Archives de catégorie : Tutoriels Serveurs

Créer un serveur Half Life 2 Deathmatch (HL2:Deathmatch) sur une machine Linux

*** Ce tutoriel implique que vous soyez passé par cette page, puis choisi la solution des serveurs dédiés pour héberger votre serveur Counter Strike : Source, Team Fotress 2, ou autre mod .. Vous avez ensuite loué un serveur dédié (aide pour les machines proposées par OVH sur cette page; aide pour les machines proposées par 1&1 sur cette page), et installé un système d’exploitation Linux. La lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée ***

logo importantMon tuto sera basé sur l’installation du serveur sur une machine dont le système d’exploitation est Ubuntu Server. Posséder cette distribution n’est pas nécessaire, mais conseillé. Si la distribution installée sur votre dédié n’est pas la même, la marche à suivre de ce tutorie pourrait ne pas être la bonne. Malgré cette recommandation, l’installation devrait se passer sans problème sur RedHat, Fedora, Suse, Gentoo et Debian. Le kernel recommandé est le 2.6 et supérieur.
Continuer la lecture de Créer un serveur Half Life 2 Deathmatch (HL2:Deathmatch) sur une machine Linux

Créer un serveur Day of Defeat Source sur une machine Linux [3d]

*** Ce tutoriel implique que vous soyez passé par cette page, puis choisi la solution des serveurs dédiés pour héberger votre serveur Counter Strike : Source, Team Fotress 2, ou autre mod .. Vous avez ensuite loué un serveur dédié (aide pour les machines proposées par OVH sur cette page; aide pour les machines proposées par 1&1 sur cette page), et installé un système d’exploitation Linux. La lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée ***

logo importantMon tuto sera basé sur l’installation du serveur sur une machine dont le système d’exploitation est Ubuntu Server.

Posséder cette distribution n’est pas nécessaire, mais conseillé. Si la distribution installée sur votre dédié n’est pas la même, la marche à suivre de ce tutorie pourrait ne pas être la bonne. Malgré cette recommandation, l’installation devrait se passer sans problème sur RedHat, Fedora, Suse, Gentoo et Debian. Le kernel recommandé est le 2.6 et supérieur.

Continuer la lecture de Créer un serveur Day of Defeat Source sur une machine Linux [3d]

Créer un serveur Team Fortress 2 (TF2) sur une machine Linux

*** Ce tutoriel implique que vous soyez passé par cette page, puis choisi la solution des serveurs dédiés pour héberger votre serveur Counter Strike : Source, Team Fotress 2, ou autre mod .. Vous avez ensuite loué un serveur dédié (aide pour les machines proposées par OVH sur cette page; aide pour les machines proposées par 1&1 sur cette page), et installé un système d’exploitation Linux. La lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée ***

logo importantMon tuto sera basé sur l’installation du serveur sur une machine dont le système d’exploitation est Ubuntu Server. Posséder cette distribution n’est pas nécessaire, mais conseillé. Si la distribution installée sur votre dédié n’est pas la même, la marche à suivre de ce tutoriel pourrait ne pas être la bonne. Malgré cette recommandation, l’installation devrait se passer sans problème sur RedHat, Fedora, Suse, Gentoo et Debian. Le kernel recommandé est le 2.6 et supérieur.

Bonjour bonjour !

Me revoilà pour LE tutoriel le plus important du site : celui de la création de votre serveur. Nous allons rentrer directement dans le sujet, mais avant toute chose, vous devez evidemment posséder un compte ROOT (qui est le compte possédant tous les droits sur votre machine Linux), ainsi que le mot de passe associé à celui-ci. Vous devez vous connecter à votre machine via Putty (ou tout autre logiciel console). Toutes ces informations vous sont normalement communiquées, après l’achat du serveur.

Vous êtes assis derrière votre écran, les mains tremblantes, Putty lancé (et connecté à votre serveur), la tasse de café sur votre droite … 😀 (lol) C’est parti !

logo importantLes écritures qui suivront dans un cadre sont les éléments que vous devrez rentrer dans la console. lorsqu’une ligne se termine, appuyez sur la touche Entrée de votre clavier

1- Mise à jour du serveur

Putty est lancé, vous êtes donc en quelques sortes devant l’écran de votre serveur dédié. Nous allons lancer la mise à jour de celui-ci, afin d’avoir une machine bien protégée, et plus performante.

