également reconnu un certain nombre d’opportunités d’améliorer les talents dans plusieurs domaines, à travers un certain nombre de rôles et fonctions clés. Une grande partie de ce talent est déjà derrière nous et j'ai maintenant une équipe en place qui, j'en suis sûr, peut mener à bien notre stratégie. Je continuerai à veiller à ce que mon équipe soit pleinement stimulée et engagée.

Troisième levier, nous mettons davantage l'accent sur la capture de nouvelles entreprises. Alors que nous continuons à nous mobiliser pour répondre aux demandes des programmes aérospatiaux déjà gagnés, il est important de continuer à rechercher activement de nouvelles activités dans toute l'entreprise. Bien que nous occupions déjà un certain nombre de positions de leadership technologique dans les deux segments, nous devons continuer à investir dans le lancement de nouveaux produits et de technologies de traitement avancées. J'ai été très impressionné par certaines des nouvelles capacités à venir et je suis impatient d'en discuter publiquement au moment opportun. Nous avons également mis en place une nouvelle organisation de vente et de marketing dans AEC, dotée des ressources, du soutien des dirigeants et de l'expérience démontrée en aérospatiale nécessaire pour saisir les principales opportunités commerciales.

Quatrième levier, investissements stratégiques pour l'avenir. Nous avons reconnu que nous gérons le capital de nos actionnaires. Nous entendons mériter cette responsabilité. Nous continuerons à rechercher des opportunités d’investissement pour la croissance et la rentabilité à long terme, que ce soit en interne via des dépenses en capital ou en externe via des acquisitions. Nous sommes fiers des investissements que nous continuons d'investir pour accroître notre capacité, notamment pour répondre à la demande croissante de nos programmes de composites pour l'aérospatiale. Nous pensons que les rendements que nos actionnaires tireront de cet investissement pendant des décennies justifieront largement leur coût. Nous examinons également activement les possibilités de croissance inorganique afin d’élargir nos capacités de fabrication, d’élargir notre gamme de produits et de technologies et de renforcer notre capacité à servir nos clients. Cependant, notre obstacle à un tel investissement est élevé. Nous ferons preuve de prudence lorsqu’une acquisition est réalisée, mais uniquement lorsque nous sommes convaincus qu’elle créera de la valeur pour nos actionnaires et que nous comprenons pleinement et gérons correctement le risque associé d’exécution et d’intégration.

Passons maintenant à l’état actuel de nos activités. Je suis heureux d’annoncer que non seulement le marché mondial de l’aérospatiale reste fort, mais que notre secteur des composites pour l’aérospatiale affiche des performances supérieures à celles du marché. Par rapport au premier trimestre de 18, le chiffre d’affaires net d’AEC a augmenté de 31%, ou de 33%, hors effet de change, résultat remarquable. Nous continuons d'être sur la bonne voie pour répondre aux demandes de production à plein taux de nos programmes clés, notamment LEAP, Boeing 787, F-35 et CH-53K. En parcourant nos usines, je suis ravi de constater à quel point nous avons progressé dans la construction et la démonstration de notre capacité à atteindre un taux de production optimal. Notre objectif maintenant est non seulement de respecter la rampe d'accès, mais également d'améliorer constamment notre rentabilité.

En termes de rentabilité du premier trimestre, AEC a dégagé une marge d'EBITDA ajusté de 19,1% pour le trimestre. Ce chiffre est légèrement supérieur à nos attentes, grâce à l'amélioration des économies nettes de productivité et à la variation nette favorable de la rentabilité estimée des contrats à long terme. Nous continuons de prévoir des marges de BAIIA ajusté comprises entre 18% et 20% pour l’ensemble de l’année 2020.

Nous sommes tous conscients des défis auxquels Boeing est confronté avec le programme 737 MAX, pour lequel nous sommes un fournisseur clé grâce à notre coentreprise avec Safran sur le moteur LEAP. Nous sommes encouragés par les annonces publiques des progrès de Boeing dans la résolution du problème sous-jacent, et nous sommes ravis que Safran ait indiqué qu’il n’y avait pas de plan en cours pour modifier leur calendrier de production LEAP-1B. En conséquence, nous ne prévoyons aucun changement par rapport à nos prévisions concernant la production de carters de ventilateurs, d’aubes de ventilateur et d’entretoises LEAP-1B. Nous sommes très satisfaits de notre partenariat à long terme avec Safran et le programme LEAP reste un axe stratégique clé pour Albany.

Nous continuons d’investir dans la R & D, une nouvelle entreprise d’AEC. Comme je l’ai dit précédemment, nous continuons à nous concentrer sur nos nouveaux projets de développement de produits, en tirant parti des technologies existantes, dérivées et nouvelles. Et sur nos projets d'amélioration des processus, qui visent à optimiser notre performance opérationnelle à travers AEC.

Passons maintenant à l’activité MC, où nous avons également très bien réussi ce trimestre. Sur le marché mondial, nous continuons de prévoir des augmentations des ventes de produits PMC pour les panneaux et les emballages, les tissus et les essuie-mains et la pâte afin de compenser plus ou moins les baisses des ventes de produits PMC de qualité publication. Heureusement, nous sommes très bien positionnés avec une part de marché et une rentabilité importantes dans les catégories de produits en croissance.

Pour l’ensemble de l’année 2019, nous avions précédemment indiqué que nous attendions des revenus relativement stables pour l’année entière par rapport à l’année 2018. Bien que nous nous attendions toujours à ce que ce soit le cas, la croissance au premier trimestre de 5% environ était forte par rapport à une année précédente. relativement faible au premier trimestre de l'exercice 18. Nous sommes très satisfaits de notre rentabilité du trimestre, qui a permis d’améliorer de près de 12% le BAIIA ajusté.

