[4a] Lancer et arreter son serveur de jeu sur une machine Linux

** Ce tutoriel implique que vous ayez installé votre serveur de jeu, sur un serveur dédié sous linux. Vous devez être connecté à votre serveur via Putty (ou tout autre logiciel équivalent). La lecture du tutoriel sur l’utilisation de Putty est conseillée ***

Bonjour, cher visiteur.

==== Lancer le serveur de jeu ====

Votre serveur de jeu est installé, configuré (ou pas, vous pouvez le faire plus tard), et vous aimeriez le lancer, pour jouer dessus. Logique ! XD

C’est un executable, situé à la base du dossier principal du mod, qu’il faut … executer (si si) ! ^^

La ligne à taper est pratiquement toujours la même.

Pour Team Fortress 2

Si vous avez suivi correctement mon tutoriel d’installation de serveur, l’architecture du disque dur de votre serveur dédié devrait correspondre à cela : /srv/srcds/orangebox/tf.

Nous nous plaçons dans le dossier « orangebox ».

cd /srv/srcds/orangebox

Nous lançons le serveur, en executant « srcds_run ».

./srcds_run -game tf +ip XXX.XXX.XXX.XXX -port 27015 +maxplayers XX +map ctf_2fort -tickrate 66 -autoupdate

Il y a donc plusieurs paramètres à choisir :
– le jeu, Team Fortress 2 (-game tf),
– l’adresse ip (+ip XXX.XXX.XXX.XXX)(mettez l’adresse IP de votre serveur dédié),
– le port (-port 27015) (ne changez pas cela, à moins de vouloir créer deux serveur de jeu sur votre serveur dédié, RDV sur ce tutoriel (prochainement))
– le nombre maximum de joueurs (+maxplayers XX). Le nombre maximum est 32 pour Team Fortress 2. Sachez qu’en cas de nombre supérieur à 24, votre serveur passera dans la catégorie « Personnaliser » du Steam Browser.
– la map de départ (+map ctf_2fort). Dans mon cas, la map de lancement du serveur sera ctf_2fort.
– le tickrate (-tickrate 66 est le maximum). Voir en bas de page.
– l’auto update. (-autoupdate) Cette fonction permet au serveur de se mettre à jour seul. Malheureusement, un bug non corrigé par Valve empêche cette mise à jour automatique. Vous devrez donc mettre à jour votre serveur de jeu manuellement (voir le tutoriel sur l’installation de votre serveur), ou suivre ce tutoriel.

Pour Counter-Strike Source

Si vous avez suivi correctement mon tutoriel d’installation de serveur, l’architecture du disque dur de votre serveur dédié devrait correspondre à cela : /srv/srcds/css.

Nous nous plaçons dans le dossier « css ».

cd /srv/srcds/css

Nous lançons le serveur, en executant « srcds_run ».

./srcds_run -game cstrike +ip XXX.XXX.XXX.XXX -port 27015 +maxplayers 20 +map de_dust2 -tickrate 100 -autoupdate

Il y a donc plusieurs paramètres à choisir :
– le jeu, Counter-Strike Source (-game cstrike),
– l’adresse ip (+ip XXX.XXX.XXX.XXX)(mettez l’adresse IP de votre serveur dédié),
– le port (-port 27015) (ne changez pas cela, à moins de vouloir créer deux serveur de jeu sur votre serveur dédié, RDV sur ce tutoriel (prochainement))
– le nombre maximum de joueurs (+maxplayers XX). Je connais pas la limite du nombre de joueurs, mais je sais que vous pouvez aller jusqu’à plus de 60 ;).
– la map de départ (+map de_dust2). Dans mon cas, la map de lancement du serveur sera de_dust2.
– l’auto update. (-autoupdate) Permet au serveur de se mettre à jour tout seul, lorsqu’une MAJ sort. A moins de vouloir se faire du mal, je vois mal pourquoi s’en priver. 😀
– le tickrate (-tickrate 100 est le maximum). Voir en bas de page.

Pour Counter-Strike 1.6

Si vous avez suivi correctement mon tutoriel d’installation de serveur, l’architecture du disque dur de votre serveur dédié devrait correspondre à cela : /srv/srcds/cs16.

Nous nous plaçons dans le dossier « cs16 ».

cd /srv/srcds/cs16

Nous lançons le serveur, en executant « hlds_run ».

./hlds_run -game cstrike +ip XXX.XXX.XXX.XXX -port 27015 +maxplayers 20 +map de_dust -autoupdate -pingboost 3 +sys_ticrate 1000