Tapez dans la console les lignes suivant. Si une question vous est posée, répondez en tapant Y (pour Yes) ou O (pour Oui).

apt-get update

 

apt-get upgrade

 

2- Préparation du serveur

Votre serveur de jeu sera lancé 24h/24 et 7 jours /7. Il faut donc qu’il soit un minimum protégé. C’est pourquoi nous ne lancerons JAMAIS le serveur sous l’utilisateur ROOT. Il nous faut donc créer un nouvel utilisateur, qui servira seulement à faire tourner votre serveur. Nous allons de plus préparer les dossiers à l’installation de HLDS (Half-Life Dedicated Server), puis SRCDS (Source Dedicated Server)

Nous allons à la racine du disque dur.

cd /

Nous nous déplaçons dans le dossier « srv ».

cd srv

Nous créons le dossier « srcds » dans le dossier « srv ».

mkdir srcds

Nous donnons tous les droits au dossier « srcds ».

chmod 0777 srcds

Nous créons un utilisateur nommé « admin ». Choisissez ensuite votre mot de passe.

adduser admin

Nous donnons le dossier « srcds » à l’utilisateur « admin », qui en sera donc le nouveau propriétaire.

chown admin /srv/srcds

Nous avons finis de préparer le serveur !

Déconnectez-vous maintenant, en quittant tout simplement Putty, puis reconnectez vous avec l’utilisateur « Admin » !

3- Téléchargement du Half-Life Dedicated Server

Quelque soit le jeu que vous voulez installer, le principe est le même (car le serveur source est identique pour tous les mods, que ce soit Counter Strike Source, ou bien Day of Defeat Source, ou encore Half life 2 Deathmatch, par exemple).
Nous allons commencer par télécharger l’élément qui constituera le serveur en lui-même (qui pourra interagir avec les joueurs)
Nous téléchargerons ensuite les fichiers correspondants au jeu que vous voulez installer (ici, Team Fortress 2).

Nous nous déplaçons dans le dossier « srcds » situé dans « srv »

cd /srv/srcds

Nous allons télécharger maintenant l’outil d’installation.

wget http://www.steampowered.com/download/hldsupdatetool.bin

Nous donnons le droit de s’éxecuter à l’outil d’installation

chmod +x hldsupdatetool.bin

Nous allons executer cet outil, de manière à obtenir les fichiers nécessaires au serveur (pas encore les fichiers du jeu).

./hldsupdatetool.bin

Il faut maintenant accepter les conditions d’utilisations.

yes

Nous donnons maintenant le droit de s’éxécuter à steam, situé sur votre serveur.

chmod +x steam

Nous éxecutons steam.

./steam

Nous l’executons une deuxième fois.

./steam

Pour que l’installation reste propre, nous allons supprimer ce qui est inutile.

rm hldsupdatetool.bin

Tout est pret pour l’installation du jeu !

4- Installation du jeu (Team Fortress 2)

Nous allons maintenant télécharger tous les fichiers du jeu, des plus importants aux plus inutiles (donc soyez patients 😉 ).

./steam -command update -game « tf » -dir .

Nous venons de dire ici au serveur (à l’éxécutable « steam », plus particulièrement) de mettre à jour les fichiers (-command update) du jeu Team Fortress 2 (-game « tf ») dans le dossier actuel (-dir .). Notez l’importance du « . », après -dir !

logo infoCette commande permet aussi de mettre à jour le serveur, lorsqu’une MAJ sort (si vous n’avez pas activé l’autoupdate).

Une fois les 37 heures de passées, et votre 1564ème café bu, tous les fichiers sont enfin présents et installés sur votre serveur dédié. Nous allons vérifier leur intégrité (c’est très rapide). En cas d’erreur, il vaut mieux supprimer le dossier (commande « rm »), et tout recommencer, c’est plus prudent (dans 99,99999% des cas, il n’y a pas de souçis).