Nous sommes confrontés à des défis sur ce marché, principalement en raison de la pression sur les prix et de la hausse du coût des intrants, qu'il s'agisse de main-d'œuvre ou de matières premières. Nous comptons principalement sur l'amélioration continue, l'initiative de fabrication, le service clientèle de qualité supérieure et le leadership technologique pour continuer à générer de la rentabilité dans ce secteur.

Sur ce, je voudrais laisser la parole à Stephen, qui fournira plus de détails sur le trimestre et sur nos conseils pour l’année. Stephen?

————————————————– ——————————

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – Directeur financier et trésorier [4]

————————————————– ——————————

Merci Olivier. Je tiens à remercier tout le monde d'avoir participé à l'appel téléphonique de ce matin. Je suis ravi d'être ici à Albany.

Comme je l'ai mentionné dans la publication des résultats d'hier soir, j'ai été extrêmement impressionné par les personnes que j'ai rencontrées au cours de mon premier mois ici et je suis ravi de pouvoir présenter d'aussi bons résultats ce matin.

Je parlerai d'abord des résultats du trimestre, puis d'une brève mise à jour des indications relatives à l'exercice 19 fournies dans le cadre de l'appel des résultats du quatrième trimestre de l'exercice 18. Pour le premier trimestre, les ventes nettes totales de la société se sont établies à 251,4 milliards de dollars, soit une augmentation de 12,4% par rapport aux 223,6 millions de dollars livrés au même trimestre de l’exercice précédent. En tenant compte des effets de change, la croissance des ventes nettes s’est établie à 15,2%.

Sur la même base organique, hors effets de change, les MC ont progressé de 4,8%, principalement en raison de la croissance des qualités de tissus et d’emballages dans le monde et du marché nord-américain pour toutes les principales qualités. Alors que AEC a augmenté de 33,1%, principalement en raison de la croissance des programmes LEAP et CH-53K.

Le bénéfice brut du premier trimestre de la société s'est établi à 91,8 millions de dollars, soit une augmentation de 18% par rapport à la période comparable de l'exercice précédent. Le taux de marge brute globale a augmenté de 170 points de base, passant de 34,8% à 36,5% des ventes nettes. Au sein du secteur MC, le taux de marge brute est passé de 46,8% à 51,6% du fait des ventes nettes en raison de l’augmentation des ventes nettes entraînant un effet de levier accru des coûts fixes et une productivité accrue de la main-d’œuvre.

Au sein d'AEC, le taux de marge brute s'est amélioré, passant de 14,1% à 16,1% du chiffre d'affaires net, sous l'effet de la hausse des ventes nettes, entraînant un effet de levier accru des coûts fixes, une amélioration de la productivité du travail et une variation nette favorable de la rentabilité estimée des contrats à long terme.

Les frais de vente, techniques, généraux et de recherche du premier trimestre sont passés de 52,2 millions de dollars ou 23,3% des ventes nettes au trimestre correspondant de l'exercice précédent à 51,2 millions de dollars ou 20,4% des ventes nettes au cours du trimestre considéré, principalement en raison de pertes moins importantes de la réévaluation des actifs en devises non fonctionnelles. et les passifs au cours du trimestre considéré, partiellement compensés par une augmentation des charges du siège social, principalement imputable aux coûts de cessation des fonctions de CFO.

Le bénéfice d’exploitation total de la société s’est élevé à 40,1 millions de dollars, en hausse de 136% par rapport à 17,0 millions de dollars l’année précédente. Le bénéfice d’exploitation de MC a augmenté de 64% pour atteindre 44,2 millions de dollars, sous l’effet de la hausse de la marge brute et de la baisse de STG & R, tandis que le bénéfice d’exploitation d’AEC a progressé de 319% à 9,5 millions de dollars, grâce également à la hausse de la marge brute et à la baisse de STG & R. Ces améliorations ont été partiellement compensées par l’augmentation des charges de l’entreprise, comme décrit précédemment.

Le taux d'imposition sur le revenu pour le trimestre était de 20,3%, comparativement à 29,9% à la même période l'an dernier. La réduction est principalement attribuable à des éléments isolés, qui ont conduit le taux à un taux inférieur au taux prévu de 29,4% sur une base continue.

Le bénéfice net attribuable à la société pour le trimestre s'est établi à 29,2 millions de dollars, en hausse de 281% par rapport à 7,7 millions de dollars l'an dernier. L’augmentation résulte de l’amélioration du résultat opérationnel et de la baisse du taux d’imposition.

Le bénéfice par action s'est établi à 0,90 USD, contre 0,24 USD l'an dernier. Après ajustement pour tenir compte des frais de restructuration et de l’impact des gains et des pertes de réévaluation en devises, le bénéfice ajusté par action s’est établi à 0,87 USD pour le trimestre, contre 0,47 USD pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le BAIIA ajusté a augmenté de 22,3% par rapport à l’année précédente pour atteindre 57,6 millions de dollars pour le trimestre de l’exercice en cours. Le BAIIA ajusté de MC est passé de 45,2 millions de dollars ou 31,9% des ventes nettes au trimestre correspondant de l'exercice précédent à 50,5 millions de dollars ou 35% des ventes nettes cette année. Le BAIIA ajusté d’AEC est passé de 13,5 millions de dollars ou 16,4% des ventes nettes l’an dernier à 20,5 millions de dollars ou 19,1% des ventes nettes ce trimestre.