Il y a donc plusieurs paramètres à choisir :
– le jeu, Counter-Strike 1.6 (-game cstrike),
– l’adresse ip (+ip XXX.XXX.XXX.XXX)(mettez l’adresse IP de votre serveur dédié),
– le port (-port 27015) (ne changez pas cela, à moins de vouloir créer deux serveur de jeu sur votre serveur dédié, RDV sur ce tutoriel (prochainement))
– le nombre maximum de joueurs (+maxplayers XX). Je connais pas la limite du nombre de joueurs, mais je sais que vous pouvez aller jusqu’à plus de 60 ;).
– la map de départ (+map de_dust). Dans mon cas, la map de lancement du serveur sera de_dust.
– l’auto update. (-autoupdate). Permet au serveur de se mettre à jour tout seul, lorsqu’une MAJ sort. A moins de vouloir se faire du mal, je vois mal pourquoi s’en priver. 😀
– le pingboost (-pingboost 3). Permet de débloquer le nombre de FPS (images par seconde) du serveur.
– le ticrate (+sys_ticrate 1000). Plus la valeur augmente, meilleur est le ping du serveur, et plus nombreux sont les fps du serveur : donc plus grande est sa fluidité. Malheureusement, tout n’est pas rose : pour avoir un fonctionnement optimal de 1000 fps et donc d’un sys_ticrate a 1000, il faut que votre kernel linux soit compilé a 1000hz(10x100hz) sinon cela ne servira a rien et même de provoqué des instabilité de votre système. Plus votre machine est performante, plus vous pouvez vous permettre d’augmenter le sys_ticrate. Moins elle est performante, plus elle laguera (avec des hautes valeurs du sys_ticrate). Avec une machine peu performante, mieux vaut baisser cette valeur (500 étant la valeur présentant le meilleur compromis puissance cpu/ping, et correspondant à un pingboost 2; ou 300 pour les plus petites machines, correspondant à un pingboost 1).

Pour Half Life 2 Deathmatch

Si vous avez suivi correctement mon tutoriel d’installation de serveur, l’architecture du disque dur de votre serveur dédié devrait correspondre à cela : /srv/srcds/hl2d.

Nous nous plaçons dans le dossier « hl2d ».

cd /srv/srcds/hl2d

Nous lançons le serveur, en executant « srcds_run ».

./srcds_run -game hl2mp +ip XXX.XXX.XXX.XXX -port 27015 +maxplayers 20 +map dm_runoff -tickrate 100 -autoupdate

Il y a donc plusieurs paramètres à choisir :
– le jeu, Half Life 2 Deathmatch (-game hl2mp),
– l’adresse ip (+ip XXX.XXX.XXX.XXX)(mettez l’adresse IP de votre serveur dédié),
– le port (-port 27015) (ne changez pas cela, à moins de vouloir créer deux serveur de jeu sur votre serveur dédié, RDV sur ce tutoriel (prochainement))
– le nombre maximum de joueurs (+maxplayers XX). Je connais pas la limite du nombre de joueurs, mais je sais que vous pouvez aller jusqu’à plus de 60 ;).
– la map de départ (+map dm_lockdown). Dans mon cas, la map de lancement du serveur sera dm_lockdown.
– l’auto update. (-autoupdate) Permet au serveur de se mettre à jour tout seul, lorsqu’une MAJ sort. A moins de vouloir se faire du mal, je vois mal pourquoi s’en priver. 😀
– le tickrate (-tickrate 100 est le maximum). Voir en bas de page.

Pour Day of Defeat Source

Si vous avez suivi correctement mon tutoriel d’installation de serveur, l’architecture du disque dur de votre serveur dédié devrait correspondre à cela : /srv/srcds/orangebox.

Nous nous plaçons dans le dossier « orangebox ».

cd /srv/srcds/orangebox

Nous lançons le serveur, en executant « srcds_run ».

./srcds_run -game dods +ip XXX.XXX.XXX.XXX -port 27015 +maxplayers 20 +map dod_anzio -tickrate 100 -autoupdate

Il y a donc plusieurs paramètres à choisir :
– le jeu, Day of Defeat Source (-game dod),
– l’adresse ip (+ip XXX.XXX.XXX.XXX)(mettez l’adresse IP de votre serveur dédié),
– le port (-port 27015) (ne changez pas cela, à moins de vouloir créer deux serveur de jeu sur votre serveur dédié, RDV sur ce tutoriel (prochainement))
– le nombre maximum de joueurs (+maxplayers XX). Je connais pas la limite du nombre de joueurs, mais je sais que vous pouvez aller jusqu’à plus de 60 ;).
– la map de départ (+map dod_anzio). Dans mon cas, la map de lancement du serveur sera dod_anzio.
– l’auto update. (-autoupdate) Permet au serveur de se mettre à jour tout seul, lorsqu’une MAJ sort. A moins de vouloir se faire du mal, je vois mal pourquoi s’en priver. 😀
– le tickrate (-tickrate 100 est le maximum). Voir en bas de page.

==== Arreter le serveur ====

Pour arrêter votre serveur, c’est tout simple.

Soit vous avez accès à la console du serveur, dans ce cas maintenez les touches Ctrl+C, soit vous envoyez la commande « quit » via RCON !

Vous pouvez aussi redémarrer votre serveur dédié, en tapant dans la console, avec le compte ROOT : « /sbin/reboot ». Si votre serveur de jeu est installé sur une machine chez vous, alors vous aurez surement une interface graphique, vous saurez donc comment redémarrer l’ordinateur (qui est sous linux rappelons-le).

BON JEU ! @+

PS : Votre serveur de jeu est lancé, mais l’avez-vous configuré ? (prochainement)

PS2 : Vous pouvez aussi lancer votre serveur de jeu dans un screen

Le tickrate

L’information tickrate permet de définir la fréquence de mise à jour des informations clients elle peut aller de 40 (par défaut) à 100 (pour CS:S. Limité à 66 pour TF2). Plus elle est élevé moins il y aura de décalage entre les informations client et serveurs.
Un tickrate élevé permet par exemple de ne pas avoir un joueur qui viens de se mettre à l’abris tué par un joueur qui ayant un décalage dans les information de position le voit toujours en face de lui.
Pour faire bref, plus le tickrate est élevé plus les informations relatives à la position des joueurs sont précises et moins nombreuses sont les plaintes des joueurs 🙂 (infos tickrate by wiki.gandi.net)