./steam -command update -game « tf » -dir . -verify_all

Si tout se passe bien, VOTRE SERVEUR EST INSTALLE ! Il est donc opérationnel (encore faut-il le lancer) !

Vous souhaitez lancer votre serveur directement, RDV sur ce tutoriel.
Vous souhaitez configurer votre serveur, RDV sur ce tutoriel (prochainement).

La configuration de votre serveur de jeu est la dernière « vraie » étape qu’il vous reste à franchir. Courage !

@+

Créer un miroir de Télechargement pour votre serveur de jeu Steam (sv_downloadurl) :: DL Rapide

Ce tuto s’adresse aux possesseurs de tous types de serveurs (Windows + Linux)

Lorsque vous ajoutez de nouveaux sons, ou de nouvelles maps sur votre serveur, ceux-ci doivent être télechargés par les joueurs présents, qui ne possèdent pas déjà ces élements.

Par exemple, lors d’un changement de map (pouet_pif.bsp par exemple), si celle-ci est absente du disque dur des joueurs, alors elle sera télechargée, depuis le serveur.

Continuer la lecture de Créer un miroir de Télechargement pour votre serveur de jeu Steam (sv_downloadurl) :: DL Rapide

Résoudre le problème de l’auto-update d’un serveur Team Fortress 2 sous Linux

*** Ce tutoriel implique que vous ayez installé votre serveur Team Fortress 2 sur un serveur Linux (voir cette page). Vous devez accéder à votre serveur via WinSCP, pour le transfert de fichiers. La lecture du tutoriel sur l’utilisation de WinSCP est conseillée ***

Le Problème

Votre serveur Team Fortress 2 (sous Linux) ne s’autoupdate pas correctement. La mise à jour automatique n’arrive tout simplement pas à trouver le fichier « srcds_run », ce qui vous oblige donc à mettre à jour manuellement le serveur, lorsque VALVE sort une nouvelle MAJ, ce qui est très énervant.

Ce bug provient du dossier « orangebox », et peut-être très facilement résolu, avec deux lignes de code (mais pourquoi VALVE ne resout pas le problème ??).

La Solution

1. Trouvez (à l’aide de WinSCP) et éditez le fichier « srcds_run » (fichier script, donc à ouvrir avec le bloc-note). Ce fichier peut-être trouvé dans le dossier « /srv/srcds/orangebox/ ».
2. Trouvez la lignee « update () » (ligne #295 du fichier).
3. Mettez le code suivant, à la place (j’ai souligné les changements).

update()
{
cd ..
updatesingle
cd orangebox
}

Notes

Je vous propose de sauvegarder cette nouvelle copie de « srcds_run » sous un autre nom, comme « srcds_run_update ». Cela permettra à votre fichier modifié de ne pas être réécrit par une mise à jour, et vous garderez en même temps le fichier original. Par contre pour le lancement du serveur, vous devrez taper « ./srcds_run_update … », au lieu de « ./srcds_run … ».

Merci à dbaranski.net, pour avoir trouvé la solution au problème !

@+ 😉

Créer un serveur Team Speak sur une machine Linux

** Vous installerez grâce à ce tutoriel un serveur Teamspeak, sur une machine Linux. Ce tutoriel fonctionne parfaitement sous Ubuntu, et devrait fonctionner sur la plupart des distributions Linux. Vous accédez à votre serveur via Putty, donc la lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée. Si vous installez le serveur sur un ordinateur Linux chez vous, alors tout se fera via la console. **

TeamSpeak est un logiciel gratuit vous permettant de communiquer vocalement avec des amis. Cet outil est très simple à installer, et à utiliser.

logo infoSi vous avez suivi un des tutoriels de l’installation d’un serveur de jeu Steam sur votre machine Linux (serveur dédié, ou ordinateur chez vous :)), alors ne reproduisez pas les consignes précédées de « ## » ! 😉

1. Préparation de la machine

Nous allons préparer la machine à l’installation du serveur TeamSpeak.

Nous allons lancer la mise à jour de celui-ci, afin d’avoir une machine bien protégée, et plus performante.

logo infoVous devez être loggué sur la machine avec un compte root.