Passons à notre situation de dette. La dette totale, qui comprend les montants inscrits à notre bilan à titre de dette à long terme ou d’échéances actuelles de la dette à long terme, a diminué de près de 34 millions de dollars pour atteindre un solde de 491 millions de dollars à la fin du premier trimestre et les liquidités ont été réduites d’environ 10 millions de dollars. trimestre, entraînant une réduction de la dette nette d’environ 24 millions de dollars. Toutefois, ces diminutions de la dette totale et de la dette nette tiennent compte de la réduction de près de 26 millions de dollars des obligations locatives de la dette à long terme découlant de la mise en œuvre de la norme ASC 842.

Comme vous le savez sans doute pour diverses raisons, notamment le versement de la rémunération au rendement au cours du trimestre, notre premier trimestre a traditionnellement été un trimestre avec une génération de trésorerie inférieure à la moyenne. Cette année, nos initiatives en matière de fonds de roulement ont entraîné une nette amélioration des flux de trésorerie liés à l’exploitation. Bien qu’à la même période l’an dernier, nous ayons dû utiliser des liquidités de près de 19 millions de dollars, nous avons généré cette année près de 25 millions de dollars de trésorerie nette provenant des activités d’exploitation.

Les paiements pour toutes les dépenses en immobilisations au premier trimestre de l'exercice 19 s'élevaient à environ 21 millions de dollars, reflétant les investissements continus en équipement destinés à soutenir de multiples montées en puissance dans AEC.

En ce qui concerne l'année entière, nous avions précédemment indiqué que les revenus de MC seraient relativement stables par rapport à l'exercice 18 et qu'ils généreraient un BAIIA ajusté de 195 millions à 205 millions de dollars. Nous avons également indiqué qu'AEC générerait 20% à 25% de la croissance des revenus grâce à l'amélioration des marges du BAIIA ajusté pour l'exercice 18.

En supposant l'absence de changement significatif de la conjoncture économique mondiale ou des taux de change, ou de changement défavorable significatif dans le calendrier de production du système LEAP de Safran, nous continuons de croire que nos prévisions sectorielles sont valables.

En outre, au cours du trimestre, nous fournissons des indications sur d’autres mesures de l’entreprise conformes à l’indication sectorielle antérieure. Pour l'ensemble de l'exercice 19, nous prévoyons qu'au niveau de l'entreprise, nous générerons des revenus compris entre 1,05 milliard de dollars et 1,08 milliard de dollars; BAIIA ajusté après prise en compte des prévisions sectorielles antérieures et des charges d’entreprise comprises entre 225 M $ et 240 M $; taux d'imposition effectif incluant les ajustements d'impôt de 27% à 29% au cours du trimestre; dépenses en capital comprises entre 20 et 25 millions de dollars par trimestre; amortissements compris entre 70 et 75 millions de dollars; bénéfice par action compris entre 3,08 et 3,38 dollars; et un bénéfice par action ajusté compris entre 3,05 et 3,35 dollars.

Sur ce, je vais rappeler Olivier pour d’autres commentaires.

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – PDG et président [5]

————————————————– ——————————

Merci Stephen. Comme indiqué par les conseils que Stephen vient de fournir, nous continuons à nous sentir très bien au sujet de l’année. Et nous sommes très confiants dans notre capacité à fournir les résultats du segment dont j'ai discuté lors du dernier appel.

MC se comporte bien dans des environnements difficiles où les marchés et les pressions sur le coût des intrants ne se limitent pas à lui attribuer ses propres ressources. AEC augmente la production et réduit la courbe d'apprentissage, ce qui les place dans une position très favorable pour atteindre l'objectif de 2020 que nous avons établi pour eux. Dans l’ensemble, je me sens très bien au sujet de l’entreprise et de notre capacité à répondre à nos attentes.

Sur ce, passons à la ligne pour toute question. Opérateur?

=============================================== ==============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur [1]

————————————————– ——————————

(Instructions de l'opérateur) Notre première question viendra de la ligne de Peter Arment de Baird.

————————————————– ——————————

Peter J. Arment, Robert W. Baird & Co. Incorporated, Division de la recherche – Analyste de recherche principal [2]

————————————————– ——————————

Olivier et Stephen, merci pour les bons résultats de début d'année. Je suppose, Olivier, d’être un peu plus précis sur la rampe 737. Safran a donc été informé qu'il n'y avait pas de changement de plan. Alors peut-être que vous pourriez nous donner un peu de couleur pour indiquer que vous prévoyez un taux plus élevé au second semestre de cette année, qui était auparavant de 57 par mois? Ou où cela se situe, du moins, de votre point de vue?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – PDG et président [3]

————————————————– ——————————

Sûr. Et merci beaucoup d'être ici avec nous. Écoutez, comme je l'expliquais, vous comprenez que je ne peux pas vraiment commenter le futur plan de Safran. Safran est notre client, notre principal partenaire et, comme vous venez de le dire, nous suivons leurs conseils et leurs exigences. Je peux donc réaffirmer que Safran nous a communiqué à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Ils ont rassuré qu'ils n'avaient pas l'intention de modifier le calendrier de production de LEAP-1B. Ils nous disent systématiquement qu’ils ne modifieront ni le calendrier de production ni les exigences en matière de rampe. Vous avez certainement aussi écouté M. Petitcolin la semaine dernière lors de la publication des résultats de Safran. Il a donc réitéré le fait que la division CFM avait maintenu le taux de production du LEAP-1B à ce stade et que nous ne procéderions à un ajustement temporaire que si nécessaire. Donc, pour nous, qu'est-ce que cela signifie? Cela signifie que vous venez de dire que nous continuons à accélérer notre montée en puissance de notre empreinte industrielle mondiale pour répondre aux exigences de montée en puissance des 57 – à droite, des 57 – que Boeing avait à l'esprit avant cela – à cette baisse, à droite. Nous nous efforçons donc de mettre en œuvre le plan que nous avions conçu pour l’année. Je suis très très heureux des progrès que nous avons réalisés au premier trimestre sur les pales des ventilateurs, les boîtiers de ventilateurs, les entretoises par rapport au quatrième trimestre, et nous allons procéder comme prévu. Nous avons déjà indiqué que nous expliquerions tous les indicateurs en place pour suivre et suivre nos progrès – nos progrès d’augmentation quotidienne. D'accord.