Tapez dans la console les lignes suivantes. Si une question vous est posée, répondez en tapant Y (pour Yes) ou O (pour Oui).

apt-get update

 

apt-get upgrade

Votre serveur Teamspeak sera lancé 24h/24 et 7 jours /7. Il faut donc qu’il soit un minimum protégé. C’est pourquoi nous ne lancerons JAMAIS le serveur sous l’utilisateur ROOT. Il nous faut donc créer un nouvel utilisateur, qui servira seulement à faire tourner votre serveur.

Nous allons à la racine du disque dur.

cd /

Nous nous déplaçons dans le dossier « srv ».

cd srv

Nous créons le dossier « teamspeak » dans le dossier « srv ».

mkdir teamspeak

Nous donnons tous les droits au dossier « teamspeak », pour éviter tout problème à l’avenir.

chmod 0777 teamspeak

## Nous créons un utilisateur nommé « admin ». Choisissez ensuite votre mot de passe.

## adduser admin

Nous donnons le dossier « teamspeak » à l’utilisateur « admin », qui en sera donc le nouveau propriétaire.

chown admin /srv/teamspeak

Nous avons finis de préparer le serveur !

Déconnectez-vous maintenant, en quittant tout simplement Putty, ou en fermant votre session, puis reconnectez vous avec l’utilisateur « Admin » !

2. Recupération des données

Vous vous êtes reconnecté avec l’utilisateur « admin ».

Nous allons nous rendre dans le dossier nouvellement créé.

cd /srv/teamspeak

Nous téléchargeons l’archive du serveur TeamSpeak

wget http://www.tutos-gameserver.fr/files/ts2_server_rc2_202319.tar.bz2

Nous décompressons l’archive.

tar -xjf ts2_server_rc2_202319.tar.bz2

Tous les fichiers sont présents sur le serveur ! Nous allons maintenant le lancer …

3. Lancement du serveur

Nous nous rendons dans le dossier contenant tous les fichiers nécessaires au serveur.

cd /srv/teamspeak/tss2_rc2

Nous pouvons maintenant lancer notre serveur.

./teamspeak2-server_startscript start

Vous pouvez dès à present vous connecter à votre serveur TeamSpeak. L’adresse du serveur TS est l’adresse IP du serveur dédié sur lequel il est installé. Si le serveur TS est installé sur un ordinateur perso, alors son adresse IP est celle de votre réseau (voir ici). Pensez dans ce cas à rediriger les ports de votre routeur !

Maintenant que le serveur est lancé, vous souhaitez connaître le mot de passe de l’admin par défaut du serveur, et le mot de passe du superadmin, qui peut gérer TeamSpeak.
C’est tout simple, tapez :

cat server.log

Dans le fichier qui apparait, regardez les lignes « admin account info » et « superadmin account info », qui vous donnent toutes les informations nécessaires. Les mots de passe associés à ces deux comptes sont générées aléatoirements, au premier lancement de votre serveur TS.

Vous pourrez réafficher ces mots de pass en tapant :

./teamspeak2-server_startscript passwords

 

4. Configuration de votre serveur

Avec toutes les informations obtenues precedemment, nous allons nous connectez à l’interface web de TeamSpeak.

En effet, lorsque vous installez le serveur TeamSpeak, un « mini » serveur web est aussi installé, qui permettra de l’administrer. Grâce à cela, pas besoin d’installer Apache, et tout le bazard normalement nécessaire !

Lancez un navigateur web, et entrez l’adresse suivante : http://IP_DU_SERVEUR:14534, ce qui vous menera à l’interface d’administration.

A partir de cette page, logguez-vous en superadmin. Vous pourrez ajouter des serveurs TS, ajouter des admins à vos serveurs, les modifier …. bref, tout faire ! 😀

@++ et BON FRAGS !

Administrer son serveur avec HLSW

** En plus d’administrer votre serveur via la console, vous pouvez le faire depuis un autre ordinateur, via un logiciel, HLSW. **

logo importantLes informations contenues dans la partie sur l’administration du serveur proviennent de CS-FUSION

Qu’est-ce qu’ HLSW ?