————————————————– ——————————

Peter J. Arment, Robert W. Baird & Co. Incorporated, Division de la recherche – Analyste de recherche principal [4]

————————————————– ——————————

D'accord. C'est une belle couleur. Et juste pour faire suite, vous avez parlé de vos 4 initiatives stratégiques autour de la gestion des métriques opérationnelles, à la fois chez MC et AEC. Souhaitez-vous demander des indicateurs, comme au moins les gains que vous constatez en termes de productivité du travail ou d'équipement?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – PDG et président [5]

————————————————– ——————————

Tout ce que nous avons vu, c'est assez intéressant. Comme je vous l’ai expliqué un peu plus tôt, c’est vrai, cette année, je veux dire, nous avons mis au point un système chez AEC, que nous étendons de plus en plus sur le MC aussi, au fur et à mesure que nous parlons, pour retrouver notre la productivité du travail sur une base quotidienne, par voie d’écoulement, par segment et, bien sûr, par usine. Et chaque jour, je reçois un appel à 1h00 pendant 2 heures, avec tous les directeurs d’usine pour conduire et disséquer un autre produit standard que nous fabriquons par rapport à un jour avant par rapport à une semaine avant, à droite. Il s’agit de la productivité du travail, de son utilisation et de son efficacité. Et lorsque vous revenez aux actifs – à nos principaux actifs, nos métiers à tisser, nos fours, nos nettoyeurs automatiques, nos principaux actifs de stimulation, tout est une question d'efficacité. Donc, je vois des gains très intéressants d'un trimestre à l'autre d'environ 2%, 3%, 5%, 6% en fonction du chemin d'écoulement et en fonction des effets, d'accord. Il est donc très intéressant de suivre et nous deviendrons de plus en plus transparent à ce sujet une fois que nous aurons libéré tout le système, organisé ainsi et branché. Mais je suis très encouragé. C'est pourquoi je disais, je suis extrêmement encouragé par les progrès que nous avons réalisés au cours des derniers trimestres, d'accord. Et cela se poursuivra au moment où nous parlons dans les prochains trimestres, à droite.

————————————————– ——————————

Opérateur [6]

————————————————– ——————————

Notre prochaine question viendra de la ligne de John Franzreb avec Sidoti & Company.

————————————————– ——————————

John Edward Franzreb, Sidoti & Company, LLC – Analyste principal des actions [7]

————————————————– ——————————

Bonjour Olivier et bienvenue à bord de Stephen. Ma première question concerne votre orientation initiale sur les EPS. Si je comprends un peu les options d'achat et de vente, cela peut suggérer que le profil de la marge brute globale pour le reste de l'année est inférieur à celui que vous avez atteint au premier trimestre. Si j’ai raison dans cette hypothèse, est-ce que c’est que c’est peut-être parce que Machine Clothing est trop réussi? Ou y a-t-il autre chose, une autre dépense de fonctionnement qui augmente et dont je ne suis pas au courant?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – PDG et président [8]

————————————————– ——————————

Eh bien, je veux dire, laissez-moi – et Stephen y entrera aussi, mais laissez-moi revenir en arrière. Vous savez, nous avons eu un très bon trimestre à MC et un très bon premier trimestre, comme je l'ai indiqué. Vous avez noté l'augmentation des revenus d'une année à l'autre. Mais juste Q1 dont on se souvenait très bien. Nous avons discuté que Q1 était relativement faible, d'accord. Q1 '18 était relativement faible trimestre, non? Nous avons donc eu une augmentation de 5% en volume de la redevance en glissement annuel qui, bien entendu, a été augmentée, augmentant ainsi l’endettement des coûts fixes. Nous avons eu des améliorations normales, très bonnes et très fortes de la productivité du travail. Nous avons également bénéficié de la restructuration. N'oubliez pas que nous avons restructuré le Sélestat, en France, en face de l'usine française. Et nous avons également constaté des résultats intéressants – certains favorables, je dirais, d'une année à l'autre, des prix favorables, une combinaison favorable, à droite, d'une année à l'autre, à droite – au premier trimestre de 19 '. Ainsi – nous avons vu à titre d'exemple, nous avons assisté à de belles augmentations des ventes de PMC de qualités d'emballage, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, même en Europe ou dans la même région de l'Asie-Pacifique. Tout cela était motivé par de bons trimestriels, de bonnes commandes saisonnières. Nous avons constaté, d’un point de vue contrasté, une assez belle progression de nos ventes de PMC de qualité papier tissu en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, en Asie-Pacifique, toutes tirées par la consommation. Et vous pouvez revenir aux grades de publication. Vous savez, notre premier trimestre d’un point de vue contrasté n’a pas été le même, car nous avons constaté en Amérique du Nord et en Europe une légère augmentation de nos ventes de PMC, tirées par des ventes très précises, motivées par des commandes très spécifiques, si vous voulez. ne peut pas dupliquer – répliquer au cours des prochains trimestres. Et de toute façon, tout cela serait compensé par l’activité nette, plus que compensé par une diminution en Asie-Pacifique et en Amérique du Sud. Donc, vous savez que cela expliquerait relativement le premier trimestre faible de l’année dernière, quelques améliorations intéressantes de la productivité du travail et un bon compromis – un bon rapport prix-favorable.

Alors maintenant – excellente performance. Nous avons dégagé un BAIIA de 50 millions de dollars, soit environ 50 millions de dollars, par rapport à 45 millions de dollars le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Et nos prévisions portent sur – comme nous l’avons dit, entre 195 et 205 dollars, montant très élevé pour l’année complète, bien au-dessus de la fourchette historique de 180 à 195 dollars. Maintenant, regardez – il n'y a absolument aucune augmentation de coût. Nous ne faisons que regarder – nous continuons essentiellement à exécuter et à améliorer la productivité, trimestre après trimestre. Si vous regardez – si vous regardez l'année 19, comme je l'ai dit il y a quelques mois, vous regardez l'année 19 par rapport à l'année 18 d'un point de vue macroéconomique, c'est clair. Comme vous le savez, la croissance mondiale devrait être légèrement inférieure en 1919 qu’elle en 1818. Je pense que c'est 3,3% contre 3,6%. En '18, je reviendrai en '20. Mais vous regardez la Chine, vous regardez la pression environnementale en Chine, vous regardez la tension commerciale entre les États-Unis et la Chine, vous regardez les incertitudes politiques. En France, vous regardez, vous savez, vous regardez ce qui va se passer en Allemagne. Vous regardez le Brexit, tout ce qui nous fait penser, et pas seulement nous, mais tous les acteurs du secteur, estimons que la production globale de papier et de carton en 19 sera inférieure à celle de 19. année complète. Cependant, à long terme, nous en avons encore 23 à 2018 – nous voyons que nous venons de paraître, nous continuons de penser que nous pouvons nous attendre à un taux de croissance annuel composé d'environ 1 à 1%, par exemple de 1% à 1,5%, voire de 1,5 %, à droite, d'une année à l'autre, chaque année jusqu'en 2020, à droite. Nous avons donc un petit peu un PIB, juste – impact de la croissance mondiale sur la demande. Maintenant, si vous regardez le marché PMC de 1919, à droite, traduisez. Il est toujours bon de bien regarder le marché à l'échelle mondiale, non? Mais pas pour PMC – je passe du papier – au marché PMC. Le marché américain des PMC, qui est notre marché le plus important, semble donc être plus ou moins stable, avec une croissance continue de l’emballage et une croissance des tissus. Certaines machines et machines de conditionnement ont ralenti au premier trimestre. Et mais toujours compensé par un déclin continu. Cependant, ralentissement quelque peu dans la consommation de grade de publication.

Pousser sur le marché canadien des PMC, la même histoire qui a partagé avec vous plus tôt. Nous continuons de voir le marché se contracter, principalement en raison de la baisse continue de la consommation de qualité de publication, en particulier du papier journal.

Le marché des PMC résidents, même si l’économie est bonne là-bas, nous pensons qu’il va baisser d’année en raison du fait que nous ne prévoyons aucune nouvelle mise en service importante, comme nous l’avons vue l’année dernière. Et avec le ralentissement des exportations de pâte à papier en Chine à cause de l'interdiction d'importer – je pense que vous en avez entendu parler. Nous pensons donc que le marché de Boeing sera en baisse, celui de PMC en baisse pour toute l’année par rapport à '18. Et maintenant, si vous passez sur le marché européen des PMC, pareil, si vous voulez la même chose, ça continuera à rouler. En conséquence, comme je l’ai déjà expliqué et que vous savez très bien, une légère croissance des emballages consomme beaucoup, avec beaucoup de conversions de machines allant de l’impression et de l’écriture aux emballages. Et aussi pas de nouveaux démarrages de machines de qualité de tissu.

Et le marché chinois, plus ou moins stable. Je veux dire, le marché de l'Asie du Sud est plus ou moins stable, le marché chinois se contracte et à cause des problèmes environnementaux. Cependant, nous pensons qu’ils sont avec nous, comme vous l'avez certainement lu, et nous savons qu'ils pourraient en être un – il y a des projets d'installation de nouvelles machines de conditionnement de '21 à '22 en Asie du Sud-Est, en Malaisie, Indonésie. Nous comprenons donc le marché des PMC, alors que nous partageons tous avec vous. Donc, ce que je vais faire à ce sujet. C’est notre plan pour le reste de l’année, l’approche de la technologie des outils que nous avons déjà déployée dans le passé, afin de partager à nouveau – et de partager à nouveau les problèmes croissants d’emballage – afin de compenser quelque peu – cette demande plus faible de Côté PMC. Je continue donc de réitérer nos prévisions, allant de 195 à 205 dollars, en raison de l’effet combiné de la réduction du volume par rapport au reste de l’année par rapport à l’année précédente. L'inflation du travail nous guette, vous savez, et – mais tout cela sera compensé autant que possible par le gain net de productivité – les gains manufacturiers. Nous luttons également contre l’inflation des matières premières. Et peut-être un mélange de produits d'une année à l'autre. Je pense donc que la performance de MC en 19 serait très élevée – 185 $ – 205 $, encore une fois beaucoup plus élevée que la fourchette historique – de 180 $ à 195 $. Stephen, voudriez-vous ajouter quelque chose?