HLSW (Half Life Server Watch) est un puissant outil d’administration externe et de gestion des serveurs, utile pour les simples joueurs tant que pour les administrateurs de serveurs professionnels. De la simple fonction de connexion rapide à un serveur de jeu à la possibilité de recevoir en temps réel des statistiques de match sur un channel IRC, tout est possible avec HLSW. Parce que HLSW a été développé par des joueurs et pour des joueurs, la priorité principale était de développer un design ergonomique.

Grâce à une structure modulable et le design des différentes sections, vous pouvez accéder simplement à toutes les informations nécessaires de n’importe quelle partie de votre serveur de jeu d’un simple click. De plus, en affichant la partie Rcon, il vous devient possible en quelques secondes d’administrer votre serveur tranquillement et sans être connecté au jeu.

Mais HLSW permet beaucoup plus : informez vos amis en temps réel du serveur sur lequel vous jouez en créant un statut automatique et mis à jour sur des logiciels tels que IRC, ICQ, MSN, AIM, et d’autres encore.

HLSW peut aussi lancer automatiquement un logiciel d’anti-triche tel que Cheating-Death si il est requis sur un serveur.
Actuellement, HLSW est compatible avec environ 40 jeux et tout leurs mods, et toutes les mises à jours apportent des nouveaux jeux et les changements en rapport.

Comment administrer votre serveur

Tout d’abord, téléchargez-le ici, puis installez-le (pour cette étape, je vous laisse faire tout seul). 😛

image
Voila à quoi ressemble HLSW.

Tout d’abord, rentrez l’adresse IP de votre serveur dans le cadre IP/PORT en haut de l’écran. Vous verrez alors apparaître, si l’adresse IP est valide, toutes les informations relatives au serveur : la map, les jours, le temps restant, etc…

Dès que le « status » du rcon est marqué à ON, vous pouvez accéder à la configuration, en cliquant sur « Obtenir le log (Internet) et Obtenir le log (LAN) » (screen du dessus). Passez donc dans l’onglet Console. C’est comme la console de Steam quand vous êtes sur Counter-Strike, vous pouvez effectuer de nombreux changements. Voici une liste de commande qui vous sera je pense très utile :

Commandes RCON :
– changelevel de_dust2 > Cette commande-là changera la map de votre serveur pour de_dust2.
– sv_password csfufucaygenial > Cette commande-ci changera le pass de votre serveur en « csfufucaygenial »
– sv_alltalk 0/1 > Celle-ci, c’est pour le « Alltalk ». La variable à 0, et il n’y en a pas, la variable à 1, et il y’en a.
– sv_restartround 1 > Tout simplement pour faire un restart (RS).

Passons aux « mp », qui influent directement dans le jeu :
– mp_friendlyfire 0/1 > C’est pour le Friendly Fire (FF). La variable à 0, et on peut tirer sur ses potes sans dommages, la variable à 1 et ça leur fait assez mal (ils peuvent en mourir même)
– mp_c4timer x > Cette commande est très importante et nous conseillons de ne pas toucher à la valeur. Mais si vous désirez changer le temps d’explosion du C4, il vous faudra cette commande, x = chiffre. (En compétition, c’est 35 secondes)
– mp_roundtime x > Celle-ci est aussi très importante, c’est le temps d’un round. Vous pouvez changer ceci en changeant la variable « x ». (3 minutes pour les compétitions)
– mp_freezetime x > De ce côté-là, si vous avez un serveur FFA, elle pourra être changée souvent. En effet, dans une map fun, un freezetime est inutile, alors que dans une map dite « officielle », il en faudra. Par défaut si vous changez la variable, c’est 6.
– mp_buytime x > Le temps pour acheter des armes grâce à cette commande. (0.5 = 30secs) – Exemple : mp_buytime 2.5 sera 2minutes 30secondes pour l’achat.
– mp_startmoney x > C’est la commande qui définit l’argent au premier round. Par défaut, c’est 800.
– mp_timelimit x > Celle-ci influe sur le temps de jeu par map. (Conseil: Si vous avez un serveur FFA, mettez 30 minutes, c’est une bonne moyenne.)
– mp_forcechasecam 0/1/2 > La variable « 2 » permet que la caméra quand vous êtes mort reste sur les joueurs vivants de votre équipe. Cette commande est donc à effectuer avant tous les matchs, si vous n’avez pas « AMX Match Deluxe » ou une config .cfg pré-installée.
– mp_fadetoblack 0/1 > Cette commande est très connue en LAN. Elle permettra si la variable est à 1 que l’écran devienne noir dès que vous êtes mort. (et ouais, dommage si tu veux regarder sur le PC à côté)