————————————————– ——————————

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – Directeur financier et trésorier [9]

————————————————– ——————————

John, donc – si je regarde la marge pour le BAIIA tout en reconnaissant que nous avons présenté une marge pour les prévisions relatives à l'EBITDA et aux ventes nettes pour l'année, regardez la marge pour l'exercice complet. Au milieu de ces fourchettes juste pour – choisir un point, cela équivaut à environ 22% des marges du BAIIA ajusté. Pour le premier trimestre, nous avons livré 22,9%. Donc légèrement plus élevé de nos prévisions pour l’année. Comme deux choses à souligner cependant: l’une, comme nous l’avons noté dans nos remarques précédentes, a été ajustée pour tenir compte de la probabilité de certains contrats à long terme au sein d’AEC. Vous verrez dans la file d'attente qui sera déposée plus tard aujourd'hui, qu'il s'agissait d'environ 600 000 $ de bénéfices au cours de l'année. Prenez donc cela comme un avantage pour le premier trimestre par rapport au reste de l’année. Et deuxièmement, chez MC, nous avions appelé, mais nous nous attendions à ce que les ventes nettes de l’année soient relativement stables par rapport à l’année précédente. De toute évidence, le T1 est en hausse par rapport au T1 de l’année dernière, ce qui implique que les T2 à T4 seront légèrement en baisse par rapport à l’année dernière, mais au total. En conséquence, avec un peu moins d’absorption des coûts fixes, vous additionnez donc ces coûts. Vous expliquez vraiment la différence de 100 points de base entre nos prévisions pour l’année et nos résultats du premier trimestre. Je ne pense donc pas que quelque chose d'inattendu se présente plus tard dans l'année qui entraîne une baisse des prévisions pour l'année du premier trimestre. Si nous examinons la situation, elle est assez cohérente – l'année entière est assez cohérente par rapport à ce que nous obtiendrions au premier trimestre sans ces deux types d'avantages uniques que nous avons obtenus au premier trimestre.

————————————————– ——————————

John Edward Franzreb, Sidoti & Company, LLC – Analyste principal des actions [10]

————————————————– ——————————

D'accord. Et puis juste une question et vous pouvez y répondre rapidement. Historiquement, le deuxième trimestre a été plus fort que le premier trimestre pour PMC. Y a-t-il eu des emplois – des emplois inhabituels l'an dernier, qui ont pour conséquence que le deuxième trimestre ne sera pas dynamique, mais sera plus plat que le premier trimestre de cette année? Je ne parle pas en termes de revenus.

————————————————– ——————————

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – Directeur financier et trésorier [11]

————————————————– ——————————

Oui. John, donc 2 choses qui: Une, certainement cette année nous avons un Q1 plus fort que nous n’avons eu en quelques années. Et cela a été motivé par deux événements – un couple de clients importants qui ont pris – qui ont eu des démarrages de lignes au cours du trimestre ont abouti à un très solide premier trimestre. Nous ne fournissons pas de conseils trimestriels. Je ne peux donc pas vous donner une indication précise des revenus de MC au deuxième trimestre. Mais ce Q1 était certainement plus fort que ce à quoi nous nous attendions habituellement. And look, that supported by the share of the revenue, if you look just at our guidance of revenues for the year flat to last year and how much of that guidance we delivered in Q1, that's more than we would traditionally have expected provide — like you pointed out as a seasonally weak Q1. So I think the general trends we see will hold this year. But this was particularly a strong Q1.

————————————————– ——————————

Operator [12]

————————————————– ——————————

(Operator Instructions) We'll go next to line of Christian Herbosa with NOBLE Capital Markets.

————————————————– ——————————

Christian Francisco Herbosa, NOBLE Capital Markets, Inc., Research Division – Defense Technology and Contract Manufacturing Analyst [13]

————————————————– ——————————

I just got a couple of questions. First, as you mentioned in your comments, operating income margins in the AEC segment has improved significantly. What do you attribute that success to your mostly in? And how do you think those margins can grow?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [14]

————————————————– ——————————

Oui. Definitely, AEC — when we look back at the performance over the past the couple of years, we keep on improving in a very, very fast pace. You saw, I think, '17 was about $31 million of EBITDA once you exclude some unfavorable exchange in estimated probability of some contracts, or 11% of EBITDA margin. We grew it to 60 — $20 million of EBITDA last year or 17.1%, we just delivered 19.1% in the first quarter. Once again, as Stephen reminded us, we had the net benefit favorable benefit of a challenging — profitability of some contracts. But still the performance is very strong. I'm very encouraged with it, and it's basically due to pure, as I was explaining, deployment of a standardized daily operational financial system, driving productivity gains, driving the labor efficiency, driving down our — even though our cost, our nonquality cost, and ensuring that we minimize our key effects, the downtime — unplanned downtime and really focusing at the asset level at the employee level, and making sure that the we continue very strongly deploying what they call an overall a very strong continuous improvement program Six Sigma driven. So that basically you see in here really a — that the deployment I would say of manufacturing operations, aerospace one-to-one in order to boost that profitability. And as we are, as I was explaining, we have a huge potential to continue boosting that performance. So I reiterate my guidance. In here, we said that we would drive in '20 revenues of $500 million to $550 million and remember we just increased a quarter ago. And that we would drive towards an 18% to 20%, That way the position is very well in the $90 million to $110 million of EBITDA. And I feel very encouraged based on last year and again first quarter, very encouraged about our ability to deliver that in '20.

And then later on past '20, of course, keep on going and improving our productivity. Droite? D'accord?