Vous pouvez maintenant passer sur l’onglet Chat. Dans la case montrée d’un 1 dans le screen vous pouvez dialoguer sur le serveur librement. Ensuite, si vous voulez parler que à un seul joueur, vous pouvez choisir dans la case montrée d’un 2. C’est simple comme dire bonjour, enfin non, c’est un peu plus dur quand même.

Liste de ban..comme son nom l’indique, ça permet de gérer les bans effectués par HLSW. Je pense pas qu’il n’y ait besoin de screen pour vous expliquer comment rentrer un STEAM:ID dans une case 🙂

L’onglet Changer de Carte est inutile. En effet, passez par la console c’est bien plus simple (Rappel : changelevel nom_de_la_map)

Passons au Bot mIRC. Mais qu’est ce qu’ils me font chier encore avec IRC? On va vous expliquer. Vous avez pas de HLTV sur votre serveur, c’est dommage, et tous vos potes vous croient pas quand vous dites que vous faites des 15/0 en match ? Prouvez-leur grâce à IRC § (Sont trop gentils chez csfufu ouahh). Le screen ci-dessous vous montre comment configurer cet onglet. Dans la case Mode/Status, y’a rien, et c’est normal. Dans  » Bot # « , ça c’est aussi inutile, faut pas leur en vouloir, c’est des allemands! Par contre, dans Canal, il faut rentrer quelque chose de sérieux, et là c’est important. Je m’explique. Le canal (ou channel – ou chan) que vous allez rentrer, vous devez le joindre aussi dans votre client IRC ( /join #nom.du.chan.choisi.dans.hlsw ). Dès que vous êtes dessus, appuyez sur le bouton « Start mIRC Bot », celui où y’a du rouge autour dans le Screen1. Amenez vos copains sur le canal choisi, et ils pourront voir ce que vous voyez dans le screen 2. Trop bien j’avoue !

merci cs-fusion.com 😉

Quel serveur dédié choisir, pour son serveur de jeu (machines proposées par d’autres hébergeurs) ?

*** Ce tutoriel implique que vous ayez choisi la solution des serveurs dédiés pour héberger votre serveur Counter Strike : Source, Team Fortress 2, ou autre mod .. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à lire le tuto sur les différentes posssibilités d’hébergement **

Bonjour à tous !

Dans ce tutoriel, je ne vais pas comparer la puissance des serveurs dédiés proposés par différents hébergeurs, mais je vais simplement vous en proposer d’autres.

En effet, tout décrire serait trop long pour moi, et surtout un peu hors-sujet. De plus, je ne veux pas de favoritisme, donc il est normal que je ne parle pas que d’OVH et 1and1.

Voici donc la liste, non-exhaustive, des hébergeurs parmis les plus connus :

¤ Dedibox
¤ SelfServeur
¤ NeTissime
¤ Oxyd
¤ Auneo
¤ Hosteur
¤ Sivit
¤ Amen

Quel serveur dédié choisir, pour son serveur de jeu (machines 1&1) ? [2b]

*** Ce tutoriel implique que vous ayez choisi la solution des serveurs dédiés pour héberger votre serveur Counter Strike : Source, Team Fortress 2, ou autre mod .. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à lire le tuto sur les différentes posssibilités d’hébergement **

Bonjour, bonsoir Smile

Me revoilà pour un nouveau tuto, sur les serveurs dédiés cette fois-çi. Je ne vous parlerai dans ce tutoriel que des machines proposées par 1&1.

Continuer la lecture de Quel serveur dédié choisir, pour son serveur de jeu (machines 1&1) ? [2b]

Utiliser un screen pour garder le contrôle de sa machine Linux

 Ce tutoriel implique que vous ayez installé votre serveur de jeu sur une machine Linux :

Un serveur dédié, ou tout simplement un ordinateur sous Linux. La lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée

Salut visiteur !