————————————————– ——————————

Christian Francisco Herbosa, NOBLE Capital Markets, Inc., Research Division – Defense Technology and Contract Manufacturing Analyst [15]

————————————————– ——————————

D'accord. Génial. Thanks to the color. You also mentioned in the comments that your working capital management initiatives on current cash generation. Can you expand on what those initiatives are? And how they work?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [16]

————————————————– ——————————

Sûr. Sûr. I mean we — part of the management operations, especially on the aerospace side, has been since I joined to really focus, if you will, on working capital efficiency. If you track year ago our Q1 '18 working capital efficiency versus our Q1 '19 working capital efficiency, as expressed in days of working capital, because metrics have been deploying with my team across our plants, you would see that March '19 QTD versus March '18 QTD, we were roughly improved orders by 20%, roughly, at the Albany. So very nice quarter improvement. We can do much more, and we'll continue to do much more. The daily on focus AR on receivables, daily focus at each plant across the system MC and AEC on APs and of course, more and more focused and we'll continue to gradually improve the efficiency of our inventories, a big focus on manufacturing inventory on raw materials and LEAP and finished goods. So you saw that nice progress we did generate, as Stephen mentioned. I was very pleased with it. $25 million of cash from Ops versus the use of $18 million last year. That's the first — that's a very — it was very good for us, we're very, very proud and I thank all my team to be able to deliver it. And you'll keep on seeing quarter after quarter even more and more focused, on improving the efficiency of the working capital. D'accord.

————————————————– ——————————

Operator [17]

————————————————– ——————————

We now will go to line of John Franzreb for a follow-up call with Sidoti & Company.

————————————————– ——————————

John Edward Franzreb, Sidoti & Company, LLC – Senior Equity Analyst [18]

————————————————– ——————————

Olivier, you've mentioned — you've got the team in place that, that you want now. In previous calls you've mentioned, you want to be more aggressive in organic growth. Can you kind of give us an update of what you're looking as far as acquisitions? What kind of targets you think are most appealing, anything along those lines would be helpful?

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [19]

————————————————– ——————————

Sûr. Listen, you understand what we don't, of course, we don't comment publicly about the strategic potential funding transaction, but listen, it's clear as I had already said in the past that we continue to explore, could I say it, potential inorganic target, whether we would act on any of them depends, of course, on a variety of factors. How each of those target would basically strengthen our position in the supply chain? How each of those targets would enhance our long-term market positioning? How each of these target would basically, I mean, the level of returns that each of those targets could bring? And of course the value that they would trade for shareholders? So we're exploring. And — but as I said a little bit earlier, we would be very prudent on acquires. i have lots of experience myself into making acquisitions, Stephen as well. And we know what it takes, and we are capable of, if you will, really assisting. We will move only and only after having really — that we can integrate properly and we can generate, the net synergies and the returns. So that's all I can share with you.

————————————————– ——————————

John Edward Franzreb, Sidoti & Company, LLC – Senior Equity Analyst [20]

————————————————– ——————————

Is there a specific size of an acquisition you are looking at? Is this something of a smaller scale or larger scale or tuck-in? What are you thinking about how willing you are to lever up to purchase something?

————————————————– ——————————

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – CFO & Treasurer [21]

————————————————– ——————————

So — generally, we have said before, we would ideally like to look for businesses with revenue of above $100 million. Just missed that below that — it ends up being almost as much work without the real needle-moving- impact on the company. That said we are going to be prudent at the upper end, I would not see us levering up to — to what you would consider high levels to execute on very significant transactions. I think they are going to be in that in a relatively narrow band, probably north of $100 million. Not that we would not look at something below that if it had particularly unique technology or capabilities but somewhere in the north of $100 million, but that the upper end is not certainly in the hundreds and hundreds of millions of range. We're not going to lever off that to the level required to execute to transaction of that size.

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [22]

————————————————– ——————————

I think it's a very good point, Stephen. It's — in one point, I'd like to reiterate on that point, that we are really, really focused on the IT, on the high technology type acquisition, bolt-on acquisition, high IT, high technology, proprietary product end process type company.

————————————————– ——————————

Operator [23]

————————————————– ——————————

We'll next go to line of Christopher Hillary with Roubaix Capital.

————————————————– ——————————

Christopher Edmund Hillary, Roubaix Capital, LLC – CEO and Portfolio Manager [24]

————————————————– ——————————

I just wanted to ask, you had extensive comments on productivity improvements that you see in your pipeline and you also talked a bit about how much you upgraded the talent of your team. Do you anticipate that expressing itself in your margins going forward because it just seems like you have a rich opportunity set for material improvements based upon the comments I was hearing today?

————————————————– ——————————

Stephen M. Nolan, Albany International Corp. – CFO & Treasurer [25]

————————————————– ——————————

Oui. Look, we have delivered significant improvements in margin. One thing you do need to recognize from productivity perspective, right now with significant program for us is LEAP with our Albany Saffron Composite joint venture, of which we are the 90% owner. The way that contract is currently structured, it is a cost plus type contract. So as a result the productivity improvements were driving there are in a proposed way actually reducing our revenue, but they're getting it down a curve we need to get down to, to make ourselves competitive and secure the long term future of that, but also step up to the profitability if we hit certain price targets on that program. So some of what you're seeing in terms of productivity improvements are not hitting the bottom line right now. However, that said, as Olivier mentioned in his comments a few moments ago and I think it's quite clear, if you look at the profitability of the aerospace composites business most notably, but even of the Machine Clothing business, there have been significant improvements in profitability over just the last 12 months, and I think we would expect that to continue to improve on the AE side, getting us solidly into that 18% to 20% range on the adjusted EBITDA margins in fiscal '20.

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [26]

————————————————– ——————————

Oui. That's a very good point. In addition to that to go back to talent that you just mentioned, talent additions, and reverting back to the aerospace business, one thing that — and I can't give you more details about it publicly because it is not allowed to yet. But I mentioned that we reorganize ourself. In fact, we know the foundation for a good strong dedicated experienced aerospace commercial team. It paid off already. We — you will see in the next few weeks when we allow to announce it. But we recently successfully negotiated the extension of one of our key long-term agreements, serving, supporting one of the highest high key — high growth platforms for 5 more years — and extension of 5 more years. Any addition to that, we're able to expand our work share on that particular high growth platform. So more details to come, but we're very pleased really in that equation of the thing that we are doing to improve talent, organize ourselves on the aerospace side to grow organically. And therefore a good margin and to wanted to bring up profitability. So I'm very encouraged again by our commercial success this quarter.

————————————————– ——————————

Operator [27]

————————————————– ——————————

We have no further questions in queue at this time. Please proceed.

————————————————– ——————————

Olivier M. Jarrault, Albany International Corp. – CEO & President [28]

————————————————– ——————————

D'accord. Again, well, thank you. Thank you all for joining us on the call. We do appreciate your time today and your continued interest in Albany International. I'd like to conclude today's call by recognizing my entire Albany team for another very strong quarter of performance. Thank you all.

————————————————– ——————————

Operator [29]

————————————————– ——————————

Ladies and gentleman, a replay of this conference will be available at the Albany International website beginning at approximately noon eastern time today. That does conclude our conference for today. Thank you for your participation and for using AT&T Executive Teleconference Service. You may now disconnect.

  • Domaine Berthelemot Santenay 1er Cru vin rouge La Maladière - 2018 - Bouteille 75cl
    Présentation du Domaine Le Domaine Brigitte Berthelemot est né en 2006 du rassemblement de deux Domaines, celui de Jean Garaudet, et celui de Yves Darviot, deux viticulteurs partants à la retraite.Il couvre une superficie de 7,8 hectares. Les vins du Domaine, vinifiés et élevés de façon artisanale, comme de
  • Domaine Dubreuil-Fontaine Savigny-les-Beaune 1er cru vin rouge Les Vergelesses - 2018 - Bouteille 75cl
    Présentation du DomaineLe Domaine familial a été créé en 1879 par Pierre Arbinet. Au fil des années, le parcellaire s'est agrandi, pour couvrir une superficie de 20 hectares aujourd'hui.Le Domaine familial est maintenant sous la gestion de Christine Dubreuil, qui, en succédant à son père Bernard, représente
  • Domaine Berthelemot Chassagne-Montrachet 1er Cru blanc Abbaye de Morgeot - 2018 - bouteille 75cl
    Présentation du DomaineLe Domaine Brigitte Berthelemot est né en 2006 du rassemblement de deux Domaines, celui de Jean Garaudet, et celui de Yves Darviot, deux viticulteurs partants à la retraite.Il couvre une superficie de 7,8 hectares. Les vins du Domaine, vinifiés et élevés de façon artisanale, comme de la
  • Uriage Bébé 1er Shampooing Extra Doux 200ml
    Le Shampooing d'Uriage est reconnu pour ses propriétés apaisantes et respectueuses du cuir chevelu du bébé grâce à sa formule à base d'eau thermale d'Uriage. Le résultat ? Les cheveux sont brillants, doux et délicatement parfumés. Ne pique pas les yeux. Hypoallergénique. Sans savon. PH physiologique.
  • BeMatik - Testeur de câble réseau et téléphonique TL-828-A
    Outillage Outillage à main Outil de mesure électronique Testeur et détecteur de tension BEMATIK, Testeur de câble avec afficheur LCD affichant les résultats obtenus de manière claire et complète. Le testeur dispose de deux connecteurs femelles RJ45 (principal et boucle) pour vérifier les
  • Sacoche de présentation 'Action Holster', équipé
    En polyester, lavable, 2 mousquetons pour la fixation sur les passants de ceinture, magnétique sur tableau blanc et chevalet de conférence, avec accessoires de présentation, dimensions: (L)150 x (P)140 x (H)40 mm - Offre exclusivement réservée aux professionnels
  • Sacoche de présentation 'Action Wallet', équipé
    En polyester, lavable, 2 mousquetons pour la fixation sur les passants de ceinture, enroulable, magnétique sur tableau blanc et chevalet de conférence, avec accessoires de présentation, dimensions: (L)150 x (P)140 x (H)40 mm - Offre exclusivement réservée aux professionnels
  • Mobistoxx Pupitre CONFERENCE blanc/chêne navarra
    De fabrication allemande, gage de qualité et de robustesse, ce pupitre est le compagnon idéal pour chaque bureau, chaque salle de présentation, chaque salle de classe,… Grâce à lui, chacune de vos présentations sera une réelle réussite. Tous les câbles des appareils que vous utiliserez peuvent être
  • hjh OFFICE ESTO - Siège visiteur Siège de conférence Noir
    Esto - Siège invité avec mécanisme de pliage Vous avez besoin d'une solution économisant d'espace pour votre salle de réunion ou votre salle de présentation? Le siège invité Esto est doté d'un mécanisme de pliage aussi simple que génial. Grâce à ceci il peut facilement être plié et casé. S'il est nécessaire,
  • hjh OFFICE ESTO lot de 4 - Siège visiteur Siège de conférence Noir
    Esto - Siège invité avec mécanisme de pliage Vous avez besoin d'une solution économisant d'espace pour votre salle de réunion ou votre salle de présentation? Le siège invité Esto est doté d'un mécanisme de pliage aussi simple que génial. Grâce à ceci il peut facilement être plié et casé. S'il est nécessaire,