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour parler des screen ?

Mais qu’est-ce qu’un screen ? Pour répondre à cette question, asseyons-nous au coin du feu.

Lorsque vous lancez votre serveur, via la console (de toute façon, c’est forcement via la console, quand on est sur une machine Linux), vous pouvez remarquer que celle-ci est « bloquée » sur le jeu dont vous avez lancé un serveur. Vous voyez ce qui se passe en direct du jeu, sur votre console, mais vous ne pouvez plus rien faire d’autre, sur le serveur, en dehors du jeu, elle devient indisponible.

Bien sur, les Linuxiens ont tous prevu : il existe un moyen de lancer votre serveur de jeu, mais tout en gardant un contrôle total sur votre ordinateur (ou votre dédié). Cette solution s’apelle ….. le screen !! 🙂

Vous avez la console de votre serveur sous les yeux. Le serveur de jeu n’est pas encore lancé. Commençons par taper « screen ».

screen

Validez le lancement du screen, en apuyant sur la barre d’espace. Vous voilà maintenant rentré dans votre screen, enfin dans la toute première fenêtre. S’il n’y qu’une seule fenêtre à votre screen, il ne sert à rien. Nous allons donc ouvrir d’autres fenêtres, ce qui fera un peu comme si vous aviez plusieurs consoles de lancées, pour le même serveur.

Faites simultanément Ctrl+A, puis MAJ+A. Le nom de votre première fenêtre se grise, et vous pouvez le modifier. Supprimez ce qui est déjà écrit, puis mettez « Contrôle », par exemple.

Nous avons notre fenêtre de contrôle, pour garder un acces à l’ordinateur, même quand notre serveur de jeu sera lancé.

Nous allons maintenant créer une fenêtre, spécialement pour la vérification de la charge du serveur, et des différentes proccessus lancés.
Tapez Ctrl+A, puis Ctrl+C. Une nouvelle fenêtre du screen vient de s’ouvrir. Avec Ctrl+A, puis SHIFT+A, renommez-la « Top », puis validez. Tapez maintenant « top », puis validez. Tout un tas de choses devraient apparaitre : charge mémoire vive, charge processeur, processus (morts, zombis, lancés etc), temps de focntionnement du serveur, nombre de clients connectés et charge générale de la machine (en haut à droite, trois séries de chiffres X.XX, qui ne devraient pas dépasser 1.00, sinon votre serveur n’est pas assez puissant pour ce que vous lui faites subir). Cette fenêtre est à surveiller.

Il faut maintenant créer la fenêtre réservée au serveur de jeu. Tapez Ctrl+A, puis Ctrl+C. Une nouvelle fenêtre du screen vient de s’ouvrir. Avec Ctrl+A, puis SHIFT+A, renommez-la « Serveur TF2, DOD, CSS … (rayez la mention inutile), puis validez. A partir de ce moment, c’est comme si le screen n’était pas lancé. Utilisez ce tutoriel pour lancer votre serveur de jeu.

.. Mais vous vous dites surement : comment retrouver les fenêtres que nous avons crées précédement ?

Et bien c’est tout simple ! Tapez Ctrl+A, puis  » (oui, le signe guillemets). Et magie ! Un menu apparaît ! Vous pouvez maintenant choisir, avec les flèches directionnelles, « Top », « Contrôle », ou « Serveur Jeu » ! Vous avez donc un accès total à votre machine !

Sans screen, si vous quittez la console, cela quitte le serveur de jeu. Avec screen de lancé, si vous quittez la console, votre serveur de jeu reste ONLINE !

Lorsque vous vous reconnectez plus tard à votre console, tapez :

screen -x

et vous retrouvez toutes vos fenêtres !

Voilà un résumé des commandes associées au « screen » :
– « screen » : lancer le screen
– « screen -x » : récupérer un screen fermé
– Ctrl+A, puis  » : menu des fenêtres
– Ctrl+A, puis Ctrl+C : créer une nouvelle fenêtre
– Ctrl+A, puis SHIFT+A : renommer une fenêtre

@++ et BON FRAGS